Les rares qui font l'exception sont Miriam Makeba alias Mama-Africa (Afrique du Sud), Johnny Clerg (Afrique du Sud), Cezaria ...
... à Saint-Clerg, et l'église Sainte-Marie et Saint-Stéphane, au lieu-dit Notre-Dame-de-Laval ; ...
... situé sur les hauteurs du vallon de Saint-Clerg, à l'ouest du plateau. On accède au plateau de La Caume par le GR 6. Par la ...
... clerg%C3%A9_et_de_l.html?hl=fr&id=yQxBAAAAcAAJ, Vatar, 1691. Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire ...
... en particulier sur les crêtes qui dominent au nord-est et au sud-ouest le vallon Saint-Clerg et au pied du mont Gaussier. » Le ...
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme et l'histoire. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion. Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (mars 2013). Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}. On donne le nom de Clergé réfractaire ou d'Insermentés aux ecclésiastiques hostiles à la Constitution civile du clergé, lors de la Révolution française. Une part d'entre eux fut exilée, massacrée ou déportée ; de nombreux autres entrèrent dans la clandestinité, pour continuer d'assurer, autant que possible, leur apostolat. Article connexe : Décret contre les prêtres réfractaires. Dès 1790, l'Irlandais Edmund Burke dénonce la « foi imperturbable dans ...
Pour les articles homonymes, voir Clergé (homonymie). Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ? Le clergé est le terme qui désigne les différentes institutions d'une religion. Il n'y a donc pas un clergé, mais plusieurs clergés. Certains ministères chrétiens (évêque, presbytres, diacres) se sont regroupés, à l'aube du IIIe siècle, autour d'un statut commun en un « clergé ». Le mot, en ancien français clergié (Xe siècle), provient du latin ecclésiastique clericatus, forgé sur clericus (clerc) qui signifie « homme d'Église » (en grec klêrikos), au sens large, à quelque degré que ce soit. Il ...
Le clergé de l'Égypte antique est composé d'une multitude de prêtres,qui assuraient le culte des nombreuses divinités de la religion égyptienne. Dans la pensée égyptienne, les dieux façonnent la Terre et y établissent un ordre harmonieux (Maât) permettant au miracle de la vie de s'accomplir jour après jour. C'est au seul pharaon, descendant des dieux, que revient la tâche d'assurer la pérennité de cette harmonie et de combattre les forces du Mal qui cherchent continuellement à la briser. Pharaon est le seul intermédiaire entre les divinités et les mortels. L'entretien de l'harmonie divine exigeant de nombreux cultes journaliers à travers tout le pays d'Égypte, le pharaon ne peut en assurer seul l'exécution matérielle. C'est là le rôle fondamental du prêtre : suppléer Pharaon dans l'exécution matérielle des rites quotidiens. Pharaon est aussi un des premiers à s'inquiéter du sens de ses rêves. Il confie donc à un prêtre lecteur, personnage très important, leur ...
Cette page d'homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : clergé, sur le Wiktionnaire Le clergé est le terme qui désigne les différentes institutions d'une religion. Clergé est considéré comme le meilleur joueur de jeu de paume au milieu du XVIIIe siècle. L'arbre du clergé est un petit arbre de la famille des Verbénacées originaire de l'est de l'Asie ...
Cet article est une ébauche concernant la religion. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. Le haut clergé est un phénomène connu dans toutes les religions qu'elles soient ou non monothéistes. Une étude comparatiste intéressante pourrait élucider : le mode de désignation de ses membres (élection, cooptation, révélation) le mode de succession des responsables la proximité et les relations avec le pouvoir politique Évêque, cardinal, grand lama Portail des religions et ...
