C'est une analogique un antimétabolite pyrmidique antinéoplasiques. Cela interfère avec la synthèse ADN en bloquant la thymidylate synthétase conversion de l'acide désoxyuridylique en acide à thymidylic acide.
Le métabolite actif de l'acide folique. Leucovorin est utilisé principalement comme antidote à l'acide folique ANTAGONISTS.
Antimétabolites qui sont utiles de la chimiothérapie anticancéreuse.
L ’ utilisation de deux ou plus de produits chimiques simultanément ou séquentiellement dans la thérapie médicamenteuse des néoplasmes. Les médicaments ne doivent pas être dans la même forme pharmaceutique.
La pyrimidine oxidoreductase impliqué dans une base déchéance. Il y a catalyse le catabolisme de thymine ; uracile et le médicament chimiothérapeutique, le 5-fluorouracile.
Composés organiques qui contiennent du platine comme partie intégrante de la molécule.
Échéancier pour l ’ administration d ’ un médicament afin que l ’ efficacité et commodité.
Cancer de la tumeur ni COLON fini ou la ou les deux. Des facteurs de risque de cancer colorectal incluent rectocolite chronique ; polypose Polyposis Coli ; l ’ exposition à compressée ; et une radiothérapie du col d'une première impression.
Une enzyme du transférase classe qui catalyse la réaction 5,10-methylenetetrahydrofolate et décharge pour la dihydrofolate dTMP et de la synthèse de la thymidine triphosphate. (De Dorland, 27 e) CE 2.1.1.45.
Un hydrosoluble platine inorganique et complexe. Après avoir subi l ’ hydrolyse, il réagit avec l'ADN pour produire ces forme un réseau avec interstrand. Ces réplication et forme un réseau avec apparaissent pour altérer la transcription d ’ ADN. La cytotoxicité du cisplatine en corrélation avec des téléphones d'arrestation au G2 phase du cycle cellulaire.
À long terme (heures) minutes à l ’ administration d ’ un liquide dans la veine par ponction veineuse, soit en laissant le les fluides par la gravité ou par pompe.
Un alcaloïde isolé de la tige du bois des Chinois arbre, Camptotheca acuminés. Ce composé bloque sélectivement la enzyme nucléaire DNA Topoisomerases TYPE I. Plusieurs analogues semi-synthétique de camptothecin Antitumor ont montré une activité.
Un antimétabolite antinéoplasiques avec immunosuppresseur propriétés. C'est un inhibiteur de L-5-formyl-tétrahydrofolate déshydrogénase et empêche la formation de L-5-formyl-tétrahydrofolate, nécessaire pour la synthèse de la thymidylate, un constituant essentiel de l'ADN.
L'uracile est une base nucléique présente dans les acides nucléiques ribonucléiques (ARN), où elle forme des paires de bases avec l'adénine par l'intermédiaire de deux liaisons hydrogène, et joue un rôle crucial dans la réplication, la transcription et la traduction de l'information génétique.
C'est un antimétabolite antinéoplasiques métabolisée en 5-fluorouracile administré par une injection rapide ; après administration par perfusion lente, intra- artérielle et continue, il est converti en floxuridine monophosphate. Il a été utilisé pour traiter des métastases hépatiques à des adénocarcinomes mammaires et pour palliation de tumeurs malignes du foie et le tractus gastro-intestinal.
Thérapie médicamenteuse administré pour augmenter ou stimulent d'autres formes de traitement, tels que chirurgie ou radiothérapie. Une chimiothérapie adjuvante est couramment utilisé dans le traitement du cancer et peut être administré avant ou après le traitement primaire.
Une tumeur maligne avec une organisation épithéliales glandulaire.
Une anthracycline qui est le 4 '-epi-isomer de la doxorubicine. Le composé exerce ses effets Antitumor par interférence avec la synthèse et la fonction d'ADN.
5-Fluoro-2 '-deoxyuridylate. Un inhibiteur de la thymidylate synthétase. Formé à partir du 5-fluorouracile ou 5-fluorodeoxyuridine.
Le traitement d'une maladie ou de condition par plusieurs façons différentes simultanément ou de façon séquentielle. Chemoimmunotherapy, RADIOIMMUNOTHERAPY, Chemoradiotherapy, cryochemotherapy, J'ai fait marcher la radio et thérapie sont observés plus fréquemment, mais leurs combinaisons ensemble et de chirurgie sont aussi utilisés.
Cancer de la tumeur ni COLON.
Évaluation menée pour évaluer les résultats ou des suites de gestion et procédures utilisées dans la lutte contre la maladie afin de déterminer l'efficacité, efficacité, la tolérance et practicability de ces interventions dans des cas individuels, ou la série.
Précurseur de la moutarde à l'azote alkylant agent antinéoplasique et immunosuppressive qui doit être mise en œuvre dans le foie pour former le dérivé actif aldophosphamide. Ça a été utilisé dans le traitement de lymphomes et une leucémie. Son effet secondaire, alopécie, a été utilisée pour defleecing moutons. Cyclophosphamide peut également provoquer une stérilité, des malformations congénitales, des mutations, et le cancer.
Congener de fluorouracile avec comparables action antinéoplasiques. Il a été proposé surtout pour le traitement des tumeurs du sein.
Produit par un antibiotique antinéoplasiques Streptomyces caespitosus. C'est une des bi- ou des agents alkylants étant tri-functional causant d'ADN et la synthèse de l ’ ADN.
Médicaments chimiquement similaire au différents métabolites naturelle, mais assez pour interférer avec les voies métaboliques normales. (De AMA Drug Évaluations Annual, 1994, p2033)
La classe des procédures statistiques unique pour estimer la survie (fonction du temps, en commençant par une population à 100 % à un moment donné et qui fournit le pourcentage de la population toujours bien à plus tard de fois). L'analyse de la survie est alors utilisé pour faire des inférences sur les effets de traitements, les autres facteurs pronostics, les expositions, et autres covariants sur la fonction.
4-Methyl dérivé du LOMUSTINE ; (CCNU). Un agent antinéoplasique qui fonctionne comme un agent alkylant.
Après un traitement période dans laquelle il n'y a aucune apparition des symptômes ou effets de la maladie.
Tumeurs ou cancer de l'estomac.
Antibiotique antinéoplasiques obtenu à partir de Streptomyces peucetius. C'est un dérivé hydroxy de daunorubicine.
Tumeurs ou un cancer de la est fini.
La désoxycytidine est un nucléoside constitué d'une base azotée, la cytosine, liée à un pentose, la désoxyribose, qui joue un rôle crucial dans la réplication et la transcription de l'ADN.
Une drogue qui a été jugé antihelminthic expérimentalement en troubles rhumatismale où apparemment restaure la réponse immunitaire en augmentant macrophage Chimiotaxie et la fonction lymphocytaire T. Paradoxalement, cela amélioration immunitaire semble être bénéfique dans la polyarthrite rhumatoïde où dermatite, leucopénie, et de thrombocytopénie et nausée et vomissement ont été rapportés comme effets secondaires. (De Smith et Reynard, Le manuel de pharmacologie, 1991, p435-6)
Substances inhibant ou à éviter la prolifération des tumeurs.
Néoplasme le transfert d 'un organe ou d'une partie du corps à un autre éloignées du site primitif.
Des tumeurs ou de cancer de l'humain.
La proportion de survivants dans un groupe, par exemple, des patients, a étudié et suivis pendant une période, ou la proportion de personnes dans une équipe en vie au début d'un intervalle de temps qui survivent à la fin de l'entracte. Il est souvent étudié en utilisant des méthodes de survie.
Perfusion régional de la drogue via un cathéter artériel. Souvent une pompe sert à pousser le médicament par le cathéter. Utilisé dans le traitement du cancer, hémorragie gastro-intestinales hautes, infection, et les maladies vasculaires périphériques.
Inflammation des tissus mous de la bouche, tels que les muqueuses ; PALATE ; gencive ; et ramène.
Tumeurs ou un cancer du foie...
Un acide folique analogique qui consiste en l ’ isomère pharmacologiquement actif de Leucovorin.
5-Bromo-2,4 (1H, 3H) -pyrimidinedione. Brominated dérivé du uracile agissant comme antimétabolite, substituant aux thymine en ADN. C'est principalement utilisée comme un mutagène expérimental, mais ses deoxyriboside (BROMODEOXYURIDINE) est utilisé pour traiter néoplasmes.
Agents neutraliser ou neutraliser l'action de libérant du poison.
L'action d'une drogue pour promouvoir ou améliorer l ’ efficacité d ’ un autre médicament.
Un gaz à cytosine analogique qui sert un agent antifongique.
La relation entre la dose d'un drogue administrée et la réponse de l'organisme au produit.
L 'adaptation des méthodes thérapeutiques tels que proprietes (drogue) Chronotherapy, chirurgical, physiques ou radiologiques des variations de RHYTHMICITY biologique, comme rythme circadien, le traitement vise à favoriser normal rythmes, ou modifiant le timing de thérapie pour obtenir une efficacité maximale et minimale effet indésirable.
Un groupe de diterpénoïde CYCLODECANES nommé pour le nom de taxanes qui fut découverte chez les TAXUS arbre. Le mouvement de microtubules a fait certains utile que des agents antinéoplasiques.
Un carcinome des cellules épithéliales squameuses dérivés de stratifié. Elle pourrait également survenir chez les sites de l ’ épithélium ou glandulaire columnar est normalement présent. (De Stedman, 25e éditeur)
Un composé qui, sur l ’ administration, doit subir une conversion chimique par processus métaboliques avant de devenir le drogue pharmacologiquement actifs pour lesquels il est une pro-drogue.
Tumeurs ou cancer résultant de la muqueuse ; la lèvre inférieure surfaces de la cavité buccale ; pharynx ; du larynx ; et les cervicales œsophage. Autres sites sont comprises les sinus et le nez para-nasales ; les glandes salivaires GLAND enzyme et les glandes parathyroïdes ; et mélanome et cancers de la peau non-mélanomes de la tête et du cou. (De Hollande et al., Cancer Medicine, 4ème Ed, p1651)
Tumeurs ou cancer de l'oesophage.
La clé substance dans la biosynthèse de l ’ histidine, le tryptophane, et de la purine et de la pyrimidine nucléotides.
La leucopénie est un terme médical désignant une faible numération des globules blancs (leucocytes) dans le sang, inférieure à 4000 cellules par microlitre, ce qui augmente le risque d'infections.
Tentative de exprime en termes reproductibles l'étendue des Néoplasme dans le patient.
Une inflammation des muqueuses avec une brûlure ou picotements. C'est caractérisé par une atrophie du épithélium squameux, des dommages vasculaires et inflammatoire et infiltration, ulcérations. Elle survient habituellement sur les muqueuses des bouche, le tube TRACT ou les voies respiratoires en raison de désaccords, QUI chimique, ou la radiothérapie (radiothérapie).
Une résistance ou diminution de la réponse d'un néoplasme à un agent antinéoplasique chez l'homme, les animaux ou portable ou cultures de tissu.
Une diminution du nombre des neutrophiles trouvées dans le sang.
Préliminaire traitement du cancer (chimiothérapie, radiothérapie, une hormone / hormonothérapie immunothérapie, hyperthermie, etc.) qui précède un nécessaire seconde modalité de traitement.
Une enzyme qui catalyse le transfert de 2-deoxy-D-ribose de la thymidine à Orthophosphate, la thymidine libérateur ainsi.
Une enzyme qui catalyse la désamination de cytosine, entraînant la formation de uracile. Elle peut agir sur 5-methylcytosine pour former la thymidine.
Aucune toxicité processus par lequel, le métabolisme, l ’ absorption, l ’ élimination, préféré la voie d ’ administration en sécurité différentes doses, etc., pour un médicament ou groupe de médicaments est déterminée par l ’ évaluation clinique chez l'être humain ou vétérinaire des animaux.
Préparations injectables fait dans une veine ou expérimental thérapeutiques.
Tumeurs ou un cancer du pancréas. Selon les types de ilôt des cellules présentes dans les tumeurs, peut être plusieurs hormones sécrétées par des cellules alpha du pancréas : Glucagon ; INSULIN de BETA du pancréas ; et des cellules de la somatostatine SOMATOSTATIN-SECRETING. La plupart sont des sauf le insulin-producing tumeurs malignes (insulinome).
Antagoniste de l ’ urate oxydase.
Récessif autosomique touchant dihydropyrimidine déshydrogénase et causant polypose pyrimidinemia. C'est caractérisé par des patients présentant un déficit en thymine-uraciluria homozygote. Même un déficit partiel en enzyme quitte individus à risque de développer une toxicité 5-FLUOROURACIL-associated sévère.
Une désagréable odeur dans l'estomac accompagnée généralement par l'envie de vomir. Causes courantes sont début de grossesse, mer et le mal des transports, stress émotionnel, douleur intense, une intoxication alimentaire, et divers entérovirus.
La récurrence d'un local Néoplasme suivant le traitement. Il surgit de l'original des cellules microscopiques de Néoplasme échappées intervention thérapeutique, puis devenir cliniquement visible au site d'origine.
Une branche de l'artère cœliaque qui distribue à l'estomac, pancréas, duodénum, le foie, vésicule biliaire, et plus grand épiploon.
Un cyclodecane isolé de l'écorce de la Pacific if, TAXUS BREVIFOLIA microtubules. Ça se stabilise dans leur forme polymerized menant à la mort cellulaire.
Uracile nucléotides deoxyribose comme le sucre qui contiennent une terminaison azotée.
L'uridine est une nucléoside constituée d'un ribose lié à un groupe uracile, jouant un rôle crucial dans les processus métaboliques et synthèse des acides nucléiques tels que l'ARN.
Un simple organophosphorus composé qui inhibe l ’ ADN polymérase, surtout dans les virus et est utilisé comme un agent antiviral.
Un des interférons humains de type I produite par le sang périphérique leucocytes ou cellules 57. En plus d'activité antivirale, ça active Etant tueur naturelle des cellules endothéliales et diminue la CROISSANCE VASCULAR facteur exprimer par les kinases MAPK PI-3 kinase et des voies.
Un inhibiteur de l ’ acide folique nonclassical par son inhibition de l ’ enzyme la dihydrofolate réductase. Ils le testent pour l ’ efficacité comme un agent antinéoplasique et comme un agent antiparasitaire contre Pneumocystis une pneumonie chez les patients atteints du SIDA. La myélosuppression est son effet toxique dose-limitant.
Une enzyme qui catalyse le transfert de Ribose de uridine à Orthophosphate, formant uracile et Ribose 1-phosphate.
La plus haute dose d ’ un agent biologiquement active administrée pendant un étude chronique qui n'affecte pas la longévité de effet autre que de carcinogénicité de Lewis. (Dictionnaire de toxicologie, 1st éditeur)
Donner des médicaments, produits chimiques, ou autres substances par voie orale.
Un groupe de methylazirinopyrroloindolediones obtenus pour certaines souches Streptomyces. Ils sont très toxiques antibiotiques utilisés comme des agents antinéoplasiques. PORFIROMYCIN dans certains des tumeurs solides et mitomycine est le plus utile adhérents du groupe.
Une lignée cellulaire de cellules tumorales cultivé.
Radiothérapie administré pour augmenter d'autres formes de traitement, tels que chirurgie ou chimiothérapie, radiothérapie adjuvante couramment utilisés dans le traitement du cancer et peut être administré avant ou après le traitement primaire.
Un gaz diatomiques métallique, c'est un élément trace et membre de la famille halogène est utilisée en médecine dentaire comme de sulfuryle (fluorures) pour prévenir caries dentaires.
2 '-Deoxyuridine. Antimétabolite qui est convertie en triphosphate deoxyuridine pendant la synthèse ADN. Laboratoire la suppression de deoxyuridine est utilisé pour le diagnostic anemias mégaloblastique due à la vitamine B12 et en acide folique.
Éléments de contribuer à intervalles de temps limitée, notamment des résultats ou situations.
Cancer de la tumeur ni TRACT gastro-intestinale, de la bouche à l'anal canal.
Agents obtenus à partir des plantes qui ont une activité antinéoplasique ou cytostatique démontrable.
Une augmentation ou diminution de la cohérence de la liquidité FECES, comme s'tabouret. Fecal cohérence est liée au ratio de solides insolubles water-holding capacité totale de l'eau, plutôt que la quantité d'eau. La diarrhée n'est pas hyperdefecation fécale ou une augmentation du poids.
La pénultième étape dans le chemin d'histidine la biosynthèse. L ’ oxydation de l'alcool groupe sur la chaîne latérale administre le groupe acide formant histidine. Histidinol a également été utilisé comme un inhibiteur de la synthèse des protéines.
Substances chimiques, fabriquée par des micro-organismes, inhibant ou prévenir la prolifération des néoplasmes.
Une tumeur Néoplasme composé de cellules épithéliales élogieux pour infiltrer les tissus environnants et donner lieu à des métastases. C'est un type histologique de Néoplasme mais est souvent utilisé à tort comme synonyme de "cancer". (De Dorland, 27 e)
Du transfert d'un site de son principal aux ganglions lymphatiques ou d'autres parties du corps par le biais du système lymphatique.
Une prédiction du résultat probable d'une maladie basé sur un individu et l'état de la série habituelle de la maladie comme dans des situations similaires.
L ’ enzyme catalysant la formation de orotidine-5 '-phosphoric acide chlorhydrique (orotidylic orotic) de l'acide et 5-phosphoribosyl-1-pyrophosphate au cours de la pyrimidine nucléotidiques la biosynthèse. CE 2.4.2.10.
La durée de la viabilité d'une cellule caractérisée par la capacité à exécuter certaines fonctions tels que le métabolisme, la croissance, la reproduction, une forme de réponse, et l'adaptabilité.
Le tiophène est un composé hétérocyclique aromatique constitué d'un cycle de cinq atomes, dont quatre sont des atomes de carbone et un est un atome de soufre, structurellement apparenté aux benzènes mais avec des propriétés chimiques et physiques distinctes.
Anticorps venant des séquences de protéines animales espèces qui ont été modifiées pour les faire presque identique avec des anticorps humains. Si les constantes et une partie de la variable région sont remplacés, ils sont appelés "humanisée. Si seulement les constantes est modifié on les appelle des chimères. Auberge noms pour les anticorps humanisé finissent en -zumab.
Études dans lesquelles les individus ou populations sont suivis pour évaluer l'issue des expositions, procédures ou d'une caractéristique, par exemple, la survenue de maladie.
Méthodes d'enquête sur l'efficacité des médicaments cytotoxiques et biologiques anticancéreux : Il s 'inhibiteurs in vitro et des modèles cell-kill teinture cytostatique exclusion tests et in vivo de doser tumeur les paramètres de croissance chez les animaux de laboratoire.
Cellules grandi in vitro de tissus néoplasiques. S'ils peuvent être créée sous la tumeur cellule ligne, ils peuvent être cultivé sur cellule culture indéfiniment.
La quantité totale de radiation absorbée par les tissus en cas de radiothérapie.
La leucémie L1210 est un type agressif de leucémie à cellules lymphoïdes d'origine murine, couramment utilisée comme modèle expérimental dans la recherche sur le cancer pour tester des agents thérapeutiques et étudier la pathogenèse de la leucémie.
Antitumor isolé des Vinca alcaloïdes rosea. (Merck, 11e ed.)
Une aggravation d'une maladie au cours du temps. Ce concept est souvent utilisé pour chroniques et des maladies incurables où la scène de la maladie est un déterminant important de traitement et au pronostic.
Seul les médicaments contenant deux ou plusieurs agents active, aux fins de leur administration concomitante d ’ une dose fixe comme mélange.
Traitement de chimiothérapie qui combine avec la radiothérapie.
La zone couvrant le terminal portion de oesophage, et le début d'estomac au cardia.
Observation d'une population pour un nombre suffisant de personnes sur un nombre suffisant d'années pour générer l ’ incidence ou de taux de mortalité consécutive à la sélection du groupe d'étude.
Acte thérapeutique ou processus qui déclenche une réponse à un niveau rémission complète ou partielle.
Toute intervention chirurgicale pour le traitement du glaucome au moyen de percer ou remodeler le trabeculum et comprend goniotomy, trabeculectomy et laser perforation.
Nouvelle croissance anormale des néoplasmes malins des tissus. Montrent un degré plus élevé de anaplasia et avoir les propriétés d'invasion et les métastases, comparé à des néoplasmes bénins.
L'expulsion forcée du contenu de l'estomac dans la bouche.
Un niveau comportementSubnormalde PLAQUETTES de sang.
L'action d'une drogue qui peuvent affecter le métabolisme ou l 'activité, la toxicité d ’ un autre médicament.
L'administration de médicaments, liquide nutritif, ou d'autres fluides organiques avec une autre voie que le tube digestif, habituellement sur minutes ou heures, soit par la gravité souvent coulent ou par perfusion pomper.
Catalyser l ’ hydrolyse de nucléosides d ’ élimination de l'ammoniaque.
Un acide aminé formé in vivo par la dégradation de dihydrouracil et carnosine. Depuis recaptage neuronal et sensibilité beta-alanine récepteur neuronal a été démontrée, le composé est peut-être une fausse émetteur remplacer l'acide gamma-aminobutyrique. Une maladie génétique rare, hyper-beta-alaninemia, a été rapportée.
La classe des enzymes réactions catalysant oxidoreduction. Le substrat c'est de l'oxyde est considérée comme une donneuse d'hydrogène systématique. Le nom est basée sur le donneur : Acceptor oxidoreductase recommandée nom sera déshydrogénase, où que cela soit possible ; comme alternative, réductase peut être utilisée. Oxydase est uniquement utilisé dans les cas où l'oxygène est la acceptor. (Enzyme nomenclature, 1992, pistolet)
Marche sur des études prospective de la sécurité, l ’ efficacité ou le schéma posologique optimal (si nécessaire) d ’ un ou plusieurs prophylactique ou thérapeutique diagnostic, drogues, appareils, ou techniques sélectionnées selon des critères prédéterminés d 'éligibilité et de preuves prédéfinies observée à des effets favorables et défavorables. Ce concept inclut les études cliniques conduites aux USA et dans d'autres pays.
Tumeurs ou cancer de l'anal canal.
Une primaire malignes des cellules épithéliales Néoplasme hépatique. Elle varie entre un cancer bien différencié de tumeur avec des cellules épithéliales indifférenciable de normal à un peu différenciées hépatocytes Néoplasme. Les cellules pourraient être synchro ou fortement pleomorphic ou apparence géant. Plusieurs classification des systèmes ont été suggérée.
Lavement humaine adénocarcinome cellules qui sont capables d'exprimer différenciation traits caractéristiques des cellules intestinales mature tels que la coupe des cellules.
Transplantation expérimentale de néoplasie chez les animaux de laboratoire pour des recherches.
Un des mécanismes par lesquels cellule mort survient (comparer avec nécrose et AUTOPHAGOCYTOSIS). Apoptose est le mécanisme physiologique responsable de la suppression de cellules et semble être intrinsèquement programmé. C'est caractérisé par des modifications morphologiques distinctif dans le noyau et cytoplasme, Chromatin décolleté à espacées régulièrement, et les sites de clivage endonucleolytic ADN génomique nous ; (ADN), au FRAGMENTATION internucleosomal sites. Ce mode de la mort l'équilibre de la mitose dans la régulation de la taille des tissus animaux et dans la médiation de processus pathologique associée à la tumeur a grossi.
Dérivés d ’ acide acétique avec une ou plusieurs fluorines attachée. Ils sont presque inodore, difficile à détecter chimiquement, et très stable. L'acide lui-même, ainsi que les produits financiers dérivés qui se décomposent dans l ’ organisme pour l'acide, substances sont hautement toxiques et se comporte comme convulsant empoisonne avec un retardé l'action. (De Miall est Dictionary of Chemistry, 5ème e)
Un processus impliquant chance utilisé dans des essais cliniques ou d'autres recherches tentative pour l'allocation sujets expérimentaux, humaine ou animale entre le traitement et les groupes contrôles, ou parmi les groupes de traitement. Cela peut également être applicable aux expériences sur des objets inanimés.
Système Organe Classe (sang tissus.
Un agent antinéoplasique qui inhibe la synthèse ADN par l ’ inhibition de ribonucleoside diphosphate réductase.
Enzymes du transférase classe qui catalysent pentose du transfert d'un groupe d'un traitement pour une autre.

