Une augmentation du nombre de cellules dans un mouchoir ou organe sans tumeur formation. Elle est différente de hypertrophie, qui est une augmentation en gros sans augmentation du nombre de cellules.
Augmentation de cellules constituant le PROSTATE, conduisant à l 'élargissement de l ’ organe (hypertrophie) et incidence négative sur la fonction du bas appareil urinaire. Elle peut être due à une augmentation du taux de la prolifération cellulaire, ralentissement de la mort des cellules, ou les deux.
Bénignes proliférations des ENDOMETRIUM dans l'utérus. Des a hyperplasies endométriales est classifiée par son de leur cytologie et du tissu glandulaire. Il y a de simples, complexe (Adenomatous sans atypies, hyperplasie et atypiques) représente aussi le risque de devenir ascendante maligne.
Un groupe de troubles héréditaires des glandes surrénales, causée par enzymatiques congénitaux de la synthèse de cortisol (hydrocortisone) et / ou l ’ aldostérone, conduisant à une accumulation de précurseurs pour androgènes. Selon le déséquilibre hormonal, hyperplasie surrénale congénitale peut être classifiée comme salt-wasting, hypertendus ou d'en parler au féminin, virilizing. Congénitales chez STEROID 21-Hydroxylase ; STEROID 11-beta-Hydroxylase ; STEROID 17-alpha-Hydroxylase ; 3-beta-hydroxysteroid déshydrogénase (3-HYDROXYSTEROID Dehydrogenases) ; TESTOSTERONE 5-ALPHA-REDUCTASE ; ou steroidogenic protéine réglementaires aiguë ; entre autres, sont à la base ces affections.
Élargissement du minime gingivae produite par des facteurs autres qu ’ irritation locale. C'est typiquement due à une augmentation du nombre de cellules. (De Jablonski Larousse de dentisterie, 1992, p400)
L 'élargissement du thymus. Affection parfois décrite dans les années 1940 et 1950 est aussi une hypertrophie du thymus pathologique statut thymolymphaticus et a été traités par radiothérapie. Inutile le retrait du thymus a également exercé. C'est devenu évident que le thymus subit une hypertrophie physiologique normale, avoir atteint ce maximum à la puberté et involuting qui suivent. Le concept de statut thymolymphaticus a été abandonné. Thymus hyperplasie sont excrétés dans les deux tiers de tous les patients atteints de myasthénie. (De Segen, Dictionary of Modern Medicine, 1992 ; Cecil Le manuel de médecine, 19e Ed, p1486)
Isolement ou des tumeurs hépatiques bénins, généralement observés chez les femmes de 20 à 50ème ans. Le nodule, mal encapsulée, consiste en un en étoile centrale fibreux Scar et foie normal éléments tels que hépatocytes, petit bile DUCTS Kupffer, et parmi les intervenants des fibreux Septa. Le pal central de couleur cicatrice représente gros vaisseaux sanguins avec hyperplasiques fibromuscular couche et un rétrécissement lumen.
La couche interne d'artère ou de la veine, faits d'une couche de cellules endothéliales et soutenues par une lamelle élastique interne.
L'hyperplasie de la muqueuse des lèvres, langue, et plus rarement, la muqueuse buccale, étage de la bouche, et du palais, voici doux, indolore, tour d'être ovale sessile papules de 1 à 4 mm de diamètre, l'état survient généralement chez les enfants et jeunes adultes et a polypose prédilection, s'installa pendant plusieurs mois, voire des années, avant propage. Une étiologie virale est suspectée, le isolé organisme étant généralement le papillomavirus humain. (Jablonski Illustré Dictionary of Dentistry ; Belshe, Le manuel de Human Virologie, Ed, 2d p954)
Le nouveau et plus épaisse couche de tissu sclérosé qui formes sur une prothèse résulte de vaisseau blessure tout particulièrement après angioplastie ou stent.
En isolement ou un nodule cutané bénin multiples composés de structures vasculaires matures et immatures mêlés à des cellules endothéliales et une variées infiltrer des éosinophiles, histiocytes, lymphocytes, et des mastocytes.
Les isoenzymes du cytochrome P450 surrénale une enzyme qui catalyse le 21-hydroxylation de stéroïdes en présence de la molécule d ’ oxygène et NADPH-FERRIHEMOPROTEIN REDUCTASE. Cette enzyme codée par CYP21, Gene, convertis à précurseurs de progestérone (hormone stéroïde corticosurrénalienne CORTICOSTERONE ; hydrocortisone). Congénitales chez CYP21 cause hyperplasie surrénale congénitale (hyperplasie surrénale, CONGENITAL).
Processus pathologiques qui ont tendance à devenir malin. (De Dorland, 27 e)
Un ensemble de troubles du bénin sûr mais présentant et cliniques évocateurs d ’ histologique lymphomes malins. Pseudolymphome est caractérisée par une infiltration de cellules lymphoïdes bénigne ou histiocytes microscopiques qui ressemble à des lymphomes malins. (De la 28e Dorland Ed & Stedman, 26ème éditeur)
Une glande chez les hommes qui entoure le cou of the urinary BLADDER et le URETHRA. Elle sécrète une substance qui liquéfie coagulé sperme. C'est situé dans la cavité pelvienne derrière la partie inférieure de la symphyse PUBIC profond, au-dessus de la couche du ligament triangulaire, et repose sur l'est fini.
Deux paires de petite forme ovale glandes situées sur le devant et la base du cou et adjacent au deux lobes de thyroïde GLAND. Ils sécrètent HORMONE parathyroïde qui régule la balance des CALCIUM ; phosphore et magnésium dans le corps.
Histochemical Localisation de substances immunoréactifs utilisant étiqueté comme anticorps réactifs.
Tumeurs ou d'ENDOMETRIUM, les muqueuses des utérus. Ces néoplasmes peut être bénignes ou malignes leur classification et des examens sont basées sur les divers types de cellules et le pourcentage de cellules indifférenciée.
Suppression de tout ou partie de la PROSTATE, ils utilisent souvent un cystoscope et / ou resectoscope traversaient la URETHRA.
Les dégâts sur la CAROTID causé par le artères ou le traumatisme contondant, tels que traumatisme cranio-cérébral ; blessures thoraciques ; et cou blessée... blessé carotide peut conduire à l'artère CAROTID thrombose ; CAROTID-CAVERNOUS SINUS fistule ; pseudoanévrisme formation ; et l'artère CAROTID RAISON DISSECTION. (De Am J Forensic Med Pathol 1997, 18 : 251 ; J Trauma 1994, 37 : 473)
Une tumeur bénigne épithéliales avec une organisation glandulaire.
Un métabolite de progestérone avec un groupe hydroxyle 1 7 Alpha en position. Il sert d'intermédiaire dans la biosynthèse de l ’ hydrocortisone et STEROID gonadique des hormones.
Obstruction à flux biologique ou prothèse des greffes vasculaires.
Veines du cou qui drainer le cerveau, son visage et cou dans les veines ou brachiocephalic sous-clavière.
Une des cellules épithéliales glandulaire ou une glande unicellulaires. Coupe cellules sécrètent MUCUS. Ils sont éparpillés dans l'épithélium doublures de beaucoup d'organes, surtout le petit intestin et les TRACT respiratoire.
Grand bénignes, des ganglions lymphatiques. Le plus fréquent hyaline sous-type vasculaire est caractérisé par de petits vasculaire hyaline follicules capillaires et interfollicular proliferations. Plasmocytes sont souvent présent et montrer l'sous-type avec les plasmocytes contenant IgM et immunoglobuline A.
Naturelle de maladies animales ou expérimentalement avec processus pathologiques suffisamment similaires à ceux des maladies humaines. Ils sont pris en étude modèles pour les maladies humaines.
Des souris de laboratoire qui ont été modifiées Produites à partir d'un oeuf ou EMBRYO, un mammifère.
Processus pathologiques des glandes parathyroïdes. D'habitude, ils se manifester par salivaire ou hyposecretion de HORMONE qui régule la balance des CALCIUM ; phosphore et magnésium dans le corps.
Excès de production de cortex surrénalien des hormones telles que l ’ aldostérone ; hydrocortisone ; DEHYDROEPIANDROSTERONE ; et / ou de l'androsténédione. Hyperadrenal tardifs inclure syndrome du Cushing ; hyperaldostéronisme ; et virilisme.
Médicaments pouvant inhiber 3-OXO-5-ALPHA-STEROID 4-Dehydrogenase. Ils sont habituellement utilisés pour réduire la production de dihydrotestostérone.
La fission d'une cellule. Il inclut CYTOKINESIS, quand le cytoplasme d'une cellule se déroule, et cellule noyau sera pendu.
Le tissu musculaire involontaire nonstriated de vaisseaux sanguins.
Tous les processus impliqué dans une cellule MARCHE incluant cellule sera pendu.
Hausse générale de l 'essentiel de partie et des organes due à une accumulation de fluides et cellule' ÉLARGISSEMENT ET sécrétions, sans tumeur formation, ni à une augmentation du nombre de cellules (hyperplasie).
Homopolymer de tetrafluoréthylène. Nonflammable, dur ou de bâches en plastique, inerte ; utilisé pour vaisseaux, isoler, protéger ou lubrifier appareil ; aussi comme filtre, enrobage pour les implants chirurgicaux ou comme matériel prothétique. Synonymes : Fluoroplast Ftoroplast Fluoroflex ; ; ; ; ; ; greffon Halon Polyfene Tetron.
Une tumeur bénigne restreintes épithéliales saillant de la surface ; plus précisément, un néoplasme bénin ou épithéliales composée de villositaire arborescent stroma des excroissances de fibrovascular couverts par les cellules néoplasiques. (Stedman, 25e éditeur)
La mesure d'un organe en volume, masse ou lourdeur.
Tumeurs ou un cancer des glandes parathyroïdes.
Insertion chirurgicale de vaisseau sanguin transplanté prothèses, ou de vaisseaux sanguins ou tout autre matériel biologique pour réparer blessés ou malades vaisseaux sanguins.
Les Rats De Lignée F344 sont des rats albinos originaires d'une souche spécifique (Hsd:NIHS) développée par le National Institutes of Health aux États-Unis, couramment utilisés dans la recherche biomédicale en raison de leur faible variabilité génétique et de leur longévité relative.
Un état causé par une exposition prolongée de taux excédentaires de cortisol (hydrocortisone) ou d'autres glucocorticoïdes de sources ou exogène est caractérisé par le haut du corps l'obésité ; l ’ ostéoporose ; HYPERTENSION ; DIABETES sucré, hirsutisme ; aménorrhée ; et excès de fluide. Syndrome de Cushing endogène spontané hypercortisolism est divisé en deux groupes, celles dues à un excès de ADRENOCORTICOTROPIN et ceux qui sont ACTH-independent.
Une des deux artères principal des deux côtés du cou qui la tête et du cou ; chaque se divise en deux branches, l'artère carotide interne et la carotide externe.
Une paire de glandes situées au poteau crânienne de chacun des deux reins. Chaque glande surrénale se compose de deux différents tissus embryonnaires endocriniens avec des origines, le cortex surrénalien produisant des stéroides et le médullosurrénale produisant neurotransmetteurs.
Une plante genre dans la famille ARECACEAE, ordre Arecales, sous-classe Arecidae. Le fruit ou l'extrait (Permixon) est utilisée pour l ’ hyperplasie de la prostate.
Des processus pathologiques de.
Actif par voie orale inhibiteur 4-Dehydrogenase 3-OXO-5-ALPHA-STEROID. Il est utilisé en tant que chirurgien alternative pour traitement de l ’ hyperplasie bénigne de la prostate.
Cancer de la tumeur ni PROSTATE.
La couche externe, non vasculaires de la peau. Il est composé de l'intérieur vers l'extérieur, de cinq couches de l'épithélium : (1) (strate arrêtée couche basale basale epidermidis) ; (2) (strate arrêtée couche épineux spinosum epidermidis) ; (3) (strate arrêtée couche granuleuse granulosum epidermidis) ; (4) (strate arrêtée couche claire lucidum epidermidis) ; et (5) excité couche (stratum corneum epidermidis).
Processus pathologiques des glandes surrénales.
Une lésion avec cytologiques caractéristiques associés à un carcinome invasif mais les cellules cancéreuses sont confinées à l'épithélium d'origine, sans invasion de la membrane basale.
Non-striated, oblong, spindle-shaped cellules trouvé délimitent le tube digestif, l'utérus, et les vaisseaux sanguins. Ils proviennent de spécialisé, futée MYOBLASTS myoblasts (muscle).
Les vaisseaux transportant traces de sang sur le lit capillaire.
La membrane muqueuse de l'utérus c'est hormonalement MENSTRUAL synchronise réactive pendant la grossesse. Et l'endomètre subit des changements cyclique qui caractérisent la menstruation. Après la fécondation, il a pour objet de maintenir l ’ embryon en développement.
Utilisation d'un cathéter ballon pour dilatation associant l ’ artère. Il est utilisé en traitement de maladies occlusion artérielle, y compris une sténose artérielle et occlusions dans la jambe. Pour la technique spécifique de BLANC DILATION dans les artères coronaires, angioplastie BLANC, attaque est disponible.
Substances augmentant le risque de tumeurs chez les humains ou des animaux. Les deux ADN génotoxique produits chimiques, qui affectent directement et dépourvue de génotoxicité produits chimiques, qui induisent néoplasmes par autre mécanismes sont incluses.
Composés stéroïdiens dans lesquels un ou plusieurs atomes de carbone dans le système d'anneaux de stéroïdes ont été substitué avec l'azote atomes.
Antigène nucléaire avec un rôle dans la synthèse ADN réparation d'ADN, et la progression du cycle cellulaire. PCNA est nécessaire pour la synthèse de lagguer mener et tous les deux bouts à la réplication fourchette pendant la réplication. PCNA expression correspond avec la prolifération activité bénignes et malignes de différents types de cellules.
Éléments de contribuer à intervalles de temps limitée, notamment des résultats ou situations.
Des tests pour mesurer la expérimentalement tumor-producing / cancer cell-producing puissance d'un agent en administrant le benzanthracenes) agent (par exemple, et observer la quantité de tumeurs ou la cellule transformation développé au cours d 'une période déterminée. La carcinogénicité valeur est généralement mesurée en milligrammes d'agent administrée par tumeur développée. Si ce test diffère des tests de mutagénicité bactérienne DNA-repair et hépatiques, les chercheurs souvent tentative pour corréler les valeurs de la découverte de carcinogénicité et Mutagénicité valeurs.
Les glandes mammaires dans animales de mammifères.
La souris de lignée C57BL est une souche inbred de Mus musculus, largement utilisée dans la recherche biomédicale, caractérisée par un ensemble spécifique de traits génétiques et phénotypiques.
Plus de deux grandes artères en provenance de l'aorte abdominale ; ils fournissent sang du bassin, abdominaux et les jambes.
Un ou plusieurs couches de des cellules épithéliales, soutenue par la lamina basale qui recouvre la face interne ou externe surfaces du corps.
Une condition de anormalement élevé de production HORMONE parathyroïdienne (PTH) ou augmenter déclenchant secondaires CALCIUM. C'est caractérisé par l ’ hypercalcémie et la résorption osseuse, entraînant ainsi des maladies osseuses. D ’ hyperparathyroïdie primaire est causée par une hyperplasie de la parathyroïde ou tumeurs De La Parathyroïde. Une hyperparathyroïdie secondaire augmente la sécrétion de PTH en réponse à des hypocalcémies, habituellement causé par calculs chronique maladies.
Chez l'homme, une des régions unies dans la partie antérieure du thorax. Les seins sont constituées par les glandes mammaires, la peau, les muscles, le tissu adipeux, et les tissus conjonctifs.
Souches de souris dans laquelle certains gènes de leurs génomes ont été interrompus, ou "terrassé". Pour produire par K.O., en utilisant une technique d ’ ADN recombinant, le cours normal séquence d'ADN d'un gène d ’ être étudiés is altered to prévenir synthèse d'un gène normal. Cloné cellules dans lequel cet ADN altération est couronnée de succès sont ensuite injecté dans souris embryons de produire des souris chimérique chimérique. Les souris sont ensuite élevée pour déclencher une souche dans lequel toutes les cellules de la souris contiennent le gène perturbé. KO les souris sont utilisés comme expérimentale ESPÈCES CYLONS pour des maladies (maladie des modèles, LES ESPÈCES) et à clarifier les fonctions de gènes.
Une souche de rat albinos largement utilisé à des fins VÉRIFICATEUR à cause de sa sérénité et la facilité d'de manipulation. Il a été développé par les Sprague Dawley Animal Company.
Une tumeur bénigne épithéliales du foie...
Retirer et examen pathologique de spécimens en forme de petits morceaux de tissus du corps vivant.
Un simple et bénigne sein maladie caractérisée par divers degrés de Fibrocystic changements dans le tissu mammaire. Il y a trois principaux modèles de modifications morphologiques, y compris fibrose hépatiques, la formation des kystes, et la prolifération hématologique des échantillons de tissu glandulaire). (Adenosis Fibrocystic sein est une dense irrégulier, maladroit, Bumpy.
Tumeurs ou les cancers du cortex surrénalien.
Une maladie dans laquelle il y a un changement d'un adulte type de cellule adulte similaire à un autre type de cellule.
Une maladie dans laquelle les alvéoles néoplasiques et distales bronches sont remplies de mucus et mucus-secreting columnar cellules épithéliales. C'est caractérisé par abondant, extrêmement tenace expectoration, frissons, fièvre, toux, dyspnée et douleur pleurale, 25e Stedman. (Éditeur)
L'artère principale de la cuisse, la poursuite de l'artère iliaque externe.
L'émission d'urine bloqué par la vessie cou, l'étroite ouverture urétral internes à la base of the urinary BLADDER. Un rétrécissement ou Structures de la URETHRA peuvent être congénitaux ou acquis, c'est souvent observée chez les hommes avec un élargissement PROSTATE glandes.
Utilisation d ’ un dispositif tubulaire ou dans un conduit, vaisseau, organe creux ou corps pour l ’ injection ou retirer de fluides pour des fins diagnostiques ou thérapeutiques. Elle est différente de l'intubation dans le tube ici est utilisé pour restaurer ou de maintenir perméabilité dans obstructions.
Une tumeur maligne avec une organisation épithéliales glandulaire.
Cellules propagés in vitro sur des médias propice à leur croissance. Cellules cultivées sont utilisés pour étudier le développement, un myélogramme, troubles du métabolisme et physiologique processus génétique, entre autres.
Un sous-groupe de enteroendocrine cellules trouvé dans la muqueuse gastrointestinale, en particulier chez des glandes de fines pylorique ; duodénum ; et l'iléon. Ces cellules qui sécrètent principalement SEROTONIN et certains neuropeptides. Leurs granulés de sécrétion tache volontiers avec Silver (argentaffin tache).
Les deux principaux les artères les structures de la tête et du cou. La montée est dans le cou, un de chaque côté, et au niveau de la frontière supérieure de la thyroïde, chacun se divise en deux branches, les (CAROTID artère externe et interne (,) L 'CAROTID MOTEURS), l'artère carotide.
Un métabolite de 17-ALPHA-HYDROXYPROGESTERONE, normalement produite par les gonades en petites quantités et les glandes surrénales, trouvé dans l'urine. De taux élevé des pregnanetriol est associée à une hyperplasie surrénale CONGENITAL avec une déficience en STEROID 21-Hydroxylase.
Une hormone qui stimule l ’ hypophyse antérieure le cortex surrénalien et sa production de corticostéroïdes, ACTH est un acide 39-amino polypeptidique de laquelle le N-terminal 24-amino segment acide est identique dans toutes les espèces, qui contient la Adrenocorticotrophic. Lors d'une nouvelle activité tissue-specific processing, ACTH peut céder ALPHA-MSH et corticotrophin-like lobe intermédiaire peptide (CLIP).
Discret des masses qui saillent tissulaire anormale dans le lumen des DIGESTIVE TRACT ou les voies respiratoires TRACT. Polypes peut être spheroidal, hemispheroidal, ou irréguliers structures mound-shaped attaché à la membrane muqueuse de la cavité mur soit par une tige, pedunculus, ou par une large base.
L'espèce Oryctolagus cuniculus, dans la famille Leporidae, ordre LAGOMORPHA. Les lapins sont nés en Burrows, furless, et avec les yeux et oreilles fermé. En contraste avec des lièvres, les lapins ont chromosome 22 paires.
Processus pathologiques impliquant la composante PROSTATE ou ses tissus.
Le capuchon extérieur de la protection de l'organisme qui le protège de l'environnement. Il est composé de la peau et dans l'épiderme.
Un état causé par la surproduction d ’ aldostérone. C'est caractérisé par une rétention sodée et potassium HYPERTENSION et excrétion aboutissant à l ’ hypokaliémie.
L'union ou shunt chirurgical entre conduits, tubes ou des vaisseaux. Il peut être debout, end-to-side, side-to-end ou côte a côte.
Appareil synthétique ou soit construit à partir de matériel biologique qui est utilisé pour la réparation de blessés ou malades vaisseaux sanguins.
L ’ utilisation de échographie pour guider les interventions chirurgicales mineures non invasives telles que l ’ aiguille ; DRAINAGE ASPIRATION BIOPSY ; etc. sa plus grande largeur demande est la méthode ultrasonique intravasculaire radiologie mais il est utile aussi en urologie et intra-abdominale conditions.
Des appareils qui visent à soutenir les structures tubulaires qui sont anastomosed ou pour les orifices pendant la greffe de peau.
Un synthétique Mineralocorticoid avec une activité anti-inflammatoire.
Séquence d'ARN qui servent de modèles pour la synthèse des protéines. Bactérienne sont généralement mRNAs transcriptions en primaire qu'elles ne nécessitent aucun traitement. Eucaryotes Post-Transcriptional mRNA est synthétisés dans le noyau et doit être transplantée dans le cytoplasme pour traduction. La plupart eucaryotes polyadenylic mRNAs ont une séquence de l'acide dans le 3 'fin, dénommés le Poly (A) queue. Le fonctionnement de cette queue n'est pas connu pour certains, mais cela pourrait jouer un rôle dans l'export de mature mRNA du noyau ainsi que pour aider stabiliser des mRNA molécules par retarding leur dégradation dans le cytoplasme.
Des métabolites ou dérivés de progestérone avec substitution au niveau du groupe hydroxyle divers sites.
Infiltration de cellules inflammatoires dans le parenchyme de PROSTATE. Les sous-types sont classés par leur variées les analyses, clinique et la réponse au traitement.
Immunologic réglementaire, fondé sur l ’ utilisation de : (1) enzyme-antibody glucuronates conjugués enzyme-antigen ; (2) ; (3) antienzyme anticorps suivies de nos homologues enzyme ; ou (4) enzyme-antienzyme complexes. Ils sont utilisés pour visualiser histologie ou étiquetage échantillons de tissus.
Plus de la paire d'organes occupant la cavité du thorax cet effet l'aération du sang.
Shunt passage du sang direct permettant d ’ une artère à une veine de Dorland, 28. (Éditeur)
Modifications de mécanismes de contrôle est manifestée par échapper, une augmentation de la croissance potentielle, altérations de la surface cellulaire, des anomalies morphologiques et biochimique karyotypic, les écarts par rapport à la norme, et d'autres attributs conférant le pouvoir d'envahir métastasée, et tuer.
Un non invasive (cancer du sein Noninfiltrating) caractérisée par une prolifération des cellules épithéliales malignes confiné aux conduits mammaires ou light-microscopy lobes, sans preuve d'invasion à travers la membrane basale dans le stroma environnants.
Processus pathologiques du cortex surrénalien.
Les animaux non-humain, sélectionnés en raison de caractéristiques spécifiques, pour une utilisation dans de recherches expérimentales, enseigner, ou un test.
Les maladies de LYMPH ; LYMPH sanguins lymphatique NODES ; ou
Retirer et un examen de tissu obtenu par un dispositif aiguille introduite dans cette région, organe, ou tissus analysés.
Une espèce de bactéries à Gram négatif Citrobacter dans ce genre, famille Enterobacteriaceae. Comme un important pathogène de souris de laboratoire, il sert de modèle pour enquêter sur hyperproliferation épithéliales et de la promotion. C'était précédemment envisagé une souche de Citrobacter freundii.
Un état critique, avec de multiples lésions tumor-like causé par des malformations congénitales ou le développement de vaisseaux sanguins, ou aussi impulsif proliferations vasculaires, tels que Bacillary angiomatosis. Angiomatose est considéré comme non-neoplastic.
Sécrétion HORMONE parathyroïde anormalement élevés en réponse à une hypocalcémie. C'est chronique ÉCHEC calculs ou d ’ autres anomalies dans les commandes du métabolisme osseux et minéral, conduisant à diverses maladies des os, tels qu ’ une ostéodystrophie reins.
Symptômes de troubles de la fréquence du bas appareil urinaire, Nycturie ; y compris d 'urgence impérieuse, et à uriner, incontinence urinaire. Ils sont souvent associés à OVERACTIVE BLADDER ; incompétence urinaire cystite. Interstitielle ; et les symptômes du bas appareil urinaire chez les hommes étaient traditionnellement appelé PROSTATISM.
L'état de structure anatomique est être enveloppés au-delà du normal dimensions.
Un grand lobed organe glandulaire situé dans l'abdomen de vertébrés détoxification est responsable de la synthèse et de conservation, le métabolisme, de substances variées.
Tumeurs ou un cancer des glandes surrénales.