Pour les articles homonymes, voir Recteur. Le titre de recteur est donné à certains membres du clergé de différentes religions : Dans la religion catholique, un recteur est un clerc qui a la responsabilité d'une basilique comme la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, de sanctuaires comme les sanctuaires de Lourdes, ou encore d'un établissement d'enseignement. Dans certaines régions, notamment en Bretagne, c'est le titre usuel donné au curé d'une paroisse. « En français, on dit « Monsieur le Curé », qui vient du latin curatus animarum : « chargé des âmes » des paroissiens) (…) , il doit en prendre grand soin, en avoir « cure ». Mais en français de Bretagne on utilisait un mot plus ancien et plus respectable : « Monsieur le Recteur », chargé de la « direction » de la paroisse, garant de la « rectitude » des conduites et des pensées des paroissiens. En breton, le respect pour son autorité était encore plus net : on disait an aotrou person (...), mot-à-mot le « ...
Un clergyman, est dans le monde anglo-saxon un clerc, c'est-à-dire un membre du clergé, généralement anglican. L'état de clergyman n'implique pas un rôle social précis : il peut être recteur (rector), curé (vicar), ou vicaire (curate). En revanche, il joue un rôle important dans la société et la culture anglaise traditionnelle, notamment parce que cette profession est souvent choisie par des fils cadets de bonne famille. C'est pourquoi le clergyman est un personnage fréquemment mis au premier plan dans de nombreux romans anglais. En application des règles de primogéniture, seul le fils aîné héritait du domaine familial pour éviter de disperser celui-ci. De ce fait, les fils cadets de bonne famille se voyaient souvent octroyer par leur père le bénéfice (en anglais, living) d'une cure, qui leur permettait de disposer d'un revenu suffisant en remplissant un emploi qui était loin d'être à temps plein. Un fils cadet de bonne famille pouvait ainsi hésiter entre un emploi de ...
L'Ami du clergé est une revue hebdomadaire de langue française à caractère encyclopédique publiée à Langres entre 1878 et 1969 (date où elle est devenue Esprit & Vie) Tirant à plus de dix mille exemplaires, cette revue était destinée à compléter et à actualiser la formation du clergé, sur « toutes les questions dogmatiques, morales, liturgiques, théologiques, sur le droit canon, les Écritures saintes, la patrologie, l'Histoire sainte », dit le frontispice, mais aussi scientifiques, sociales et ecclésiastiques nécessaires pour combattre le mouvement anticlérical commencé avec la chute du Second Empire et la proclamation de la IIIe République. La revue a été créée par deux laïcs, Victor Palmé, éditeur religieux d'art à Paris, et Pierre Maitrier, imprimeur éditeur à Langres, 1, rue Pierre Durand, après avoir été chez Firmin-Didot à Paris. L'Ami du clergé était à l'origine un supplément du journal L'Univers, ce qui la plaçait sous un double patronage et une ...
Clerodendrum trichotomum Pour les articles homonymes, voir Clergé (homonymie). Clerodendrum trichotomum Feuilles et baies Nom binominal Clerodendrum trichotomum Thunb, 1780 L'arbre du clergé (Clerodendrum trichotomum); anglais: Harlequin Glorybower; japonais: kusagi, est une espèce de petit arbre ou un arbuste au port étalé et à feuilles caduques de la famille des Verbénacées, originaire de l'est de l'Asie (Chine et Japon). C'est un arbuste ou petit arbre qui atteint de 4 à 8 m de hauteur[réf. nécessaire], peu ramifié, à branches moelleuses, duveteuses lorsqu'elles sont jeunes. Ses grandes feuilles molles, ovales-aiguës, de couleur vert clair peuvent mesurer de 10 à 20 cm de longueur. Entières ou à peine dentées, parfois trilobées, acuminées, pubescente dessous, elles dégagent une odeur fade et désagréable quand elles sont froissées. Pétiole de 3 à 10 cm de long. Fleurs odorantes, blanches, en cymes, à l'aisselle des feuilles supérieures, formant une panicule érigée ...