Le Fluorouracile (5-FU) est un médicament antimétabolite utilisé dans le traitement de divers types de cancers, y compris le cancer colorectal, gastrique, oesophagien, mammaire, et de la peau. Il fonctionne en inhibant l'action de certaines enzymes nécessaires à la croissance et à la reproduction des cellules cancéreuses. Le Fluorouracile est souvent utilisé en combinaison avec d'autres médicaments de chimiothérapie pour améliorer son efficacité dans le traitement du cancer. Les effets secondaires courants comprennent la nausée, les vomissements, la diarrhée, la perte d'appétit, la fatigue et une sensibilité accrue de la peau au soleil.

Le terme médical "leucovorin" se réfère à une forme de folinate de calcium, qui est un sel de l'acide folique. Il est utilisé en médecine comme un antidote contre les effets toxiques de certains médicaments de chimiothérapie, tels que le méthotrexate. Leucovorin est capable de réduire les dommages causés par ces médicaments sur les cellules saines en aidant à maintenir des niveaux adéquats de folates, qui sont essentiels pour la synthèse de l'ADN et la réparation de l'ADN.

Leucovorin est également utilisé dans le traitement de certaines maladies congénitales rares qui affectent la capacité du corps à métaboliser l'acide folique. Il peut être administré par voie orale, intraveineuse ou intramusculaire, en fonction de la posologie et de la condition traitée.

Les effets secondaires courants de leucovorin comprennent des nausées, des vomissements, des diarrhées et des réactions allergiques. Dans de rares cas, il peut également provoquer une baisse du nombre de globules blancs et de plaquettes dans le sang. Il est important de suivre les instructions posologiques strictement pour minimiser les risques d'effets secondaires indésirables.

Les antinéoplasiques antimétabolites sont un groupe de médicaments utilisés dans le traitement des cancers. Ils fonctionnent en interférant avec la synthèse et la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui entraîne leur mort ou empêche leur croissance et leur division.

Les antimétabolites sont des substances qui ressemblent aux métabolites naturels du corps, tels que les nucléotides, qui sont des composants de l'ADN et de l'ARN. Les cellules cancéreuses prennent ces médicaments pour des métabolites normaux et les intègrent dans leur ADN ou ARN, ce qui entraîne une perturbation de la synthèse de l'ADN et de l'ARN et empêche la division cellulaire.

Les antimétabolites comprennent des médicaments tels que la fluorouracile, le capécitabine, le méthotrexate, le gemcitabine, le cytarabine et le 5-fluoro-2'-deoxyuridine. Ils sont souvent utilisés en association avec d'autres médicaments antinéoplasiques pour traiter une variété de cancers, y compris les cancers du côlon, du rectum, de l'estomac, du pancréas, du sein et de la tête et du cou.

Comme tous les médicaments antinéoplasiques, les antimétabolites peuvent avoir des effets secondaires graves, tels que des nausées, des vomissements, une diarrhée, une fatigue, une perte d'appétit, une baisse des globules blancs et des plaquettes, ainsi qu'une inflammation de la muqueuse buccale. Ils peuvent également affecter le foie et les reins et doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints de maladies hépatiques ou rénales préexistantes.

La polychimiothérapie antinéoplasique est un type de traitement du cancer qui implique l'utilisation de plusieurs médicaments chimotherapiques différents. Le terme "polychimiothérapie" signifie simplement l'utilisation de plusieurs agents chimiques, tandis que "antinéoplasique" se réfère aux médicaments utilisés pour traiter les néoplasies, ou tumeurs anormales.

Ce protocole est couramment utilisé dans le traitement des cancers avancés ou métastatiques, où il peut être difficile de éradiquer complètement la tumeur avec un seul médicament. En combinant plusieurs médicaments, les médecins peuvent augmenter les chances d'éliminer toutes les cellules cancéreuses et réduire le risque de résistance aux médicaments.

Les protocoles de polychimiothérapie antinéoplasique sont soigneusement planifiés et surveillés par une équipe de spécialistes du cancer, y compris des oncologues médicaux, des infirmières en oncologie et d'autres professionnels de la santé. Les médicaments sont généralement administrés par voie intraveineuse dans un cadre hospitalier ou clinique, bien que certains régimes puissent être administrés sur une base ambulatoire.

Les effets secondaires de la polychimiothérapie antinéoplasique dépendent du type et de la dose des médicaments utilisés, mais peuvent inclure la nausée, les vomissements, la perte de cheveux, la fatigue, la douleur et une augmentation du risque d'infection. Les patients peuvent également éprouver des effets secondaires à long terme, tels que la neuropathie périphérique, la cardiotoxicité et la toxicité pulmonaire.

Dans l'ensemble, les protocoles de polychimiothérapie antinéoplasique sont un traitement important pour de nombreux types de cancer et peuvent contribuer à améliorer les taux de survie et la qualité de vie des patients atteints de cancer. Cependant, ils comportent également des risques et nécessitent une surveillance et une gestion attentives des effets secondaires.

Les composés organoplatines sont des molécules organiques qui contiennent un ou plusieurs atomes de platine. Ils sont largement étudiés et utilisés en médecine, en particulier dans le traitement du cancer. Les composés organoplatines interfèrent avec la réplication de l'ADN et entraînent ainsi la mort des cellules cancéreuses. Le cisplatine est un exemple bien connu de composé organoplatine, largement utilisé dans le traitement du cancer depuis les années 1970. Cependant, ces composés peuvent également affecter les cellules saines et entraîner des effets secondaires indésirables. Par conséquent, la recherche se poursuit pour développer de nouveaux composés organoplatines plus sélectifs et moins toxiques pour le traitement du cancer.

En médecine, le terme "rythme d'administration de médicament" fait référence à l'horaire établi pour la prise régulière d'un médicament déterminé. Ce rythme est généralement prescrit par un professionnel de santé qualifié, comme un médecin ou un pharmacien, et il tient compte de divers facteurs, tels que la posologie recommandée, la demi-vie du médicament, la fréquence à laquelle le médicament doit être administré pour maintenir des concentrations thérapeutiques dans l'organisme, et les préférences ou contraintes du patient.

Le rythme d'administration de médicament peut varier considérablement en fonction du type de médicament et de son utilisation prévue. Par exemple, certains médicaments doivent être pris à jeun, tandis que d'autres peuvent être pris avec des repas pour réduire les effets indésirables. Certains médicaments doivent être administrés plusieurs fois par jour, tandis que d'autres ne nécessitent qu'une seule dose par semaine ou même par mois.

Il est important de respecter le rythme d'administration prescrit pour assurer l'efficacité thérapeutique du médicament et minimiser les risques d'effets indésirables ou de toxicité. Les patients doivent donc être clairement informés de la manière, de la fréquence et du moment de prendre leurs médicaments, et ils doivent communiquer avec leur professionnel de santé s'ils ont des questions ou des préoccupations concernant leur plan de traitement.

Les tumeurs colorectales sont des croissances anormales dans le côlon ou le rectum, qui peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Elles se développent à partir de cellules qui tapissent la paroi interne du côlon ou du rectum et se multiplient de manière incontrôlable.

Les adénomes sont les types de tumeurs colorectales bénignes les plus courants. Bien qu'ils ne soient pas cancéreux, certains d'entre eux peuvent évoluer vers un cancer s'ils ne sont pas enlevés. Les carcinomes sont des tumeurs colorectales malignes qui se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse intestinale.

Les facteurs de risque de développement des tumeurs colorectales comprennent l'âge avancé, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, le tabagisme, une consommation excessive d'alcool, l'obésité, une histoire personnelle ou familiale de polypes intestinaux ou de cancer colorectal, certaines maladies inflammatoires de l'intestin telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, ainsi qu'une prédisposition génétique héréditaire.

Les symptômes des tumeurs colorectales peuvent inclure des saignements rectaux, des modifications de l'habitude intestinale telles que la constipation ou la diarrhée persistante, une sensation de satiété après avoir mangé seulement une petite quantité de nourriture, des douleurs abdominales, une fatigue excessive et une perte de poids inexpliquée.

Le diagnostic des tumeurs colorectales peut être posé grâce à des tests d'imagerie tels qu'une colonoscopie ou une sigmoïdoscopie, qui permettent de visualiser l'intérieur du côlon et de prélever des échantillons de tissus pour analyse. Le traitement dépend du stade et de la localisation de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses restantes.

La thymidylate synthase est une enzyme clé impliquée dans la biosynthèse des nucléotides dans les cellules. Plus précisément, elle catalyse la réaction de méthylation de l'uracile pour produire de la thymine, qui est ensuite incorporée dans l'ADN sous forme de désoxynucléotide de thymidine. Cette enzyme joue donc un rôle essentiel dans la synthèse et la réparation de l'ADN, ainsi que dans la régulation du cycle cellulaire.

La thymidylate synthase est une cible importante pour certains médicaments anticancéreux, tels que les inhibiteurs de la thymidylate synthase (comme le fluorouracile et le capécitabine), qui sont utilisés dans le traitement de divers types de cancers. En bloquant l'activité de cette enzyme, ces médicaments empêchent la production de thymidine, ce qui entraîne une inhibition de la synthèse de l'ADN et de la prolifération des cellules tumorales.

Il est important de noter que la thymidylate synthase peut être surexprimée dans certaines tumeurs malignes, ce qui peut entraîner une résistance à ces médicaments anticancéreux. Par conséquent, des stratégies thérapeutiques visant à inhiber l'expression de cette enzyme sont actuellement étudiées dans le cadre du développement de nouveaux traitements contre le cancer.

La cisplatine est un médicament antinéoplasique, plus précisément un agent alkylant platine. Il est largement utilisé dans la chimiothérapie pour traiter divers types de cancers, y compris les carcinomes des voies génito-urinaires (par exemple, le cancer du testicule et le cancer de l'ovaire), le cancer du col de l'utérus, le cancer du poumon à petites cellules, le cancer de la tête et du cou, ainsi que d'autres types de tumeurs malignes.

Le mécanisme d'action de la cisplatine consiste à interférer avec la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses en formant des liaisons croisées entre les brins complémentaires d'ADN, ce qui entraîne des dommages à l'ADN et finalement l'apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules cancéreuses.

Cependant, la cisplatine peut également affecter les cellules saines et provoquer des effets secondaires indésirables, tels que la néphrotoxicité (dommages aux reins), l'ototoxicité (perte auditive) et la neurotoxicité (dommages aux nerfs). Ces effets secondaires peuvent être gérés par des mesures de support et des ajustements posologiques.

La cisplatine est généralement administrée par voie intraveineuse sous surveillance médicale stricte en raison de ses toxicités potentielles. Les professionnels de la santé doivent évaluer attentivement les bénéfices et les risques associés à l'utilisation de ce médicament et surveiller étroitement les patients pendant le traitement pour minimiser les effets indésirables.

Une perfusion intraveineuse, également connue sous le nom de drip IV, est un processus médical où une solution liquide est introduite directement dans la circulation sanguine à l'aide d'une aiguille insérée dans une veine. Ce procédé est couramment utilisé pour administrer des fluides, des médicaments, des nutriments ou du sang à un patient de manière rapide et efficace.

Le processus implique généralement l'insertion d'un cathéter dans une veine, souvent au niveau du bras ou de la main. La solution souhaitée est ensuite connectée au cathéter via un tube en plastique flexible. La solution peut être administrée soit sous forme de gouttes régulières, soit par gravité, soit à l'aide d'une pompe à perfusion pour contrôler le débit et la vitesse de l'administration.

Les perfusions intraveineuses sont utilisées dans une variété de contextes cliniques, y compris en soins intensifs, en salle d'opération, en oncologie et en médecine d'urgence. Elles permettent aux professionnels de la santé de fournir des traitements vitaux de manière précise et contrôlée, ce qui en fait une procédure essentielle dans les soins de santé modernes.

La camptothécine est un alcaloïde quinolizidinique qui a été isolé à l'origine à partir du bark de l'arbre Camptotheca acuminata, également connu sous le nom d'arbre de la soie chinoise. Il a des propriétés cytotoxiques et est utilisé en médecine comme un médicament anticancéreux.

La camptothécine agit en inhibant l'enzyme topoisomérase I, qui est importante pour la réplication de l'ADN et la transcription génétique. En inhibant cette enzyme, la camptothécine empêche la détorsion de l'ADN pendant la réplication, ce qui entraîne des cassures de l'ADN et finalement l'apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules cancéreuses.

Cependant, la camptothécine a également des effets toxiques sur les cellules saines, en particulier sur les cellules du système gastro-intestinal et du système hématopoïétique. Pour cette raison, elle est généralement utilisée en combinaison avec d'autres médicaments pour réduire sa toxicité globale.

Les analogues de la camptothécine, tels que l'irinotécan et le topotécan, ont été développés pour améliorer l'efficacité et la sécurité du traitement anticancéreux. Ces médicaments sont utilisés dans le traitement de divers types de cancer, y compris le cancer colorectal, le cancer du poumon à petites cellules et le cancer ovarien.