L'hyperplasie est un terme médical qui décrit une augmentation anormale du nombre de cellules dans un tissu ou un organe, entraînant une augmentation du volume de cet organe. Cela se produit généralement en réponse à une stimulation hormonale ou autre, et peut être bénigne ou liée à une maladie sous-jacente.

L'hyperplasie peut affecter divers tissus et organes dans le corps, y compris la prostate, l'endomètre, le sein, la thyroïde et les poumons. Elle diffère de l'hypertrophie, qui est une augmentation de la taille des cellules existantes sans augmentation du nombre de cellules.

L'hyperplasie peut être asymptomatique ou causer divers symptômes en fonction de l'organe affecté. Par exemple, une hyperplasie de la prostate peut entraîner des difficultés à uriner, tandis qu'une hyperplasie de l'endomètre peut provoquer des saignements menstruels abondants ou irréguliers.

Le traitement de l'hyperplasie dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments, une intervention chirurgicale ou d'autres thérapies.

L'hyperplasie de la prostate, également connue sous le nom d'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), est une croissance non cancéreuse des cellules de la prostate qui entraîne un élargissement de la glande. Bien que cette condition soit généralement bénigne, elle peut causer des symptômes désagréables tels qu'une miction fréquente, particulièrement la nuit, une difficulté à commencer à uriner, un flux urinaire faible ou interrompu, et dans certains cas, une rétention urinaire.

L'hyperplasie de la prostate se produit le plus souvent chez les hommes âgés de 50 ans et plus. Bien que la cause exacte ne soit pas claire, il est généralement admis qu'elle est liée aux changements hormonaux qui surviennent avec l'âge. Le traitement peut inclure des médicaments pour soulager les symptômes, des procédures de réduction du volume de la prostate ou, dans certains cas, une intervention chirurgicale. Il est important de consulter un médecin si vous présentez des symptômes d'hyperplasie de la prostate pour obtenir un diagnostic et un plan de traitement appropriés.

L'hyperplasie endométriale est un état pré-cancéreux dans lequel il y a une prolifération excessive et anormale des cellules de l'endomètre, qui est la muqueuse tapissant l'intérieur de l'utérus. Cette condition se caractérise par un endomètre devenant anormalement épais et parfois déformé en raison de cette croissance excessive des cellules.

L'hyperplasie endométriale est souvent causée par un déséquilibre hormonal, en particulier un excès d'oestrogène par rapport à la progestérone. Elle peut également être associée à certaines affections sous-jacentes telles que l'obésité, les troubles hépato-biliaires et certains types de tumeurs ovariennes.

Il existe deux principaux types d'hyperplasie endométriale : simplex sans atypie et complexe avec atypie. Le type simplex sans atypie présente un risque faible de transformation maligne, tandis que le type complexe avec atypie a un risque plus élevé de devenir cancéreux.

Les symptômes courants de l'hyperplasie endométriale comprennent des saignements menstruels abondants ou prolongés, des saignements entre les règles (spotting), des crampes pelviennes sévères et une augmentation du flux menstruel. Dans certains cas, elle peut être asymptomatique et découverte lors d'examens de routine.

Le traitement dépend du type et de la gravité de l'hyperplasie endométriale, ainsi que de l'âge de la patiente et de ses antécédents médicaux. Les options thérapeutiques vont des traitements hormonaux pour contrôler le déséquilibre hormonal à la thérapie progestative, qui aide à réduire la croissance excessive des cellules endométriales. Dans les cas graves ou récidivants, une hystérectomie (ablation chirurgicale de l'utérus) peut être recommandée.

L'hyperplasie congénitale des surrénales (HCS) est un terme général utilisé pour décrire un groupe de troubles caractérisés par une production excessive d'hormones surrénaliennes due à une augmentation du nombre de cellules dans les glandes surrénales. Cette condition est présente à la naissance (congénitale) et peut être causée par des mutations génétiques qui affectent le développement et la fonction des glandes surrénales.

Les deux types les plus courants d'HCS sont le déficit en 21-hydroxylase et le déficit en 11β-hydroxylase. Le déficit en 21-hydroxylase est la forme la plus fréquente de HCS, représentant environ 90 à 95% des cas. Cette forme entraîne une production excessive d'androgènes, ce qui peut provoquer une virilisation prématurée chez les femmes et affecter le développement sexuel et la croissance chez les hommes et les femmes.

Le déficit en 11β-hydroxylase est plus rare et représente environ 5 à 8% des cas d'HCS. Cette forme entraîne une production excessive de déshydroépiandrostérone (DHEA) et de sa sulfate, ainsi que d'androgènes, ce qui peut également provoquer une virilisation prématurée chez les femmes.

Les symptômes de l'HCS peuvent varier en fonction du type et de la gravité de la maladie. Les nouveau-nés atteints d'une forme sévère de HCS peuvent présenter des signes de virilisation, tels qu'un élargissement du clitoris chez les filles ou une ambiguïté génitale chez les garçons et les filles. Les enfants plus âgés et les adultes peuvent présenter des symptômes tels que l'acné, la croissance excessive des cheveux sur le visage et le corps, des menstruations irrégulières ou absentes, une diminution de la libido et une infertilité.

Le diagnostic de l'HCS repose généralement sur des tests sanguins pour mesurer les niveaux d'hormones et d'autres substances dans le sang. Le traitement dépend du type et de la gravité de la maladie, mais peut inclure des médicaments pour réguler les niveaux d'hormones et des interventions chirurgicales pour corriger les anomalies génitales.

L'hyperplasie gingivale est un terme médical qui décrit une prolifération excessive des tissus gingivaux (gencives) autour des dents. Cette condition est caractérisée par un gonflement, une rougeur et un saignement facile des gencives. Elle peut être causée par divers facteurs, notamment une mauvaise hygiène bucco-dentaire, certaines maladies systémiques telles que le diabète ou la leucémie, la prise de certains médicaments comme les anticonvulsivants ou les immunosuppresseurs, et l'hérédité.

L'hyperplasie gingivale peut être traitée en éliminant sa cause sous-jacente. Un nettoyage professionnel des dents et une amélioration de l'hygiène bucco-dentaire peuvent aider à réduire l'inflammation et le gonflement des gencives. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour enlever l'excès de tissu gingival. Il est important de traiter cette condition car elle peut évoluer vers une maladie parodontale plus grave, entraînant une perte osseuse et la mobilité des dents.

L'hyperplasie thymique est une condition médicale dans laquelle le thymus, une glande située dans la région supérieure de la poitrine derrière le sternum, devient anormalement agrandi ou hypertrophié. Le thymus est une glande importante du système immunitaire qui joue un rôle crucial dans le développement et la maturation des lymphocytes T, qui sont des cellules impliquées dans la réponse immunitaire de l'organisme.

Dans l'hyperplasie thymique, la glande thymus peut devenir anormalement grande en raison d'une prolifération excessive des cellules qui composent la glande. Cette condition peut être causée par plusieurs facteurs, notamment des infections virales, une inflammation chronique, certains médicaments ou des maladies auto-immunes.

Dans la plupart des cas, l'hyperplasie thymique est bénigne et ne cause pas de symptômes particuliers. Cependant, dans certains cas, elle peut entraîner une compression des structures voisines, telles que la trachée ou les vaisseaux sanguins, ce qui peut provoquer des symptômes tels que des difficultés à respirer ou une douleur thoracique.

Le diagnostic d'hyperplasie thymique est généralement posé après avoir effectué des examens d'imagerie tels qu'une radiographie pulmonaire, une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM). Dans certains cas, une biopsie du thymus peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Le traitement de l'hyperplasie thymique dépend de la cause sous-jacente et des symptômes présentés par le patient. Dans les cas bénins, aucun traitement n'est généralement nécessaire. Cependant, dans les cas où la glande thymus est suffisamment grande pour provoquer une compression des structures voisines, une intervention chirurgicale peut être recommandée pour retirer une partie ou la totalité de la glande.

L'hyperplasie focale nodulaire est une prolifération bénigne mais anormale des cellules glandulaires dans les tissus mammaires. Elle se manifeste généralement par la formation de petits nodules ou masses dans le sein. Bien que ces nodules soient non cancéreux, ils peuvent sometimes masquer ou être confondus avec des lésions malignes sur une mammographie, ce qui peut entraîner un diagnostic erroné.

Cette condition est plus fréquente chez les femmes après la ménopause et ses causes ne sont pas complètement comprises. Certaines théories suggèrent qu'il pourrait y avoir une relation avec les changements hormonaux, en particulier l'exposition aux œstrogènes.

Habituellement, aucun traitement n'est nécessaire pour l'hyperplasie focale nodulaire à moins que les symptômes soient gênants ou que la différenciation entre cette condition et le cancer du sein soit incertaine. Dans ces cas, une biopsie peut être effectuée pour confirmer le diagnostic et surveiller de près la zone affectée.

Il est important de noter que les femmes atteintes d'hyperplasie focale nodulaire présentent un risque accru de développer un cancer du sein, il est donc crucial de faire des mammographies régulières et de consulter un médecin en cas de tout changement ou préoccupation au niveau des seins.

Je suis désolé, mais il n'y a pas de terme médical généralement accepté appelé 'tunique intime'. Il est possible que vous cherchiez des informations sur la «muqueuse vaginale», qui est la membrane muqueuse qui tapisse l'intérieur du vagin. Cette muqueuse est constituée de cellules épithéliales squameuses stratifiées et contient une flore microbienne normale. Elle maintient un environnement acide grâce à la production de sécrétions, ce qui aide à prévenir les infections. Si vous cherchiez des informations sur un terme différent ou spécifique, veuillez me fournir plus de détails pour que je puisse vous aider au mieux.

La neointima est un terme médical qui se réfère à une couche de tissu conjonctif et musculaire lisse qui se forme à l'intérieur d'un vaisseau sanguin ou d'un cathéter après une intervention chirurgicale ou médicale. Dans certains cas, la neointima peut se former en réponse à une lésion ou une inflammation des parois du vaisseau sanguin.

La formation de neointima est un processus complexe qui implique la migration et la prolifération des cellules musculaires lisses et des cellules souches provenant de la paroi du vaisseau sanguin ou d'autres sources. La neointima peut se former rapidement après une intervention chirurgicale ou médicale, ce qui peut entraîner une sténose (rétrécissement) ou une occlusion (blocage) de la lumière du vaisseau sanguin.

La neointima est souvent observée dans les greffes de vaisseaux sanguins et après l'angioplastie coronarienne, une procédure courante utilisée pour ouvrir les artères bloquées dans le cœur. Dans ces cas, la formation de neointima peut être un effet indésirable important qui peut réduire l'efficacité de l'intervention et augmenter le risque de complications telles que des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.

Des recherches sont en cours pour développer des stratégies thérapeutiques visant à prévenir ou à réduire la formation de neointima après une intervention chirurgicale ou médicale, telles que l'utilisation de médicaments anti-inflammatoires ou antiprolifératifs.

La 21-hydroxylase est un enzyme stéroïdogenèse qui joue un rôle crucial dans la biosynthèse des hormones stéroïdes cortisol et aldostérone dans les glandes surrénales. Cette enzyme, codée par le gène CYP21A2, est localisée dans les mitochondries des cellules de la zone glomérulée du cortex surrénalien.

Les conditions précancéreuses, également appelées lésions précancéreuses ou états précancéreux, sont des changements anormaux dans les cellules qui peuvent évoluer vers un cancer si elles ne sont pas détectées et traitées à temps. Ces conditions ne sont pas encore cancéreuses, mais elles présentent un risque accru de développer un cancer. Elles peuvent apparaître sous forme de croissance ou de lésion anormale dans un tissu ou un organe spécifique.

Les exemples courants de conditions précancéreuses comprennent les suivantes :

1. Dysplasie : Il s'agit d'une anomalie cellulaire qui se produit lorsque les cellules présentent des caractéristiques atypiques, telles qu'un noyau plus grand ou une division cellulaire anormale. La dysplasie peut survenir dans divers tissus et organes, y compris la bouche, le col de l'utérus, le poumon, le sein et l'intestin.

2. Leucoplasie : Il s'agit d'une lésion blanche et squameuse qui se forme sur la muqueuse, généralement dans la bouche ou le vagin. Bien que la plupart des leucoplasies soient bénignes, certaines peuvent évoluer vers un cancer si elles ne sont pas traitées.

3. Érythroplasie : Il s'agit d'une lésion rouge et veloutée qui se forme sur la muqueuse, généralement dans la bouche ou le vagin. Comme la leucoplasie, l'érythroplasie peut être bénigne, mais elle présente un risque accru de développer un cancer.

4. Kératose actinique : Il s'agit d'une croissance squameuse et rugueuse qui se forme sur la peau, généralement exposée au soleil. Bien que la kératose actinique ne soit pas cancéreuse en soi, elle peut évoluer vers un carcinome spinocellulaire, une forme de cancer de la peau.

5. Dysplasie : Il s'agit d'une anomalie cellulaire anormale qui peut se produire dans n'importe quelle partie du corps. La dysplasie peut être bénigne ou pré-cancéreuse, selon la gravité de l'anomalie cellulaire.

Il est important de noter que toutes ces conditions ne sont pas nécessairement cancéreuses ou pré-cancéreuses, mais elles présentent un risque accru de développer un cancer si elles ne sont pas traitées. Si vous présentez l'un de ces symptômes, il est important de consulter un médecin pour un examen et un diagnostic appropriés.

Un pseudolymphome est un terme utilisé pour décrire un groupe de désordres réactifs du système immunitaire qui miment des caractéristiques histopathologiques d'un lymphome malin, mais qui ne se comportent pas de manière maligne. Ils peuvent être classés en deux catégories principales : pseudolymphomes cutanés et systémiques. Les pseudolymphomes cutanés sont localisés dans la peau et comprennent le pseudolymphome d'élégance, le lymphome inflammatoire pseudotumoral et le pseudolymphome induit par des médicaments. Les pseudolymphomes systémiques peuvent affecter n'importe quel organe et comprennent le pseudolymphome borréliose liée, le pseudolymphome associé aux maladies auto-immunes et le pseudolymphome induit par des médicaments. Les pseudolymphomes sont généralement bénins et peuvent régresser spontanément ou après le traitement de la cause sous-jacente, mais ils peuvent rarement évoluer vers un lymphome malin.

La prostate est une glande de la taille d'une noix située sous la vessie des hommes et devant le rectum. Elle entoure l'urètre, le tube qui transporte l'urine et le sperme hors du corps. La prostate aide à produire le liquide séminal, un fluide qui nourrit et protège les spermatozoïdes.

La prostate se développe généralement à la taille d'une noix lorsqu'un homme atteint l'âge de 20 ans. Cependant, à mesure qu'un homme vieillit, la prostate peut grossir et causer des problèmes. Une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), également appelée adénome de la prostate, est une croissance non cancéreuse qui ne met pas la vie en danger mais qui peut provoquer des symptômes gênants, tels qu'un flux urinaire faible ou interrompu, des envies fréquentes d'uriner et des difficultés à vider complètement la vessie.

Le cancer de la prostate est une forme plus grave de maladie de la prostate qui peut se propager au-delà de la glande et affecter d'autres parties du corps. Il s'agit du deuxième cancer le plus courant chez les hommes, après le cancer du poumon, et il représente environ 10 % des décès par cancer chez l'homme.

Les glandes parathyroïdes sont de petites glandes endocrines situées dans le cou, près de la thyroïde. Il y a généralement quatre glandes parathyroïdes, bien que certaines personnes puissent en avoir plus ou moins. Elles mesurent environ 5 mm de longueur et pèsent moins de 1 gramme chacune.

Les glandes parathyroïdes produisent et sécrètent l'hormone parathyroïdienne (PTH), qui joue un rôle crucial dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore dans le sang. Le PTH agit sur les os, les reins et l'intestin pour maintenir les niveaux appropriés de ces minéraux dans le corps.

Si les glandes parathyroïdes produisent trop peu ou trop d'hormone parathyroïdienne, cela peut entraîner des déséquilibres électrolytiques et des problèmes de santé associés. Par exemple, une production insuffisante de PTH peut provoquer une hypoparathyroïdie, qui se caractérise par des niveaux bas de calcium dans le sang et des symptômes tels que des crampes musculaires, des picotements et des spasmes. À l'inverse, une production excessive de PTH peut entraîner une hyperparathyroïdie, qui se caractérise par des niveaux élevés de calcium dans le sang et des symptômes tels que fatigue, faiblesse musculaire, constipation et soif accrue.

L'immunohistochimie est une technique de laboratoire utilisée en anatomopathologie pour localiser les protéines spécifiques dans des tissus prélevés sur un patient. Elle combine l'utilisation d'anticorps marqués, généralement avec un marqueur fluorescent ou chromogène, et de techniques histologiques standard.

Cette méthode permet non seulement de déterminer la présence ou l'absence d'une protéine donnée dans une cellule spécifique, mais aussi de déterminer sa localisation précise à l'intérieur de cette cellule (noyau, cytoplasme, membrane). Elle est particulièrement utile dans le diagnostic et la caractérisation des tumeurs cancéreuses, en permettant d'identifier certaines protéines qui peuvent indiquer le type de cancer, son stade, ou sa réponse à un traitement spécifique.

Par exemple, l'immunohistochimie peut être utilisée pour distinguer entre différents types de cancers du sein en recherchant des marqueurs spécifiques tels que les récepteurs d'œstrogènes (ER), de progestérone (PR) et HER2/neu.