Cet article est une ébauche concernant le christianisme. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. Le clergé régulier comprend ceux qui ont prononcé des vœux et vivent en communauté selon une règle (moines et religieux). C'est donc la partie du clergé qui vit selon une règle. Celles-ci sont multiples et variées. Les premières règles apparaissent au IIIe siècle, dans l'Égypte chrétienne. Les premiers réguliers sont ermites, puis à partir de saint Augustin, la règle définit la vie collective. Les 24 règles du Moyen Âge : les clergés régulier et séculier sont sous l'ordre direct du pape Article détaillé : Liste des règles monastiques. À partir du XIIIe siècle, les ordres religieux réguliers se multiplient, mais la majorité des règles sont désormais inspirées des travaux médiévaux. Les ordres mendiants s'inspireront de saint Augustin, et les cisterciens reprendront la règle de saint ...
Cet article est une ébauche concernant le christianisme. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. Le clergé séculier est le clergé qui vit « dans le « siècle » » (du latin : sæcularis) au milieu des laïcs, par opposition au clergé régulier qui vit « selon une « règle » de vie » (du latin : regularis) d'un ordre, d'une abbaye, d'un couvent, d'un prieuré. Les membres du clergé séculier ont pris des engagements religieux, mais leur principale caractéristique est d'être engagés dans la vie séculière et non en communauté. Le terme clergé séculier regroupe généralement les prêtres, les chanoines, etc. Alors que le clergé régulier s'engage dans les trois vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, le clergé séculier ne prononce aucun vœu, seulement les engagements de célibat (de ne pas vivre en couple) et d'obéissance (de manière générale à l'Église, par l'intermédiaire ...
Pour les articles homonymes, voir Clergé (homonymie). Clergé est considéré comme le meilleur joueur de jeu de paume au milieu du XVIIIe siècle. Ce sportif français fut le tout premier « champion du monde » de l'histoire du sport après son sacre en 1740. Il conserve son titre jusqu'en 1765 quand Raymond Masson lui succède au palmarès. Il était particulièrement bon en double. Ses dates de naissance et de décès sont inconnues. (en) Noel, Evan Baillie and J. O. M. Clark. A History of Tennis, p. 129, Oxford University Press, 1924. (ISBN 071562380X) (en) Real Tennis World Championship 2004 Program, p. 5, National Tennis Club, Newport, Rhode Island. Portail des sports de ...
Ne doit pas être confondu avec Société des clercs militants. Cet article est une ébauche concernant un parti politique et l'Iran. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. L'Association du clergé militant (en persan : جامعه روحانیت مبارز, Jāme'e-ye Rowhāniyat-e Mobārez), est un parti politique iranien. Il a été fondé en 1977. Les membres de ce parti sont en faveur de l'économie de marché, et sont culturellement ultra-conservateurs. Ce groupe soutient très fortement le guide suprême Ali Khamenei et la doctrine que le pouvoir de décision ultime doit se trouver dans les mains du guide. Portail de la politique Portail de ...
Constitution civile du clergé Lire en ligne Assemblée nationale : Fac-similé La Constitution civile du clergé est un décret adopté en France par l'Assemblée nationale constituante le 12 juillet 1790. Sanctionnée contre son gré par Louis XVI le 24 août 1790, elle réorganisait unilatéralement le clergé séculier français, instituant une nouvelle Église (l'Église constitutionnelle). Cette réorganisation fut condamnée par le pape Pie VI, le 10 mars 1791, ce qui provoqua la division du clergé français en clergé constitutionnel et clergé réfractaire. La constitution civile du clergé fut abrogée par le concordat de 1801. Article détaillé : Comité ecclésiastique. À la suite de la Nuit du 4 août 1789, l'ordre du clergé, premier ordre en dignité de la société d'Ancien Régime, disparaît en tant que corps politique. À l'automne 1789 commencent à la Constituante les débats sur la nouvelle organisation de l'Église de France. Le Comité ecclésiastique, présidé par ...