Le méthotrexate est un médicament utilisé dans le traitement de diverses affections, telles que le rhumatisme inflammatoire, la polyarthrite rhumatoïde, l'arthrite juvénile idiopathique, le psoriasis, le cancer et certaines maladies auto-immunes. Il agit en ralentissant la croissance des cellules, ce qui peut aider à réduire l'inflammation et à arrêter la propagation des cellules cancéreuses.

Le méthotrexate est un antimétabolite, ce qui signifie qu'il interfère avec la synthèse de l'ADN et de l'ARN en inhibant une enzyme appelée dihydrofolate réductase. Cette enzyme est nécessaire à la production d'acide folique, une vitamine B importante pour la croissance cellulaire. En inhibant cette enzyme, le méthotrexate peut ralentir ou arrêter la croissance des cellules.

Le méthotrexate est disponible sous forme de comprimés, d'injections et de solutions buvables. Il est généralement pris une fois par semaine, plutôt que tous les jours, en raison de ses effets toxiques sur les cellules saines à des doses plus élevées. Les effets secondaires courants du méthotrexate comprennent la fatigue, les nausées, les vomissements, la diarrhée, la perte d'appétit et les maux de tête. Dans de rares cas, il peut également provoquer des dommages au foie, aux poumons et au système nerveux central.

En raison de ses effets potentiellement graves sur les cellules saines, le méthotrexate doit être utilisé avec prudence et sous la surveillance étroite d'un professionnel de la santé. Les patients doivent informer leur médecin de tous les médicaments qu'ils prennent, y compris les suppléments à base de plantes et les médicaments en vente libre, car certains peuvent interagir avec le méthotrexate et augmenter le risque d'effets secondaires. Les patients doivent également informer leur médecin s'ils ont des antécédents de maladies du foie ou des reins, de problèmes pulmonaires ou de toute autre condition médicale préexistante.

L'uracile est une base nucléique qui fait partie de la structure de l'ARN, contrairement à l'ADN qui contient de la thymine à sa place. L'uracile s'appaire avec l'adénine via deux liaisons hydrogène lors de la formation de la double hélice d'ARN. Dans le métabolisme des nucléotides, l'uracile est dérivé de la cytosine par désamination. En médecine, des taux anormalement élevés d'uracile dans l'urine peuvent indiquer certaines conditions, telles qu'un déficit en enzyme cytosine déaminase ou une infection des voies urinaires.

La floxuridine est un médicament antimétabolite utilisé dans le traitement du cancer. Il s'agit d'un type de médicament qui interfère avec la croissance et la reproduction des cellules cancéreuses. La floxuridine est une forme modifiée de l'acide désoxyuridique, un composant normal des acides nucléiques dans les cellules du corps.

Dans le corps, la floxuridine est convertie en floxuridine monophosphate, qui inhibe ensuite l'enzyme thymidylate synthase. Cette enzyme joue un rôle crucial dans la production de thymidine, un composant important des acides nucléiques nécessaires à la réplication et à la division cellulaires. En inhibant cette enzyme, la floxuridine empêche les cellules cancéreuses de se diviser et de croître.

La floxuridine est généralement administrée par injection dans une veine (voie intraveineuse) ou sous forme de suppositoire rectal. Les effets secondaires courants comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, de la diarrhée, des lésions buccales et une fatigue accrue. La floxuridine peut également affaiblir le système immunitaire, ce qui rend les patients plus susceptibles aux infections.

Il est important de noter que la floxuridine ne doit être utilisée que sous la supervision d'un médecin qualifié et dans le cadre d'un plan de traitement complet contre le cancer.

La chimiothérapie néoadjuvante est un traitement préopératoire qui consiste en l'administration de médicaments cytotoxiques (chimiothérapie) avant la chirurgie d'un cancer solide. Le but principal de ce traitement est de réduire la taille de la tumeur, éliminer les cellules cancéreuses qui se sont propagées au-delà de la tumeur primitive et améliorer ainsi les chances de succès de l'intervention chirurgicale.

Cette approche est couramment utilisée dans le traitement des cancers du sein, du côlon, du rectum, de l'estomac, de l'œsophage et d'autres organes. Les avantages de la chimiothérapie néoadjuvante comprennent la possibilité de convertir une chirurgie inopérable en opérable, d'améliorer les résultats de la chirurgie et de fournir des informations sur la sensibilité du cancer aux médicaments cytotoxiques.

Cependant, il existe également des risques associés à cette approche, tels que des effets secondaires potentiellement graves de la chimiothérapie, une augmentation du délai avant la chirurgie et la possibilité d'une progression de la maladie pendant le traitement. Par conséquent, la décision d'utiliser la chimiothérapie néoadjuvante doit être prise au cas par cas, en fonction du type et du stade du cancer, de l'état général du patient et des préférences du patient.

Un adénocarcinome est un type de cancer qui se développe dans les cellules glandulaires. Ces cellules sont présentes dans de nombreux tissus et organes du corps, et elles produisent des substances telles que des mucus ou des hormones.

Les adénocarcinomes peuvent survenir dans divers endroits, notamment les poumons, le sein, le côlon, le rectum, l'estomac, la prostate et le pancréas. Ils se développent à partir d'une tumeur bénigne appelée adénome, qui peut devenir cancéreuse au fil du temps.

Les symptômes de l'adénocarcinome dépendent de son emplacement dans le corps. Par exemple, un adénocarcinome du sein peut provoquer une masse ou une grosseur palpable, tandis qu'un adénocarcinome du poumon peut causer une toux persistante, des douleurs thoraciques et des expectorations sanglantes.

Le traitement de l'adénocarcinome dépend également de son emplacement et de son stade. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Le pronostic varie en fonction du type et du stade du cancer, ainsi que de facteurs tels que l'âge et l'état de santé général du patient.

Epirubicin est un médicament de chimiothérapie appartenant à la classe des anthracyclines. Il est utilisé dans le traitement de divers types de cancer, y compris le cancer du sein, le sarcome des tissus mous, le lymphome de Hodgkin et non hodgkinien, et d'autres cancers solides.

Epirubicin agit en interférant avec l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui empêche leur division et leur croissance. Il peut être administré par injection dans une veine (voie intraveineuse) ou dans un muscle (voie intramusculaire). Les effets secondaires courants d'Epirubicin comprennent des nausées, des vomissements, une perte de cheveux, une fatigue, une baisse des globules blancs et des plaquettes sanguines, ainsi qu'une inflammation et une douleur au site d'injection.

Comme avec tous les médicaments de chimiothérapie, Epirubicin peut également entraîner des effets secondaires graves et potentiellement mortels, tels que des dommages au cœur, une suppression du système immunitaire et une augmentation du risque de développer des infections. Par conséquent, il doit être administré sous la surveillance étroite d'un médecin expérimenté dans l'utilisation de chimiothérapie.

Le désoxyfluorouridylate est un terme qui se réfère à un nucléotide analogue, où le groupe hydroxyle (-OH) du carbone 2' du désoxyribose est remplacé par un atome de fluor. Cette molécule est similaire en structure au désoxyuridine monophosphate (dUMP), qui est un nucléotide naturellement présent dans l'ADN.

Le désoxyfluorouridylate peut être incorporé dans l'ADN pendant la réplication de l'ADN, ce qui peut interférer avec la synthèse et la réparation de l'ADN. Cela en fait un outil utile pour étudier les processus de réplication et de réparation de l'ADN, ainsi qu'un composant important de certains médicaments antiviraux et anticancéreux.

Cependant, il est important de noter que le désoxyfluorouridylate n'a pas de définition médicale spécifique en soi, car il s'agit plutôt d'une molécule utilisée dans un contexte de recherche et thérapeutique.

Un traitement combiné, dans le contexte médical, fait référence à l'utilisation simultanée de deux ou plusieurs thérapies différentes pour traiter une maladie, un trouble de santé ou une condition médicale spécifique. Cela peut inclure une combinaison de médicaments, de procédures chirurgicales, de thérapies de radiation, de thérapies comportementales ou d'autres formes de traitement.

L'objectif d'un traitement combiné est souvent de maximiser les avantages thérapeutiques pour le patient, en tirant parti des mécanismes d'action uniques de chaque thérapie pour attaquer la maladie sous différents angles. Cela peut entraîner une efficacité accrue, une réduction des effets secondaires et une amélioration globale des résultats cliniques.

Un exemple courant de traitement combiné est l'utilisation de plusieurs médicaments pour contrôler le VIH/sida. Dans ce cas, un cocktail de médicaments antirétroviraux est utilisé pour attaquer le virus à différentes étapes de son cycle de réplication, ce qui permet de réduire la charge virale et d'améliorer la fonction immunitaire du patient.

Cependant, il convient de noter que les traitements combinés peuvent également entraîner des risques accrus d'interactions médicamenteuses et d'effets secondaires, ce qui nécessite une surveillance étroite et un ajustement attentif des doses pour assurer la sécurité et l'efficacité du traitement.

Les tumeurs du côlon sont des croissances anormales de cellules dans le côlon, qui peuvent être bénignes ou malignes. Le côlon est la partie terminale de l'intestin grêle où l'eau et les électrolytes sont absorbés et où les déchets solides sont stockés avant d'être évacués du corps.

Les tumeurs bénignes du côlon, également appelées polypes, sont des croissances de tissus qui ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être enlevées chirurgicalement. Cependant, certaines tumeurs bénignes peuvent devenir cancéreuses avec le temps.

Les tumeurs malignes du côlon, également appelées carcinomes du côlon, se propagent aux tissus environnants et peuvent se propager à d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou lymphatique. Les symptômes des tumeurs du côlon comprennent des saignements rectaux, des changements dans les habitudes intestinales, de la douleur abdominale, une perte de poids inexpliquée et de la fatigue.

Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses. Les facteurs de risque comprennent l'âge avancé, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, l'obésité, le tabagisme, une consommation excessive d'alcool, des antécédents personnels ou familiaux de polypes ou de cancer du côlon.

En médecine et en santé mentale, l'issue du traitement, également appelée résultat du traitement ou issue de la prise en charge, se réfère au changement dans l'état de santé d'un patient après avoir reçu des soins médicaux, des interventions thérapeutiques ou des services de santé mentale. Il s'agit de l'effet global ou du bénéfice obtenu grâce à ces procédures, qui peuvent être mesurées en termes d'amélioration des symptômes, de réduction de la douleur, de prévention de complications, de restauration des fonctions corporelles ou mentales, d'augmentation de la qualité de vie et de réadaptation sociale. L'issue du traitement peut être évaluée en utilisant différents critères et outils d'évaluation, selon la nature de la maladie, des lésions ou des troubles en question. Elle est généralement déterminée par une combinaison de facteurs objectifs (tels que les tests de laboratoire ou les mesures physiologiques) et subjectifs (tels que les auto-évaluations du patient ou les observations du clinicien). Une issue favorable du traitement est considérée comme un résultat positif, tandis qu'une issue défavorable ou négative indique l'absence d'amélioration ou la détérioration de l'état de santé du patient.

Le cyclophosphamide est un agent alkylant utilisé dans le traitement du cancer et d'autres maladies auto-immunes. Il s'agit d'un médicament chimiothérapeutique qui interfère avec la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui entraîne leur mort. Le cyclophosphamide est métabolisé dans le foie en plusieurs métabolites actifs, dont l'acroléine et la phosphoramide mustarde, qui sont responsables de son activité anticancéreuse.

Ce médicament est utilisé pour traiter une variété de cancers, y compris les lymphomes malins, le cancer du sein, le cancer des ovaires et la leucémie. Il peut également être utilisé pour traiter certaines maladies auto-immunes telles que le lupus érythémateux disséminé et la vascularite.

Le cyclophosphamide est disponible sous forme de comprimés ou de solution injectable et est généralement administré sous la supervision d'un médecin en raison de ses effets secondaires potentiellement graves, tels que la suppression du système immunitaire, des nausées et des vomissements, une augmentation du risque d'infections, des lésions hépatiques et rénales, et un risque accru de développer certaines formes de cancer.

Tegafur est un médicament anticancéreux qui appartient à la classe des agents alkylants. Il est utilisé seul ou en combinaison avec d'autres médicaments pour traiter certains types de cancer, tels que le cancer du côlon et du rectum.

Tegafur est un prodrogue, ce qui signifie qu'il doit être métabolisé dans l'organisme pour produire la forme active du médicament. Après avoir été absorbé dans le corps, Tegafur est converti en 5-fluorouracile (5-FU), un médicament qui interfère avec la croissance et la reproduction des cellules cancéreuses.

Les effets secondaires courants de Tegafur comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, de la diarrhée, des lésions buccales et une fatigue. Ce médicament peut également entraîner des effets secondaires graves, tels que des dommages aux cellules sanguines, des problèmes hépatiques et des réactions cutanées graves.

Il est important de noter que Tegafur ne doit être utilisé que sous la surveillance étroite d'un médecin qualifié, car il peut avoir des effets toxiques importants sur l'organisme. Les patients doivent suivre attentivement les instructions de leur médecin concernant la posologie et la durée du traitement.

La mitomycine est un agent de chimiothérapie antinéoplasique, qui est dérivé d'un type de champignon appelé Streptomyces caespitosus. Il fonctionne en interférant avec l'ADN du cancer, empêchant ainsi la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. La mitomycine est utilisée pour traiter plusieurs types de cancer, y compris le cancer de la vessie, le cancer gastro-intestinal, et certains types de tumeurs pulmonaires. Elle peut être administrée par voie intraveineuse ou directement dans la vessie (instillation vésicale). Les effets secondaires courants de ce médicament comprennent la suppression des cellules sanguines, les nausées, les vomissements, et la diarrhée. La mitomycine peut également augmenter le risque d'infections sévères et entraîner des dommages aux tissus pulmonaires et hépatiques.

Les antimétabolites sont une classe de médicaments qui inhibent la réplication et la synthèse des cellules en interférant avec les processus métaboliques des cellules. Ils le font en imitant les molécules naturelles, telles que les acides nucléiques, qui sont essentielles à la croissance et à la division cellulaires.

Les antimétabolites sont souvent utilisés dans le traitement du cancer car ils peuvent cibler et ralentir la croissance des cellules cancéreuses, qui se divisent et se développent plus rapidement que les cellules saines. Cependant, ces médicaments peuvent également affecter les cellules saines, en particulier celles qui se divisent rapidement, telles que les cellules du sang, de la muqueuse intestinale et des cheveux.

Les antimétabolites comprennent une variété de médicaments, tels que le méthotrexate, le 5-fluorouracile, le capécitabine et le gemcitabine. Ils sont souvent utilisés en combinaison avec d'autres traitements du cancer, tels que la chirurgie, la radiothérapie et l'immunothérapie.

Les effets secondaires courants des antimétabolites comprennent la fatigue, la nausée, la diarrhée, les ulcères de la bouche, la perte d'appétit et la perte de cheveux. Les patients peuvent également être à risque de développer une infection en raison de la suppression du système immunitaire.

Il est important que les patients qui prennent des antimétabolites soient surveillés de près par leur équipe de soins de santé pour détecter tout effet secondaire grave et pour ajuster le traitement en conséquence.

L'analyse de survie est une méthode statistique utilisée dans l'évaluation de la durée de temps jusqu'à un événement particulier, tel que la récidive d'une maladie ou le décès. Elle permet de déterminer et de comparer la probabilité de survie entre différents groupes de patients, tels que ceux traités par différents protocoles thérapeutiques.

L'analyse de survie prend en compte les données censurées, c'est-à-dire les cas où l'événement n'a pas été observé pendant la durée de l'étude. Cette méthode permet d'utiliser des courbes de survie pour visualiser et comparer les résultats entre différents groupes.

Les courbes de survie peuvent être présentées sous forme de graphiques Kaplan-Meier, qui montrent la probabilité cumulative de survie au fil du temps. Les tests statistiques tels que le test log-rank peuvent être utilisés pour comparer les différences entre les courbes de survie de différents groupes.

L'analyse de survie est largement utilisée dans la recherche médicale, en particulier dans l'évaluation des traitements du cancer et d'autres maladies graves. Elle permet aux chercheurs de déterminer l'efficacité relative des différents traitements et de comparer les risques et les avantages associés à chacun.

La sémustine est un médicament anticancéreux appartenant à la classe des agents alkylants. Il est utilisé dans le traitement de divers types de cancer, y compris les lymphomes de Hodgkin et non hodgkinien. La sémustine agit en interférant avec l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui entraîne la mort de ces cellules. Il est administré par injection intraveineuse et peut être utilisé seul ou en association avec d'autres médicaments de chimiothérapie. Les effets secondaires courants de la sémustine comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, de la fatigue, une baisse des globules blancs et des plaquettes, et une augmentation du risque d'infections.

En médecine, la rémission fait référence à une diminution ou à la disparition des symptômes d'une maladie, permettant à un patient de se sentir mieux et d'améliorer sa qualité de vie. Cela ne signifie pas nécessairement que la maladie a été guérie ; dans certains cas, les symptômes peuvent réapparaître après une certaine période (on parle alors de rechute). Dans le contexte de maladies chroniques comme la sclérose en plaques ou le cancer, on distingue souvent la rémission complète (lorsque tous les signes et symptômes ont disparu) de la rémission partielle (lorsqu'il y a une diminution significative des symptômes mais qu'ils ne disparaissent pas entièrement). Il est important de noter que chaque patient peut expérimenter différemment la rémission, en fonction de sa maladie, de son traitement et de sa réponse individuelle à celui-ci.

Les tumeurs de l'estomac, également connues sous le nom de tumeurs gastriques, se réfèrent à des growths anormaux dans la muqueuse de l'estomac. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes comprennent les polypes gastriques, les leiomyomes et les lipomes. Les polypes gastriques sont des growths sur la muqueuse de l'estomac qui peuvent devenir cancéreux s'ils ne sont pas enlevés. Les leiomyomes sont des tumeurs des muscles lisses de l'estomac, et les lipomes sont des tumeurs graisseuses.

Les tumeurs malignes, ou cancers gastriques, peuvent se propager à d'autres parties du corps et sont souvent fatales. Les adénocarcinomes sont le type le plus courant de cancer de l'estomac et se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse de l'estomac. D'autres types de tumeurs malignes comprennent les lymphomes, les sarcomes, et les carcinoïdes.

Les facteurs de risque de développement d'un cancer de l'estomac incluent l'infection à Helicobacter pylori, le tabagisme, une alimentation riche en aliments salés ou fumés, un faible apport en fruits et légumes, une histoire de maladie de reflux gastro-oesophagien (RGO), et des antécédents familiaux de cancer gastrique. Les symptômes peuvent inclure des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, une perte d'appétit, une perte de poids involontaire, et une sensation de satiété après avoir mangé seulement de petites quantités.

La doxorubicine est un médicament de chimiothérapie utilisé pour traiter divers types de cancer, y compris les cancers du sein, des ovaires, des poumons, des reins et des tissus conjonctifs. Elle appartient à une classe de médicaments appelés anthracyclines qui interfèrent avec l'ADN des cellules cancéreuses pour empêcher leur croissance et leur division.