Les tumeurs de l'endomètre sont des croissances anormales dans la muqueuse interne de l'utérus, également connue sous le nom d'endomètre. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont souvent appelées fibromes utérins et ne mettent généralement pas la vie en danger, bien qu'elles puissent causer des problèmes menstruels, des douleurs pelviennes et d'autres symptômes gênants.

Les tumeurs malignes de l'endomètre sont souvent appelées cancer de l'endomètre ou carcinome de l'endomètre. Ils se produisent lorsque les cellules de la muqueuse utérine commencent à se multiplier de manière incontrôlable et à former une masse tumorale. Ces tumeurs peuvent se propager à d'autres parties du corps, ce qui peut entraîner des complications graves et mettre la vie en danger.

Les facteurs de risque de développer un cancer de l'endomètre comprennent l'obésité, le diabète, une hypertension artérielle, un âge avancé, une exposition aux œstrogènes sans progestérone et certaines conditions médicales héréditaires. Les symptômes du cancer de l'endomètre peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, des douleurs pelviennes, des crampes menstruelles sévères et une perte de poids involontaire.

Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever l'utérus et d'autres organes reproducteurs, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une thérapie hormonale. Il est important de diagnostiquer et de traiter les tumeurs de l'endomètre le plus tôt possible pour améliorer les chances de guérison et réduire le risque de complications graves.

La résection transuréthrale de la prostate (TURP) est une intervention chirurgicale couramment utilisée pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), une condition non cancéreuse dans laquelle la prostate grossit et peut exercer une pression sur l'urètre, ce qui rend difficile la miction.

Pendant la TURP, un urologue insère un endoscope - un tube fin et éclairé - par l'urètre jusqu'à la prostate. Un instrument chirurgical à bordure tranchante est ensuite passé à travers l'endoscope pour enlever les tissus de la prostate qui bloquent le passage de l'urine. Ce tissu retiré est envoyé au laboratoire pour analyse.

La TURP peut aider à améliorer le débit urinaire, réduire les urgences et les mictions fréquentes, et soulager d'autres symptômes de l'HBP. Cependant, comme toute intervention chirurgicale, la TURP comporte des risques et des complications potentielles, notamment des saignements, des infections, des réactions à l'anesthésie, l'incontinence urinaire et l'impuissance.

Les lésions traumatiques de l'artère carotide se réfèrent à des dommages ou des blessures causées à l'artère carotide, qui est une artère majeure dans le cou fournissant du sang vers le cerveau. Ces lésions peuvent être le résultat d'un traumatisme direct, comme un coup violent ou une plaie par arme blanche ou par balle, ou d'un traumatisme indirect, comme un étirement ou une torsion du cou.

Les lésions traumatiques de l'artère carotide peuvent entraîner des saignements importants et une perte de conscience rapide en raison de la baisse de la pression artérielle due à la perte de sang. Dans certains cas, ces lésions peuvent également entraîner une formation de caillots sanguins dans l'artère carotide, ce qui peut provoquer un accident vasculaire cérébral ischémique en privant le cerveau d'un apport suffisant en oxygène et en nutriments.

Le diagnostic de ces lésions peut être posé à l'aide d'une combinaison d'examens physiques, d'imagerie médicale et d'analyses de laboratoire. Le traitement dépendra de la gravité de la blessure et peut inclure des interventions chirurgicales pour réparer ou remplacer l'artère endommagée, ainsi que des soins intensifs pour maintenir la fonction cardiovasculaire et cérébrale.

Un adénome est un type de tumeur non cancéreuse (bénigne) qui se développe dans les glandes. Il peut se former dans divers endroits du corps où il y a des glandes, mais ils sont le plus souvent trouvés dans la prostate, les glandes surrénales et les glandes hypophysaires. Les adénomes sont généralement lents à se développer et ne se propagent pas à d'autres parties du corps. Cependant, selon leur taille et leur emplacement, ils peuvent causer des problèmes de santé en comprimant les tissus voisins ou en interférant avec leur fonction normale.

Les adénomes peuvent ne pas provoquer de symptômes, surtout s'ils sont petits. Cependant, selon l'emplacement et la taille de la tumeur, des symptômes peuvent apparaître. Par exemple, un adénome de la prostate peut causer des problèmes de miction, tandis qu'un adénome de la glande pituitaire peut entraîner une production excessive d'hormones ou une vision floue.

Le traitement dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que des symptômes qu'elle provoque. Dans certains cas, aucun traitement n'est nécessaire et la tumeur est simplement surveillée. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale ou une radiothérapie peut être recommandée pour enlever la tumeur ou réduire sa taille.

La 17-alpha-hydroxyprogestérone est une hormone stéroïde produite par les glandes surrénales, les ovaires et le placenta. C'est un intermédiaire dans la biosynthèse des corticostéroïdes et des androgènes sexuels.

Dans le cycle menstruel, la 17-alpha-hydroxyprogestérone est produite à partir de la progestérone par l'action de l'enzyme 17α-hydroxylase dans les ovaires. Elle peut ensuite être convertie en androstènedione, un androgène précurseur des œstrogènes et de la testostérone.

Des taux élevés de 17-alpha-hydroxyprogestérone peuvent indiquer une production excessive d'androgènes, ce qui peut être observé dans certaines conditions telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou une tumeur surrénalienne.

Des tests sanguins peuvent être utilisés pour mesurer les niveaux de 17-alpha-hydroxyprogestérone et aider au diagnostic de ces conditions.

L'occlusion du greffon vasculaire est une complication courante dans les transplantations d'organes, où le vaisseau sanguin qui a été utilisé pour connecter l'organe transplanté à la circulation sanguine du receveur devient obstrué. Cette obstruction peut être partielle ou complète et peut entraîner une réduction du flux sanguin vers l'organe, ce qui peut causer des dommages tissulaires et éventuellement conduire à une perte de fonction de l'organe transplanté.

Les causes courantes d'occlusion du greffon vasculaire comprennent la thrombose (formation de caillots sanguins), la sténose (rétrécissement de la lumière du vaisseau sanguin) et l'athérosclérose (durcissement et épaississement des parois des artères). Les facteurs de risque pour l'occlusion du greffon vasculaire comprennent l'hypertension, le diabète, la dyslipidémie, l'âge avancé et le tabagisme.

Le traitement de l'occlusion du greffon vasculaire dépend de sa gravité et de sa localisation. Les options de traitement peuvent inclure des médicaments anticoagulants ou thrombolytiques pour dissoudre les caillots sanguins, des procédures endovasculaires telles que l'angioplastie et le stenting pour élargir la lumière du vaisseau sanguin, ou une intervention chirurgicale pour réparer ou remplacer le greffon vasculaire. La prévention de l'occlusion du greffon vasculaire implique un contrôle agressif des facteurs de risque et une surveillance régulière de la circulation sanguine vers l'organe transplanté.

Les veines jugulaires sont des vaisseaux sanguins importants qui retournent le sang désoxygéné du cerveau et du cou vers le cœur. Il y a deux veines jugulaires internes, qui sont situées à l'intérieur des cavités thoraciques, et deux veines jugulaires externes, qui se trouvent à l'extérieur des cavités thoraciques.

Les veines jugulaires internes commencent dans la base du crâne, où elles collectent le sang des sinus veineux cérébraux. Elles descendent ensuite dans le cou, passant derrière la clavicule avant de se jeter dans la veine cave supérieure, qui elle-même se déverse dans le cœur droit.

Les veines jugulaires externes, quant à elles, commencent près de l'angle de la mâchoire et recueillent le sang des tissus superficiels du cou. Elles descendent ensuite verticalement dans le cou avant de se jeter dans la sous-clavière ou dans la veine cave supérieure.

Les veines jugulaires sont souvent utilisées comme sites d'accès vasculaire pour des procédures médicales, telles que l'hémodialyse et la surveillance de la pression veineuse centrale. Cependant, une compression ou un blocage excessif de ces veines peut entraîner des complications graves, telles qu'un gonflement du visage et du cou, des difficultés respiratoires et même un arrêt cardiaque.

Les cellules caliciformes, également connues sous le nom de cellules en forme de gobelet ou cellules mucipares, sont un type de cellule épithéliale qui sécrète du mucus. Elles se trouvent dans les muqueuses des organes creux tels que l'estomac, l'intestin grêle, le côlon et les bronches.

Les cellules caliciformes ont une forme caractéristique en forme de gobelet ou de sac, avec un noyau situé à la base de la cellule et des granules de mucine remplis de mucus dans le cytoplasme. Lorsque ces cellules sont stimulées, elles libèrent du mucus qui lubrifie et protège les surfaces muqueuses des frottements et des irritations.

Dans l'estomac, les cellules caliciformes produisent un mucus alcalin qui protège la muqueuse gastrique de l'acide chlorhydrique sécrété par les cellules pariétales pendant la digestion. Dans les poumons, le mucus sécrété par les cellules caliciformes aide à piéger les particules inhalées et les agents pathogènes pour les éliminer des voies respiratoires.

Des anomalies dans la fonction ou la structure des cellules caliciformes peuvent être associées à certaines maladies, telles que la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn, l'asthme et la mucoviscidose.

L'hyperplasie lymphoïde angiofolliculaire, également connue sous le nom de maladie de Castleman, est une affection bénigne mais anormale du système lymphatique. Elle se caractérise par une prolifération excessive et anormale des cellules du tissu lymphoïde, en particulier autour des follicules lymphatiques. Cette prolifération peut entraîner un élargissement des ganglions lymphatiques, qui peuvent être localisés ou généralisés dans tout le corps.

Les symptômes de l'hyperplasie lymphoïde angiofolliculaire peuvent varier considérablement, allant de l'absence de symptômes à des symptômes généraux tels que la fatigue, la fièvre, les sueurs nocturnes, la perte de poids et le gonflement des ganglions lymphatiques. Dans certains cas, elle peut également entraîner des complications graves telles qu'une insuffisance respiratoire ou rénale.

Le diagnostic de l'hyperplasie lymphoïde angiofolliculaire repose sur une combinaison d'examens cliniques, d'imagerie et d'analyses de laboratoire. Le traitement dépend de la forme et de la gravité de la maladie, mais peut inclure des médicaments, une radiothérapie ou une chirurgie pour enlever les ganglions lymphatiques hypertrophiés. Dans les cas graves, une greffe de moelle osseuse peut être envisagée.

Je suis désolé, mais la phrase "Maladies Expérimentales" ne correspond pas à une définition médicale spécifique. Le terme "maladie expérimentale" peut faire référence à des études ou recherches scientifiques dans lesquelles des maladies sont simulées ou créées dans un laboratoire, généralement sur des animaux de laboratoire, pour mieux comprendre la pathogenèse, le développement et les traitements possibles d'une maladie. Cependant, il ne s'agit pas d'un terme médical standardisé. Si vous cherchez des informations sur une procédure ou un concept médical spécifique, veuillez me fournir plus de détails afin que je puisse vous aider au mieux.

Les souris transgéniques sont un type de souris génétiquement modifiées qui portent et expriment des gènes étrangers ou des séquences d'ADN dans leur génome. Ce processus est accompli en insérant le gène étranger dans l'embryon précoce de la souris, généralement au stade une cellule, ce qui permet à la modification de se propager à toutes les cellules de l'organisme en développement.

Les souris transgéniques sont largement utilisées dans la recherche biomédicale pour étudier la fonction et le rôle des gènes spécifiques dans le développement, la physiologie et la maladie. Elles peuvent être utilisées pour modéliser diverses affections humaines, y compris les maladies génétiques, le cancer, les maladies cardiovasculaires et neurologiques.

Les chercheurs peuvent concevoir des souris transgéniques avec des caractéristiques spécifiques en insérant un gène particulier qui code pour une protéine d'intérêt ou en régulant l'expression d'un gène endogène. Cela permet aux chercheurs de mieux comprendre les voies moléculaires et cellulaires impliquées dans divers processus physiologiques et pathologiques, ce qui peut conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour traiter les maladies humaines.

Les maladies de la parathyroïde se réfèrent à un ensemble de troubles qui affectent les glandes parathyroïdes, petites glandes endocrines situées dans le cou près de la thyroïde. Les glandes parathyroïdes sont responsables de la production d'une hormone appelée hormone parathyroïdienne (PTH), qui joue un rôle crucial dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore dans le sang.

Les maladies de la parathyroïde peuvent être classées en deux catégories principales : les troubles hypoparathyroïdiens, où la production d'hormone parathyroïdienne est insuffisante, et les troubles hyperparathyroïdiens, où la production d'hormone parathyroïdienne est excessive.

Les troubles hypoparathyroïdiens peuvent être causés par une maladie auto-immune, une chirurgie de la thyroïde ou des parathyroïdes, une insuffisance rénale chronique, ou d'autres affections sous-jacentes. Les symptômes peuvent inclure des crampes musculaires, des picotements ou engourdissements dans les mains et les pieds, des spasmes musculaires, une faiblesse musculaire, une fatigue, une anxiété, une dépression, des problèmes de mémoire et de concentration, et des anomalies dentaires.

Les troubles hyperparathyroïdiens peuvent être causés par une tumeur bénigne ou maligne (cancer) d'une ou plusieurs glandes parathyroïdes, appelée adénome parathyroïdien. Les symptômes peuvent inclure des douleurs osseuses, des calculs rénaux, une augmentation de la soif et de la miction, une fatigue, une faiblesse musculaire, une perte d'appétit, une constipation, des nausées, des vomissements, une confusion, une dépression, une perte de mémoire, et des problèmes cardiaques.

Le traitement dépendra de la cause sous-jacente du trouble. Les options de traitement peuvent inclure des médicaments, une thérapie de remplacement hormonal, une chirurgie, une radiothérapie ou une chimiothérapie. Il est important de consulter un médecin si vous présentez des symptômes de troubles parathyroïdiens pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

L'hypercortisolisme, également connu sous le nom d'hypercorticism, est un état médical dans lequel il y a une production excessive de cortisol dans le corps. Le cortisol est une hormone stéroïde produite par les glandes surrénales. Il joue un rôle important dans la régulation du métabolisme, la réponse au stress, la pression artérielle et l'immunité.

L'hypercortisolisme peut être causé par une tumeur des glandes surrénales (tumeur surrénalienne) ou une tumeur du lobe antérieur de l'hypophyse (tumeur hypophysaire) qui sécrète excessivement l'hormone adrénocorticotrope (ACTH), ce qui entraîne une production accrue de cortisol par les glandes surrénales. Dans de rares cas, l'hypercortisolisme peut également être dû à une tumeur située en dehors de ces glandes, appelée tumeur ectopique.

Les symptômes de l'hypercortisolisme peuvent inclure une prise de poids faciale et abdominale, un visage lunaire, des vergetures pourpres sur l'abdomen, une faiblesse musculaire, une hypertension artérielle, une glycémie élevée, une peau fine et fragile, une augmentation de la pilosité faciale chez les femmes, des menstruations irrégulières, une diminution de la libido et une fatigue excessive.

Le diagnostic de l'hypercortisolisme peut être établi par des tests sanguins, des tests d'imagerie et des tests de stimulation et de suppression hormonaux. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une médication pour contrôler la production de cortisol.

Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont une classe de médicaments qui bloquent l'action d'une enzyme appelée 5-alpha réductase. Cette enzyme est responsable de la conversion de la testostérone, une hormone androgène, en dihydrotestostérone (DHT), une autre hormone androgène qui joue un rôle crucial dans le développement et la fonction des organes reproducteurs masculins.

Les inhibiteurs de la 5-alpha réductase sont principalement utilisés pour traiter l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), également appelée adénome de la prostate, une affection courante chez les hommes plus âgés qui se caractérise par une augmentation de la taille de la prostate. Cette croissance peut entraîner des symptômes tels que des mictions fréquentes, un flux urinaire faible et une sensation de vidange incomplète de la vessie.

En bloquant la conversion de la testostérone en DHT, les inhibiteurs de la 5-alpha réductase peuvent aider à réduire la taille de la prostate et à soulager les symptômes associés à l'HBP. Les médicaments les plus couramment prescrits dans cette classe comprennent la finastéride et le dutastéride.

Outre leur utilisation dans le traitement de l'HBP, les inhibiteurs de la 5-alpha réductase peuvent également être utilisés pour traiter la calvitie masculine, une condition caractérisée par une perte de cheveux progressive sur le dessus et la couronne de la tête. En bloquant la production de DHT, ces médicaments peuvent aider à ralentir ou même à inverser la perte de cheveux dans certains cas.

Cependant, l'utilisation d'inhibiteurs de la 5-alpha réductase peut entraîner des effets secondaires tels que une diminution de la libido, une dysfonction érectile et une diminution du volume de l'éjaculat. Ces effets secondaires sont généralement réversibles après l'arrêt du traitement.

La division cellulaire est un processus biologique fondamental dans lequel une cellule mère se divise en deux ou plusieurs cellules filles génétiquement identiques. Il existe deux principaux types de division cellulaire : la mitose et la méiose.

1. Mitose : C'est un type de division cellulaire qui conduit à la formation de deux cellules filles diploïdes (ayant le même nombre de chromosomes que la cellule mère) et génétiquement identiques. Ce processus est vital pour la croissance, la réparation et le remplacement des cellules dans les organismes multicellulaires.

2. Méiose : Contrairement à la mitose, la méiose est un type de division cellulaire qui se produit uniquement dans les cellules reproductrices (gamètes) pour créer des cellules haploïdes (ayant la moitié du nombre de chromosomes que la cellule mère). La méiose implique deux divisions successives, aboutissant à la production de quatre cellules filles haploïdes avec des combinaisons uniques de chromosomes. Ce processus est crucial pour assurer la diversité génétique au sein d'une espèce.

En résumé, la division cellulaire est un mécanisme essentiel par lequel les organismes se développent, se réparent et maintiennent leurs populations cellulaires stables. Les deux types de division cellulaire, mitose et méiose, ont des fonctions différentes mais complémentaires dans la vie d'un organisme.

Les muscles lisses vasculaires sont un type de muscle involontaire qui se trouvent dans la paroi des vaisseaux sanguins et des structures tubulaires creuses telles que le tube digestif, les bronches et les uretères. Ils sont appelés «lisses» car leurs cellules ne possèdent pas de stries caractéristiques observées dans les muscles squelettiques striés.

Contrairement aux muscles squelettiques, qui sont sous le contrôle volontaire du système nerveux somatique, les muscles lisses vasculaires sont régulés par le système nerveux autonome et des facteurs hormonaux. Leur activation conduit à la constriction ou au relâchement des vaisseaux sanguins, ce qui permet de contrôler le flux sanguin vers différents organes et tissus du corps.

Les muscles lisses vasculaires sont composés de cellules individuelles appelées fibres musculaires lisses, chacune contenant un noyau unique et une quantité importante de filaments d'actine et de myosine. Lorsqu'ils sont stimulés, ces filaments glissent les uns sur les autres, entraînant une contraction de la fibre musculaire lisse et donc une constriction du vaisseau sanguin.

Les maladies associées aux muscles lisses vasculaires peuvent inclure l'hypertension artérielle, l'athérosclérose et les troubles du système nerveux autonome.

La prolifération cellulaire est un processus biologique au cours duquel il y a une augmentation rapide et accrue du nombre de cellules, en raison d'une division cellulaire active et accélérée. Dans un contexte médical et scientifique, ce terme est souvent utilisé pour décrire la croissance et la propagation des cellules anormales ou cancéreuses dans le corps.

Dans des conditions normales, la prolifération cellulaire est régulée et équilibrée par des mécanismes de contrôle qui coordonnent la division cellulaire avec la mort cellulaire programmée (apoptose). Cependant, dans certaines situations pathologiques, telles que les tumeurs malignes ou cancéreuses, ces mécanismes de régulation sont perturbés, entraînant une prolifération incontrôlable des cellules anormales.

La prolifération cellulaire peut également être observée dans certaines maladies non cancéreuses, telles que les processus inflammatoires et réparateurs tissulaires après une lésion ou une infection. Dans ces cas, la prolifération cellulaire est généralement temporaire et limitée à la zone touchée, jusqu'à ce que le tissu soit guéri et que les cellules retournent à leur état de repos normal.

En résumé, la prolifération cellulaire est un processus complexe qui joue un rôle crucial dans la croissance, la réparation et la régénération des tissus, mais qui peut également contribuer au développement de maladies graves telles que le cancer lorsqu'il échappe aux mécanismes de contrôle normaux.

L'hypertrophie est un terme médical qui décrit l'augmentation du volume d'un organe ou d'un tissu due à un accroissement du volume des cellules qui le composent, sans qu'il y ait de multiplication de ces cellules. Cela se produit généralement en réponse à une stimulation excessive ou prolongée, comme une activité physique intense et régulière dans le cas des muscles squelettiques, ou une pression artérielle élevée dans le cas du muscle cardiaque. L'hypertrophie peut également être observée dans certaines maladies où il y a une prolifération anormale des cellules, telles que les tumeurs bénignes ou malignes, mais dans ce cas, on parle plutôt de croissance tumorale.

Dans le contexte cardiaque, l'hypertrophie ventriculaire gauche est une complication courante de l'hypertension artérielle et d'autres affections qui augmentent la charge de travail du cœur. Cette condition peut entraîner des modifications structurelles et fonctionnelles du muscle cardiaque, ce qui peut altérer la capacité du cœur à pomper le sang efficacement et entraîner des complications graves telles que l'insuffisance cardiaque congestive.