Cet article est une ébauche concernant l'histoire, le christianisme et la Révolution française. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. L'Abjuration du clergé de Paris est un acte collectif de renoncement des fonctions ecclésiastiques par les membres du Clergé constitutionnel de Paris, le 17 brumaire an II (7 novembre 1793). Plusieurs députés ecclésiastiques, à la tête desquels l'évêque Jean-Baptiste Gobel, forcé par la pression de la Commune de Paris et son procureur-syndic Pierre-Gaspard Chaumette, firent à la Convention la déclaration solennelle d'abandonner leurs fonctions religieuses et de reconnaitre le Culte de la Raison. Trois jours après, Sieyes fit de même. L'abbé Grégoire s'opposa à cette abjuration. Clergé constitutionnel Déchristianisation (Révolution française) « Abjuration du Clergé », Jean Tulard, Jean-François Fayard et Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de la ...
En droit anglais, le privilège du clergé (Droit Latin: privilegium clericale) était une disposition en vertu de laquelle les ecclésiastiques pouvaient prétendre qu'ils étaient hors de la juridiction des tribunaux laïcs et, en vertu de la loi canonique, devaient être jugés devant un tribunal ecclésiastique. Diverses réformes ont limité la portée de ce dispositif juridique pour prévenir les abus. Le privilège du clergé avait évolué vers une fiction juridique dans laquelle les primo-délinquants pouvaient recevoir une moindre peine pour certains crimes appelés crimes "clergyable" ("cléricable"). Ce mécanisme juridique a été aboli en 1827, avec une loi sur la peine de mort, le Judgement of Death Act, qui permet aux juges de condamner les primo-délinquants à des peines inférieures. Avant le XIIe siècle, les tribunaux de droit anglais traditionnels étaient présidés conjointement par un évêque et d'un magistrat local. En 1166, cependant, Henri II promulgue les ...
L'Assemblée du clergé est une assemblée ecclésiastique de la France de l'Ancien Régime. L'Église de France, premier Ordre du Royaume dont la tâche principale concernait le domaine spirituel et charitable, a toujours bénéficié sous l'Ancien Régime d'une immunité fiscale - de même la noblesse, second Ordre, payait l'impôt du sang en combattant pour le roi - et d'une certaine indépendance envers Rome, ce qui ne veut pas dire qu'elle n'avait aucun rapport financier avec le roi ni qu'elle tournait le dos à Rome. Dans cette relation triangulaire, l'institution essentielle de l'Église de France à partir du XVIe siècle est l'Assemblée du clergé. L'Église avait en effet besoin soit de la protection du roi, en particulier de sa protection militaire. L'épisode suivant fit d'exemple à Reims où la cathédrale était le meilleur symbole du lien royauté-église: « Philippe Auguste avait sollicité le chapitre de Reims quelque don en argent. Le chapitre refusa au nom des saints ...
À partir de la fin du XVIe siècle et jusqu'à la révolution française, un agent général du clergé de France est un ecclésiastique désigné par ses pairs et chargé d'administrer l'Église de France. Les Agents généraux du clergé sont institués par l'Assemblée du clergé de Melun qui nomme les deux premiers lors de sa séance du 22 septembre 1579. Ils entrent en fonction pour une durée de deux ans le 10 octobre et prêtent serment le 25 février 1580. À un rythme d'abord bisannuel, puis à partir de 1625, tous les cinq années se terminant par 0 ou 5, sauf en cas de convocation d'une « Assemblée générale extraordinaire », une Assemblée du clergé se réunit pour voter le don gratuit au roi, contribution aux finances du royaume et contrepartie de l'absence d'impôt sur le clergé. Les représentants des provinces ecclésiastiques du royaume font reconnaitre leur procuration et deux d'entre elles, à tour de rôle, proposent deux nouveaux candidats, le plus souvent des abbés, ...