La doxorubicine fonctionne en se liant à l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui empêche la synthèse de l'ADN et de l'ARN nécessaires à la réplication cellulaire. Elle peut également produire des radicaux libres qui endommagent les membranes cellulaires et d'autres structures cellulaires, entraînant la mort des cellules cancéreuses.

Ce médicament est généralement administré par injection dans une veine (voie intraveineuse) et peut être utilisé seul ou en association avec d'autres agents chimiothérapeutiques. Les effets secondaires courants de la doxorubicine comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, une diarrhée, une fatigue, une alopécie (perte de cheveux) et une inflammation ou une douleur au site d'injection.

La doxorubicine peut également entraîner des effets secondaires cardiaques graves, tels qu'une insuffisance cardiaque congestive, en particulier lorsqu'elle est administrée à fortes doses ou sur une longue période. Par conséquent, les professionnels de la santé doivent surveiller attentivement la fonction cardiaque des patients recevant ce médicament.

Les tumeurs du rectum sont des croissances anormales dans la muqueuse du rectum, qui peuvent être bénignes ou malignes. Les tumeurs bénignes comprennent les polypes adénomateux, les lipomes, et les fibromes. Les tumeurs malignes, également appelées carcinomes du rectum, se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse et peuvent se propager localement dans les tissus environnants ou à distance par métastases.

Les facteurs de risque de cancer du rectum comprennent l'âge avancé, l'histoire personnelle ou familiale de polypes adénomateux ou de cancer colorectal, une maladie inflammatoire de l'intestin, certaines conditions génétiques telles que la polypose adénomateuse familiale ou le syndrome de Lynch, le tabagisme et l'obésité.

Les symptômes courants des tumeurs du rectum comprennent les saignements rectaux, les modifications de l'habitude intestinale telles que la constipation ou la diarrhée, la douleur abdominale, l'anémie et la perte de poids involontaire. Le diagnostic est établi par une combinaison d'examens cliniques, d'imagerie médicale et de biopsies.

Le traitement dépend du type, de l'emplacement et du stade de la tumeur. Les options thérapeutiques peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Dans certains cas, une surveillance rapprochée peut être recommandée pour les tumeurs bénignes ou les cancers à un stade précoce avec un faible risque de progression.

La désoxycytidine est un nucléoside constitué d'une base nucléique, la cytosine, et du désoxyribose, qui est un pentose (sucre à cinq atomes de carbone) dérivé du ribose par perte d'un groupe hydroxyle (-OH) en position 2'. Dans l'ADN, les désoxycytidines sont liées entre elles par des ponts phosphodiesters pour former des brins complémentaires avec les désoxyguanidines. La désoxycytidine joue un rôle crucial dans la réplication et la transcription de l'ADN, ainsi que dans la régulation de l'expression génétique. Elle est également utilisée en thérapie anticancéreuse sous forme de médicaments tels que le cytarabine (ara-C), un analogue synthétique de la désoxycytidine, qui interfère avec la réplication de l'ADN dans les cellules cancéreuses.

Le lévamisole est un médicament antiparasitaire utilisé pour traiter les infections causées par des vers ronds, y compris les strongyloïdes et les ankylostomes. Il agit en paralysant les vers, permettant ainsi à l'organisme de les éliminer. Le lévamisole est également utilisé dans le traitement du cancer colorectal en combinaison avec la fluorouracile, car il peut potentialiser les effets de cette chimiothérapie. Cependant, son utilisation comme agent anticancéreux est limitée en raison de ses effets secondaires importants, tels que des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, des éruptions cutanées, des vertiges et des maux de tête. Le lévamisole peut également entraîner une neutropénie (diminution du nombre de globules blancs) et une agranulocytose (diminution sévère du nombre de granulocytes), ce qui peut augmenter le risque d'infections. Par conséquent, il doit être utilisé avec prudence et sous surveillance médicale étroite.

Les antinéoplasiques sont une classe de médicaments utilisés dans le traitement du cancer. Ils fonctionnent en ciblant et en détruisant les cellules cancéreuses ou en arrêtant leur croissance et leur division. Ces médicaments peuvent être administrés par voie orale, intraveineuse ou intramusculaire, selon le type de cancer traité et la voie d'administration recommandée.

Les antinéoplasiques comprennent plusieurs sous-catégories, telles que les chimiothérapies, les thérapies ciblées, l'immunothérapie et la hormonothérapie. Chacune de ces sous-catégories fonctionne de manière différente pour cibler et détruire les cellules cancéreuses.

Les chimiothérapies sont des médicaments qui interfèrent avec la division cellulaire, ce qui entraîne la mort des cellules cancéreuses. Cependant, ils peuvent également affecter les cellules saines à division rapide, comme les cellules du sang et du système digestif, entraînant des effets secondaires tels que la fatigue, la nausée et la perte de cheveux.

Les thérapies ciblées sont conçues pour cibler spécifiquement les caractéristiques uniques des cellules cancéreuses, telles que les mutations génétiques ou les protéines anormales qui favorisent la croissance et la division des cellules. Cela permet de réduire l'impact sur les cellules saines, ce qui peut entraîner moins d'effets secondaires.

L'immunothérapie utilise le système immunitaire du patient pour combattre le cancer en augmentant sa capacité à reconnaître et à détruire les cellules cancéreuses. Cela peut être réalisé en administrant des médicaments qui stimulent la réponse immunitaire ou en modifiant génétiquement les cellules du système immunitaire pour qu'elles ciblent spécifiquement les cellules cancéreuses.

La chimiothérapie est un traitement courant pour de nombreux types de cancer, mais elle peut également être utilisée en combinaison avec d'autres traitements, tels que la radiothérapie et la chirurgie. Les décisions concernant le choix du traitement dépendent de nombreux facteurs, notamment le type et le stade du cancer, l'âge et l'état général de santé du patient.

Une métastase tumorale se réfère à la propagation de cancer à partir d'un site primaire (où le cancer a commencé) vers un autre organe ou tissu distant dans le corps. Cela se produit généralement lorsque les cellules cancéreuses se détachent du site tumoral initial, pénètrent dans la circulation sanguine ou lymphatique, et migrent ensuite pour former une nouvelle tumeur dans un autre endroit.

Les métastases peuvent affecter pratiquement n'importe quel organe du corps, mais elles sont le plus souvent trouvées dans les poumons, le foie, les os et le cerveau. Les symptômes de métastase dépendent de l'emplacement et de la taille de la tumeur secondaire. Par exemple, une métastase au cerveau peut causer des maux de tête, des convulsions ou des problèmes de vision, tandis qu'une métastase osseuse peut entraîner des douleurs osseuses et une augmentation du risque de fractures.

Le diagnostic d'une métastase tumorale implique généralement des examens d'imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM), l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la scintigraphie osseuse, ainsi qu'éventuellement une biopsie pour confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer. Le traitement des métastases peut inclure une chimiothérapie, une radiothérapie, une thérapie ciblée ou une intervention chirurgicale, en fonction du type de cancer, de l'emplacement et de l'étendue des métastases.

Les tumeurs du sein sont des croissances anormales de cellules dans le tissu mammaire. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ne se propagent pas au-delà du sein et ne mettent généralement pas la vie en danger, bien qu'elles puissent parfois causer des douleurs, des gonflements ou d'autres problèmes.

Les tumeurs malignes, en revanche, peuvent se propager (métastaser) à d'autres parties du corps et peuvent être mortelles. Le cancer du sein le plus courant est le carcinome canalaire infiltrant, qui commence dans les conduits qui transportent le lait vers l'extérieur du sein. Un autre type courant est le carcinome lobulaire infiltrant, qui se développe dans les glandes productrices de lait.

Les facteurs de risque de cancer du sein comprennent le sexe (être une femme), l'âge avancé, les antécédents familiaux de cancer du sein, les mutations génétiques héréditaires telles que BRCA1 et BRCA2, la densité mammaire élevée, les antécédents de radiothérapie dans la région du thorax, l'obésité, la consommation d'alcool, le début précoce des règles et la ménopause tardive.

Le dépistage régulier par mammographie est recommandé pour les femmes à risque élevé de cancer du sein. Le traitement peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie, de chimiothérapie et d'hormonothérapie.

Taux de survie est un terme médical utilisé pour décrire la proportion de patients qui survivent à une certaine maladie ou condition pendant un intervalle de temps spécifique. Il est généralement exprimé comme le pourcentage de personnes qui sont encore en vie après un, trois ou cinq ans suivant le diagnostic ou le traitement. Le taux de survie peut être influencé par divers facteurs, tels que l'âge du patient, le stade et le grade de la maladie au moment du diagnostic, ainsi que les options de traitement disponibles. Les taux de survie sont souvent utilisés pour évaluer l'efficacité des différents traitements et pour aider les médecins à prendre des décisions concernant les soins aux patients.

La perfusion intra-artérielle est une méthode d'administration de médicaments ou de fluides thérapeutiques directement dans une artère. Cette technique est souvent utilisée en médecine interventionnelle pour fournir un apport localisé et concentré de médicaments, comme la chimioradiothérapie, directement dans une tumeur ou une zone ciblée du corps.

Dans le contexte des soins intensifs, la perfusion intra-artérielle peut également être utilisée pour maintenir un apport constant de médicaments essentiels, tels que les vasopresseurs, dans le cas où l'administration intraveineuse ne parvient pas à atteindre des concentrations thérapeutiques adéquates.

Cette méthode permet non seulement d'augmenter la biodisponibilité et l'efficacité du médicament, mais aussi de réduire les effets indésirables systémiques associés à une administration intraveineuse générale. Toutefois, elle comporte des risques potentiels, tels que la formation de caillots sanguins, l'ischémie et la nécrose tissulaire, en particulier si le site d'injection ou le matériel utilisé ne sont pas stériles ou correctement entretenus.

La stomatite est un terme médical qui décrit l'inflammation de la muqueuse buccale, incluant les gencives, la langue, le palais, les joues et les lèvres. Cette inflammation peut causer des rougeurs, des douleurs, des gonflements, des ulcères ou des plaies dans la bouche. La stomatite peut être causée par divers facteurs, tels que des infections virales (comme le virus herpès simplex), des bactéries, des champignons (comme le candida), des réactions allergiques, des traumatismes ou des brûlures, une mauvaise hygiène bucco-dentaire, des carences nutritionnelles, ou encore certaines maladies systémiques telles que le VIH/SIDA, le cancer et les maladies inflammatoires de l'intestin. Le traitement dépendra de la cause sous-jacente et peut inclure des antiseptiques, des analgésiques, des corticostéroïdes ou des antibiotiques. Dans certains cas, il est également recommandé d'éviter les aliments épicés, acides ou irritants pour favoriser la guérison.

Les tumeurs du foie sont des growths anormales qui se produisent dans cet organe. Ils peuvent être bénins (non cancéreux) ou malins (cancéreux).

Les tumeurs bénignes du foie comprennent les hémangiomes, les adénomes et les hyperplasies nodulaires focales. Ces types de tumeurs ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être surveillés sans traitement. Cependant, dans certains cas, ils peuvent causer des problèmes s'ils deviennent grands ou si leur croissance comprime les structures voisines.

Les tumeurs malignes du foie comprennent le carcinome hépatocellulaire (CHC) et les métastases hépatiques. Le CHC est une forme de cancer qui commence dans les cellules du foie, tandis que les métastases hépatiques sont des cancers qui se sont propagés au foie à partir d'autres parties du corps. Les deux types peuvent causer des dommages importants aux fonctions hépatiques et nécessitent un traitement agressif.

Les facteurs de risque pour le développement des tumeurs malignes du foie comprennent l'infection par le virus de l'hépatite B ou C, la consommation excessive d'alcool, l'obésité, le diabète et l'exposition à certains produits chimiques. Les symptômes des tumeurs du foie peuvent inclure une douleur ou une sensation de plénitude dans le haut de l'abdomen, une perte de poids inexpliquée, une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), des nausées et des vomissements. Le diagnostic est généralement posé par imagerie médicale telle qu'une échographie ou une tomodensitométrie, suivie d'une biopsie pour confirmer le type de tumeur.

Levoleucovorin est la forme levogyre de l'acide folique, un cofacteur essentiel dans la synthèse des acides nucléiques. Il s'agit d'un médicament utilisé en chimiothérapie pour réduire les effets toxiques de certains agents chimio thérapeutiques, tels que le méthotrexate, qui inhibent la synthèse des acides nucléiques en déplétant les réserves de folates dans les cellules. Levoleucovorin est capable de contourner ce blocage et de fournir du folate actif aux cellules saines, permettant ainsi de prévenir ou de traiter la toxicité induite par le méthotrexate sans interférer avec son activité anticancéreuse. Il est également utilisé dans le traitement de certaines carences en folates et dans le cadre de protocoles de thérapie photodynamique pour le traitement de certains cancers.

La bromouracile est un composé chimique qui est utilisé en médecine, plus précisément en radiothérapie et dans la recherche médicale. Il s'agit d'un analogue de la thymidine, un nucléoside présent dans l'ADN. Lorsqu'il est incorporé dans l'ADN pendant la réplication, la bromouracile peut modifier la structure de l'ADN et entraîner des mutations.

Dans le traitement du cancer, la bromouracile peut être utilisée comme radiosensibilisant. Cela signifie qu'elle est administrée avant une radiothérapie pour rendre les cellules cancéreuses plus sensibles aux rayons ionisants. Lorsque les cellules cancéreuses sont exposées aux rayonnements, la présence de bromouracile dans leur ADN peut entraîner des dommages irréversibles qui conduisent à la mort des cellules.

Cependant, l'utilisation de la bromouracile en médecine est limitée par sa toxicité. En plus d'augmenter la sensibilité des cellules cancéreuses aux rayonnements, elle peut également augmenter la sensibilité des cellules saines, ce qui peut entraîner des effets secondaires indésirables. Par conséquent, l'utilisation de la bromouracile doit être soigneusement surveillée et dosée pour minimiser les risques pour le patient.

En plus de ses applications en médecine, la bromouracile est également utilisée dans la recherche médicale pour étudier les processus de réplication de l'ADN et les mécanismes de réparation de l'ADN. Elle peut être utilisée comme traceur pour suivre la réplication de l'ADN dans des cellules vivantes, ce qui permet aux chercheurs d'étudier comment les dommages à l'ADN sont réparés et comment les mutations se produisent.

Un antidote est un médicament ou une substance administrée pour prévenir ou contrer les effets toxiques d'une autre substance, généralement un poison ou un médicament qui a été pris en surdose. Les antidotes fonctionnent en neutralisant la toxicité de la substance nocive, soit en liant et en éliminant la substance du corps, soit en inversant son mécanisme d'action toxique.

Les exemples courants d'antidotes comprennent le naloxone pour l'overdose d'opioïdes, le glucagon pour une overdose d'insuline ou de médicaments hypoglycémiants oraux, et le sulfate de magnésium pour les intoxications au fluorure.

Il est important de noter que l'utilisation d'un antidote doit être effectuée sous la supervision d'un professionnel de la santé qualifié, car une mauvaise utilisation peut entraîner des effets indésirables graves. De plus, les antidotes ne sont pas toujours disponibles ou efficaces pour tous les types de substances toxiques, il est donc important de consulter immédiatement un médecin en cas d'empoisonnement présumé.

La synergie médicamenteuse est un phénomène dans le domaine de la pharmacologie où l'effet combiné de deux ou plusieurs médicaments administrés ensemble produit un effet plus fort que ce qui serait attendu si chaque médicament agissait indépendamment. Cela peut se produire lorsque les médicaments interagissent chimiquement entre eux, ou lorsqu'ils affectent simultanément des systèmes de régulation communs dans l'organisme.

Dans certains cas, la synergie médicamenteuse peut être bénéfique et permettre de potentialiser l'effet thérapeutique de chaque médicament à des doses plus faibles, réduisant ainsi le risque d'effets indésirables. Cependant, dans d'autres cas, la synergie médicamenteuse peut entraîner des effets indésirables graves, voire mettre en jeu le pronostic vital, en particulier lorsque les doses de médicaments sont trop élevées ou lorsque les patients présentent des facteurs de risque spécifiques tels que des maladies sous-jacentes ou une fonction rénale ou hépatique altérée.

Par conséquent, il est important de surveiller étroitement les patients qui reçoivent plusieurs médicaments simultanément et d'être conscient des possibilités de synergie médicamenteuse pour éviter les effets indésirables imprévus et optimiser l'efficacité thérapeutique.

La flucytosine est un médicament antifongique utilisé dans le traitement des infections fongiques systémiques. Sa forme chimique est 5-fluorocytosine ou 5-FC. Il fonctionne en étant converti en fluorouracile après avoir été absorbé par les cellules fongiques, ce qui inhibe la synthèse de l'ARN et de l'ADN, entraînant ainsi la mort des cellules fongiques.

La flucytosine est souvent utilisée en combinaison avec d'autres médicaments antifongiques pour traiter les infections invasives à Candida et à Cryptococcus, y compris la méningite cryptococcique. Elle est disponible sous forme de comprimés et doit être prescrite par un médecin. Les effets secondaires courants de ce médicament peuvent inclure des nausées, des vomissements, des diarrhées, une perte d'appétit et une éruption cutanée. Des effets secondaires plus graves tels que la suppression de la moelle osseuse, des lésions hépatiques et des dommages aux reins peuvent également survenir, en particulier chez les personnes atteintes d'une fonction rénale réduite. Par conséquent, une surveillance étroite des taux sanguins de flucytosine est nécessaire pour éviter les effets toxiques.

La relation dose-effet des médicaments est un principe fondamental en pharmacologie qui décrit la corrélation entre la dose d'un médicament donnée et l'intensité de sa réponse biologique ou clinique. Cette relation peut être monotone, croissante ou décroissante, selon que l'effet du médicament s'accroît, se maintient ou diminue avec l'augmentation de la dose.

Dans une relation dose-effet typique, l'ampleur de l'effet du médicament s'accroît à mesure que la dose administrée s'élève, jusqu'à atteindre un plateau où des augmentations supplémentaires de la dose ne produisent plus d'augmentation de l'effet. Cependant, dans certains cas, une augmentation de la dose peut entraîner une diminution de l'efficacité du médicament, ce qui est connu sous le nom d'effet de biphasique ou en forme de U inversé.

La relation dose-effet est un concept crucial pour déterminer la posologie optimale des médicaments, c'est-à-dire la dose minimale efficace qui produit l'effet thérapeutique souhaité avec un risque d'effets indésirables minimal. Une compréhension approfondie de cette relation permet aux professionnels de la santé de personnaliser les traitements médicamenteux en fonction des caractéristiques individuelles des patients, telles que leur poids corporel, leur âge, leurs comorbidités et leur fonction hépatique ou rénale.