Il est important de noter qu'il existe deux types d'hypertrophie : l'hypertrophie physiologique, qui est bénigne et réversible, et l'hypertrophie pathologique, qui peut être le signe d'une maladie sous-jacente et nécessite une évaluation médicale approfondie.

Le polytétrafluoroéthylène (PTFE) est un type de fluoropolymère qui est largement utilisé dans le domaine médical en raison de ses propriétés uniques. Il s'agit d'un matériau synthétique hautement résistant à la chaleur, aux produits chimiques et à l'usure, ce qui en fait une option idéale pour une variété d'applications médicales.

Le PTFE est peut-être mieux connu sous le nom de Teflon®, un terme déposé par la société DuPont. Il est souvent utilisé dans la fabrication de dispositifs médicaux tels que les cathéters, les tubes de drainage et les valves cardiaques en raison de sa biocompatibilité et de sa capacité à créer une surface lisse qui résiste à l'adhésion des bactéries.

En outre, le PTFE a également été utilisé dans les revêtements de prothèses articulaires en raison de ses propriétés lubrifiantes et de sa faible friction. Cependant, des préoccupations ont récemment été soulevées concernant l'utilisation à long terme du PTFE dans les implants articulaires en raison de la possibilité d'une dégradation du matériau et de la libération de particules dans le corps.

Dans l'ensemble, le PTFE est un matériau important et utile dans le domaine médical en raison de ses propriétés uniques et de sa biocompatibilité. Cependant, comme avec tout matériau utilisé dans les applications médicales, il est important de continuer à étudier et à comprendre ses avantages et ses inconvénients potentiels pour garantir son utilisation sûre et efficace.

Un papillome est une croissance bénigne ou un tumeur sur la peau ou les muqueuses, qui prend généralement la forme d'une petite excroissance en forme de chou-fleur ou de doigt. Ces lésions sont souvent causées par des infections virales, en particulier certaines souches du virus du papillome humain (VPH).

Les papillomes peuvent se développer dans divers endroits du corps, tels que la peau, les muqueuses de la bouche, du nez, de l'oreille, des organes génitaux et de l'anus. Les types les plus courants sont les verrues cutanées et les condylomes acuminés (verrues génitales).

Les papillomes sont généralement inoffensifs et ne présentent pas de symptômes graves, bien qu'ils puissent être disgracieux ou provoquer des démangeaisons ou une gêne légère. Dans certains cas, ils peuvent évoluer vers des lésions précancéreuses ou cancéreuses, en particulier les papillomes localisés dans le tractus urogénital.

Le traitement d'un papillome dépend de sa taille, de son emplacement et de la gêne qu'il cause. Les options thérapeutiques comprennent l'ablation chirurgicale, la cryothérapie (congelation), l'électrocoagulation (destruction par courant électrique) ou l'utilisation de médicaments topiques antiviraux ou kératolytiques.

Il est important de noter que les papillomes sont contagieux et peuvent se propager par contact direct avec la peau ou les muqueuses infectées, ainsi que par des relations sexuelles non protégées dans le cas des condylomes acuminés. Par conséquent, il est recommandé d'éviter tout contact avec les lésions et de pratiquer des rapports sexuels protégés pour prévenir la transmission du VPH et d'autres infections sexuellement transmissibles.

La taille d'un organe, dans un contexte médical, fait référence à la dimension ou aux dimensions physiques de cet organe spécifique. Cela peut être mesuré en termes de longueur, largeur, hauteur, circonférence, ou volume, selon l'organe concerné. La taille d'un organe est un facteur important dans l'évaluation de sa santé et de son fonctionnement. Des variations significatives par rapport à la normale peuvent indiquer une maladie, une inflammation, une tumeur ou d'autres conditions anormales. Les médecins utilisent diverses méthodes pour mesurer la taille d'un organe, y compris l'examen physique, l'imagerie médicale (comme les radiographies, tomodensitométries, imageries par résonance magnétique), et l'endoscopie.

Les tumeurs de la parathyroïde sont des growths anormaux qui se développent dans ou sur les glandes parathyroïdes. Ces glandes sont situées dans le cou, près de la thyroïde, et jouent un rôle crucial dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore dans le sang en produisant l'hormone parathyroïdienne (PTH).

Les tumeurs de la parathyroïde peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). La grande majorité des tumeurs de la parathyroïde sont bénignes et sont appelées adénomes. Les adénomes se développent lorsque les cellules des glandes parathyroïdes se multiplient de manière incontrôlable, formant une masse ou un nodule.

Les tumeurs bénignes de la parathyroïde peuvent entraîner une production excessive d'hormone parathyroïdienne, ce qui peut provoquer une maladie appelée hyperparathyroïdie primaire. Cette condition est caractérisée par des niveaux élevés de calcium dans le sang (hypercalcémie) et des symptômes tels que la fatigue, la faiblesse, la dépression, la soif excessive, la polyurie (miction fréquente), la constipation, les douleurs osseuses et les calculs rénaux.

Les tumeurs malignes de la parathyroïde, appelées carcinomes, sont beaucoup plus rares que les adénomes. Elles se développent lorsque les cellules des glandes parathyroïdes deviennent cancéreuses et se propagent à d'autres parties du corps. Les symptômes de ces tumeurs peuvent inclure une augmentation rapide et importante des niveaux de calcium dans le sang, ainsi que des douleurs osseuses, une faiblesse, une perte de poids et une difficulté à avaler.

Le traitement des tumeurs bénignes de la parathyroïde consiste généralement en une intervention chirurgicale pour retirer la glande touchée. Dans certains cas, plusieurs glandes peuvent être affectées et doivent être retirées. Le traitement des tumeurs malignes de la parathyroïde peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie pour éliminer les cellules cancéreuses et prévenir la propagation du cancer.

La greffe vasculaire est une procédure chirurgicale où un segment de vaisseau sanguin (greffon) est prélevé sur le patient ou obtenu à partir d'un donneur et utilisé pour remplacer ou contourner une section endommagée ou obstruée d'un vaisseau sanguin du patient. Cela peut être nécessaire pour traiter diverses conditions, telles que l'athérosclérose avancée, les anévrismes, les dissections aortiques et d'autres maladies vasculaires.

Les greffons peuvent être prélevés sur différentes parties du corps du patient, comme une veine de la jambe (veine saphène) ou une artère de la poitrine (artère mammaire interne). Dans certains cas, des matériaux synthétiques peuvent également être utilisés comme greffons.

La procédure de greffe vasculaire nécessite une grande expertise et des compétences techniques en chirurgie vasculaire. Les complications potentielles de la greffe vasculaire peuvent inclure le rétrécissement ou l'obstruction du greffon, l'infection, la thrombose (formation d'un caillot sanguin) et les problèmes liés à la compatibilité entre le donneur et le receveur dans le cas des greffes de tissus d'origine humaine ou animale.

Les rats F344, également connus sous le nom de rats Fisher 344, sont une souche pure inbred de rats utilisés fréquemment dans la recherche biomédicale. Ils ont été développés à l'origine par l'hybridation des souches HVG/P et BN en 1909, suivie d'une sélection et d'une reproduction intensives pour obtenir une lignée pure inbred.

Les rats F344 sont largement utilisés dans la recherche biomédicale en raison de leur faible taux de croissance tumorale spontanée, de leur longévité et de leur taille relativement petite. Ils sont également appréciés pour leur tempérament calme et prévisible, ce qui facilite leur manipulation et leur observation.

Ces rats sont souvent utilisés dans les études toxicologiques, pharmacologiques, nutritionnelles et de recherche sur le cancer. Cependant, il est important de noter que, comme pour toute souche inbred, les rats F344 peuvent avoir des caractéristiques spécifiques à la souche qui peuvent affecter les résultats de la recherche. Par conséquent, il est important de prendre en compte ces facteurs lors de l'interprétation des données expérimentales.

Le syndrome de Cushing est un trouble endocrinien caractérisé par des niveaux élevés de cortisol, une hormone stéroïde produite par les glandes surrénales. Il peut être causé par la prise de médicaments contenant du cortisol (corticostéroïdes) sur une longue période ou par un dysfonctionnement des glandes surrénales elles-mêmes, appelé syndrome de Cushing endogène.

Dans le syndrome de Cushing endogène, il existe deux types principaux : le syndrome de Cushing causé par une tumeur de l'hypophyse (glande pituitaire) qui sécrète excessivement l'hormone ACTH stimulant la production de cortisol, appelé syndrome de Cushing d'origine hypophysaire ; et le syndrome de Cushing causé par une tumeur des glandes surrénales qui produit directement trop de cortisol, appelé syndrome de Cushing d'origine surrénalienne.

Les symptômes du syndrome de Cushing comprennent souvent l'obésité du haut du corps, avec des bras et des jambes minces, une face lunaire rouge ou violacée, une fragilité cutanée, des vergetures pourpres sur l'abdomen, l'apparition de streptocides au niveau des plis cutanés, une hypertension artérielle, un diabète, une ostéoporose, une fatigue, une faiblesse musculaire, une sensation de malaise, des sautes d'humeur, une diminution de la libido, une aménorrhée (absence de règles) et une infertilité chez les femmes.

Le diagnostic du syndrome de Cushing repose sur des tests sanguins, salivaires ou urinaires pour mesurer le taux de cortisol, ainsi que sur des examens d'imagerie pour localiser toute tumeur sous-jacente. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une médication spécifique.

Les artères carotides sont des vaisseaux sanguins majeurs qui transportent le sang riche en oxygène du cœur vers le cerveau. Il y a deux artères carotides, à droite et à gauche, qui se ramifient à partir de la partie supérieure de l'aorte, la principale artère qui sort du cœur.

Chaque artère carotide se divise ensuite en deux branches : l'artère carotide interne et l'artère carotide externe. L'artère carotide interne fournit du sang aux structures intracrâniennes, y compris le cerveau, la rétine et les méninges. L'artère carotide externe dessert les structures extracrâniennes de la tête et du cou, telles que les muscles faciaux, la peau et les glandes salivaires.

Les artères carotides sont importantes pour maintenir la santé du cerveau. Toute maladie ou dommage à ces vaisseaux sanguins peut entraîner des problèmes de santé graves, tels que des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou des troubles cognitifs. Par conséquent, il est important de maintenir la santé cardiovasculaire globale en adoptant un mode de vie sain, y compris une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et l'évitement du tabagisme et de l'alcool.

Les glandes surrénales sont des glandes endocrines situées au-dessus des kidneys dans le corps humain. Elles sont composées de deux parties distinctes : la cortexe et la medulla.

La cortexe, qui forme la majeure partie de la glande, est responsable de la production des hormones stéroïdes telles que le cortisol, l'aldostérone et les androgènes. Le cortisol aide à réguler le métabolisme, à réduire l'inflammation et à répondre au stress. L'aldostérone régule la pression artérielle en contrôlant les niveaux de sodium et de potassium dans le corps. Les androgènes sont des hormones sexuelles masculines qui contribuent au développement des caractéristiques sexuelles secondaires chez les hommes.

La medulla, qui est la partie interne de la glande, produit des catécholamines telles que l'adrénaline (également appelée épinéphrine) et la noradrénaline (également appelée norepinephrine). Ces hormones préparent le corps à répondre au stress en augmentant le rythme cardiaque, la respiration et le flux sanguin vers les muscles.

Les glandes surrénales jouent donc un rôle crucial dans la régulation de diverses fonctions corporelles, notamment le métabolisme, la pression artérielle, l'équilibre électrolytique et la réponse au stress.

Je suis désolé, "Serenoa" est généralement référé à Serenoa repens, également connu sous le nom de palmier de scié ou palmier nain du sud. Il s'agit d'une plante originaire du sud-est des États-Unis qui est souvent utilisée en médecine complémentaire et alternative (MCA) pour diverses affections, en particulier les troubles urinaires liés à l'hypertrophie de la prostate. Cependant, il n'existe pas de définition médicale standard pour "Serenoa".

La principale utilisation de Serenoa repens dans la médecine traditionnelle est le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), une affection non cancéreuse où la prostate grossit, ce qui peut entraîner des symptômes urinaires tels qu'un flux urinaire faible, des envies fréquentes d'uriner et des difficultés à vider complètement la vessie. Les extraits de baies de Serenoa repens contiennent des composés qui peuvent aider à réduire l'inflammation et à inhiber la croissance des cellules de la prostate, ce qui peut soulager les symptômes de l'HBP.

Il convient de noter que bien que Serenoa repens soit considéré comme sûr pour la plupart des gens, il peut interagir avec certains médicaments et provoquer des effets secondaires chez certaines personnes. Avant de commencer tout nouveau supplément ou traitement à base de plantes, il est important de consulter un professionnel de la santé pour discuter des avantages potentiels et des risques possibles.

Les maladies du sein, également connues sous le nom de pathologies mammaires, comprennent un large éventail d'affections qui affectent les tissus des seins. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les affections bénignes courantes du sein comprennent :

1. Fibroadénomes : ce sont des tumeurs solides et mobiles qui se développent dans les glandes productrices de lait. Ils sont souvent indolores et peuvent être retirés chirurgicalement si nécessaire.

2. Kystes : ce sont des sacs remplis de liquide qui se forment dans les glandes productrices de lait ou dans les canaux galactophores. Ils peuvent varier en taille et en nombre, et peuvent être douloureux avant les menstruations.

3. Mastites : c'est une inflammation du tissu mammaire, souvent causée par une infection bactérienne. Elle peut provoquer des douleurs, des rougeurs et un gonflement du sein.

Les affections malignes courantes du sein comprennent :

1. Cancer du sein : il s'agit d'une croissance anormale de cellules cancéreuses dans le tissu mammaire. Le cancer du sein invasif se propage aux tissus environnants et peut se propager à d'autres parties du corps.

2. Cancer inflammatoire du sein : il s'agit d'un type rare de cancer du sein qui provoque une inflammation et un gonflement du sein. Il est souvent agressif et difficile à traiter.

3. Carcinome canalaire in situ (CCIS) : il s'agit d'une forme non invasive de cancer du sein dans laquelle les cellules cancéreuses se développent dans les canaux galactophores mais ne se sont pas propagées aux tissus environnants.

Les facteurs de risque courants de cancer du sein comprennent l'âge, les antécédents familiaux de cancer du sein, la ménopause tardive, une densité mammaire élevée et des mutations génétiques telles que BRCA1 et BRCA2. Les options de traitement pour le cancer du sein comprennent la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie.

La finastéride est un médicament utilisé principalement pour traiter deux affections différentes chez l'homme :

1. Hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) : Il s'agit d'un agrandissement non cancéreux de la prostate qui peut entraîner des symptômes urinaires tels qu'une miction fréquente, un débit urinaire faible et une envie urgente d'uriner. La finastéride aide à soulager ces symptômes en réduisant la taille de la prostate.

2. Calvitie masculine : La finastéride sous forme de finastéride 1 mg (nom commercial Propecia) est également approuvée pour traiter la perte de cheveux héréditaire chez les hommes. Elle fonctionne en ralentissant la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), une hormone qui joue un rôle important dans le développement de l'HBP et la calvitie masculine.

La finastéride est disponible sous forme de comprimés et doit être prescrite par un médecin. Les effets secondaires peuvent inclure une diminution du désir sexuel, des difficultés à obtenir ou à maintenir une érection (dysfonction érectile) et une diminution de la quantité de sperme produite. Ces effets secondaires sont généralement réversibles après l'arrêt du traitement.

Il est important de noter que la finastéride ne doit pas être utilisée par les femmes, en particulier pendant la grossesse, car elle peut causer des anomalies génitales chez le fœtus masculin. Les hommes doivent informer leur médecin s'ils ont des antécédents de maladie du foie ou s'ils utilisent d'autres médicaments, y compris des suppléments à base de plantes, car ils peuvent interagir avec la finastéride.

Les tumeurs de la prostate se réfèrent à toute croissance anormale des cellules dans la glande prostates. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

1. Tumeurs Prostatiques Bénignes: Les tumeurs bénignes de la prostate sont courantes, surtout chez les hommes âgés. Le type le plus commun est l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), également appelée adénome de la prostate. Cette condition se caractérise par une augmentation du volume de la glande prostates due à la croissance des cellules, ce qui peut entraîner des symptômes urinaires tels que difficulté à uriner, miction fréquente, besoin urgent d'uriner, ou sensation de vidange incomplète de la vessie.

2. Tumeurs Prostatiques Malignes: Les cancers de la prostate sont des tumeurs malignes qui se développent dans les cellules de la glande prostates. Le cancer de la prostate se développe généralement lentement et peut ne pas provoquer de symptômes pendant des années. Cependant, certains types peuvent être agressifs et se propager rapidement à d'autres parties du corps. Les facteurs de risque comprennent l'âge avancé, les antécédents familiaux de cancer de la prostate et certaines mutations génétiques.

Les tumeurs de la prostate sont généralement détectées par un toucher rectal ou un test sanguin appelé dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate). Des examens d'imagerie, tels que l'échographie ou l'IRM, peuvent également être utilisés pour aider au diagnostic et au staging. Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, ainsi que de l'âge et de l'état de santé général du patient. Il peut inclure une surveillance active, une chirurgie, une radiothérapie ou une thérapie hormonale.

L'épiderme est la couche externe et la plus fine de la peau. Il s'agit d'une structure stratifiée composée de cellules mortes et vivantes qui fournit une barrière protectrice contre les agents pathogènes, les substances chimiques et les dommages physiques. L'épiderme est principalement constitué de kératinocytes, qui produisent la kératine, une protéine fibreuse qui confère à la peau sa résistance et sa rigidité.

L'épiderme se compose de plusieurs couches : la couche basale, la couche spinuleuse, la couche granuleuse et la couche cornée. La couche basale est la plus profonde et contient des cellules souches qui peuvent se diviser et différencier en kératinocytes matures. Au fur et à mesure que les kératinocytes mûrissent, ils migrent vers la surface de la peau et traversent les différentes couches de l'épiderme.

Au cours de ce processus, les kératinocytes subissent des changements morphologiques et fonctionnels qui leur permettent de remplir leurs fonctions protectrices. Par exemple, dans la couche cornée, les kératinocytes sont complètement différenciés et remplis de kératine, ce qui les rend rigides et imperméables à l'eau.

En plus des kératinocytes, l'épiderme contient également d'autres types de cellules telles que les mélanocytes, qui produisent le pigment mélanine responsable de la couleur de la peau, et les cellules de Langerhans, qui jouent un rôle important dans le système immunitaire de la peau.

Des affections telles que l'eczéma, le psoriasis et le cancer de la peau peuvent affecter l'épiderme et perturber sa fonction protectrice.

Les maladies des surrénales sont un groupe de troubles qui affectent les glandes surrénales, deux petites glandes situées au-dessus des reins. Les glandes surrénales produisent plusieurs hormones importantes, y compris l'cortisol, l'aldostérone et les catécholamines (comme l'adrénaline). Ces hormones sont essentielles à la régulation de divers processus corporels, tels que la réponse au stress, la pression artérielle, l'équilibre des électrolytes et le métabolisme.

Les maladies des surrénales peuvent être causées par une production excessive ou insuffisante de ces hormones. Les causes les plus courantes d'une production excessive d'hormones surrénaliennes sont les tumeurs bénignes ou malignes des glandes surrénales. D'autre part, une production insuffisante d'hormones surrénaliennes peut être due à des maladies telles que la maladie d'Addison, qui est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque et endommage les glandes surrénales.

Les symptômes des maladies des surrénales varient en fonction du type et de la gravité de la maladie. Les symptômes d'une production excessive d'hormones surrénaliennes peuvent inclure l'hypertension artérielle, des palpitations cardiaques, une sudation accrue, des tremblements, de l'anxiété, une faiblesse musculaire, une prise de poids et une augmentation de la pilosité corporelle. D'autre part, les symptômes d'une production insuffisante d'hormones surrénaliennes peuvent inclure la fatigue, la faiblesse, la perte de poids, la nausée, la diarrhée, la déshydratation, la basse pression artérielle et une peau bronzée.

Le diagnostic des maladies des surrénales implique généralement des tests sanguins pour mesurer les niveaux d'hormones surrénaliennes dans le sang. Des tests supplémentaires tels que des tests de stimulation peuvent également être effectués pour évaluer la fonction des glandes surrénales. Dans certains cas, une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (CT) peut être utilisée pour visualiser les glandes surrénales et détecter d'éventuelles tumeurs ou autres anomalies.

Le traitement des maladies des surrénales dépend du type et de la gravité de la maladie. Les personnes atteintes d'une production excessive d'hormones surrénaliennes peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour enlever les tumeurs ou prendre des médicaments pour réduire la production d'hormones. Les personnes atteintes d'une production insuffisante d'hormones surrénales peuvent avoir besoin de prendre des suppléments hormonaux à vie pour remplacer les hormones manquantes.

En conclusion, les maladies des surrénales sont des affections courantes qui peuvent affecter la production et la fonction des hormones surrénaliennes. Les symptômes peuvent varier considérablement en fonction de la cause sous-jacente de la maladie. Le diagnostic et le traitement des maladies des surrénales nécessitent une évaluation approfondie par un médecin expérimenté dans ce domaine. Si vous présentez des symptômes suggestifs d'une maladie des surrénales, il est important de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

Le carcinome in situ est une forme précoce et localisée de cancer. Il s'agit d'une prolifération anormale et non invasive de cellules cancéreuses dans un tissu ou une glande, généralement la peau ou les muqueuses. Ces cellules cancéreuses se multiplient et peuvent se développer en amas (appelés « nids ») dans le tissu affecté, mais elles ne traversent pas la membrane basale qui sépare ce tissu des structures sous-jacentes saines.