L'Institut du Clergé Patriarcal de Bzommar est un institut de vie consacrée de l'Église catholique arménienne. L'institut a été fondé en 1749. Son siège est situé au couvent Notre-Dame de Bzommar, à Bzommar, au Liban. Le chapitre général élit le vicaire patriarcal, pour une durée de six ans. L'actuel titulaire est Gabriel Mouradian, élu en 2011 Plusieurs évêques en sont issus, dont Jean Pierre XVIII Kasparian et Grégoire Pierre XX Ghabroyan, respectivement ancien et actuel primat de l'Église catholique arménienne. ↑ http://www.gcatholic.org/orders/043.htm ↑ http://www.bzommarvank.com/?page=reglement ↑ http://www.bzommarvank.com/?page=vicariat-patriarcal ↑ http://www.bzommarvank.com/?page=chapitres-generaux ↑ http://www.catholic-hierarchy.org/diocese/dqicp.html Portail du catholicisme Portail des chrétiens ...
La Revue du clergé français (sigle : RCF) est une revue catholique française bimensuelle qui paraît de 1895 à 1920. Destinée aux prêtres, considérée comme l'une des revues les plus prestigieuses de la culture catholique française, elle s'attachait à la vulgarisation des travaux de sciences religieuses. La Revue du clergé français est fondée en décembre 1894 par l'abbé réformateur Lucien Lacroix - futur évêque de Tarbes - qui en garde la direction jusqu'en juin 1898 avant de la transmettre à Joseph Bricout qui la conserve jusqu'à la fin de parution de la revue en 1920. Ses rédacteurs se recrutent essentiellement parmi les prêtres, auxquels elle s'adresse en priorité dans l'objectif de les accompagner dans les différentes tâches du sacerdoce et de les tenir au courant de la vie intellectuelle. Paraissant de manière bimensuelle, elle a également pour objet la vulgarisation des travaux de sciences religieuses, dans une perspective progressiste voire « libérale », à ...
La Congrégation pour le clergé (en latin : Congregatio pro Clericis) est l'une des neuf congrégations de la Curie romaine. Elle est compétente en tout ce qui concerne les prêtres et diacres du clergé séculier. Elle est aussi chargée des séminaires. Vingt-cinq personnes environ y travaillent. Par la Constitution apostolique Alias Nos du 2 août 1564, le pape Pie IV (1559-1565) fonde la « Sacrée Congrégation des cardinaux pour l'application et la mise en pratique du concile de Trente » (ou plus simplement la congrégation du concile). Grégoire XIII (1572-1585) élargit ses fonctions et Sixte V (1585-1590) lui confia, par la constitution apostolique Immensa aeterni Dei, la révision des actes des conciles provinciaux et, en général, la tâche de promouvoir la réalisation des réformes déterminées par le Concile de Trente. La congrégation du concile perd au fil du temps nombre de ses compétences, transférées à d'autres dicastères de la Curie romaine, mais elle conserve ...
Cet article est une ébauche concernant l'histoire. Vous pouvez partager vos connaissances en l'améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants. Le Receveur général du Clergé en France, sous l'Ancien Régime, était un agent des finances publiques chargé de collecter les impôts pour l'Église de France. Il était nommé par le Roi et il siégeait dans un hôtel particulier de l'actuelle Place Vendôme, à Paris. Le Receveur général le plus connu est Pierre Louis Reich de Pennautier, célèbre pour son implication dans l'affaire des poisons sous le règne de Louis XIV. Portail de ...
Pour les articles homonymes, voir IFEC. L'Institut de formation des éducateurs du clergé (IFEC) est un institut formant les différents membres des séminaires, par le biais d'une instruction sur les doctrines de l'Église catholique. Le IIe concile œcuménique du Vatican décrète le 28 octobre 1965 qu'un institut doit être fondé pour former les prêtres. Ainsi, la Conférence des évêques de France crée d'abord une commission présidée par Mgr Pierre-Marie Rougé, secondé par le Père Constant Bouchaud (membre de la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice) et le Père Fichelle (originaire du diocèse de Lille). En novembre 1967, l'IFEC est officiellement fondée, après la délibération de l'Assemblée plénière de l'épiscopat français et le vote quasi-unanime de la Conférence des évêques de France. L'ouverture de ses portes étant au départ prévue pour septembre 1968, les événements du mois de mai, qui atteignent également le clergé, repoussent la date à septembre 1969, ...