Il est important de noter que la relation dose-effet peut varier considérablement d'un médicament à l'autre et même entre les individus pour un même médicament. Par conséquent, il est essentiel de tenir compte des facteurs susceptibles d'influencer cette relation lors de la prescription et de l'administration des médicaments.

La chronothérapie est une forme de médecine alternative et complémentaire qui consiste à adapter le moment des traitements médicaux en fonction du rythme biologique interne d'un patient. Elle repose sur l'hypothèse que les processus physiologiques et biochimiques du corps humain suivent un horloge interne, avec des pics et des creux de activité à différents moments de la journée.

Dans la chronothérapie, on cherche donc à déterminer le moment optimal pour administrer un médicament ou une thérapie en fonction du rythme circadien du patient, dans le but d'optimiser son efficacité et de minimiser ses effets secondaires. Par exemple, certains médicaments peuvent être plus efficaces s'ils sont pris à un moment précis de la journée, tandis que d'autres peuvent être mieux tolérés s'ils sont administrés à un autre moment.

La chronothérapie est particulièrement utile dans le traitement de certaines maladies chroniques telles que l'asthme, l'hypertension artérielle et les troubles du sommeil. Elle peut également être utilisée pour optimiser la planification des chimiothérapies et des radiothérapies dans le traitement du cancer.

Il est important de noter que la chronothérapie nécessite une évaluation individuelle et personnalisée de chaque patient, en tenant compte de ses caractéristiques propres telles que son âge, son sexe, sa génétique, ses habitudes de vie et son état de santé général. Elle doit être pratiquée sous la supervision d'un professionnel de santé formé à cette approche thérapeutique.

Je suis désolé, mais le terme "Taxoïdes" ne semble pas être une dénomination médicale ou scientifique reconnue. Il est possible que vous ayez fait une erreur d'orthographe ou que ce terme ne soit pas assez reconnu dans la littérature médicale et scientifique.

Cependant, je peux vous dire qu'en chimie, les taxanes sont une classe de composés organiques naturels qui comprennent notamment le paclitaxel et le docétaxel, qui sont des médicaments couramment utilisés en oncologie pour traiter divers types de cancer. Ils agissent en stabilisant les microtubules, ce qui empêche la division cellulaire et entraîne finalement la mort des cellules cancéreuses.

Si vous cherchiez une définition pour un terme similaire ou si je peux vous aider avec autre chose, n'hésitez pas à me le faire savoir !

Un promédicament, également connu sous le nom de prodrogue, est un composé pharmaceutique inactif ou peu actif qui peut être administré et subit une biotransformation dans l'organisme pour donner le médicament thérapeutiquement actif. Cette conversion a généralement lieu par des processus métaboliques tels que l'hydrolyse, la réduction ou l'oxydation, catalysés par des enzymes telles que les esterases, les réductases et les monoamine oxydases.

L'utilisation de promédicaments présente plusieurs avantages potentiels :

1. Amélioration de la biodisponibilité : Les promédicaments peuvent être conçus pour améliorer l'absorption, la distribution et la pénétration des barrières cellulaires du médicament actif, ce qui entraîne une augmentation de sa concentration dans les tissus cibles.

2. Réduction des effets secondaires : Les promédicaments peuvent être conçus pour libérer le médicament actif uniquement dans certaines parties du corps ou après avoir atteint un site spécifique, ce qui permet de minimiser les concentrations systémiques et donc les effets indésirables.

3. Augmentation de la stabilité : Les promédicaments peuvent être plus stables chimiquement que le médicament actif, ce qui facilite leur manipulation, leur stockage et leur administration.

4. Déclenchement temporel : Certains promédicaments sont conçus pour libérer le médicament actif après un certain délai, ce qui permet d'ajuster l'heure d'action du médicament en fonction des besoins thérapeutiques.

Exemples de promédicaments couramment utilisés comprennent le propacétamol (promédicament du paracétamol), l'enalapril (promédicament de l'énalaprilate) et la codéine (promédicament de la morphine).

Les tumeurs de la tête et du cou sont des croissances anormales qui se forment dans ou sur les structures de la tête et du cou. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ne se propagent pas à d'autres parties du corps et sont généralement moins préoccupantes, bien qu'elles puissent continuer à croître et à causer des problèmes en fonction de leur localisation. Les tumeurs malignes, en revanche, peuvent envahir les tissus environnants et se propager à d'autres parties du corps, ce qui les rend beaucoup plus graves.

Les tumeurs de la tête et du cou peuvent affecter une variété de sites, y compris la peau, les muqueuses (les revêtements internes des organes creux), les glandes salivaires, les os, les muscles, les vaisseaux sanguins et les nerfs. Les symptômes dépendent de la localisation et du type de tumeur, mais peuvent inclure des gonflements ou des masses visibles ou palpables, des douleurs, des difficultés à avaler, des changements de voix, des saignements inexpliqués, des engourdissements ou des faiblesses.

Le traitement dépend du type, de la taille, de l'emplacement et du stade de la tumeur. Il peut inclure une chirurgie, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une combinaison de ces options. Dans certains cas, une surveillance attentive peut être recommandée si la tumeur est petite et ne cause pas de symptômes.

Les tumeurs de l'œsophage se réfèrent à des croissances anormales dans la muqueuse de l'œsophage, qui est le tube musculaire reliant la gorge à l'estomac. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes de l'œsophage comprennent les leiomyomes, les lipomes, et les fibromes. Elles sont généralement traitées par résection si elles causent des symptômes comme la dysphagie (difficulté à avaler) ou la douleur.

Les tumeurs malignes de l'œsophage, quant à elles, sont principalement des carcinomes épidermoïdes et des adénocarcinomes. Le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, le reflux gastro-oesophagien (RGO) sévère et persistant, l'obésité et certains types de troubles précancéreux de l'œsophage peuvent augmenter le risque de développer ces tumeurs malignes.

Le traitement des tumeurs malignes de l'œsophage dépend du stade de la maladie, de la localisation de la tumeur et de l'état général de santé du patient. Les options thérapeutiques peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements.

Le phosphoribosyl pyrophosphate (PRPP) est un composé organique qui joue un rôle crucial dans le métabolisme des purines et des pyrimidines, les building blocks de l'ADN et de l'ARN. Il s'agit d'un substrat clé dans la biosynthèse des nucléotides, qui sont des molécules importantes pour le stockage et le transfert de l'énergie au sein de la cellule.

Le PRPP est synthétisé à partir du ribose-5-phosphate et de l'ATP par l'action de l'enzyme phosphoribosyl pyrophosphate synthase. Le PRPP est ensuite utilisé dans plusieurs réactions enzymatiques pour produire des nucléotides, tels que l'inosine monophosphate (IMP) et l'ornithine monophosphate (OMP), qui sont des précurseurs importants de la biosynthèse des purines et des pyrimidines.

Des anomalies dans le métabolisme du PRPP peuvent entraîner des maladies génétiques rares, telles que la déficience en phosphoribosyl pyrophosphate synthase, qui se manifeste par une accumulation de ribose-5-phosphate et une carence en PRPP, entraînant une altération de la biosynthèse des nucléotides et des troubles neurologiques sévères.

La leucopénie est un terme médical qui décrit un faible nombre de globules blancs (WBC ou white blood cells) dans le sang. Les globules blancs sont une partie essentielle du système immunitaire et aident à combattre les infections. Un compte de globules blancs bas peut donc rendre une personne plus susceptible aux infections.

La plupart des gens ont un nombre total de globules blancs compris entre 4 500 et 11 000 par microlitre de sang. Une personne est considérée comme ayant une leucopénie si son compte de globules blancs est inférieur à 4 500 par microlitre de sang.

La leucopénie peut être causée par divers facteurs, tels que certaines maladies (comme la grippe ou le VIH), certains médicaments (comme la chimiothérapie ou les radiations), et certains troubles du système immunitaire. Dans certains cas, la cause de la leucopénie peut être inconnue.

Les symptômes d'une leucopénie peuvent inclure une augmentation de la fréquence des infections, de la fatigue, des maux de gorge et des ecchymoses ou des saignements faciles. Si vous pensez que vous pourriez avoir une leucopénie, il est important de consulter un médecin dès que possible pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

Le terme "stade cancer" fait référence à un système de classification qui évalue le degré d'avancement d'une tumeur maligne dans l'organisme. Il est généralement déterminé par la taille de la tumeur primitive, l'envahissement des ganglions lymphatiques environnants et la présence ou non de métastases à distance. Le système de stadification le plus couramment utilisé est le système TNM (Tumor, Node, Metastasis), qui est basé sur les caractéristiques tumorales, les ganglions lymphatiques et les métastases.

Le stade I correspond à une tumeur localisée et de petite taille sans envahissement des ganglions lymphatiques ni métastases. Les stades II et III décrivent des tumeurs plus larges ou qui ont commencé à se propager aux ganglions lymphatiques voisins. Le stade IV, également connu sous le nom de cancer avancé ou métastatique, indique que la tumeur s'est propagée à d'autres parties du corps, telles que les poumons, le foie ou les os.

La détermination du stade du cancer est importante pour planifier le traitement approprié et prévoir le pronostic du patient.

L'inflammation muqueuse est un processus inflammatoire qui affecte les muqueuses, qui sont des tissus humides et minces qui tapissent l'intérieur des organes creux du corps. Les muqueuses sont en contact direct avec l'environnement extérieur, comme la muqueuse nasale dans le nez ou la muqueuse gastro-intestinale dans l'estomac et les intestins.

Lorsqu'il y a une inflammation muqueuse, les vaisseaux sanguins de la muqueuse se dilatent et deviennent plus perméables, ce qui entraîne une augmentation du flux sanguin dans la région affectée. Cela peut entraîner des rougeurs, un gonflement, des douleurs et une augmentation de la température locale.

L'inflammation muqueuse peut également entraîner la production de mucus, qui est une substance visqueuse sécrétée par les cellules muqueuses pour piéger les particules étrangères et les agents infectieux. Cela peut entraîner des écoulements nasaux, des expectorations ou des diarrhées, selon l'emplacement de l'inflammation.

Les causes courantes d'inflammation muqueuse comprennent les infections virales et bactériennes, les allergies, les irritants chimiques, les traumatismes et les maladies auto-immunes. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments anti-inflammatoires, des antihistaminiques, des antibiotiques ou des corticostéroïdes.

La résistance des médicaments antinéoplasiques, également connue sous le nom de résistance aux agents chimiothérapeutiques ou résistance aux médicaments cytotoxiques, fait référence à la capacité des cellules cancéreuses à survivre et à se développer en présence de médicaments antinéoplasiques, qui sont conçus pour détruire les cellules cancéreuses. Cette résistance peut être innée, ce qui signifie que les cellules cancéreuses sont résistantes aux médicaments dès le début du traitement, ou acquise, ce qui signifie que la résistance se développe au fil du temps en raison de modifications génétiques et épigénétiques dans les cellules cancéreuses. La résistance aux médicaments antinéoplasiques est un défi majeur dans le traitement du cancer, car elle peut entraîner une récidive de la maladie et une diminution de l'efficacité du traitement.

La neutropénie est un terme médical qui décrit une condition où le nombre de neutrophiles dans le sang est considérablement réduit. Les neutrophiles sont un type de globules blancs (leucocytes) qui jouent un rôle crucial dans la défense du corps contre les infections, en particulier celles causées par des bactéries et des champignons.

Une personne est considérée comme neutropénique lorsque le nombre de neutrophiles dans son sang tombe en dessous d'un certain seuil, généralement défini comme moins de 1500 cellules par microlitre de sang. Cependant, les risques d'infections augmentent considérablement lorsque ce nombre chute à moins de 500 cellules par microlitre.

La neutropénie peut être classée comme légère, modérée ou sévère en fonction du nombre de neutrophiles dans le sang :
- Légère : entre 1000 et 1499 cellules/µL
- Modérée : entre 500 et 999 cellules/µL
- Sévère : moins de 500 cellules/µL

Cette condition peut être temporaire ou chronique et peut être causée par divers facteurs, tels que des infections virales, certains médicaments (comme la chimiothérapie), des maladies auto-immunes, des troubles hématologiques ou une carence en vitamine B12 et acide folique. La neutropénie peut entraîner un risque accru d'infections graves, voire mortelles, si elle n'est pas détectée et traitée rapidement.

Le traitement néoadjuvant, également connu sous le nom de thérapie préopératoire, est un type de traitement médical administré aux patients atteints de cancer avant la chirurgie. L'objectif principal de ce traitement est de réduire la taille de la tumeur et de détruire les cellules cancéreuses pour faciliter l'ablation chirurgicale, améliorer les résultats de la chirurgie et potentialiser l'efficacité des traitements ultérieurs. Les thérapies néoadjuvantes peuvent inclure la chimiothérapie, la radiothérapie, l'hormonothérapie ou l'immunothérapie, en fonction du type de cancer et de son stade au moment du diagnostic.

Ce traitement permet non seulement d'améliorer les taux de réussite de la chirurgie mais aussi de fournir des informations précieuses sur la sensibilité du cancer aux thérapies, ce qui peut aider à guider les décisions de traitement ultérieur. En outre, l'observation de la réponse au traitement néoadjuvant peut permettre d'évaluer l'efficacité de nouveaux médicaments ou combinaisons thérapeutiques dans le cadre d'essais cliniques.

La thymidine phosphorylase est un type d'enzyme qui joue un rôle important dans le métabolisme des purines et des pyrimidines, qui sont des composants clés des acides nucléiques trouvés dans l'ADN et l'ARN.

Plus précisément, la thymidine phosphorylase est responsable de la catalyse de la réaction de déphosphorylation de la thymidine en thymine et à deux désoxyriboses. Ce processus est crucial pour la régulation des niveaux de thymidine dans l'organisme, ainsi que pour la fourniture de substrats pour la biosynthèse d'autres composés importants.

Dans le contexte médical, la thymidine phosphorylase a été étudiée pour son rôle possible dans le développement et la progression du cancer. Des niveaux élevés de cette enzyme ont été détectés dans certains types de tumeurs malignes, ce qui suggère qu'elle peut contribuer à la croissance et à la propagation des cellules cancéreuses. Par conséquent, la thymidine phosphorylase est considérée comme une cible potentielle pour le développement de nouveaux traitements contre le cancer.

La cytidine déaminase est une enzyme que l'on trouve chez certaines espèces de bactéries et de champignons, ainsi que dans certains types de cellules humaines, comme les lymphocytes T. Cette enzyme est capable de convertir la cytosine, une base nucléique présente dans l'ADN et l'ARN, en uracile par un processus appelé déamination.

Dans le contexte médical, la cytidine déaminase peut être importante pour deux raisons principales :

1. Dans le traitement du cancer : certaines thérapies anticancéreuses utilisent des médicaments qui sont inactifs jusqu'à ce qu'ils soient transformés en leur forme active par la cytidine déaminase. Par exemple, le prodrogue du 5-fluorouracile, le 5-fluoro-2'-deoxycytidine, est métabolisé en 5-fluorouracile actif par la cytidine déaminase.

2. Dans le contexte de la toxicité des médicaments : certains médicaments peuvent être dégradés par la cytidine déaminase en produits toxiques. Par exemple, les analogues de la vidarabine, un médicament antiviral utilisé pour traiter l'herpès zoster et d'autres infections virales, sont rapidement dégradés par la cytidine déaminase en produits toxiques qui peuvent entraîner des effets indésirables graves.

Il est important de noter que les niveaux de cytidine déaminase peuvent varier considérablement d'une personne à l'autre, ce qui peut affecter la façon dont ces médicaments sont métabolisés et éliminés par l'organisme. Par conséquent, il est important de surveiller les niveaux de cette enzyme chez les patients traités avec des médicaments qui dépendent de sa présence pour être actifs ou qui peuvent être toxiques s'ils sont métabolisés en produits toxiques par cette enzyme.

La "drug evaluation" dans le domaine médical fait référence au processus systématique et objectif d'évaluation des médicaments ou des substances pharmacologiques pour déterminer leur sécurité, leur efficacité, leurs propriétés pharmacocinétiques et pharmacodynamiques, ainsi que leur qualité. Ce processus comprend généralement plusieurs phases de recherche, y compris des études précliniques sur les animaux, des essais cliniques sur l'homme et une surveillance post-commercialisation.

L'évaluation des médicaments vise à fournir des données scientifiques robustes pour aider les régulateurs, les professionnels de la santé et les patients à prendre des décisions éclairées sur l'utilisation appropriée des médicaments. Les critères d'évaluation comprennent souvent des mesures telles que l'innocuité, l'efficacité, la posologie, la pharmacocinétique, la pharmacodynamie, les interactions médicamenteuses, les effets indésirables et les avantages/risques globaux.

Les résultats de l'évaluation des médicaments sont utilisés pour établir des recommandations de dosage, des avertissements de sécurité, des restrictions d'utilisation et d'autres mesures réglementaires pour garantir que les médicaments sont sûrs et efficaces pour une utilisation clinique.

Une injection intraveineuse (IV) est un type d'administration de médicaments ou de fluides dans le corps, où la substance est injectée directement dans une veine. Cela permet une absorption rapide et presque complète du médicament dans la circulation systémique. Les injections intraveineuses sont souvent utilisées lorsqu'il est nécessaire d'administrer des médicaments rapidement, tels que les antibiotiques, les analgésiques, les anticoagulants ou les fluides pour réhydrater le corps.

L'injection intraveineuse est généralement effectuée à l'aide d'une aiguille fine et creuse insérée dans une veine, souvent au niveau du bras ou de la main. Une solution stérile contenant le médicament est ensuite injectée lentement dans la veine. Dans certains cas, un cathéter intraveineux peut être inséré dans la veine pour permettre des injections répétées sans avoir à insérer une nouvelle aiguille à chaque fois.

Bien que les injections intraveineuses soient considérées comme sûres lorsqu'elles sont effectuées correctement, elles peuvent entraîner des complications telles que des infections, des lésions nerveuses ou des hématomes si elles ne sont pas administrées correctement. Par conséquent, il est important que les injections intraveineuses soient effectuées par un professionnel de la santé qualifié et formé.

Les tumeurs du pancréas sont des croissances anormales qui se forment dans le tissu du pancréas. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être traitées par une intervention chirurgicale. Cependant, certaines tumeurs bénignes peuvent devenir cancéreuses avec le temps.

Les tumeurs malignes du pancréas sont des cancers qui se forment dans les cellules du pancréas et peuvent se propager à d'autres parties du corps. Les adénocarcinomes sont les types de cancer du pancréas les plus courants et représentent environ 90% de tous les cas. Ils se développent dans les cellules qui tapissent les conduits du pancréas qui produisent des enzymes digestives.