En d'autres termes, les cellules cancéreuses restent confinées à l'endroit où elles se sont développées et n'ont pas encore acquis la capacité à envahir les tissus voisins ou à se propager (métastaser) vers d'autres parties du corps.

Le carcinome in situ est souvent classé comme un stade précoce de cancer, bien qu'il puisse évoluer en une forme invasive et plus agressive s'il n'est pas traité. Il est important de diagnostiquer et de traiter le carcinome in situ à un stade précoce pour empêcher sa progression vers des stades plus avancés et réduire le risque de récidive après le traitement.

Les types courants de carcinomes in situ comprennent le carcinome basocellulaire superficiel, le carcinome squameux in situ (également connu sous le nom d'érythroplasie de Queyrat ou de kératose actinique in situ), et le carcinome du sein in situ (DCIS).

Les myocytes du muscle lisse sont des cellules musculaires involontaires trouvées dans les parois des organes creux et des vaisseaux sanguins. Contrairement aux muscles squelettiques, qui sont attachés aux os et contrôlés volontairement, et aux muscles cardiaques, qui fonctionnent automatiquement pour pomper le sang, les muscles lisses se contractent involontairement pour effectuer des fonctions corporelles telles que la digestion, la respiration, la miction et la circulation sanguine.

Les myocytes du muscle lisse sont spindle-shaped (en forme de fuseau) et contiennent une seule noyau central. Ils ont moins de stries que les muscles squelettiques et cardiaques, ce qui leur donne un aspect plus uniforme. Les myocytes du muscle lisse se contractent en réponse à des stimuli chimiques ou nerveux, entraînant la constriction ou la dilatation des vaisseaux sanguins ou des mouvements péristaltiques dans les organes creux.

Les veines sont des vaisseaux sanguins dans le système circulatoire qui retournent le sang vers le cœur. Ils ont des parois plus minces et sont plus flexibles que les artères car elles doivent supporter une pression beaucoup moins élevée. La plupart des veines contiennent des valves unidirectionnelles pour empêcher le reflux de sang. Le sang veineux est généralement de couleur plus foncée que le sang artériel en raison de sa faible teneur en oxygène. Les veines peuvent être superficielles, situées juste sous la peau, ou profondes, situées dans les tissus musculaires.

L'endomètre est la muqueuse interne qui tapisse la cavité utérine chez les femmes. Il s'agit d'une fine couche de tissu composée de glandes et de vaisseaux sanguins, qui subit des changements cycliques au cours du cycle menstruel en réponse aux hormones sexuelles féminines, l'œstrogène et la progestérone.

Pendant la phase folliculaire du cycle menstruel, sous l'influence de l'œstrogène, l'endomètre s'épaissit et se vascularise pour préparer l'utérus à une éventuelle nidation d'un ovule fécondé. Si la fécondation ne se produit pas, les niveaux d'hormones chutent, entraînant la desquamation de la couche superficielle de l'endomètre et sa libération par le vagin sous forme de menstruations.

L'endomètre joue un rôle crucial dans la reproduction en offrant un environnement nutritif pour un ovule fécondé et en participant à l'implantation et au développement du placenta pendant la grossesse. Des affections telles que l'endométriose, les polypes endométriaux et le cancer de l'endomètre peuvent affecter la santé de cette muqueuse utérine.

L'angioplastie ballon assistée par laser est une procédure médicale utilisée pour traiter les sténoses (rétrécissements) des vaisseaux sanguins, tels que les artères coronaires ou les artères périphériques. Cette technique combine l'utilisation d'un cathéter à ballonnet et d'un laser pour éliminer la plaque qui obstrue le vaisseau sanguin.

Voici les étapes de cette procédure :

1. Un cathéter (tube mince et flexible) est inséré dans une artère, généralement au niveau du bras ou de la cuisse, et guidé jusqu'au site de l'obstruction à l'aide d'un guide et d'une fluoroscopie.
2. Une fois que le cathéter atteint la zone rétrécie, un petit ballon situé à son extrémité est gonflé pour élargir le vaisseau sanguin et comprimer la plaque contre la paroi du vaisseau.
3. Avant de gonfler le ballon, un cathéter doté d'une fibre laser est inséré à travers le cathéter initial jusqu'à la zone rétrécie.
4. Le laser émet alors une lumière intense qui vaporise et brûle la plaque, facilitant ainsi son retrait lors du gonflage du ballon.
5. Après avoir éliminé la plaque, le médecin peut insérer un stent (ressort en métal) pour maintenir l'artère ouverte et prévenir les rétrécissements futurs.
6. Enfin, le cathéter et les instruments sont retirés, et la zone traitée est recouverte d'un matériau de promotion de la guérison pour favoriser la cicatrisation.

Cette procédure permet de rétablir le flux sanguin normal dans les vaisseaux sanguins obstrués, réduisant ainsi les risques de complications telles que l'angine de poitrine, les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques.

Un cancérogène est un agent (tel qu'un produit chimique, un rayonnement ou une infection virale) qui peut causer ou contribuer au développement d'un cancer. Les cancérogènes peuvent être classés en fonction de leur niveau de preuve de carcinogénicité par des organismes tels que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et l'Environmental Protection Agency (EPA).

Les cancérogènes connus sont ceux pour lesquels il existe suffisamment de preuves provenant d'études humaines ou animales pour conclure qu'ils causent un cancer. Les cancérogènes probables sont ceux pour lesquels il existe des preuves limitées de carcinogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes chez les animaux, ou vice versa. Enfin, les cancérogènes possibles sont ceux pour lesquels il existe des indications d'une potentialité carcinogène, mais les preuves ne sont pas concluantes.

Il est important de noter que l'exposition à un cancérogène n'entraîne pas nécessairement le développement d'un cancer, et que la probabilité de développer un cancer dépend généralement de facteurs tels que la dose, la durée et le moment de l'exposition. Cependant, il est recommandé d'éviter ou de minimiser l'exposition aux cancérogènes connus dans la mesure du possible pour réduire le risque de cancer.

Je suis désolé, mais le terme "azastéroïde" ne semble pas être une dénomination médicale ou scientifique reconnue. Il est possible qu'il s'agisse d'une erreur de frappe ou d'un terme mal orthographié. Si vous cherchiez peut-être à connaître la définition du terme "astéroïde", je peux vous fournir une brève explication :

Les astéroïdes sont des corps rocheux ou métalliques qui orbitent autour du Soleil, principalement dans la région entre Mars et Jupiter appelée ceinture d'astéroïdes. La plupart des astéroïdes sont composés de roches et de métaux, avec des tailles allant de quelques mètres à plusieurs centaines de kilomètres de diamètre.

Si vous cherchiez une information différente ou que "azastéroïde" est un terme spécifique à une œuvre de fiction ou à un contexte particulier, je suis prêt à essayer d'approfondir le sujet pour vous aider au mieux.

L'antigène noyau cellulaire proliférant (PCNA) est une protéine nucléaire qui joue un rôle important dans la réplication et la réparation de l'ADN. Il sert de facteur de régulation pour les enzymes impliquées dans ces processus, telles que la polymérase delta et la ligase I.

Le PCNA forme un anneau qui entoure l'ADN et se lie aux enzymes qui interviennent dans la réplication de l'ADN pour faciliter leur progression le long du brin d'ADN. Il est également impliqué dans les mécanismes de réparation de l'ADN, tels que la réparation par excision de nucléotides et la recombinaison homologue.

Le PCNA est souvent utilisé comme marqueur de prolifération cellulaire car sa expression est augmentée dans les cellules qui se divisent activement. Il peut être détecté par immunohistochimie ou immunofluorescence, ce qui permet d'identifier les zones de l'organisme où la prolifération cellulaire est élevée.

Dans un contexte médical, une expression accrue de PCNA peut être observée dans diverses affections, telles que les tumeurs malignes et les maladies inflammatoires chroniques. Il peut également être utilisé comme marqueur pronostique pour prédire la réponse au traitement et le pronostic des patients atteints de cancer.

Je suis désolé, "facteur temps" n'a pas de définition spécifique dans le domaine médical. Le terme "facteur temps" est plutôt utilisé en général pour décrire la durée pendant laquelle quelque chose se produit ou évolue, ou il peut également faire référence à l'importance de considérer le moment et la planification dans un contexte médical. Par exemple, l'administration d'un médicament à un moment précis ("facteur temps critique") ou la progression d'une maladie au fil du temps ("évolution temporelle de la maladie") peuvent être décrites en utilisant le terme "facteur temps". Cependant, il n'y a pas de définition médicale universellement acceptée pour ce terme.

Un test de carcinogénicité est un type d'étude de toxicologie qui examine la capacité d'une substance, qu'elle soit chimique, physique ou biologique, à causer le cancer. Ces tests sont généralement effectués sur des animaux de laboratoire, bien que certaines méthodes alternatives soient en développement.

Les tests de carcinogénicité impliquent typiquement l'exposition répétée d'animaux à une substance sur une longue période, souvent pendant la majeure partie ou toute leur vie. Les animaux sont généralement divisés en groupes, chacun recevant différentes doses de la substance testée, y compris un groupe témoin qui ne reçoit pas la substance.

Les chercheurs surveillent ensuite l'incidence du cancer dans chaque groupe. Si les animaux exposés à la substance ont des taux plus élevés de certains types de cancer par rapport aux animaux non exposés, cela peut indiquer que la substance est cancérigène. Cependant, il est important de noter que ces résultats doivent être interprétés avec prudence et dans le contexte d'autres preuves, car de nombreux facteurs peuvent influencer le développement du cancer.

Les tests de carcinogénicité sont souvent exigés par les organismes de réglementation avant qu'une substance ne soit approuvée pour une utilisation spécifique, en particulier dans l'industrie pharmaceutique et chimique. Cependant, ils sont également controversés en raison de préoccupations éthiques concernant l'utilisation d'animaux dans la recherche et parce que les résultats peuvent ne pas être directement applicables aux humains.

Dans l'anatomie animale, les glandes mammaires sont des glandes sudoripares modifiées qui se trouvent chez la plupart des mammifères. Elles sont principalement responsables de la production de lait après la naissance pour nourrir les petits. Chez les femelles, ces glandes se développent et deviennent fonctionnellement actives pendant la période de reproduction et de lactation.

Elles sont composées de lobules, qui sont des groupements de sacs alvéolaires où le lait est produit, et de canaux galactophores, qui transportent le lait jusqu'au mamelon. Les glandes mammaires sont sensibles aux hormones stéroïdes telles que les œstrogènes, la progestérone et la prolactine, qui régulent leur développement et la production de lait.

Les mâles animaux ont également des glandes mammaires, mais elles sont généralement moins développées et non fonctionnelles, sauf chez certains primates. Chez l'homme, par exemple, les glandes mammaires peuvent se développer de manière anormale et devenir fonctionnelles, ce qui est connu sous le nom de galactorrhée.

La souche de souris C57BL (C57 Black 6) est une souche inbred de souris labo commune dans la recherche biomédicale. Elle est largement utilisée en raison de sa résistance à certaines maladies infectieuses et de sa réactivité prévisible aux agents chimiques et environnementaux. De plus, des mutants génétiques spécifiques ont été développés sur cette souche, ce qui la rend utile pour l'étude de divers processus physiologiques et pathologiques. Les souris C57BL sont également connues pour leur comportement et leurs caractéristiques sensorielles distinctives, telles qu'une préférence pour les aliments sucrés et une réponse accrue à la cocaïne.

L'artère iliaque est une artère majeure dans l'anatomie humaine qui approvisionne en sang les membres inférieurs et certaines parties du bassin. Elle se divise en deux branches : l'artère iliaque interne et l'artère iliaque externe.

L'artère iliaque interne est responsable de la circulation sanguine vers le basin, fournissant des vaisseaux aux organes génitaux internes, au rectum, à la vessie et à une partie du côlon. Elle se divise ensuite en deux artères : l'artère fémorale, qui approvisionne la cuisse, et l'artère pudendale, qui dessert les organes génitaux externes.

L'artère iliaque externe, quant à elle, est responsable de la circulation sanguine vers la hanche et la partie supérieure de la cuisse. Elle se divise en deux artères : l'artère fémorale superficielle, qui approvisionne la peau et les muscles de la face antérieure de la cuisse, et l'artère circonflexe fémorale latérale, qui dessert les muscles de la hanche.

Les artères iliaques sont des vaisseaux sanguins importants pour la circulation dans le bas du corps, et toute maladie ou anomalie affectant ces artères peut entraîner des problèmes de santé graves, tels que des douleurs aux jambes, une mauvaise circulation sanguine et même une gangrène.

L'épiderme est un type de tissu épithélial stratifié qui recouvre la surface du corps, la cavité interne et les organes. Il forme une barrière physique protectrice contre les agents pathogènes, les substances chimiques et les pertes d'eau. L'épiderme est composé de plusieurs couches de cellules, dont la couche externe appelée stratum corneum, qui est constituée de cellules mortes kératinisées. Sous cette couche se trouvent des couches de cellules vivantes qui se divisent et se différencient en cellules kératinisées. L'épiderme contient également des glandes sudoripares, sébacées et mammaires, ainsi que des récepteurs sensoriels.

L'hyperparathyroïdie est une condition médicale où les glandes parathyroïdes produisent trop d'hormone parathyroïdienne (PTH). Ces glandes, généralement au nombre de quatre, sont situées dans le cou près de la thyroïde et jouent un rôle crucial dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore dans le sang.

L'hormone parathyroïdienne a pour fonction de maintenir l'équilibre de ces minéraux en augmentant ou en diminuant leur absorption dans les os, l'intestin et les reins. Lorsque trop de PTH est produit, comme c'est le cas dans l'hyperparathyroïdie, il en résulte un déséquilibre de ces minéraux dans l'organisme.

Les symptômes de l'hyperparathyroïdie peuvent varier considérablement, allant de presque aucun à graves. Ils peuvent inclure des douleurs osseuses et articulaires, une fatigue excessive, une faiblesse musculaire, des nausées, des vomissements, une constipation, une soif accrue, une augmentation de la miction et dans les cas graves, des calculs rénaux ou des lésions rénales.

L'hyperparathyroïdie peut être primaire, secondaire ou tertiaire. La forme primaire est due à une anomalie dans les glandes parathyroïdes elles-mêmes, comme un adénome (une tumeur bénigne) ou une hyperplasie (une croissance anormale des cellules). La forme secondaire survient lorsque le corps manque de calcium, ce qui peut se produire avec une malnutrition, une malabsorption intestinale ou des maladies rénales chroniques. Dans la forme tertiaire, l'organisme développe une résistance à l'action de la PTH, entraînant une augmentation persistante des niveaux de cette hormone.

Dans un contexte médical, le sein (ou la mamelle) fait référence à l'organe pair situé sur la poitrine des primates femelles, y compris les femmes. Chez les humains, les seins sont généralement symétriques et se composent de glandes mammaires, de tissus adipeux, de ligaments suspenseurs, de vaisseaux sanguins, de vaisseaux lymphatiques et de nerfs. La fonction principale des seins est de produire du lait pour nourrir les bébés après la naissance, un processus connu sous le nom de lactation.

Les seins sont composés de plusieurs sections, dont la plus grande partie est la glande mammaire, qui est responsable de la production de lait. La glande mammaire est constituée de lobules (petites structures en forme de raisin contenant les alvéoles qui produisent le lait) et de canaux galactophores (tubes fins qui transportent le lait des lobules aux mamelons).

Le tissu adipeux entoure et protège la glande mammaire, donnant au sein sa forme et sa taille. Les ligaments suspenseurs maintiennent les seins en place sur la poitrine. Les vaisseaux sanguins et lymphatiques nourrissent et drainent le sein, tandis que les nerfs fournissent des sensations au mamelon et à l'aréole (la zone de peau sombre entourant le mamelon).

Les seins subissent des changements tout au long de la vie d'une femme, en particulier pendant la puberté, la grossesse, l'allaitement et la ménopause. Les fluctuations hormonales peuvent provoquer des augmentations temporaires ou permanentes de la taille des seins, ainsi que des modifications de leur sensibilité et de leur aspect général.

Une souris knockout, également connue sous le nom de souris génétiquement modifiée à knockout, est un type de souris de laboratoire qui a eu un ou plusieurs gènes spécifiques désactivés ou "knockout". Cela est accompli en utilisant des techniques d'ingénierie génétique pour insérer une mutation dans le gène cible, ce qui entraîne l'interruption de sa fonction.

Les souris knockout sont largement utilisées dans la recherche biomédicale pour étudier les fonctions des gènes et leur rôle dans les processus physiologiques et pathologiques. En éliminant ou en désactivant un gène spécifique, les chercheurs peuvent observer les effets de cette perte sur le phénotype de la souris, ce qui peut fournir des informations précieuses sur la fonction du gène et ses interactions avec d'autres gènes et processus cellulaires.

Les souris knockout sont souvent utilisées dans l'étude des maladies humaines, car les souris partagent une grande similitude génétique avec les humains. En créant des souris knockout pour des gènes associés à certaines maladies humaines, les chercheurs peuvent étudier le rôle de ces gènes dans la maladie et tester de nouvelles thérapies potentielles.

Cependant, il est important de noter que les souris knockout ne sont pas simplement des modèles parfaits de maladies humaines, car elles peuvent présenter des différences dans la fonction et l'expression des gènes ainsi que dans les réponses aux traitements. Par conséquent, les résultats obtenus à partir des souris knockout doivent être interprétés avec prudence et validés dans d'autres systèmes de modèle ou dans des études cliniques humaines avant d'être appliqués à la pratique médicale.

La souche de rat Sprague-Dawley est une souche albinos commune de rattus norvegicus, qui est largement utilisée dans la recherche biomédicale. Ces rats sont nommés d'après les chercheurs qui ont initialement développé cette souche, H.H. Sprague et R.C. Dawley, au début des années 1900.

Les rats Sprague-Dawley sont connus pour leur taux de reproduction élevé, leur croissance rapide et leur taille relativement grande par rapport à d'autres souches de rats. Ils sont souvent utilisés dans les études toxicologiques, pharmacologiques et biomédicales en raison de leur similitude génétique avec les humains et de leur réactivité prévisible aux stimuli expérimentaux.

Cependant, il est important de noter que, comme tous les modèles animaux, les rats Sprague-Dawley ne sont pas parfaitement représentatifs des humains et ont leurs propres limitations en tant qu'organismes modèles pour la recherche biomédicale.

Un adénome hépatocellulaire, également connu sous le nom d'hépatocellulaire adénome ou d'adénome du foie, est un type rare et généralement bénin de tumeur du foie. Il se développe à partir des cellules hépatiques (hépatocytes) qui constituent la majeure partie du foie.

Habituellement, les adénomes hépatocellulaires surviennent chez les femmes d'âge moyen, en particulier celles qui utilisent des contraceptifs oraux contenant des œstrogènes à fortes doses pendant une longue période. D'autres facteurs de risque peuvent inclure l'obésité, la maladie métabolique hépatique et certaines affections génétiques rares.

La plupart des adénomes hépatocellulaires ne présentent aucun symptôme et sont découverts de manière fortuite lors d'examens d'imagerie du foie effectués pour d'autres raisons. Cependant, certains patients peuvent présenter des douleurs abdominales, une sensation de plénitude ou une masse palpable dans l'abdomen supérieur. Les complications graves mais rares associées aux adénomes hépatocellulaires comprennent la rupture et les saignements intra-abdominaux, qui peuvent mettre la vie en danger.

Le traitement de choix pour l'adénome hépatocellulaire est généralement la chirurgie visant à retirer complètement la tumeur. Dans certains cas, une transplantation hépatique peut être recommandée, en particulier pour les patients atteints de tumeurs multiples ou de tumeurs volumineuses qui ne peuvent pas être complètement retirées par chirurgie.

Il est important de noter que bien que la plupart des adénomes hépatocellulaires soient bénins, il existe un risque qu'ils deviennent cancéreux au fil du temps. Par conséquent, les patients atteints d'adénome hépatocellulaire doivent faire l'objet d'un suivi régulier par imagerie pour détecter toute récidive ou progression de la maladie.

Une biopsie est un procédé médical dans lequel un échantillon de tissu corporel est prélevé et examiné de près, généralement au microscope, pour déterminer la présence ou l'absence d'une maladie ou d'une condition spécifique. Ce processus aide les médecins à poser un diagnostic précis et à planifier le traitement approprié.

Il existe plusieurs types de biopsies, en fonction de la partie du corps concernée et de la méthode utilisée pour prélever l'échantillon :

1. Biopsie par incision/excision : Dans ce type de biopsie, une incision est pratiquée dans la peau pour accéder au tissu cible. L'échantillon peut être retiré en entier (biopsie excisionnelle) ou seulement une partie du tissu peut être prélevée (biopsie incisionnelle). Ce type de biopsie est couramment utilisé pour les grains de beauté suspects, les lésions cutanées et les nodules.

2. Biopsie par aspiration : Cette procédure implique l'utilisation d'une aiguille fine pour prélever un échantillon de tissu ou de liquide dans une zone spécifique du corps. La biopsie à l'aiguille fine est souvent utilisée pour les ganglions lymphatiques enflés, les glandes thyroïdiennes et d'autres organes superficiels.

3. Biopsie au trocart : Dans ce type de biopsie, un trocart (une aiguille creuse) est inséré dans le corps pour prélever un échantillon de tissu. Ce type de biopsie est souvent utilisé pour les organes profonds comme le foie, les poumons et les os.