Les autres types de tumeurs malignes du pancréas comprennent les tumeurs neuroendocrines, qui se forment dans les cellules hormonales du pancréas, et les sarcomes, qui se développent dans le tissu conjonctif du pancréas.

Les symptômes des tumeurs du pancréas peuvent inclure une douleur abdominale supérieure, une perte de poids inexpliquée, une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), des nausées et des vomissements. Le traitement dépend du type et de l'étendue de la tumeur, mais peut inclure une intervention chirurgicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie.

L'acide oxonique est un terme qui ne fait pas référence à une définition médicale spécifique. Il s'agit plutôt d'un terme chimique désignant un groupe fonctionnel composé d'un atome d'oxygène lié à un atome d'hydrogène et à un autre atome d'oxygène portant une charge formelle négative. Les acides oxoniques sont des intermédiaires réactifs qui peuvent être générés dans certaines réactions chimiques, mais ils ne sont pas couramment rencontrés ou étudiés en médecine.

Dans un contexte plus large, les composés contenant des groupes fonctionnels acide oxonique peuvent être impliqués dans certains processus biochimiques et métaboliques, mais il est important de noter que ces composés ne sont pas spécifiquement étudiés ou traités en médecine. Par conséquent, le terme "acide oxonique" n'a pas de définition médicale standardisée ou largement reconnue.

La dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD) est une enzyme essentielle dans le métabolisme des pyrimidines, qui sont des composants importants des acides nucléiques de l'ADN. Une déficience en DPD se réfère à un trouble génétique rare caractérisé par une activité enzymatique réduite ou absente de la DPD. Cette condition entraîne une accumulation toxique de produits intermédiaires du métabolisme des pyrimidines, tels que la 5-fluorouracile (5-FU) et la 5-fluoro-2'-déoxyuridine monophosphate (5-FdUMP).

L'accumulation de ces métabolites peut entraîner une toxicité sévère, en particulier lors de l'administration de médicaments contenant de la 5-FU, qui est un médicament couramment utilisé dans le traitement du cancer colorectal et d'autres types de cancers. Les symptômes de la déficience en DPD peuvent inclure des nausées, des vomissements, une diarrhée sévère, une neutropénie, une thrombocytopénie, une mucosite, une neurotoxicité et, dans les cas graves, un décès.

La déficience en DPD est héréditaire et peut être classée en deux types : le type complet, qui se caractérise par une activité enzymatique résiduelle très faible ou nulle, et le type partiel, qui se caractérise par une activité enzymatique réduite. Le diagnostic de la déficience en DPD peut être établi par des tests génétiques ou en mesurant l'activité de la DPD dans les érythrocytes ou les fibroblastes cutanés.

Le traitement de la déficience en DPD consiste généralement à éviter les médicaments qui sont métabolisés par la DPD, tels que la 5-FU, et à surveiller étroitement les patients atteints de cette maladie lorsqu'ils reçoivent un traitement anticancéreux. Des mesures telles que la réduction de la dose ou l'utilisation d'agents chimioprotecteurs peuvent être nécessaires pour minimiser les effets secondaires toxiques des médicaments.

La nausée est un symptôme courant décrivant le sentiment désagréable de malaise et souvent accompagné d'une envie de vomir. Elle peut être causée par une variété de facteurs, y compris les maladies, les infections, les médicaments, la grossesse, les troubles gastro-intestinaux, le mal des transports ou certaines odeurs et saveurs désagréables. Dans certains cas, la nausée peut être un signe de conditions plus graves nécessitant une évaluation et un traitement médicaux immédiats.

La récidive tumorale locale est un terme médical utilisé pour décrire la réapparition d'une tumeur maligne (cancer) dans la même région où elle s'est développée initialement, après un traitement initial qui avait apparemment réussi à éliminer la tumeur. Cela signifie que des cellules cancéreuses sont restées dans le corps, inaperçues par les médecins, et ont recommencé à se multiplier pour former une nouvelle tumeur au même endroit.

Une récidive tumorale locale peut survenir des mois ou même des années après le traitement initial. Elle est souvent associée à un pronostic moins favorable que lors du diagnostic initial, car les cellules cancéreuses peuvent avoir développé une résistance aux thérapies précédemment utilisées. Toutefois, la prise en charge d'une récidive dépend du type de cancer, de son stade au moment du diagnostic de la récidive et des antécédents thérapeutiques du patient.

L'artère hépatique est une artère importante dans l'anatomie humaine. Elle est la principale source d'apport sanguin à votre foie. L'artère hépatique se ramifie directement de la partie terminale de l'aorte abdominale, qui est le plus grand vaisseau sanguin dans le corps humain.

L'artère hépatique se divise généralement en trois branches: la branche droite, la branche gauche et la branche commune du ligament rond. La branche droite se dirige vers la partie droite du foie, tandis que la branche gauche dessert la partie gauche du foie. La branche commune du ligament rond s'étend pour fournir du sang à la vésicule biliaire et au canal cholédoque, qui est le tube qui transporte la bile du foie vers l'intestin grêle.

L'artère hépatique joue un rôle crucial dans la circulation sanguine du foie, en fournissant l'oxygène et les nutriments nécessaires pour maintenir les fonctions hépatiques normales. Toute maladie ou condition qui affecte l'artère hépatique peut entraîner des problèmes de santé graves, tels que des dommages au foie ou une insuffisance hépatique.

Taxol, également connu sous le nom de paclitaxel, est un médicament utilisé dans le traitement du cancer. Il est classé comme un agent antimicrotubulaire, ce qui signifie qu'il interfère avec la division cellulaire en perturbant la structure des microtubules, qui sont des composants essentiels du cytosquelette des cellules.

Taxol est souvent utilisé pour traiter différents types de cancer, tels que le cancer du sein, du poumon, de l'ovaire et du sarcome de Kaposi. Il fonctionne en stabilisant les microtubules, empêchant ainsi leur désassemblage normal pendant la division cellulaire, ce qui entraîne finalement la mort des cellules cancéreuses.

Ce médicament est administré par voie intraveineuse et doit être utilisé sous la supervision d'un professionnel de la santé en raison de ses effets secondaires potentiels, qui peuvent inclure des réactions allergiques sévères, une baisse du nombre de cellules sanguines, une neuropathie périphérique, des nausées, des vomissements et une diarrhée.

Le désoxyuridine ou désoxyribonucléotide d'uracile est un nucléotide présent dans l'ARN. Cependant, contrairement à l'ADN, l'uracile n'est normalement pas trouvé comme une base dans l'ADN. Au lieu de cela, la thymine est présente dans les brins d'ADN.

Cependant, sous certaines conditions, telles que des dommages à l'ADN ou des mutations, l'uracile peut être incorporé dans l'ADN par erreur lors de la réplication. Cela peut entraîner des modifications de la séquence d'ADN et éventuellement conduire au développement de maladies telles que le cancer.

Pour éviter ces conséquences négatives, les cellules ont un mécanisme de réparation de l'ADN qui recherche et enlève les désoxyuridines incorporées dans l'ADN. Ce processus est connu sous le nom d'excision d'uracile de l'ADN.

L'uridine est un nucléoside constitué d'un ribose (une pentose) et d'uracile, qui est l'une des bases azotées trouvées dans les acides nucléiques, comme l'ARN. Il joue un rôle crucial dans la synthèse des protéines, le métabolisme énergétique et la réplication de l'ARN. L'uridine peut être trouvée dans divers aliments, tels que les levures, les graines de fenugrec, les champignons et certaines algues. Elle est également disponible sous forme de complément alimentaire et est parfois utilisée pour traiter certaines affections, telles que les troubles neurologiques et les maladies du foie.

L'acide phosphonoacétique est un composé organophosphoré utilisé dans le traitement de certaines infections, telles que l'infection à méningocoque et la maladie du charbon. Il agit en inhibant la croissance des bactéries en interférant avec leur capacité à synthétiser de l'ATP, une molécule essentielle à la production d'énergie dans les cellules vivantes.

L'acide phosphonoacétique est également utilisé dans la recherche biomédicale comme inhibiteur sélectif de certaines enzymes, telles que la pyruvate décarboxylase et l'acétyl-CoA synthétase. Il est disponible sous forme de sel de sodium ou de potassium pour une administration intraveineuse.

Les effets secondaires courants de l'acide phosphonoacétique comprennent des nausées, des vomissements, des diarrhées et des douleurs abdominales. Des réactions allergiques graves peuvent également survenir chez certaines personnes. L'utilisation à long terme de ce médicament peut entraîner une accumulation de sels de calcium dans les tissus, ce qui peut provoquer des lésions rénales et osseuses. Par conséquent, il doit être utilisé avec prudence et sous surveillance médicale étroite.

L'interféron alpha (IFN-α) est un type de cytokine, qui sont des protéines messagères utilisées par les cellules du système immunitaire pour communiquer entre elles. Plus précisément, l'IFN-α est un type d'interféron, une protéine produite en réponse à la présence de virus dans le corps.

L'IFN-α joue plusieurs rôles importants dans la réponse immunitaire de l'organisme contre les infections virales et les tumeurs. Il aide à activer et à réguler les cellules du système immunitaire, telles que les globules blancs, pour détecter et éliminer les virus et les cellules cancéreuses.

L'IFN-α peut également avoir des effets antiviraux directs en inhibant la réplication des virus dans les cellules infectées. Il est utilisé comme médicament dans le traitement de certaines maladies virales, telles que l'hépatite C et le papillomavirus humain (VPH), ainsi que dans le traitement de certains cancers, tels que le mélanome malin.

Cependant, l'utilisation de l'IFN-α en thérapeutique peut également entraîner des effets secondaires indésirables, tels qu'une fatigue intense, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête, des nausées et une dépression. Ces effets secondaires peuvent être graves et limiter l'utilisation de ce médicament chez certains patients.

Le triméthoprime est un médicament antiviral et antiprotozoaire. Il agit en inhibant l'enzyme dihydrofolate réductase, ce qui empêche la synthèse des acides nucléiques nécessaires à la réplication de l'ADN des virus et des protozoaires. Le triméthoprime est utilisé dans le traitement de certaines infections virales et protozoaires, telles que le cytomégalovirus (CMV) et la pneumocystose chez les patients immunodéprimés. Il est souvent utilisé en combinaison avec d'autres médicaments pour augmenter son efficacité. Les effets secondaires courants du triméthoprime comprennent des nausées, des vomissements, des diarrhées et des éruptions cutanées. Il peut également entraîner une diminution du nombre de globules blancs et rouges dans le sang, ce qui peut augmenter le risque d'infections et d'anémie. Le triméthoprime doit être utilisé avec prudence chez les personnes atteintes d'insuffisance rénale ou hépatique, car il peut s'accumuler dans l'organisme et entraîner des effets secondaires toxiques.

L'uridine phosphorylase est un type d'enzyme qui joue un rôle important dans le métabolisme des nucléosides, y compris l'uridine. Cette enzyme est responsable de la catalyse de la réaction de déphosphorylation de l'uridine en uracile et ribose-1-phosphate.

L'uridine phosphorylase est présente dans de nombreux tissus corporels, y compris le foie, les reins, la rate, les intestins et le cerveau. Elle est également exprimée à la surface des cellules tumorales, où elle participe au métabolisme des nucléosides pour répondre aux besoins accrus en énergie et en matériaux de construction pour la croissance et la division cellulaires rapides.

L'activité de l'uridine phosphorylase est régulée par plusieurs facteurs, y compris les niveaux d'uridine et d'autres nucléosides dans le corps. Des taux élevés d'uridine peuvent inhiber l'activité de cette enzyme, tandis que des niveaux faibles peuvent l'activer.

L'uridine phosphorylase est également une cible thérapeutique potentielle pour le traitement du cancer. Des inhibiteurs spécifiques de cette enzyme ont été développés et sont à l'étude dans des essais cliniques pour déterminer leur efficacité dans le traitement de divers types de cancer.

La Dose Maximale Tolérée (DMT) est définie en médecine comme la dose la plus élevée d'un médicament ou d'une substance que l'on peut administrer à un patient sans provoquer de effets indésirables graves ou d'intolérance manifeste, telles que des réactions toxiques ou des dommages aux organes vitaux. Ces effets indésirables sont généralement évalués en fonction de leur gravité, de leur fréquence et de leur relation avec la dose administrée. La DMT est souvent utilisée dans les essais cliniques pour déterminer la sécurité et l'efficacité d'un médicament, ainsi que pour établir des doses recommandées pour une utilisation thérapeutique.

La voie orale, également appelée voie entérale ou voie digestive, est un terme utilisé en médecine pour décrire l'administration d'un médicament ou d'une substance thérapeutique par la bouche. Cela permet au composé de traverser le tractus gastro-intestinal et d'être absorbé dans la circulation sanguine, où il peut atteindre sa cible thérapeutique dans l'organisme. Les formes posologiques courantes pour l'administration orale comprennent les comprimés, les capsules, les solutions liquides, les suspensions et les pastilles. Cette voie d'administration est généralement non invasive, pratique, facile à utiliser et souvent associée à un faible risque d'effets indésirables locaux ou systémiques, ce qui en fait une méthode privilégiée pour l'administration de médicaments lorsque cela est possible.

Les mitomycines sont un groupe d'agents antinéoplasiques, qui sont dérivés de certaines souches de streptomyces. Elles ont des propriétés alkylantes et intercalantes, ce qui signifie qu'elles peuvent se lier à l'ADN et empêcher la réplication cellulaire.

Elles sont couramment utilisées dans le traitement de certains cancers, tels que le cancer de la vessie, le cancer de l'estomac et les carcinomes épidermoïdes. Les mitomycines peuvent être administrées par voie intraveineuse ou intravésicale (dans la vessie).

Les effets secondaires courants des mitomycines comprennent la nausée, la vomissement, la diarrhée, la fatigue et une diminution du nombre de cellules sanguines. Les patients peuvent également présenter une inflammation de la muqueuse buccale et une sensibilité accrue à l'infection.

Les mitomycines sont des médicaments puissants qui nécessitent une surveillance étroite pour détecter les effets secondaires et ajuster le traitement en conséquence.

Une lignée cellulaire tumorale, dans le contexte de la recherche en cancérologie, fait référence à une population homogène de cellules cancéreuses qui peuvent être cultivées et se diviser en laboratoire. Ces lignées cellulaires sont généralement dérivées de biopsies ou d'autres échantillons tumoraux prélevés sur des patients, et elles sont capables de se multiplier indéfiniment en culture.

Les lignées cellulaires tumorales sont souvent utilisées dans la recherche pour étudier les propriétés biologiques des cellules cancéreuses, tester l'efficacité des traitements anticancéreux et comprendre les mécanismes de progression du cancer. Cependant, il est important de noter que ces lignées cellulaires peuvent ne pas toujours se comporter ou réagir aux traitements de la même manière que les tumeurs d'origine dans le corps humain, ce qui peut limiter leur utilité en tant que modèles pour la recherche translationnelle.

La radiothérapie adjuvante est un traitement du cancer qui consiste à utiliser des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses restantes après une chirurgie visant à enlever une tumeur. Elle est dite "adjuvante" car elle est administrée en complément d'un autre traitement, dans ce cas la chirurgie.

L'objectif de la radiothérapie adjuvante est de réduire le risque de récidive locale du cancer et d'améliorer les chances de guérison du patient. Elle est souvent utilisée dans le traitement de divers types de cancers, tels que le cancer du sein, le cancer du côlon, le cancer de la prostate et le cancer du poumon, entre autres.

La radiothérapie adjuvante est généralement planifiée et administrée par un radiothérapeute, qui détermine la dose appropriée de radiation à administrer en fonction de divers facteurs tels que l'emplacement et la taille de la tumeur, le stade du cancer et les antécédents médicaux du patient. Le traitement est généralement administré en plusieurs séances, appelées fractions, sur une période de plusieurs semaines.

Le fluor est un élément chimique non métallique qui fait partie du groupe des halogènes dans la table périodique des éléments. Il a le symbole F et le numéro atomique 9. Dans le domaine médical, le fluor est souvent mentionné en relation avec la santé bucco-dentaire.

Le fluorure, qui est un composé du fluor, joue un rôle important dans la prévention des caries dentaires. Il agit en renforçant l'émail des dents et en le rendant plus résistant aux attaques acides causées par les bactéries présentes dans la bouche. Le fluorure peut être trouvé dans certains aliments et boissons, ainsi que dans l'eau potable fluorée.

L'utilisation de produits dentaires contenant du fluorure, tels que le dentifrice et les bains de bouche, est également recommandée pour aider à prévenir les caries dentaires. Cependant, il est important de noter qu'une exposition excessive au fluor peut entraîner une affection appelée fluorose, qui se caractérise par des taches blanches sur les dents et, dans les cas graves, des os fragiles.

La désoxyuridine est un nucléoside naturel, composé d'une base azotée, la thymine, et du désoxyribose, un sucre à cinq carbones. Il s'agit d'un constituant important de l'ADN, où il forme une paire de bases avec l'adénine grâce aux liaisons hydrogène. Dans l'organisme humain, la désoxyuridine est présente en petites quantités et joue un rôle dans le métabolisme des acides nucléiques. Cependant, une augmentation anormale des taux de désoxyuridine peut indiquer une anomalie ou une maladie, comme une carence en folates ou une infection virale.

Je suis désolé, "facteur temps" n'a pas de définition spécifique dans le domaine médical. Le terme "facteur temps" est plutôt utilisé en général pour décrire la durée pendant laquelle quelque chose se produit ou évolue, ou il peut également faire référence à l'importance de considérer le moment et la planification dans un contexte médical. Par exemple, l'administration d'un médicament à un moment précis ("facteur temps critique") ou la progression d'une maladie au fil du temps ("évolution temporelle de la maladie") peuvent être décrites en utilisant le terme "facteur temps". Cependant, il n'y a pas de définition médicale universellement acceptée pour ce terme.

Les tumeurs gastro-intestinales (GI) se réfèrent aux affections caractérisées par la croissance cellulaire anormale dans le tube digestif, qui comprend l'œsophage, l'estomac, l'intestin grêle, le côlon et le rectum. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes ne se propagent pas généralement à d'autres parties du corps et peuvent souvent être traitées par une intervention chirurgicale mineure. Cependant, elles peuvent encore causer des problèmes en bloquant le passage des aliments dans le tube digestif ou en saignant.

D'un autre côté, les tumeurs malignes peuvent envahir les tissus voisins et se propager (métastases) à d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou le système lymphatique. Le cancer gastro-intestinal est souvent difficile à détecter tôt car il ne présente souvent aucun symptôme jusqu'à ce qu'il soit avancé.

Les facteurs de risque pour le développement des tumeurs GI comprennent l'âge (plus de 50 ans), le tabagisme, une alimentation riche en viandes rouges et transformées, un faible apport en fibres, l'obésité, une infection chronique par Helicobacter pylori, et certains troubles génétiques héréditaires.

Le traitement dépend du type de tumeur, de son emplacement, de sa taille, de son stade et de la santé globale du patient. Il peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie, de chimiothérapie et de thérapies ciblées.

Les antinéoplasiques d'origine végétale sont des substances naturelles dérivées de plantes qui possèdent des propriétés anticancéreuses. Ils ont la capacité de bloquer, ralentir ou inverser la croissance des cellules cancéreuses sans affecter les cellules saines environnantes.

Ces composés peuvent être extraits directement de plantes médicinales traditionnelles ou synthétisés en laboratoire à partir de leurs structures chimiques. Les antinéoplasiques d'origine végétale comprennent une variété de classes de composés, tels que les alcaloïdes, les flavonoïdes, les terpènes et les saponines.

Certains des exemples bien connus d'antinéoplasiques d'origine végétale sont le paclitaxel (Taxol), dérivé de l'écorce de l'if du Pacifique, qui est utilisé pour traiter le cancer du sein, du poumon et de l'ovaire; la vincristine et la vinblastine, extraites de la pervenche de Madagascar, utilisées dans le traitement de divers types de leucémie et de lymphome; et le camptothécine, dérivée de l'écorce d'un arbre chinois, utilisé pour traiter le cancer du côlon.

Bien que les antinéoplasiques d'origine végétale aient montré des avantages thérapeutiques dans le traitement du cancer, ils peuvent également entraîner des effets secondaires indésirables et doivent être utilisés sous la surveillance étroite d'un professionnel de la santé.

La diarrhée est un symptôme caractérisé par des selles fréquentes, liquides ou déformées. Elle peut être causée par une variété de facteurs, y compris des infections virales, bactériennes ou parasitaires, des troubles intestinaux, certains médicaments, des allergies alimentaires ou une mauvaise absorption des nutriments dans l'intestin grêle.

Les épisodes de diarrhée aiguë durent généralement quelques jours et peuvent être accompagnés de crampes abdominales, de nausées, de vomissements et de fièvre. La diarrhée chronique, qui persiste pendant plusieurs semaines, peut indiquer un problème sous-jacent plus grave, comme une maladie inflammatoire de l'intestin (MII), une infection récurrente, un syndrome de l'intestin irritable (SII) ou une malabsorption.

Il est important de rester hydraté lorsque vous souffrez de diarrhée, en particulier chez les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes âgées, qui courent un risque plus élevé de déshydratation. Dans certains cas, des médicaments antidiarrhéiques peuvent être prescrits pour soulager les symptômes, mais il est crucial de consulter un médecin si la diarrhée persiste ou s'accompagne d'autres signes avant-coureurs, tels que des douleurs abdominales sévères, une fièvre élevée, des saignements rectaux ou un malaise général.

Histidinol est un composé organique qui sert de métabolite dans la biosynthèse de l'acide aminé histidine chez les organismes vivants. Il s'agit d'un dérivé de l'histidine, où un groupe hydroxyle (-OH) remplace le groupe fonctionnel imidazole de l'histidine.

Dans un contexte médical ou biochimique, histidinol peut être mentionné en relation avec des troubles métaboliques rares ou des réactions indésirables à certains médicaments. Par exemple, une accumulation d'histidinol dans l'organisme pourrait entraîner une acidose métabolique, une affection caractérisée par un pH sanguin anormalement bas. Cependant, les situations où histidinol joue un rôle direct dans la pathogenèse des maladies sont rares et généralement associées à des troubles congénitaux du métabolisme.

Je suis désolé, mais la combinaison de termes "antibiotiques antinéoplasiques" est contradictoire. Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour traiter les infections bactériennes, tandis que les agents antinéoplasiques, également appelés chimiothérapie, sont des médicaments utilisés pour traiter le cancer. Il n'existe pas de catégorie de médicaments appelée "antibiotiques antinéoplasiques". Si vous cherchez des informations sur les agents antinéoplasiques ou la chimiothérapie, je serais heureux de vous fournir une explication à ce sujet.

Un carcinome est un type de cancer qui commence dans les cellules épithéliales, qui sont les cellules qui tapissent la surface des organes et des glandes. Ces cellules ont une forme aplatie et une fonction de protection ou de sécrétion. Les carcinomes peuvent se développer à partir de divers types d'épithélium dans tout le corps, y compris la peau, les poumons, le sein, le côlon, la prostate et le rein.

Les carcinomes peuvent être classés en plusieurs sous-types en fonction de leur apparence au microscope et de leurs caractéristiques moléculaires. Certains des sous-types courants comprennent les carcinomes squameux, les adénocarcinomes, les carcinomes à cellules basales et les carcinomes à cellules rénales.

Les facteurs de risque pour le développement d'un carcinome peuvent inclure l'exposition aux rayonnements, au tabagisme, à certaines substances chimiques, à une infection virale ou bactérienne, à des antécédents familiaux de cancer et au vieillissement.

Le traitement d'un carcinome dépend du type et du stade du cancer, ainsi que de la santé générale du patient. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses à l'aide de rayonnements, une chimiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses avec des médicaments, ou une thérapie ciblée pour attaquer des caractéristiques spécifiques des cellules cancéreuses.

Une métastase lymphatique est le processus par lequel le cancer se propage d'un organe primaire vers les ganglions lymphatiques voisins ou éloignés. Cela se produit lorsque les cellules cancéreuses se détachent de la tumeur primitive, pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques et sont transportées jusqu'aux ganglions lymphatiques où elles peuvent former une nouvelle tumeur. Ce phénomène est souvent associé à un pronostic plus défavorable car il indique que le cancer a déjà commencé à se propager dans le corps.

En médecine, le terme "pronostic" se réfère à la prévision du résultat ou de l'issue attendue d'une maladie ou d'une blessure dans le corps humain. Il s'agit essentiellement d'une estimation de la probabilité du rétablissement complet, de l'amélioration continue, de l'évolution vers une invalidité permanente ou du décès d'un patient atteint d'une certaine maladie ou blessure.

Le pronostic est généralement fondé sur les antécédents médicaux du patient, les résultats des tests diagnostiques, l'étendue de la maladie ou de la lésion, la réponse au traitement et d'autres facteurs pertinents. Il peut être exprimé en termes généraux ou spécifiques, tels qu'un pronostic favorable, défavorable ou incertain.

Il est important de noter que le pronostic n'est pas une garantie et ne doit pas être considéré comme tel. Il s'agit simplement d'une estimation basée sur des données probantes et l'expérience clinique, qui peut varier d'un patient à l'autre. Les médecins doivent communiquer clairement le pronostic aux patients et à leur famille, en s'assurant qu'ils comprennent les risques, les avantages et les incertitudes associés au traitement et à la maladie sous-jacente.

Orotate Phosphoribosyltransferase est une enzyme impliquée dans la biosynthèse des pyrimidines, plus spécifiquement dans la voie de synthèse *de novo* des nucléotides. Cette enzyme catalyse la réaction qui transforme l'orotate et le phosphoribosyl pyrophosphate (PRPP) en OMP (orbite monophosphate), un précurseur important de la biosynthèse des nucléotides pyrimidiques tels que l'UMP (uridine monophosphate).

L'orotate phosphoribosyltransferase est une protéine clé dans le métabolisme des purines et des pyrimidines, qui sont des composants essentiels de l'ADN et de l'ARN. Les mutations ou les défauts de cette enzyme peuvent entraîner des maladies génétiques rares telles que la deficiencia de orotato fosforibosiltransferasa (DORFT), une affection qui se caractérise par une accumulation d'orotate et d'autres métabolites dans l'urine, ainsi que par une acidose métabolique.

En résumé, Orotate Phosphoribosyltransferase est une enzyme importante impliquée dans la biosynthèse des nucléotides pyrimidiques, et les défauts de son fonctionnement peuvent entraîner des maladies métaboliques graves.

En médecine, le terme "survie cellulaire" fait référence à la capacité d'une cellule à continuer à fonctionner et à rester vivante dans des conditions qui seraient normalement hostiles ou défavorables à sa croissance et à sa reproduction. Cela peut inclure des facteurs tels que l'exposition à des toxines, un manque de nutriments, une privation d'oxygène ou l'exposition à des traitements médicaux agressifs tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

La survie cellulaire est un processus complexe qui implique une série de mécanismes adaptatifs et de réponses au stress qui permettent à la cellule de s'adapter et de survivre dans des conditions difficiles. Ces mécanismes peuvent inclure l'activation de voies de signalisation spécifiques, la régulation de l'expression des gènes, l'autophagie (un processus par lequel une cellule dégrade ses propres composants pour survivre) et d'autres mécanismes de réparation et de protection.

Il est important de noter que la survie cellulaire peut être un phénomène bénéfique ou préjudiciable, selon le contexte. Dans certains cas, la capacité d'une cellule à survivre et à se régénérer peut être essentielle à la guérison et à la récupération après une maladie ou une blessure. Cependant, dans d'autres cas, la survie de cellules anormales ou cancéreuses peut entraîner des problèmes de santé graves, tels que la progression de la maladie ou la résistance au traitement.

En fin de compte, la compréhension des mécanismes sous-jacents à la survie cellulaire est essentielle pour le développement de stratégies thérapeutiques efficaces et ciblées qui peuvent être utilisées pour promouvoir la survie des cellules saines tout en éliminant les cellules anormales ou cancéreuses.

Le thiophène est un composé organique hétérocyclique qui contient un cycle de cinq atomes avec quatre atomes de carbone et un atome d' soufre. La formule moléculaire du thiophène est C4H4S. Il est structurellement et chimiquement similaire au benzène, mais il possède des propriétés physiques et chimiques différentes en raison de la présence de l'atome d' soufre.

Le thiophène peut être trouvé dans certains produits pétroliers et est également utilisé dans la synthèse de divers composés organiques soufrés. Il a un rôle important dans la chimie médicinale, car il est présent dans la structure de nombreux médicaments et agents pharmacologiques. Cependant, le thiophène lui-même n'a pas de propriétés médicales directes.

Les anticorps monoclonaux humanisés sont des protéines artificielles créées en laboratoire qui fonctionnent comme des anticorps naturels dans le système immunitaire du corps humain. Ils sont conçus pour se lier spécifiquement à des protéines ou des molécules cibles, telles que les antigènes présents sur la surface de cellules infectées ou cancéreuses.

Les anticorps monoclonaux humanisés sont créés en prenant des anticorps monoclonaux murins (souris) et en remplaçant certaines de leurs régions variables par des séquences d'acides aminés humains. Cette procédure permet de minimiser la réponse immunitaire du corps humain contre les anticorps murins, ce qui permet une durée de traitement plus longue et une efficacité accrue.

Ces anticorps monoclonaux humanisés sont utilisés dans le traitement de diverses maladies, telles que les cancers, les maladies auto-immunes et inflammatoires, en se liant aux cibles spécifiques et en favorisant la destruction des cellules anormales ou en neutralisant l'activité des molécules ciblées.

Les études de suivi, également appelées études de cohorte longitudinales, sont un type d'étude de recherche médicale ou de santé publique dans laquelle une population ou une cohorte initialement identifiée comme exposée ou non exposée à un facteur de risque particulier est surveillée au fil du temps pour déterminer l'incidence d'un événement de santé spécifique, tel qu'une maladie ou un décès.

L'objectif principal des études de suivi est d'établir une relation temporelle entre le facteur d'exposition et l'issue de santé en évaluant les participants à plusieurs reprises sur une période prolongée, ce qui permet de déterminer si l'exposition au facteur de risque entraîne des conséquences négatives sur la santé.

Les études de suivi peuvent fournir des informations importantes sur les causes et les effets des maladies, ainsi que sur les facteurs de risque et de protection associés à une issue de santé spécifique. Elles peuvent également être utiles pour évaluer l'efficacité et la sécurité des interventions de santé publique ou cliniques.

Cependant, il est important de noter que les études de suivi présentent certaines limites, telles que la perte de participants au fil du temps, qui peut entraîner un biais de sélection, et la possibilité d'un biais de rappel lorsque les données sont collectées par enquête. Par conséquent, il est essentiel de concevoir et de mettre en œuvre des études de suivi avec soin pour minimiser ces limites et garantir la validité et la fiabilité des résultats.

Les essais d'analyse du dépistage des drogues antitumorales sont des tests de laboratoire conçus pour identifier et évaluer l'activité des composés chimiques ou des médicaments susceptibles d'avoir une activité anticancéreuse. Ces essais peuvent impliquer une variété de méthodes, y compris des tests in vitro sur des cultures de cellules cancéreuses, des tests sur des animaux de laboratoire et des modèles de culture de tissus.

L'objectif de ces essais est de déterminer l'efficacité d'un composé donné pour inhiber la croissance et la propagation des cellules cancéreuses, ainsi que sa toxicité potentielle pour les cellules saines. Les résultats de ces essais peuvent aider à orienter le développement de nouveaux médicaments anticancéreux et à prédire leur efficacité chez l'homme.

Les essais de dépistage des drogues antitumorales peuvent évaluer une variété de paramètres, tels que la cytotoxicité (capacité d'un composé à tuer les cellules cancéreuses), l'apoptose (mort cellulaire programmée) et l'inhibition de la prolifération cellulaire. Ils peuvent également évaluer l'activité des voies de signalisation intracellulaires qui sont importantes pour la croissance et la survie des cellules cancéreuses.

Dans l'ensemble, les essais d'analyse du dépistage des drogues antitumorales sont un élément clé de la recherche sur le cancer et jouent un rôle crucial dans le développement de nouveaux médicaments pour traiter cette maladie mortelle.

Les cellules cancéreuses en culture sont des cellules cancéreuses prélevées sur un être humain ou un animal, qui sont ensuite cultivées et multipliées dans un laboratoire. Ce processus est souvent utilisé pour la recherche médicale et biologique, y compris l'étude de la croissance et du comportement des cellules cancéreuses, la découverte de nouveaux traitements contre le cancer, et les tests de sécurité et d'efficacité des médicaments et des thérapies expérimentales.

Les cellules cancéreuses en culture sont généralement prélevées lors d'une biopsie ou d'une intervention chirurgicale, puis transportées dans un milieu de culture spécial qui contient les nutriments et les facteurs de croissance nécessaires à la survie et à la reproduction des cellules. Les cellules sont maintenues dans des conditions stériles et sous observation constante pour assurer leur santé et leur pureté.

Les cultures de cellules cancéreuses peuvent être utilisées seules ou en combinaison avec d'autres méthodes de recherche, telles que l'imagerie cellulaire, la génomique, la protéomique et la biologie des systèmes. Ces approches permettent aux chercheurs d'étudier les mécanismes moléculaires du cancer à un niveau granulaire, ce qui peut conduire à une meilleure compréhension de la maladie et au développement de nouveaux traitements plus efficaces.

La dosimétrie en radiothérapie est le processus de mesure, de calcul et de contrôle des doses de radiation délivrées aux patients pendant un traitement de radiothérapie. Elle vise à garantir que les doses prescrites soient délivrées avec précision et exactitude au site tumoral, tout en minimisant l'exposition inutile aux tissus sains environnants.

Ce processus implique l'utilisation de divers instruments et méthodes pour mesurer les doses de radiation, y compris des chambres d'ionisation, des diodes, des films radiographiques et des systèmes de détection électronique. Les données obtenues sont ensuite utilisées pour calculer la dose absorbée par le tissu cible et les organes à risque voisins.

La dosimétrie en radiothérapie est essentielle pour assurer l'efficacité et la sécurité du traitement. Elle permet non seulement d'optimiser les résultats thérapeutiques, mais aussi de réduire le risque de complications tardives liées à l'exposition aux radiations. Les dosimétristes, qui sont des professionnels de la santé spécialement formés, jouent un rôle clé dans ce processus en travaillant en étroite collaboration avec les médecins et les physiciens médicaux pour planifier et mettre en œuvre chaque traitement.

Je suis désolé, mais la "Leucémie L1210" ne correspond pas à une définition médicale spécifique. Le terme "L1210" fait référence à une ligne cellulaire de leucémie murine (souris) qui a été largement utilisée dans la recherche sur le cancer en raison de sa croissance rapide et de son uniformité. Cependant, il ne s'agit pas d'un type spécifique de leucémie qui affecterait les humains.

La leucémie est un terme général utilisé pour décrire une gamme de cancers qui commencent dans les cellules souches du sang dans la moelle osseuse. Il existe plusieurs types de leucémie, chacun ayant des caractéristiques et des traitements différents. Si vous recherchez des informations sur un type spécifique de leucémie, veuillez me fournir plus de détails.

La vinblastine est un agent alcaloïde vinca, qui est utilisé en médecine comme un médicament de chimiothérapie pour traiter divers types de cancer. Elle agit en inhibant la polymérisation des tubulines, ce qui entraîne une dépolarisation des microtubules et une interruption du processus de mitose dans les cellules cancéreuses.

Cela peut conduire à l'apoptose ou à la mort cellulaire programmée des cellules cancéreuses. La vinblastine est souvent utilisée en association avec d'autres médicaments de chimiothérapie pour traiter les cancers du poumon, le lymphome de Hodgkin, le sarcome de Kaposi et d'autres types de cancer.

Les effets secondaires courants de la vinblastine comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, une constipation, une fatigue, une alopécie (perte de cheveux), des ulcères buccaux et une leucopénie (diminution du nombre de globules blancs). Les effets secondaires graves peuvent inclure une neuropathie périphérique, une myélosuppression sévère, une toxicité pulmonaire et une toxicité cardiaque.

La vinblastine est généralement administrée par voie intraveineuse dans un cadre hospitalier ou en consultation externe sous la surveillance d'un professionnel de santé qualifié. La posologie et le schéma posologique dépendent du type de cancer, de l'étendue de la maladie, de l'âge et de l'état général du patient.

La progression d'une maladie, également appelée évolution de la maladie, se réfère à la manifestation temporelle des stades ou étapes d'une maladie chez un patient. Il s'agit essentiellement de la détérioration continue ou de l'aggravation d'un trouble médical au fil du temps, qui peut entraîner une augmentation de la gravité des symptômes, une déficience accrue, une invalidité et, éventuellement, la mort. La progression de la maladie est généralement mesurée en termes de déclin fonctionnel ou de dommages aux organes affectés. Elle peut être influencée par divers facteurs, notamment l'âge du patient, la durée de la maladie, le traitement et les comorbidités sous-jacentes. Le suivi de la progression de la maladie est crucial pour évaluer l'efficacité des interventions thérapeutiques et pour la planification des soins futurs.

Une association médicamenteuse, également appelée polypharmacie, fait référence à l'utilisation simultanée de plusieurs médicaments par un patient. Cela peut être volontaire, sous la supervision d'un professionnel de santé, ou involontaire, comme lorsqu'un patient prend plusieurs médicaments sans en informer son médecin.