4. Biopsie chirurgicale : Lors d'une biopsie chirurgicale, une incision est pratiquée dans la peau pour accéder à l'organe ou au tissu cible. Une partie de l'organe ou du tissu est ensuite retirée pour analyse. Ce type de biopsie est souvent utilisé pour les tumeurs malignes et les lésions suspectes dans des organes comme le sein, le poumon et le foie.

5. Biopsie liquide : Cette procédure consiste à analyser un échantillon de sang ou d'autres fluides corporels pour détecter la présence de cellules tumorales ou d'ADN circulant provenant d'une tumeur cancéreuse. La biopsie liquide est une méthode non invasive qui peut être utilisée pour le suivi du traitement et la détection précoce des récidives.

Les résultats de la biopsie sont généralement examinés par un pathologiste, qui fournit un rapport décrivant les caractéristiques du tissu ou des cellules prélevés. Ce rapport peut aider à déterminer le diagnostic et le traitement appropriés pour une maladie spécifique.

La maladie fibrokystique du sein, également connue sous le nom de mastopathie fibrokystique, est une affection courante qui affecte les tissus mammaires chez les femmes. Elle se caractérise par la présence de kystes bénins (petites poches remplies de liquide) et de zones fibreuses dans le sein. Ces changements peuvent provoquer des douleurs, une sensibilité, un gonflement et des nodules palpables dans un ou les deux seins. Les symptômes ont tendance à s'aggraver juste avant le début du cycle menstruel.

Bien que la cause exacte de la maladie fibrokystique du sein ne soit pas claire, plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de cette affection, tels que les fluctuations hormonales, l'hérédité et certains facteurs environnementaux. Il est important de noter que bien que la maladie fibrokystique du sein puisse provoquer des inconvénients et des préoccupations, elle n'augmente pas le risque global de développer un cancer du sein.

Le diagnostic de la maladie fibrokystique du sein repose généralement sur l'examen clinique, l'imagerie mammaire (mammographie ou échographie) et, dans certains cas, une biopsie à l'aiguille fine pour confirmer la présence de kystes et d'anomalies tissulaires.

Le traitement de la maladie fibrokystique du sein vise principalement à soulager les symptômes et peut inclure des médicaments contre la douleur, des anti-inflammatoires ou des contraceptifs oraux pour réguler les hormones. Des modifications du mode de vie, telles qu'une alimentation équilibrée, l'exercice régulier et la réduction du stress, peuvent également contribuer à atténuer les symptômes. Dans certains cas graves, une intervention chirurgicale peut être envisagée pour enlever les kystes ou les zones anormales de tissu mammaire.

Les tumeurs corticosurrénaliennes sont des growths anormaux qui développent dans la glande surrénale, une petite glande située au-dessus des reins. La glande surrénale est composée de deux parties: la médulla et la cortex. La partie corticale est responsable de la production d'hormones stéroïdes telles que le cortisol, l'aldostérone et les androgènes.

Les tumeurs corticosurrénaliennes peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont appelées adénomes corticosurrénaliens, tandis que les tumeurs malignes sont appelées carcinomes corticosurrénaliens.

Les tumeurs corticosurrénaliennes peuvent produire des niveaux excessifs d'hormones stéroïdes, ce qui peut entraîner une variété de symptômes. Par exemple, une production excessive de cortisol peut entraîner le syndrome de Cushing, qui se caractérise par une prise de poids du visage et du tronc, une hypertension artérielle, une faiblesse musculaire, une peau fine et fragile, des ecchymoses faciles et des irrégularités menstruelles. Une production excessive d'aldostérone peut entraîner l'hyperaldostéronisme primaire, qui se caractérise par une hypertension artérielle et une faiblesse musculaire.

Le diagnostic de tumeurs corticosurrénaliennes implique généralement des tests d'imagerie tels que des tomodensitogrammes (TDM) ou des imageries par résonance magnétique (IRM), ainsi que des tests hormonaux pour évaluer la fonction de la glande surrénale. Le traitement dépend du type et de l'étendue de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie.

La métaplasie est un changement dans le type de tissu cellulaire qui se produit lorsqu'une cellule ou un tissu normal est remplacé par un type de cellule ou de tissu différent, mais fonctionnellement moins spécialisé. Ce processus est une réponse adaptative à des dommages chroniques, à une irritation ou à une inflammation persistante. La métaplasie n'implique pas la multiplication anormale des cellules, contrairement à la dysplasie et à la néoplasie, qui sont des conditions précancéreuses. Cependant, certaines formes de métaplasie peuvent évoluer vers une dysplasie et eventuellement un cancer si les facteurs irritants ou inflammatoires persistent.

Un exemple courant de métaplasie est le remplacement des cellules ciliées respiratoires normales par des cellules squameuses dans les bronches, entraînant ainsi une métaplasie squameuse. Cela peut être observé chez les fumeurs et est associé à un risque accru de développer un cancer du poumon.

L'adénomatose pulmonaire est une maladie rare et généralement bénigne des poumons, caractérisée par la présence de multiples petits nodules (généralement moins de 5 mm de diamètre) dans les tissus pulmonaires. Ces nodules sont composés de cellules glandulaires anormales et sont souvent regroupés en amas, appelés adénomes.

Bien que la plupart des cas d'adénomatose pulmonaire soient asymptomatiques, certains patients peuvent présenter des symptômes tels qu'une toux chronique, une respiration sifflante, des douleurs thoraciques et un essoufflement. Dans de rares cas, l'adénomatose pulmonaire peut évoluer vers un cancer du poumon.

Le diagnostic d'adénomatose pulmonaire est généralement posé par imagerie médicale, telle qu'une tomodensitométrie (TDM) ou une radiographie pulmonaire. Une biopsie pulmonaire peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic et exclure d'autres affections pulmonaires.

Le traitement de l'adénomatose pulmonaire dépend de la gravité des symptômes et du risque de complications. Dans les cas légers, aucun traitement n'est nécessaire et une surveillance régulière peut être suffisante. Dans les cas plus graves, une intervention chirurgicale peut être recommandée pour enlever les nodules pulmonaires anormaux.

L'artère fémorale est une artère importante dans l'anatomie humaine. C'est la continuation de l'artère iliaque commune et est la plus grande artère de la cuisse. Elle fournit un apport sanguin crucial à la jambe inférieure et au pied.

L'artère fémorale peut être palpée à mi-chemin entre le haut de l'os de la cuisse (le grand trochanter) et le genou, ce qui en fait une artère facilement accessible pour les médecins et les infirmiers pour mesurer la pression artérielle ou prélever des échantillons de sang.

Des problèmes de santé tels que l'athérosclérose peuvent entraîner un rétrécissement ou un blocage de l'artère fémorale, ce qui peut entraîner une diminution du flux sanguin vers la jambe et provoquer des douleurs lors de la marche (claudication intermittente) ou même entraîner des ulcères de jambe et des gangrènes dans les cas graves. Des traitements tels que l'angioplastie et la chirurgie vasculaire peuvent être utilisés pour traiter ces conditions.

L'obstruction du col vésical urinaire est un état médical où il y a une obstruction partielle ou complète au niveau du col de la vessie, qui est la partie inférieure de l'urètre où il rejoint la vessie. Cette obstruction peut être causée par divers facteurs, tels que des gonflements, des tumeurs, des adhérences ou des problèmes de fonctionnement des muscles du plancher pelvien.

Les symptômes courants de l'obstruction du col vésical urinaire comprennent une difficulté à uriner, un débit urinaire faible ou interrompu, une sensation de vidange incomplète de la vessie, des mictions fréquentes et urgentes, ainsi que des fuites urinaires involontaires. Dans les cas graves, l'obstruction peut entraîner une rétention urinaire aiguë, qui est une incapacité soudaine à uriner, ce qui peut causer une distension de la vessie et des dommages aux reins.

Le diagnostic de l'obstruction du col vésical urinaire implique généralement une évaluation médicale approfondie, y compris un examen physique, des analyses d'urine et des tests d'imagerie tels qu'une échographie ou une cystoscopie. Le traitement dépend de la cause sous-jacente de l'obstruction et peut inclure des médicaments, une intervention chirurgicale ou des procédures telles que la dilatation du col vésical.

Le cathétérisme est une procédure médicale commune dans laquelle un petit tube flexible, appelé cathéter, est inséré dans le corps à l'intérieur d'un vaisseau sanguin, d'une cavité cardiaque, d'un canal urinaire ou d'un autre organe. Cette procédure est effectuée à des fins diagnostiques et thérapeutiques.

Dans le cadre d'un examen diagnostique, le cathétérisme peut être utilisé pour obtenir des échantillons de sang, mesurer la pression dans différentes parties du cœur, collecter des échantillons de tissu cardiaque ou urinaire, ou visualiser les vaisseaux sanguins et les cavités cardiaques à l'aide d'un agent de contraste.

Dans le cadre d'un traitement thérapeutique, le cathétérisme peut être utilisé pour débloquer des artères obstruées, réparer des valves cardiaques endommagées, placer des stents pour maintenir les vaisseaux sanguins ouverts, drainer l'excès de fluide des cavités du corps, ou administrer des médicaments directement dans une zone spécifique.

Le cathétérisme peut être effectué sous anesthésie locale ou générale, selon la procédure et le patient. Les risques associés au cathétérisme dépendent de divers facteurs, tels que l'âge du patient, la présence de maladies sous-jacentes et la complexité de la procédure. Les complications possibles peuvent inclure des saignements, des infections, des réactions allergiques à l'agent de contraste, des dommages aux vaisseaux sanguins ou aux organes, et des arythmies cardiaques.

Un adénocarcinome est un type de cancer qui se développe dans les cellules glandulaires. Ces cellules sont présentes dans de nombreux tissus et organes du corps, et elles produisent des substances telles que des mucus ou des hormones.

Les adénocarcinomes peuvent survenir dans divers endroits, notamment les poumons, le sein, le côlon, le rectum, l'estomac, la prostate et le pancréas. Ils se développent à partir d'une tumeur bénigne appelée adénome, qui peut devenir cancéreuse au fil du temps.

Les symptômes de l'adénocarcinome dépendent de son emplacement dans le corps. Par exemple, un adénocarcinome du sein peut provoquer une masse ou une grosseur palpable, tandis qu'un adénocarcinome du poumon peut causer une toux persistante, des douleurs thoraciques et des expectorations sanglantes.

Le traitement de l'adénocarcinome dépend également de son emplacement et de son stade. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Le pronostic varie en fonction du type et du stade du cancer, ainsi que de facteurs tels que l'âge et l'état de santé général du patient.

Les cellules cancéreuses en culture sont des cellules cancéreuses prélevées sur un être humain ou un animal, qui sont ensuite cultivées et multipliées dans un laboratoire. Ce processus est souvent utilisé pour la recherche médicale et biologique, y compris l'étude de la croissance et du comportement des cellules cancéreuses, la découverte de nouveaux traitements contre le cancer, et les tests de sécurité et d'efficacité des médicaments et des thérapies expérimentales.

Les cellules cancéreuses en culture sont généralement prélevées lors d'une biopsie ou d'une intervention chirurgicale, puis transportées dans un milieu de culture spécial qui contient les nutriments et les facteurs de croissance nécessaires à la survie et à la reproduction des cellules. Les cellules sont maintenues dans des conditions stériles et sous observation constante pour assurer leur santé et leur pureté.

Les cultures de cellules cancéreuses peuvent être utilisées seules ou en combinaison avec d'autres méthodes de recherche, telles que l'imagerie cellulaire, la génomique, la protéomique et la biologie des systèmes. Ces approches permettent aux chercheurs d'étudier les mécanismes moléculaires du cancer à un niveau granulaire, ce qui peut conduire à une meilleure compréhension de la maladie et au développement de nouveaux traitements plus efficaces.

Les cellules entérochromaffines (ECC) sont un type de cellule dispersées dans les muqueuses du tube digestif, en particulier dans l'estomac et l'intestin grêle. Elles sont dérivées des cellules neuroendocrines et contiennent des granules sécrétoires qui stockent des médiateurs chimiques, tels que la sérotonine et la histamine.

Les ECC jouent un rôle important dans la régulation de la motilité gastro-intestinale, de la sécrétion digestive et de la perception sensorielle. Elles répondent aux stimuli chimiques et mécaniques locaux en libérant des médiateurs chimiques qui agissent sur les neurones sensoriels et les muscles lisses du tube digestif.

Les ECC peuvent être affectées dans certaines conditions, telles que les maladies inflammatoires de l'intestin, les tumeurs neuroendocrines et la malabsorption, ce qui peut entraîner une variété de symptômes gastro-intestinaux.

L'artère carotide commune est une artère majeure qui fournit du sang oxygéné au cerveau, au cou et au visage. Il s'agit d'une artère centrale qui se forme par la fusion de deux artères, à savoir l'artère subclavière droite et l'artère branchiale commune gauche. Chaque artère carotide commune se divise ensuite en deux branches : l'artère carotide interne et l'artère carotide externe.

L'artère carotide commune est responsable du transport du sang riche en oxygène vers les structures vitales de la tête et du cou, telles que le cerveau, les yeux, les glandes salivaires, les muscles faciaux et le nez. Toute maladie ou lésion affectant l'artère carotide commune peut entraîner des complications graves, telles qu'un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une insuffisance cérébrale transitoire (ICT).

Les facteurs de risque courants associés aux maladies de l'artère carotide commune comprennent le tabagisme, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète sucré, l'obésité et l'âge avancé. Il est important de prendre des mesures préventives pour réduire ces facteurs de risque et maintenir une bonne santé vasculaire.

Le prégnanetriol est un métabolite stéroïdien qui est produit lors du métabolisme des hormones stéroïdes telles que la progestérone. Il est principalement utilisé comme marqueur dans les tests de diagnostic pour détecter certaines conditions médicales, en particulier les troubles liés aux glandes surrénales.

Des taux élevés de prégnanetriol peuvent indiquer une production excessive d'hormones stéroïdes par les glandes surrénales, ce qui peut être le signe d'une tumeur surrénalienne ou d'un autre trouble des glandes surrénales. Cependant, il est important de noter que l'interprétation des résultats doit être faite par un professionnel de la santé qualifié, en tenant compte des antécédents médicaux et des symptômes du patient.

L'hormone corticotrope, également connue sous le nom d'hormone adrénocorticotrope (ACTH), est une hormone peptidique sécrétée par l'antéhypophyse, précisément par la partie médiane du lobe antérieur ou par les cellules corticotropes. Elle joue un rôle crucial dans la régulation des glandes surrénales et de la réponse au stress dans le corps humain.

L'ACTH stimule la synthèse et la libération des hormones corticosurrénaliennes, principalement le cortisol, mais aussi d'autres glucocorticoïdes et androgènes, à partir de la couche externe ou cortex des glandes surrénales. Le cortisol est une hormone stéroïde qui intervient dans un large éventail de processus physiologiques, notamment le métabolisme des glucides, des protéines et des lipides, la régulation de la pression artérielle, la réponse immunitaire et l'homéostasie.

La sécrétion d'ACTH est contrôlée par le système de rétroaction négative de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS). Lorsque les taux de cortisol dans la circulation sanguine sont bas, le corticotropin-releasing hormone (CRH) est sécrété par l'hypothalamus, ce qui entraîne la libération d'ACTH par l'antéhypophyse. Le cortisol résultant exerce ensuite un effet négatif sur la production de CRH et d'ACTH, rétablissant ainsi l'homéostasie des hormones corticosurrénaliennes.

Des déséquilibres dans la sécrétion d'ACTH peuvent entraîner diverses affections, telles que le syndrome de Cushing (trop de cortisol) ou l'insuffisance surrénalienne (pas assez de cortisol). Par conséquent, une compréhension approfondie du rôle et de la régulation de l'ACTH est essentielle pour diagnostiquer et traiter ces conditions.

Les polypes sont des excroissances anormales de tissus qui se développent à l'intérieur des muqueuses tapissant les organes creux ou des cavités du corps. Bien qu'ils puissent se former n'importe où dans le corps, ils sont le plus souvent trouvés dans le côlon et le rectum, mais aussi dans le nez, l'estomac, l'intestin grêle, les voies respiratoires supérieures, et parfois sur la peau.

La plupart des polypes sont bénins (non cancéreux), mais certains peuvent devenir cancéreux s'ils ne sont pas enlevés. Les polypes précancéreux, appelés adénomes, peuvent évoluer vers un cancer colorectal au fil du temps si non traités.

Les symptômes associés aux polypes dépendent de leur taille, de leur emplacement et du nombre existant. De nombreux petits polypes ne présentent aucun symptôme et sont découverts lors d'examens médicaux de routine tels que la coloscopie. Cependant, des polypes plus grands peuvent entraîner des saignements rectaux, une anémie, des modifications du transit intestinal (diarrhée ou constipation), et dans certains cas, une obstruction intestinale.

Les facteurs de risque associés au développement des polypes comprennent l'âge avancé, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, l'obésité, une prédisposition génétique et certaines maladies inflammatoires de l'intestin.

La détection et l'enlèvement des polypes sont généralement effectués lors d'une coloscopie, au cours de laquelle un médecin insère un tube flexible muni d'une caméra dans le rectum pour examiner l'intérieur du côlon. Si des polypes sont détectés, ils peuvent être retirés pendant la procédure. Une surveillance régulière est recommandée pour les personnes présentant un risque accru de développer des polypes ou un cancer colorectal.

'Oryctolagus Cuniculus' est la dénomination latine et scientifique utilisée pour désigner le lièvre domestique ou lapin européen. Il s'agit d'une espèce de mammifère lagomorphe de taille moyenne, originaire principalement du sud-ouest de l'Europe et du nord-ouest de l'Afrique. Les lapins sont souvent élevés en tant qu'animaux de compagnie, mais aussi pour leur viande, leur fourrure et leur peau. Leur corps est caractérisé par des pattes postérieures longues et puissantes, des oreilles droites et allongées, et une fourrure dense et courte. Les lapins sont herbivores, se nourrissant principalement d'herbe, de foin et de légumes. Ils sont également connus pour leur reproduction rapide, ce qui en fait un sujet d'étude important dans les domaines de la génétique et de la biologie de la reproduction.

Les maladies de la prostate se réfèrent à un ensemble de conditions qui affectent la glande prostatique, une glande située juste en dessous de la vessie de l'homme et qui entoure l'urètre. La prostate est responsable de la production d'une partie du liquide séminal, un fluide qui transporte les spermatozoïdes pendant l'éjaculation. Les maladies de la prostate peuvent affecter la fonction urinaire, la fonction sexuelle et, dans certains cas, la santé générale d'un homme.

Voici quelques exemples de maladies de la prostate :

1. Hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) : Aussi appelée adénome de la prostate, l'HBP est une condition non cancéreuse dans laquelle la prostate grossit et peut exercer une pression sur l'urètre, ce qui entraîne des symptômes urinaires tels qu'un flux d'urine faible, un besoin fréquent d'uriner, en particulier la nuit, et des difficultés à vider complètement la vessie.
2. Prostatite : Il s'agit d'une inflammation de la prostate qui peut être causée par une infection bactérienne ou non bactérienne. Les symptômes peuvent inclure des douleurs et des inconforts au niveau du bas-ventre, du périnée, du scrotum et du haut des cuisses, ainsi que des symptômes urinaires tels qu'une miction douloureuse ou difficile, une envie fréquente d'uriner et des douleurs pendant l'éjaculation.
3. Cancer de la prostate : Il s'agit d'un cancer qui se développe dans les cellules de la prostate. Les symptômes peuvent être similaires à ceux de l'HBP, tels qu'un flux urinaire faible, un besoin fréquent d'uriner et des difficultés à vider complètement la vessie. Cependant, contrairement à l'HBP, le cancer de la prostate peut également se propager à d'autres parties du corps, entraînant ainsi des symptômes supplémentaires tels que des douleurs osseuses et une fatigue extrême.

Il est important de consulter un médecin si vous présentez des symptômes urinaires ou génitaux inhabituels, car ils peuvent être le signe d'une maladie sous-jacente qui nécessite un traitement.

La peau est le plus grand organe du corps humain, servant de barrière physique entre l'intérieur du corps et son environnement extérieur. Elle a plusieurs fonctions importantes, y compris la protection contre les agents pathogènes, les dommages mécaniques, les variations de température et les rayons ultraviolets du soleil.

La peau est composée de trois couches principales : l'épiderme, le derme et l'hypoderme. L'épiderme est la couche externe, constituée principalement de cellules mortes qui sont constamment shed and replaced. The dermis, just below the epidermis, contains tough connective tissue, sweat glands, hair follicles, and blood vessels. The hypodermis is the deepest layer, composed of fat and connective tissue that provides padding and insulation for the body.

In addition to providing protection, the skin also plays a role in sensation through nerve endings that detect touch, temperature, and pain. It helps regulate body temperature through sweat glands that release perspiration to cool the body down when it's hot. Furthermore, the skin synthesizes vitamin D when exposed to sunlight.

Maintaining healthy skin is important for overall health and well-being. Proper care includes protecting it from excessive sun exposure, keeping it clean, moisturized, and nourished with essential nutrients.

L'hyperaldostéronisme est un état clinique caractérisé par une production excessive d'aldostérone, une hormone stéroïde minéralocorticoïde produite par la zone glomérulée du cortex surrénalien. Il existe deux types principaux d'hyperaldostéronisme : primaire et secondaire.

Dans l'hyperaldostéronisme primaire, également connu sous le nom de maladie de Conn, il y a une tumeur bénigne ou maligne (cancer) dans les glandes surrénales qui produit trop d'aldostérone. Cela entraîne une rétention sodique, une augmentation du volume sanguin et une hypertension artérielle.

Dans l'hyperaldostéronisme secondaire, la production excessive d'aldostérone est due à une affection sous-jacente qui stimule les glandes surrénales, comme une insuffisance rénale chronique, une sténose de l'artère rénale ou une maladie cardiaque congestive.

Les symptômes courants de l'hyperaldostéronisme comprennent l'hypertension artérielle, les crampes musculaires, la faiblesse, la fatigue, la polyurie (miction excessive), la polydipsie (soif excessive) et l'alcalose métabolique. Le diagnostic est généralement posé sur la base de tests sanguins qui montrent des niveaux élevés d'aldostérone et une faible kaliémie (faibles taux de potassium). Le traitement dépend du type d'hyperaldostéronisme et peut inclure des médicaments, la chirurgie ou le traitement de la maladie sous-jacente.

Une anastomose chirurgicale est une procédure au cours de laquelle deux structures tubulaires, telles que des vaisseaux sanguins, des intestins ou des bronches, sont connectées ensemble après une résection ou une section. Cette connexion permet la circulation continue du sang, de l'air ou des matières digestives entre les deux structures.

L'anastomose peut être réalisée en utilisant différentes techniques chirurgicales, telles que la suture manuelle ou l'utilisation d'un appareil de suturation automatique. Les bords des structures sont soigneusement alignés et fixés ensemble pour assurer une fuite minimale et une cicatrisation optimale.

Après l'anastomose, il est important de surveiller étroitement la zone pour détecter toute complication telle que une infection, une fuite ou une thrombose. Des soins appropriés peuvent inclure des antibiotiques, une alimentation restreinte et une surveillance régulière de la fonction de l'organe.

Une prothèse vasculaire est un dispositif médical utilisé pour remplacer ou soutenir une partie endommagée ou défaillante des vaisseaux sanguins. Elle peut être fabriquée à partir de divers matériaux, tels que le Dacron, le PTFE (polytétrafluoroéthylène) ou les matériaux biologiques comme la veine saphena. Les prothèses vasculaires sont couramment utilisées dans les interventions chirurgicales telles que les pontages coronariens, les bypass aorto-fémoraux et les réparations d'anévrismes. Elles peuvent être de différents types, y compris les stents, les endoprothèses et les patchs vasculaires. Le choix du type de prothèse dépendra de la localisation et de l'étendue de la lésion vasculaire, ainsi que des caractéristiques individuelles du patient.

Interventional ultrasonography est un domaine de la médecine qui utilise des techniques d'imagerie par ultrasons pour guider des procédures médicales invasives. Il s'agit d'une forme avancée de diagnostic et de thérapeutique qui permet aux médecins de visualiser en temps réel les structures internes du corps, telles que les vaisseaux sanguins, les organes et les tissus, tout en effectuant des procédures telles que des biopsies, des injections thérapeutiques, des drainages ou des ablations.

L'utilisation d'ultrasons pour guider ces procédures offre plusieurs avantages par rapport aux méthodes traditionnelles. Tout d'abord, elle permet une visualisation en temps réel et en trois dimensions des structures anatomiques, ce qui facilite la planification et l'exécution de la procédure. De plus, elle minimise les risques associés à des procédures invasives telles que les ponctions ou les injections, car elles peuvent être effectuées avec une grande précision, réduisant ainsi le risque de complications telles que des hémorragies ou des infections.

Les applications courantes de l'échographie interventionnelle comprennent la biopsie des tissus mous et des ganglions lymphatiques, le drainage des abcès ou des collections de fluides, l'injection de médicaments dans les articulations ou les vaisseaux sanguins, et l'ablation des tumeurs par radiofréquence ou par ultrasons focalisés.

En résumé, l'échographie interventionnelle est une technique avancée d'imagerie médicale qui permet de guider des procédures invasives avec précision et sécurité, améliorant ainsi les résultats pour les patients et réduisant les risques associés aux procédures traditionnelles.

Un stent est un petit dispositif médical généralement fabriqué en métal, en plastique ou en matériau composite. Il est conçu pour soutenir les parois internes d'une cavité corporelle ou d'un vaisseau sanguin lorsqu'elles sont affaiblies ou endommagées. Les stents sont le plus souvent utilisés dans les artères coronaires pour maintenir la lumière (l'espace à l'intérieur) du vaisseau ouvert après un traitement de dilatation par ballonnet, une procédure connue sous le nom d'angioplastie.

Ce dispositif aide à prévenir la resténose, c'est-à-dire le rétrécissement ou la fermeture de l'artère traitée. Les stents peuvent également être utilisés dans d'autres parties du corps, telles que les voies urinaires, les voies biliaires et les bronches, pour assurer le maintien de la lumière et faciliter ainsi la circulation des fluides corporels. Certains stents sont même recouverts de médicaments (stents medicamenteux) qui sont libérés lentement dans la paroi du vaisseau pour prévenir la croissance excessive des tissus à l'intérieur du vaisseau et maintenir ainsi la perméabilité.

La fludrocortisone est un médicament corticostéroïde synthétique qui possède une activité principalement minéralocorticoïde, ce qui signifie qu'il agit en augmentant la réabsorption du sodium et la sécrétion du potassium dans le tubule contourné distal du néphron dans les reins. Cela a pour effet de diminuer l'excrétion urinaire du sodium, d'augmenter le volume sanguin et d'élever la pression artérielle.

La fludrocortisone est utilisée principalement dans le traitement de certaines formes de maladies rénales, telles que l'insuffisance surrénalienne, où les glandes surrénales ne produisent pas suffisamment d'hormones corticostéroïdes. Elle peut également être utilisée dans le traitement de la maladie d'Addison et du syndrome de Barter.

Il est important de noter que l'utilisation de la fludrocortisone doit être surveillée de près par un professionnel de santé, car elle peut entraîner des effets secondaires graves tels qu'une rétention hydrosodée excessive, une hypertension artérielle et un déséquilibre électrolytique.

ARN messager (ARNm) est une molécule d'acide ribonucléique simple brin qui transporte l'information génétique codée dans l'ADN vers les ribosomes, où elle dirige la synthèse des protéines. Après la transcription de l'ADN en ARNm dans le noyau cellulaire, ce dernier est transloqué dans le cytoplasme et fixé aux ribosomes. Les codons (séquences de trois nucléotides) de l'ARNm sont alors traduits en acides aminés spécifiques qui forment des chaînes polypeptidiques, qui à leur tour se replient pour former des protéines fonctionnelles. Les ARNm peuvent être régulés au niveau de la transcription, du traitement post-transcriptionnel et de la dégradation, ce qui permet une régulation fine de l'expression génique.

Dans le contexte actuel, les vaccins à ARNm contre la COVID-19 ont été développés en utilisant des morceaux d'ARNm synthétiques qui codent pour une protéine spécifique du virus SARS-CoV-2. Lorsque ces vaccins sont administrés, les cellules humaines produisent cette protéine virale étrangère, ce qui déclenche une réponse immunitaire protectrice contre l'infection par le vrai virus.

Les hydroxyprogestérones sont des hormones stéroïdes qui se produisent naturellement dans le corps humain. Elles sont dérivées de la progestérone, une autre hormone stéroïde importante. Les hydroxyprogestérones sont créées lorsque la progestérone est convertie par l'action d'une enzyme appelée hydroxylase.

Il existe plusieurs types différents d'hydroxyprogestérones, qui varient en fonction du site de la molécule de progestérone où l'hydroxylation a lieu. Par exemple, il y a 11-hydroxyprogestérone, 17-hydroxyprogestérone et 21-hydroxyprogestérone.

Ces hormones sont importantes pour une variété de fonctions dans le corps humain, notamment la régulation du cycle menstruel et la grossesse. Les déséquilibres dans les niveaux d'hydroxyprogestérones peuvent contribuer à un certain nombre de problèmes de santé, tels que des irrégularités menstruelles, une infertilité et un risque accru de fausse couche.

Les hydroxyprogestérones sont également utilisées dans le traitement médical de certaines conditions, telles que l'endométriose et le cancer du sein. Dans ces cas, des médicaments synthétiques qui imitent les effets des hydroxyprogestérones peuvent être prescrits pour aider à contrôler les symptômes ou ralentir la progression de la maladie.

La prostatite est un terme utilisé pour décrire l'inflammation de la prostate, une glande située juste en dessous de la vessie chez les hommes. Elle peut être associée à des symptômes urinaires, génitaux et/ou pelviens. Selon l'origine et la durée de l'inflammation, on distingue plusieurs types de prostatite :

1. Prostatite aiguë bactérienne : Elle est causée par une infection bactérienne aigüe de la prostate. Les symptômes peuvent inclure des douleurs pelviennes, une urination douloureuse ou fréquente, une fièvre et des frissons. Ce type de prostatite est généralement traité avec des antibiotiques.

2. Prostatite chronique bactérienne : Dans ce cas, l'infection bactérienne persiste pendant plusieurs mois, voire des années. Les symptômes peuvent être similaires à ceux de la prostatite aiguë bactérienne, mais ils sont généralement moins graves et plus intermittents. Le traitement consiste également en une antibiothérapie à long terme.

3. Prostatite/syndrome du bas appareil urinaire (P/SBAS) ou prostatite chronique non bactérienne : C'est le type le plus fréquent de prostatite, représentant environ 90% des cas. Bien qu'il n'y ait pas d'infection bactérienne détectable, les hommes atteints de cette forme peuvent ressentir des douleurs pelviennes, une urination douloureuse ou fréquente, des douleurs pendant l'éjaculation et d'autres symptômes du bas appareil urinaire. Les causes ne sont pas complètement comprises, mais il est possible qu'un déséquilibre de la flore bactérienne, une inflammation chronique ou des facteurs nerveux soient impliqués. Le traitement peut inclure des médicaments pour soulager les symptômes, des changements de mode de vie et des thérapies complémentaires.

4. Prostatite asymptomatique : Il s'agit d'une forme rare de prostatite dans laquelle il y a une inflammation de la prostate détectée par hasard lors d'un examen, mais sans aucun symptôme associé. Aucun traitement n'est généralement nécessaire, sauf si des complications surviennent.

Les méthodes immuno-enzymatiques (MIE) sont des procédés analytiques basés sur l'utilisation d'anticorps marqués à une enzyme pour détecter et quantifier des molécules spécifiques, appelées analytes, dans un échantillon. Ces méthodes sont largement utilisées en diagnostic médical et en recherche biomédicale pour la détermination de divers biomarqueurs, protéines, hormones, drogues, vitamines, et autres molécules d'intérêt.

Le principe des MIE repose sur l'interaction spécifique entre un anticorps et son antigène correspondant. Lorsqu'un échantillon contenant l'analyte est mélangé avec des anticorps marqués, ces derniers se lient à l'analyte présent dans l'échantillon. Ensuite, une réaction enzymatique est initiée par l'enzyme liée à l'anticorps, ce qui entraîne la production d'un produit de réaction coloré ou luminescent. La quantité de produit formé est directement proportionnelle à la concentration de l'analyte dans l'échantillon et peut être déterminée par des mesures spectrophotométriques, fluorimétriques ou chimiluminescentes.

Les MIE comprennent plusieurs techniques couramment utilisées en laboratoire, telles que l'immunoessai enzymatique lié (ELISA), l'immunochromatographie en bandelette (LFIA), et les immuno-blots. Ces méthodes offrent des avantages tels qu'une grande sensibilité, une spécificité élevée, une facilité d'utilisation, et la possibilité de multiplexage pour détecter simultanément plusieurs analytes dans un seul échantillon.

En résumé, les méthodes immuno-enzymatiques sont des procédés analytiques qui utilisent des anticorps marqués avec une enzyme pour détecter et quantifier des molécules spécifiques dans un échantillon, offrant une sensibilité et une spécificité élevées pour une variété d'applications en recherche et en diagnostic.

Un poumon est un organe apparié dans le système respiratoire des vertébrés. Chez l'homme, chaque poumon est situé dans la cavité thoracique et est entouré d'une membrane protectrice appelée plèvre. Les poumons sont responsables du processus de respiration, permettant à l'organisme d'obtenir l'oxygène nécessaire à la vie et d'éliminer le dioxyde de carbone indésirable par le biais d'un processus appelé hématose.

Le poumon droit humain est divisé en trois lobes (supérieur, moyen et inférieur), tandis que le poumon gauche en compte deux (supérieur et inférieur) pour permettre l'expansion de l'estomac et du cœur dans la cavité thoracique. Les poumons sont constitués de tissus spongieux remplis d'alvéoles, où se produit l'échange gazeux entre l'air et le sang.

Les voies respiratoires, telles que la trachée, les bronches et les bronchioles, conduisent l'air inspiré dans les poumons jusqu'aux alvéoles. Le muscle principal de la respiration est le diaphragme, qui se contracte et s'allonge pour permettre l'inspiration et l'expiration. Les poumons sont essentiels au maintien des fonctions vitales et à la santé globale d'un individu.

Une anastomose artérioveineuse chirurgicale est une procédure au cours de laquelle une connexion est créée chirurgicalement entre une artère et une veine. Cette technique est utilisée dans diverses applications médicales, telles que la bypass coronarien pour traiter les maladies des artères coronaires, ou dans le cadre de procédures de revascularisation pour les membres atteints de maladie artérielle périphérique. Elle peut également être utilisée en chirurgie reconstructive pour détourner le flux sanguin loin d'une zone lésée ou endommagée, ou dans le traitement de certaines malformations vasculaires congénitales. L'anastomose artérioveineuse peut être créée en utilisant des sutures fines ou des dispositifs médicaux spécialisés tels que des connecteurs chirurgicaux.

La "transformation cellulaire néoplasique" est un processus biologique dans lequel une cellule normale et saine se transforme en une cellule cancéreuse anormale et autonome. Ce processus est caractérisé par des changements irréversibles dans la régulation de la croissance et de la division cellulaire, entraînant la formation d'une tumeur maligne ou d'un néoplasme.

Les facteurs qui peuvent contribuer à la transformation cellulaire néoplasique comprennent des mutations génétiques aléatoires, l'exposition à des agents cancérigènes environnementaux tels que les radiations et les produits chimiques, ainsi que certains virus oncogènes.

Les changements cellulaires qui se produisent pendant la transformation néoplasique comprennent des anomalies dans les voies de signalisation cellulaire, une régulation altérée de l'apoptose (mort cellulaire programmée), une activation anormale des enzymes impliquées dans la réplication de l'ADN et une augmentation de l'angiogenèse (croissance de nouveaux vaisseaux sanguins pour fournir de l'oxygène et des nutriments à la tumeur).

La transformation cellulaire néoplasique est un processus complexe qui peut prendre plusieurs années, voire plusieurs décennies, avant qu'une tumeur maligne ne se développe. Cependant, une fois que cela se produit, les cellules cancéreuses peuvent envahir les tissus environnants et se propager à d'autres parties du corps, ce qui peut entraîner des complications graves et même la mort.

Un carcinome intracanalaire non infiltrant (CINI) est un type spécifique de cancer du sein qui se développe dans les canaux milkers (canaux lactifères) à l'intérieur du tissu mammaire. Il s'agit d'un stade précoce et non invasif du cancer, ce qui signifie qu'il ne s'est pas encore propagé au-delà des canaux milkers.

Le CINI est généralement détecté par mammographie ou biopsie mammaire. Les cellules cancéreuses se multiplient et forment une croissance anormale dans les canaux, mais elles ne traversent pas la paroi du canal pour envahir le tissu environnant.

Le CINI est classé en trois catégories de gravité : CIN1 (lésion légère), CIN2 (lésion modérée) et CIN3 (lésion sévère). Les lésions les plus graves, CIN3, sont également appelées carcinome in situ.

Le traitement du CINI peut inclure une surveillance attentive, une lumpectomie (ablation chirurgicale de la tumeur) ou une mastectomie (ablation complète du sein). La radiothérapie et/ou l'hormonothérapie peuvent également être recommandées en fonction de la gravité de la lésion et des facteurs de risque de récidive.

Il est important de noter que le CINI peut évoluer vers un cancer invasif s'il n'est pas traité, il est donc important de suivre les recommandations de traitement et de surveillance de son médecin.

Les maladies des corticosurrénales se réfèrent à un ensemble de troubles et de conditions qui affectent les glandes surrénales, qui sont des glandes endocrines situées au-dessus des reins. Les glandes surrénales ont deux parties principales : la médulla (centre) et le cortex (écorce). Le cortex des glandes surrénales est divisé en trois zones : la zona glomerulosa, la zona fasciculata et la zona reticularis. Chaque zone produit différents types d'hormones stéroïdiennes.

Les maladies des corticosurrénales sont principalement liées à des problèmes de fonctionnement du cortex surrénalien, entraînant une production excessive ou insuffisante d'hormones corticosurrénaliennes. Les hormones corticosurrénaliennes comprennent les glucocorticoïdes (tels que le cortisol), les minéralocorticoïdes (tel que l'aldostérone) et les androgènes.

Voici quelques exemples de maladies des corticosurrénales :

1. Maladie de Cushing : Il s'agit d'une affection dans laquelle il y a une production excessive de cortisol, entraînant des symptômes tels qu'un gain de poids excessif, une obésité faciale ronde (appelée « visage de lune »), une hypertension artérielle, un diabète sucré, une faiblesse musculaire, une peau fine et fragile, des ecchymoses faciles et des troubles de l'humeur.
2. Insuffisance surrénalienne : Il s'agit d'une affection dans laquelle il y a une production insuffisante de cortisol et d'aldostérone. Les symptômes peuvent inclure une faiblesse extrême, une fatigue, une perte de poids, des nausées, des vomissements, une déshydratation, une hypotension artérielle, une perte de sel dans l'urine et une sensibilité au potassium.
3. Syndrome de Conn : Il s'agit d'une affection dans laquelle il y a une production excessive d'aldostérone, entraînant une hypertension artérielle, une faiblesse musculaire, des crampes, une polyurie (augmentation de la miction), une polydipsie (augmentation de la soif) et une hypokaliémie (faible taux de potassium dans le sang).
4. Hyperplasie congénitale des surrénales : Il s'agit d'une affection héréditaire dans laquelle il y a une production excessive d'androgènes, entraînant une virilisation prématurée chez les filles et un retard de croissance chez les garçons.
5. Tumeurs surrénaliennes : Les tumeurs bénignes ou malignes des glandes surrénales peuvent entraîner une production excessive d'hormones stéroïdes, entraînant divers symptômes en fonction du type et de la localisation de la tumeur.

Je suis désolé, mais la phrase que vous avez demandée de définir est un peu contradictoire. Le terme "leucémie" se réfère à un type spécifique de cancer du sang ou du système lymphatique qui se développe dans la moelle osseuse. Alors que le terme "expérimental" fait référence à quelque chose qui est relatif à ou impliqué dans une expérience ou un essai, en particulier un essai clinique d'un médicament ou d'un traitement. Il n'est donc pas possible de fournir une définition médicale de "leucémie expérimentale" car ce ne sont pas des termes qui vont ensemble dans un contexte médical.

Cependant, si vous cherchez à savoir ce que signifie la réalisation d'une expérience ou d'un essai clinique sur la leucémie, cela se référerait à des recherches visant à tester de nouveaux traitements, médicaments, thérapies ou procédures pour diagnostiquer, prévenir ou traiter la leucémie. Ces essais cliniques sont importants pour faire avancer notre compréhension et notre capacité à traiter les maladies, y compris la leucémie.

Les maladies lymphatiques se réfèrent à un large éventail de troubles qui affectent le système lymphatique, un réseau crucial dans notre corps chargé de la défense immunitaire et du maintien de l'équilibre des fluides. Ce système est composé de vaisseaux lymphatiques, d'organes lymphoïdes (comme la rate, les ganglions lymphatiques, le thymus et les amygdales), ainsi que de la lymphe, un liquide clair qui circule dans ces vaisseaux.

Les maladies lymphatiques peuvent être congénitales ou acquises et peuvent affecter aussi bien les adultes que les enfants. Elles comprennent des conditions telles que :

1. L'lymphedème: un gonflement douloureux généralement dans les bras ou les jambes, causé par une accumulation de lymphe due à une anomalie ou à une obstruction des vaisseaux lymphatiques.

2. Le lymphome : un cancer qui affecte le système lymphatique, provoquant la multiplication anormale et incontrôlée des cellules immunitaires appelées lymphocytes. Il existe deux principaux types de lymphomes : le lymphome non hodgkinien et le lymphome de Hodgkin.

3. La maladie de Castleman : une affection rare dans laquelle les ganglions lymphatiques grossissent de manière anormale, provoquant souvent des symptômes tels que fièvre, fatigue, perte de poids et douleurs.

4. La drépanocytose : une maladie génétique qui affecte les globules rouges, entraînant leur déformation en forme de faucille. Bien que principalement considérée comme une maladie sanguine, la drépanocytose peut également endommager le système lymphatique.

5. La syphilis : une infection sexuellement transmissible causée par la bactérie Treponema pallidum. Si elle n'est pas traitée, la syphilis peut entraîner des complications graves, y compris des dommages au système lymphatique.

6. La tuberculose : une maladie infectieuse causée par Mycobacterium tuberculosis qui affecte souvent les poumons mais peut également se propager à d'autres parties du corps, y compris le système lymphatique.

7. Le VIH/SIDA : le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) affaiblit le système immunitaire en détruisant les cellules CD4 ou lymphocytes T auxiliaires, ce qui rend les personnes infectées plus susceptibles aux maladies opportunistes. Le stade avancé de l'infection par le VIH est appelé syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA).

Il est important de noter que ces affections ne sont pas exhaustives et qu'il existe d'autres maladies qui peuvent affecter le système lymphatique. Si vous présentez des symptômes ou des préoccupations concernant votre santé, il est essentiel de consulter un professionnel de la santé qualifié pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

Je suis désolé, mais la requête « Citrobacter Rodentium » ne correspond pas à une définition médicale standard. Citrobacter Rodentium est en fait une bactérie spécifique qui est souvent utilisée dans des modèles de souris pour étudier les infections entériques et les réponses immunitaires. Il s'agit d'une espèce de bactéries Gram-négatives, non invasives et à faible pathogénicité pour les humains, mais qui peut causer des maladies graves chez la souris. Cela dit, si vous cherchez une définition médicale ou une clarification sur un sujet spécifique lié à la médecine, n'hésitez pas à me poser d'autres questions.

L'angiomatose est un terme médical qui décrit une prolifération anormale de vaisseaux sanguins ou lymphatiques dans divers tissus et organes du corps. Cette affection peut affecter la peau, les muqueuses, les viscères et parfois les os.

Il existe plusieurs types d'angiomatose, en fonction de la taille et du type des vaisseaux sanguins ou lymphatiques impliqués. Les deux principaux types sont l'angiomatose vasculaire et l'angiomatose lymphatique.

L'angiomatose vasculaire est caractérisée par la présence de petits vaisseaux sanguins anormaux, appelés angiomes, qui se forment dans divers tissus et organes du corps. Les angiomes peuvent être de différentes tailles et formes, allant de petites taches cutanées à des lésions plus importantes qui peuvent affecter les organes internes.

L'angiomatose lymphatique, quant à elle, est caractérisée par la présence de vaisseaux lymphatiques anormaux qui se forment dans divers tissus et organes du corps. Ces vaisseaux lymphatiques peuvent causer une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus, entraînant un gonflement et des lésions.

Les causes de l'angiomatose ne sont pas complètement comprises, mais il est généralement admis qu'elle résulte d'une anomalie du développement vasculaire pendant la grossesse ou dans les premiers stades de la vie. Dans certains cas, l'angiomatose peut être associée à des maladies génétiques sous-jacentes ou à une exposition à des facteurs environnementaux spécifiques.

Le traitement de l'angiomatose dépend du type et de la gravité de la maladie. Dans certains cas, aucun traitement n'est nécessaire, en particulier si les lésions sont petites et ne causent pas de symptômes. Cependant, dans d'autres cas, le traitement peut inclure des médicaments, une intervention chirurgicale ou une radiothérapie pour éliminer les lésions vasculaires anormales.

L'hyperparathyroïdie secondaire est un trouble endocrinien dans lequel les glandes parathyroïdes produisent excessivement l'hormone parathyroïde (PTH) en réponse à une faible teneur en calcium dans le sang. Contrairement à l'hyperparathyroïdie primaire, qui est causée par une anomalie des glandes parathyroïdes elles-mêmes, l'hyperparathyroïdie secondaire est généralement déclenchée par un problème rénal sous-jacent, tel qu'une maladie rénale chronique.

Dans des conditions normales, les reins jouent un rôle crucial dans la régulation des niveaux de calcium et de phosphore dans le sang en activant ou désactivant la vitamine D. Cependant, lorsque les reins sont endommagés, comme dans la maladie rénale chronique, leur capacité à réguler ces minéraux est compromise, entraînant une diminution des niveaux de calcium sanguin. Pour compenser cette baisse, les glandes parathyroïdes augmentent la production de PTH, ce qui favorise la libération de calcium et de phosphore des os dans le sang pour rétablir l'homéostasie minérale.

Cependant, avec le temps, cette réponse compensatoire peut entraîner une déminéralisation excessive des os, entraînant des complications telles que l'ostéoporose et une augmentation du risque de fractures. En outre, l'excès de PTH et de phosphore dans le sang peut également entraîner d'autres complications, telles que des calculs rénaux, une hypertension artérielle et une maladie cardiovasculaire accrue.

Le traitement de l'hyperparathyroïdie secondaire vise généralement à gérer la cause sous-jacente, souvent par le biais d'un traitement de la maladie rénale chronique. Des médicaments peuvent également être prescrits pour contrôler les niveaux de PTH, de calcium et de phosphore dans le sang, tandis que des suppléments de vitamine D peuvent être recommandés pour aider à améliorer l'absorption intestinale du calcium. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être envisagée pour retirer une partie ou la totalité des glandes parathyroïdes, en particulier si les complications sont graves ou ne répondent pas au traitement médicamenteux.

Les "Lower Urinary Tract Symptoms" (LUTS) sont un ensemble de signes et de symptômes liés au fonctionnement du bas appareil urinaire, qui comprend la vessie et l'urètre. Les LUTS peuvent être classés en trois catégories principales :

1. Symptômes de vidange vésicale : ils sont associés à des difficultés à évacuer l'urine et comprennent une faible force du jet urinaire, un flux urinaire intermittent, une sensation de vidange incomplète de la vessie, et des efforts pour uriner.
2. Symptômes de remplissage vésical : ils sont associés à une augmentation de la pression dans la vessie et comprennent une augmentation de la fréquence urinaire, une urgence urinaire, une nycturie (le besoin d'uriner pendant la nuit), et une incontinence urinaire.
3. Symptômes du tract urinaire irritatif : ils sont associés à des sensations désagréables ou douloureuses dans le bas ventre et comprennent des douleurs, des brûlures ou des picotements pendant la miction.

Les LUTS peuvent être causés par une variété de facteurs, y compris des infections des voies urinaires, des troubles neurologiques, des maladies de la prostate chez les hommes, et des changements liés à l'âge. Ils peuvent affecter considérablement la qualité de vie des personnes qui en souffrent et nécessitent une évaluation médicale appropriée pour déterminer la cause sous-jacente et élaborer un plan de traitement adapté.

La sténose pathologique est un terme médical qui se réfère à l'étroitesse ou au rétrécissement anormal d'une lumière ou d'un conduit dans le corps, entraînant une altération du flux des fluides corporels tels que le sang, la salive ou les selles. Ce rétrécissement est souvent causé par une croissance anormale des tissus, comme des cicatrices, des tumeurs ou des calcifications, qui se développent dans la zone étroite et restreignent davantage le passage. Les sténoses pathologiques peuvent survenir dans diverses parties du corps, y compris les vaisseaux sanguins, les voies respiratoires, les voies digestives et les voies urinaires. Elles peuvent entraîner une variété de symptômes, en fonction de leur emplacement et de la gravité du rétrécissement, tels qu'une douleur thoracique, des essoufflements, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales ou des difficultés à uriner. Le traitement dépendra de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments, une intervention chirurgicale ou d'autres procédures thérapeutiques.

Le foie est un organe interne vital situé dans la cavité abdominale, plus précisément dans le quadrant supérieur droit de l'abdomen, juste sous le diaphragme. Il joue un rôle essentiel dans plusieurs fonctions physiologiques cruciales pour le maintien de la vie et de la santé.

Dans une définition médicale complète, le foie est décrit comme étant le plus grand organe interne du corps humain, pesant environ 1,5 kilogramme chez l'adulte moyen. Il a une forme et une taille approximativement triangulaires, avec cinq faces (diaphragmatique, viscérale, sternale, costale et inférieure) et deux bords (droits et gauches).

Le foie est responsable de la détoxification du sang en éliminant les substances nocives, des médicaments et des toxines. Il participe également au métabolisme des protéines, des glucides et des lipides, en régulant le taux de sucre dans le sang et en synthétisant des protéines essentielles telles que l'albumine sérique et les facteurs de coagulation sanguine.

De plus, le foie stocke les nutriments et les vitamines (comme la vitamine A, D, E et K) et régule leur distribution dans l'organisme en fonction des besoins. Il joue également un rôle important dans la digestion en produisant la bile, une substance fluide verte qui aide à décomposer les graisses alimentaires dans l'intestin grêle.

Le foie est doté d'une capacité remarquable de régénération et peut reconstituer jusqu'à 75 % de son poids initial en seulement quelques semaines, même après une résection chirurgicale importante ou une lésion hépatique. Cependant, certaines maladies du foie peuvent entraîner des dommages irréversibles et compromettre sa fonctionnalité, ce qui peut mettre en danger la vie de la personne atteinte.

Les tumeurs surrénaliennes sont des growths anormaux qui se développent dans les glandes surrénales. Les glandes surrénales sont des petites glandes situées au-dessus des reins qui produisent plusieurs hormones importantes telles que l'adrénaline, le cortisol et les androgènes.

Les tumeurs surrénaliennes peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont appelées adénomes surrénaliens et sont relativement courantes, affectant environ 3 à 10 personnes sur 100 000. La plupart des adénomes surrénaliens ne causent pas de symptômes et ne nécessitent aucun traitement.

Cependant, certaines tumeurs surrénales peuvent produire des niveaux excessifs d'hormones, ce qui peut entraîner une variété de symptômes. Par exemple, les tumeurs surrénales qui produisent de l'adrénaline peuvent causer des palpitations cardiaques, de l'anxiété, de la transpiration et des tremblements. Les tumeurs surrénales qui produisent du cortisol peuvent entraîner une prise de poids, un visage bouffi, une pression artérielle élevée, une faiblesse musculaire et une fragilité osseuse.

Les tumeurs surrénales malignes sont appelées phéochromocytomes ou corticosurrénalomes, selon l'hormone qu'elles produisent. Ces tumeurs sont rares mais peuvent être très dangereuses car elles peuvent entraîner une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou même la mort si elles ne sont pas traitées rapidement.

Le diagnostic des tumeurs surrénales implique généralement une combinaison de tests d'imagerie et de tests sanguins pour déterminer la taille, l'emplacement et le type de tumeur. Le traitement dépend du type et de la gravité de la tumeur mais peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une chimiothérapie.

... qui est une hyperplasie) ; ceci a rendu possible la transplantation de foie de donneurs vivants ; hyperplasie épidermique de la ... hyperplasie congénitale des surrénales (trouble héréditaire de la glande surrénale ; hyperplasie de lendomètre ( ... hyperplasie du tissu adipeux de lhypoderme chez les personnes atteintes de diabète ou en surpoids). Lhyperplasie est à ... Hyperplasie Mise en garde médicale modifier - modifier le code - voir Wikidata (aide) Lhyperplasie est un terme médical ...
Hyperplasie. Augmentation de volume dun tissu ou dun organe due à une augmentation du nombre de ses cellules. ...
Actualité Centrale Canine (04/07/2017) : La prostate est un organe primordial dans la fabrication du sperme chez le chien. Elle produit lessentiel du volume de l…
Traitement orthodontique habituel après condylectomie chez les patients présentant une hyperplasie condylienne unilatérale ...
HYPERPLASIE BÉNIGNE DE LA PROSTATE. Très fréquente, lhyperplasie bénigne de la prostate ou HBP touche 80 % des hommes de 80 ...
Hyperplasie de lendomètre et ménopause. Durant la ménopause, lendomètre doit être linéaire et fin, étant donné que les ... Normalement une hyperplasie endométriale est diagnostiquée grâce à une échographie. Celle-ci peut indiquer sil est nécessaire ... Une hyperplasie de lendomètre chez une femme ménopausée est toujours anormale et doit être étudiée. ... Comme nous le verrons en détail ci-après, sil sagit dune hyperplasie bénigne, il faut avant tout corriger la situation ...
Le contenu de ce site Web est destiné à des fins informatives et éducatives uniquement. Consulter un médecin pour un avis médical, un traitement ou un diagnostic.. ...
Lhyperplasie bénigne de la prostate (HBP) - également appelée hypertrophie de la prostate - est une affection courante à mesure que les hommes vieillissent. Une hypertrophie de la prostate peut provoquer des symptômes urinaires inconfortables, tels que le blocage de lécoulement de lurine hors de la vessie. Une hypertrophie de la prostate peut également causer des problèmes de vessie, des voies urinaires ou des reins.. Il existe plusieurs méthodes de traitement efficaces pour lélargissement de la prostate, y compris les médicaments, les thérapies mini-invasives et la chirurgie. Pour choisir la meilleure option, vous et votre médecin devez tenir compte de vos symptômes, de la taille de votre prostate, des autres maladies que vous pourriez avoir et de vos besoins personnels.. ...
Lhyperplasie pseudo-épithéliomateuse désigne des acanthoses très importantes pouvant simuler un carcinome épidermoïde (êpilhélioma spino-cellulaire) bien différenciè. Elle peut sobserver dans les maladies suivantes : ...
hyperplasie de lendomètre. En pratique, la balance bénéfices-risques des phytoestrogènes est insuffisamment évaluée. Des ...
Hyperplasie nodulaire focale : rare. Notes et références[modifier , modifier le code]. *↑ "Nbci, 2°13:Aflatoxins as a cause of ...
Hyperplasie épithéliale focale multiple chez un enfant de 7 ans immunocompétent au VIH : à propos dun cas à la Clinique ... 2023). Hyperplasie épithéliale focale multiple chez un enfant de 7 ans immunocompétent au VIH : à propos dun cas à la Clinique ... hyperplasie épithéliale, focale, enfant, immunocompétent Résumé. Introduction Lhyperplasie épithéliale focale (HEF) ou maladie ...
hyperplasie congénitale des surrénales. , moins graves, ne sont pas identifiées par le dépistage néonatal systématique et se ... hyperplasie congénitale des surrénales. est une maladie endocrinienne héréditaire causée par le déficit enzymatique de la ...
2 RCP en 1: RCP nationale couplée à FMG 2025 pré-indication: Syndrome de Cushing par hyperplasie nodulaire bilatérale des ... 2 RCP en 1: RCP nationale couplée à FMG 2025 pré-indication: Syndrome de Cushing par hyperplasie nodulaire bilatérale des ... 2 RCP en 1: RCP nationale couplée à FMG 2025 pré-indication: Syndrome de Cushing par hyperplasie nodulaire bilatérale des ... Syndromes de Cushing par hyperplasie nodulaire bilatérale des surrénales pour validation des dossiers pré-indications détude ...
Hyperplasie : accroissement anormal des cellules.. Hyperpyrexie : fièvre élevée.. Hyphe : unité cellulaire fongique.. ...
Retrouvez sur VIDAL la liste des médicaments contenant la substance active éthinylestradiol : ADEPAL, ASTERLUNA
Effets Secondaires des Substances : HYPERPLASIE DE LENDOMETRE. Bybiam2 20.07.2022. Effets Secondaires des Substances : ... Read More Effets Secondaires des Substances : HYPERPLASIE DE LENDOMETRE. ... HYPERPLASIE DE LENDOMETRE DIENESTROL DIETHYLSTILBESTROL DIETHYLSTILBESTROL DIPROPIONATE DIETHYLSTILBESTROL MONOBENZYL ETHER ...
Hyperplasie gingivale - Létiologie, la physiopathologie, les symptômes, les signes, les diagnostics et les pronostics à partir ... Une hyperplasie des tissus gingivaux sans inflammation peut survenir en réponse à divers médicaments. ...
Fréquence indéterminée : hyperplasie gingivale. Troubles du métabolisme et de la nutrition. · Fréquence indéterminée : ...
Hypersensibilité/Angioedème :. Un angioedème de la face, des extrémités, des lèvres, des muqueuses, de la langue, de la glotte et/ou du larynx a été rarement signalé chez les patients traités par un inhibiteur de lenzyme de conversion, y compris le périndopril (voir rubrique Effets indésirables). Ceci peut survenir à tout moment durant le traitement.. Dans de tels cas, COVERAM doit être arrêté immédiatement, et une surveillance appropriée doit être initiée et poursuivie, jusquà disparition complète des symptômes.. En cas de localisation uniquement au niveau de la face et des lèvres, loedème régresse en général sans traitement ; les antihistaminiques pouvant être utilisés pour soulager les symptômes.. Langioedème associé à un oedème laryngé peut être fatal. Lorsquil y a atteinte de la langue, de la glotte ou du larynx pouvant entraîner une obstruction des voies aériennes, un traitement durgence doit être administré rapidement. Ce dernier peut inclure ...
vascularite, pancréatite, gastrite, hyperplasie gingivale, hépatite,. ictère, élévation des enzymes hépatiques*, angioedème, ...
HYPERPLASIE de la PROSTATE et nycturie, le traitement qui redonne le sommeil Actualité publiée le 24/05/2016 ...
HYPERPLASIE de la PROSTATE et nycturie, le traitement qui redonne le sommeil Actualité publiée il y a 7 années 6 mois ... En cas de prostate élargie (hypertrophie ou hyperplasie), ce tout nouveau traitement de radiologie interventionnelle, ...
Echangez Infos et Conseils entre personnes concernées par Déficit en vitamine B12 ✓ 1er réseau social pour les patients et leurs proches. ✓ Des milliers de discussions.
Pancréatite, gastrite, hyperplasie gingivale. Affections hépatobiliaires. Très rare. Hépatite, ictère, élévation des enzymes ...
hyperplasie lymphoïde angiofolliculaire, type vasculaire hyaline [Concept NCIt]. *hyperplasie lymphoïde gastrique atypique [ ... hyperplasie angiofolliculaire lymphoïde [Concept NCIt]. *hyperplasie lymphoïde angiofolliculaire, type cellule plasmatique [ ... trouble lymphoprolifératif post-transplantation avec hyperplasie plasmocytaire [Concept NCIt]. *trouble lymphoprolifératif ...
Hyperplasie atypique canalaire [Terme de bas niveau MedDRA]. *NADH ubiquinone oxydo-réductase totale/citrate synthase_Cellules ...
les effets secondaires cosmétiques : hypertrichose, hyperplasie gingivale, alopécie 3 - Antimétabolites. Les deux molécules les ...
Hyperplasie congénitale des surrénales : 1 naissance sur 20 000 Surproduction dhormones. Chez les individus XX, des organes ...
  • Hyperplasie bénigne de la prostate associée à une congestion du haut appareil urinaire, infections urinaires chroniques ou calculs dans la vessie. (lefigaro.fr)
  • 3 Uniquement pour l'indication hyperplasie bénigne de la prostate. (lefigaro.fr)
  • L' hypertrophie bénigne de la prostate aussi appelée hyperplasie bénigne de la prostate ( HBP ) ou hyperplasie adénomyomateuse de la prostate ou plus communément adénome prostatique est une tumeur bénigne qui se développe aux dépens de la partie crâniale de la prostate . (wikipedia.org)
  • Dans l'HBP, l'architecture de la prostate est globalement préservée avec un aspect nodulaire, mais il existe une hyperplasie des différents constituants. (wikipedia.org)
  • Les difficultés à uriner étant le premier symptôme d'une hyperplasie bénigne de la prostate. (medisite.fr)
  • Le Cialis est un médicament destiné au traitement des dysfonctionnements érectiles, des adénomes de la prostate, des symptômes urinaires qui sont causés par une hypertrophie de la prostate due à une hyperplasie bénigne. (piluleserection24.com)
  • La transformation d'une hyperplasie en hyperplasie atypique est discutable. (lesjta.com)
  • Hyperplasie prostatique bénigne (HPB): quand consulter? (vitamag.ch)
  • La diapneusie est une tumeur benigne correspondant a une hyperplasie fibro-epitheliale de forme nodulaire avec une muqueuse de recouvrement d'aspect normal. (bvsalud.org)
  • Le dépistage néonatal pratiqué dans les 48 à 72 heures suivant la naissance permet d'identifier de manière très précoce certaines de ces pathologies (phénylcétonurie, hypothyroïdie congénitale, hyperplasie congénitale des surrénales, drépanocytose, mucoviscidose…), afin de limiter leur conséquences négatives pour les enfants et d'améliorer à terme leur qualité de vie. (destinationsante.com)
  • L' hyperplasie respective des différents constituants ( épithélial , musculaire lisse et fibroblastique) est d'intensité variable suivant les territoires examinés. (wikipedia.org)
  • Elle se caractérise par une hyperplasie/anaplasie cellulaire en l'absence de tout stimulus hypoxique. (caducee.net)
  • Par conséquent, une hyperplasie prédominante est détectée lorsque la maladie devient chronique et négligée. (happyheartholistichealth.com)
  • Une hyperplasie des tissus gingivaux sans inflammation peut survenir en réponse à divers médicaments. (msdmanuals.com)
  • Encore une remarque : les critères de David Page [3] sont très sélectifs, mais beaucoup d'anatomo-pathologistes hésitent entre hyperplasie atypique et cancer in situ par exemple [4] de sorte que l'étiquetage précis d'une lésion dépend de l'expérience, la compétence du lecteur de coupes - et de son adhésion ou non aux critères énoncés par Page. (lesjta.com)
  • hyperplasie atypique + antécédent familial de cancer du sein 11. (lesjta.com)
  • Il est souvent d'abord visuel (taille anormal d'un organe, d'une glande, hyperkératose, etc.), ou se fait lors d'une palpation (hyperplasie sensible au toucher. (wikipedia.org)
  • hyperplasie de l'endomètre (Hyperprolifération de l'endomètre dans l'utérus, souvent en réponse à une stimulation œstrogénique sans opposition dans le cadre du syndrome des ovaires polykystiques ou de l'administration exogène d'hormones. (wikipedia.org)

Pas de images disponibles qui correspondent au "hyperplasie"