L'association médicamenteuse peut être bénéfique dans certains cas, par exemple lorsque des médicaments sont combinés pour améliorer l'efficacité thérapeutique ou atténuer les effets secondaires d'un traitement. Cependant, elle comporte également des risques, tels que les interactions médicamenteuses qui peuvent entraîner des effets indésirables imprévus, une augmentation ou une diminution de l'efficacité du traitement, voire une toxicité accrue.

Par conséquent, il est important que les professionnels de santé évaluent soigneusement les avantages et les risques associés à toute association médicamenteuse et surveillent attentivement les patients qui prennent plusieurs médicaments simultanément. Les patients doivent également être informés des risques potentiels liés à l'association médicamenteuse et être encouragés à communiquer ouvertement avec leur médecin au sujet de tous les médicaments qu'ils prennent, y compris les médicaments en vente libre, les suppléments à base de plantes et les vitamines.

Chimioradiation, ou chimioradiothérapie, est un traitement combiné qui associe la chimiothérapie et la radiothérapie pour le traitement du cancer. La chimiothérapie utilise des médicaments anticancéreux pour détruire les cellules cancéreuses, tandis que la radiothérapie utilise des rayonnements pour tuer les cellules cancéreuses et réduire la taille de la tumeur.

L'administration simultanée ou séquentielle de chimiothérapie et de radiothérapie peut améliorer l'efficacité du traitement en potentialisant les effets des deux modalités thérapeutiques. Cela peut entraîner une meilleure réponse tumorale, une diminution du risque de récidive locale et une augmentation des taux de survie globale et sans maladie.

Cependant, la chimioradiothérapie peut également augmenter les effets secondaires par rapport à l'utilisation de chaque modalité seule. Les effets secondaires courants comprennent la fatigue, la nausée, la perte d'appétit, la diarrhée, la toxicité cutanée et les muqueuses, ainsi que des dommages aux tissus sains environnants. Par conséquent, il est important de surveiller attentivement les patients pendant le traitement et de gérer rapidement tout effet secondaire grave.

La chimioradiothérapie peut être utilisée pour traiter une variété de cancers, y compris le cancer du col de l'utérus, le cancer de la tête et du cou, le cancer du poumon, le cancer de l'œsophage, le cancer anal et d'autres types de cancer. Le choix de la chimiothérapie et du schéma posologique dépendra du type de cancer, de son stade, de sa localisation et de l'état général du patient.

La jonction œsogastrique, également connue sous le nom de cardia, est la région anatomique où l'oesophage (le tube qui transporte les aliments vers l'estomac) rejoint l'estomac. C'est un point important car c'est là que se trouve le sphincter oesophagien inférieur, un muscle circulaire qui s'ouvre pour permettre aux aliments d'entrer dans l'estomac et se ferme ensuite pour empêcher le reflux du contenu acide de l'estomac dans l'oesophage. Des problèmes de santé tels que le reflux gastro-œsophagien peuvent survenir lorsque ce sphincter ne fonctionne pas correctement et permet au contenu acide de l'estomac de remonter dans l'oesophage.

Les études prospectives, également connues sous le nom d'études de cohorte ou d'études longitudinales, sont un type de recherche médico-épidémiologique dans laquelle les sujets sont suivis au fil du temps pour évaluer l'incidence ou le développement de divers facteurs de risque et maladies. Contrairement aux études rétrospectives, qui examinent des événements passés, les études prospectives commencent par un groupe de participants en bonne santé ou sans la maladie d'intérêt et les suivent pour déterminer quels facteurs peuvent contribuer au développement de cette maladie.

Ces études sont considérées comme offrant des preuves plus solides que les études rétrospectives, car elles permettent aux chercheurs de collecter des données sur les expositions et les résultats au même moment, ce qui réduit le risque de biais de rappel. Cependant, elles peuvent être longues, coûteuses et complexes à mener, car elles nécessitent un suivi régulier des participants pendant une période prolongée.

Les études prospectives sont souvent utilisées pour examiner l'association entre les facteurs de risque modifiables, tels que le tabagisme, la consommation d'alcool et l'activité physique, et le développement de maladies chroniques telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires et les troubles neurodégénératifs.

Le traitement d'induction de rémission est un type de thérapie médicale utilisé dans plusieurs domaines de la médecine, y compris l'hématologie et l'oncologie. Il vise à induire une rémission complète ou partielle des symptômes de la maladie, en particulier les cancers, en administrant une combinaison intensive de médicaments, de rayonnements ou d'autres procédures pendant une courte période.

L'objectif principal du traitement d'induction de rémission est de détruire autant de cellules cancéreuses que possible et de réduire la taille des tumeurs pour préparer le patient à un traitement supplémentaire, tel qu'une greffe de moelle osseuse ou une chimiothérapie de consolidation.

Le traitement d'induction de rémission est souvent agressif et peut entraîner des effets secondaires graves, tels que la suppression du système immunitaire, des nausées, des vomissements, de la fatigue et une perte de cheveux. Cependant, ces effets secondaires sont généralement temporaires et peuvent être gérés avec des médicaments de soutien et d'autres thérapies de support.

Il est important de noter que le traitement d'induction de rémission n'est pas toujours couronné de succès, et la réponse au traitement peut varier considérablement d'un patient à l'autre. Les facteurs qui influencent la réussite du traitement comprennent le type et le stade de la maladie, l'âge et l'état général de santé du patient.

La trabéculotomie est un procédure chirurgicale utilisée dans le traitement du glaucome. Elle consiste à faire une incision dans le réseau trabéculaire, qui est la structure située dans l'angle iridocornéen de l'œil et qui permet à l'humeur aqueuse de circuler vers l'extérieur de l'œil par le canal schlemm.

L'objectif de cette intervention est de faciliter l'écoulement de l'humeur aqueuse et ainsi réduire la pression intraoculaire élevée, qui est une caractéristique du glaucome. Cette procédure peut être réalisée seule ou en combinaison avec d'autres interventions chirurgicales telles que la goniotomie ou la sclérectomie profonde non perforante.

La trabéculotomie est généralement effectuée sous anesthésie locale et peut être réalisée en utilisant différents instruments, tels qu'un kératome, une aiguille ou un laser. Les complications possibles de cette procédure peuvent inclure des saignements, une inflammation oculaire, une pression intraoculaire basse et une cataracte.

En médecine, une tumeur est une augmentation anormale et localisée de la taille d'un tissu corporel due à une croissance cellulaire accrue. Les tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes sont généralement des masses arrondies, bien circonscrites et ne se propagent pas aux tissus environnants. Elles peuvent cependant causer des problèmes si elles compriment ou déplacent des organes vitaux.

Les tumeurs malignes, en revanche, ont tendance à envahir les tissus voisins et peuvent se propager (métastaser) vers d'autres parties du corps via le système sanguin ou lymphatique. Elles sont souvent désignées sous le terme de «cancer».

Il est important de noter que toutes les augmentations anormales de la taille d'un tissu ne sont pas nécessairement des tumeurs. Par exemple, un œdème (gonflement) ou une inflammation peuvent également entraîner une augmentation temporaire de la taille d'une zone spécifique du corps.

Le vomissement, également connu sous le nom d'émèse, est un processus actif qui consiste en l'expulsion forcée du contenu gastrique (et parfois des parties supérieures de l'intestin grêle) à travers la bouche. Il est déclenché par un stimulus puissant qui provoque des contractions rythmiques et rapides des muscles abdominaux et du diaphragme, ce qui entraîne une augmentation de la pression intra-abdominale et l'ouverture du cardia (le sphincter entre l'œsophage et l'estomac), permettant ainsi au contenu gastrique de se vider dans l'œsophage puis hors de la bouche.

Les vomissements peuvent être causés par une variété de facteurs, notamment les infections, les intoxications alimentaires, les troubles gastro-intestinaux, les migraines, les mouvements brusques, le mal des transports, la grossesse (nausées matinales), certains médicaments ou traitements médicaux, et les tumeurs cérébrales ou abdominales. Dans certains cas, les vomissements peuvent être un symptôme d'une affection sous-jacente plus grave, comme une pancréatite, une occlusion intestinale, une méningite, une encéphalite, ou une hémorragie intracrânienne.

Les vomissements peuvent entraîner des complications telles que la déshydratation, l'érosion de l'œsophage et de la dentition, et dans certains cas rares, l'aspiration du contenu gastrique dans les poumons, ce qui peut provoquer une pneumonie d'aspiration ou un syndrome de Mendelson. Il est important de consulter un professionnel de la santé si vous ressentez des vomissements fréquents ou persistants, surtout s'ils sont accompagnés d'autres symptômes préoccupants, tels que douleurs abdominales sévères, fièvre, confusion, ou difficultés respiratoires.

La thrombopénie est un terme médical qui décrit une condition où le nombre de plaquettes (thrombocytes) dans le sang est anormalement bas. Les plaquettes sont des cellules sanguines essentielles à la coagulation sanguine et à la prévention des saignements excessifs. Une thrombopénie peut entraîner une augmentation du risque de saignements, allant de ecchymoses légères à des hémorragies graves.

La thrombopénie peut être causée par divers facteurs, notamment la destruction accrue des plaquettes dans le sang (par exemple, en raison d'une maladie auto-immune), une production insuffisante de plaquettes dans la moelle osseuse (par exemple, en raison d'une infection virale ou d'une maladie de la moelle osseuse) ou une dilution des plaquettes due à une transfusion sanguine massive.

Les symptômes de la thrombopénie peuvent varier en fonction de la gravité de la baisse du nombre de plaquettes. Les symptômes courants comprennent des ecchymoses faciles, des saignements de nez fréquents, des gencives qui saignent et des menstruations abondantes chez les femmes. Dans les cas graves, la thrombopénie peut entraîner des hémorragies internes ou des saignements spontanés dans la peau, les muqueuses ou les organes internes.

Le traitement de la thrombopénie dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments pour augmenter le nombre de plaquettes, tels que des corticostéroïdes ou des immunosuppresseurs, ainsi qu'une transfusion de plaquettes dans les cas graves. Il est important de diagnostiquer et de traiter rapidement la thrombopénie pour prévenir les complications potentiellement dangereuses.

Les interactions médicamenteuses se réfèrent à la façon dont deux ou plusieurs médicaments, ou un médicament et une substance alimentaire, peuvent interagir entre eux en modifiant l'absorption, le métabolisme, la distribution ou l'excrétion d'un des composants. Cela peut entraîner des effets thérapeutiques accrus ou réduits, ou provoquer des effets indésirables imprévus.

Les interactions médicamenteuses peuvent être pharmacodynamiques, ce qui signifie que la réponse de l'organisme à un médicament est modifiée par la présence d'un autre médicament ; ou pharmacocinétiques, ce qui signifie que la façon dont le corps traite un médicament est affectée par l'interaction.

Ces interactions peuvent se produire lorsqu'un patient prend simultanément plusieurs médicaments prescrits par différents médecins, combine des médicaments sur ordonnance avec des suppléments en vente libre ou des aliments, ou utilise des médicaments de manière incorrecte. Il est donc crucial pour les professionnels de la santé d'être conscients et de surveiller activement ces interactions potentielles pour garantir la sécurité et l'efficacité du traitement.

La perfusion parentérale est un mode d'administration de médicaments ou de fluides par voie autre que la voie digestive. Cela signifie que les liquides sont introduits directement dans la circulation sanguine, évitant ainsi le système gastro-intestinal. Les sites couramment utilisés pour ce type d'administration comprennent les veines (voie intraveineuse), les muscles (voie intramusculaire) et sous la peau (voie sous-cutanée).

Dans le contexte hospitalier, la perfusion parentérale est souvent utilisée lorsque le patient ne peut pas absorber les nutriments par voie orale ou lorsqu'un traitement rapide est nécessaire. Les solutions de perfusion peuvent contenir des électrolytes, du glucose, des vitamines, des minéraux et d'autres substances essentielles au maintien de la santé et du fonctionnement normal du corps.

Cependant, il est important de noter que l'administration parentérale comporte certains risques, tels que l'infection, l'inflammation des veines (phlébite), la formation de caillots sanguins et l'infiltration de liquide dans les tissus environnants. Par conséquent, il est essentiel que cette procédure soit effectuée par un professionnel de santé qualifié et que des précautions appropriées soient prises pour minimiser ces risques.

Les nucléosides déaminases sont des enzymes qui catalysent la réaction d'oxydation de nucléosides spécifiques, entraînant la suppression d'un groupe amine (-NH2) et la formation d'un groupe oxo (-O) ou d'un groupe hydroxyle (-OH). Ce processus est connu sous le nom de déamination.

Dans le contexte des nucléosides, ces enzymes jouent un rôle crucial dans les processus métaboliques et réglementaires de l'organisme. Par exemple, certaines nucléosides déaminases sont responsables de la conversion des nucléosides cytidine et adénosine en uridine et inosine respectivement. Ces réactions sont importantes pour maintenir l'homéostasie des nucléotides dans les cellules, ainsi que pour réguler l'expression génétique et d'autres processus biochimiques.

Cependant, il est important de noter que certaines nucléosides déaminases peuvent également être associées à des effets néfastes, tels que la mutation et la dégradation de l'ADN et de l'ARN, ce qui peut entraîner une variété de maladies, y compris certains types de cancer. Par conséquent, les nucléosides déaminases sont un domaine de recherche actif dans le domaine médical, car une meilleure compréhension de leur fonction et de leur régulation peut conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour traiter diverses maladies.

La bêta-alanine est une forme non essentielle d'acide aminé qui se trouve naturellement dans le tissu musculaire et est également présente dans certains aliments, comme la volaille, le poisson et les produits laitiers. Elle joue un rôle important dans la production de carnosine, une molécule qui aide à réguler les niveaux de pH dans les muscles et à retarder l'apparition de la fatigue pendant l'exercice intense.

Lorsque vous prenez de la bêta-alanine comme supplément, elle se combine avec l'histidine (un autre acide aminé) pour former de la carnosine dans les muscles. Des études ont montré que des niveaux plus élevés de carnosine peuvent améliorer les performances physiques en retardant l'accumulation d'acide lactique et en augmentant la capacité de travail anaérobie.

La bêta-alanine est généralement considérée comme sûre lorsqu'elle est prise à des doses appropriées, bien que certains effets secondaires mineurs puissent survenir, tels que des picotements ou des démangeaisons de la peau (appelés paresthésies) après la prise de fortes doses. Ces symptômes sont généralement temporaires et disparaissent d'eux-mêmes en quelques minutes.

Il est important de noter que les suppléments de bêta-alanine ne doivent pas être utilisés comme substitut à une alimentation équilibrée et à un mode de vie sain. Avant de commencer tout nouveau supplément, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé pour déterminer si cela convient à votre situation individuelle.

Les oxydoréductases sont des enzymes qui catalysent les réactions d'oxydoréduction, dans lesquelles un composé est oxydé (perte d'électrons) et un autre est reduit (gain d'électrons). Ces enzymes jouent un rôle crucial dans de nombreux processus métaboliques, tels que la respiration cellulaire, la photosynthèse, et le métabolisme des lipides, des glucides et des protéines.

Elles sont classées dans la classe EC 1 du système de classification des enzymes. Les oxydoréductases peuvent être subdivisées en plusieurs catégories en fonction du type de groupement chimique qui est oxydé ou réduit, comme les oxydations/réductions de groupements hydroxyles, de groupements amine, de groupements sulfhydryle, etc.

Les oxydoréductases contiennent souvent des cofacteurs, tels que le NAD+ (nicotinamide adénine dinucléotide) ou le FAD (flavine adénine dinucléotide), qui sont eux-mêmes oxydés ou réduits au cours de la réaction enzymatique. Ces cofacteurs jouent un rôle important dans le transfert des électrons entre les substrats et l'enzyme.

Les exemples d'oxydoréductases comprennent la déshydrogénase pyruvique, qui oxyde le pyruvate en acétyl-CoA, et la catalase, qui réduit le peroxyde d'hydrogène en eau et en oxygène.

Clinical trials are systematic studies that involve human participants and are designed to answer specific questions about the safety and efficacy of new interventions, such as drugs, medical devices, vaccines, or behavioral treatments. Clinical trials are a crucial part of the process for developing and approving new medical products and are conducted in various phases (Phase I, II, III, and IV) to test different aspects of the intervention, including its dosage, side effects, benefits, and optimal use. The overall goal of clinical trials is to provide evidence-based information that can help improve patient care and health outcomes.

Les tumeurs de l'anus sont des growths anormales qui se développent dans les cellules de l'anus. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ne mettent généralement pas la vie en danger et ne se propagent pas à d'autres parties du corps, mais elles peuvent continuer à croître et à causer des problèmes si elles ne sont pas traitées. Les tumeurs malignes, en revanche, peuvent se propager à d'autres parties du corps et peuvent être mortelles si elles ne sont pas détectées et traitées à un stade précoce.

Les tumeurs de l'anus peuvent se développer à partir de différents types de cellules dans l'anus, y compris les cellules des glandes, des vaisseaux sanguins, des muscles ou des nerfs. Les tumeurs de l'anus peuvent également être classées en fonction de leur apparence et de leur comportement, comme les adénocarcinomes, les carcinomes épidermoïdes, les mélanomes et les sarcomes.

Les symptômes des tumeurs de l'anus dépendent du type et de la taille de la tumeur. Ils peuvent inclure des saignements rectaux, des douleurs ou une gêne lors de la défécation, des démangeaisons anales, des changements dans les habitudes intestinales, des pertes de poids inexpliquées et des masses palpables dans l'anus.

Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses à l'aide de rayonnements, une chimiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses à l'aide de médicaments, ou une combinaison de ces traitements. Dans certains cas, une surveillance attentive peut être recommandée si la tumeur est petite et ne cause pas de symptômes.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est le type le plus commun de cancer primitif du foie, ce qui signifie qu'il se développe à partir des cellules hépatiques (hépatocytes). Cette tumeur maligne se forme généralement dans un foie déjà endommagé par une maladie chronique comme l'hépatite B ou C, la cirrhose alcoolique ou la stéatohépatite non alcoolique.

Le CHC se caractérise par la prolifération anarchique de cellules hépatiques qui forment une masse tumorale. Ces cellules peuvent envahir les tissus avoisinants et se propager à d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou lymphatique, ce qui complique le traitement et réduit les chances de guérison.

Les symptômes du carcinome hépatocellulaire peuvent inclure une perte de poids inexpliquée, une fatigue excessive, une perte d'appétit, des douleurs abdominales, une sensation de plénitude dans le quadrant supérieur droit de l'abdomen, des nausées et des vomissements, une jaunisse (ictère), une ascite (accumulation de liquide dans l'abdomen) et des troubles de la coagulation sanguine.

Le diagnostic du CHC repose sur des examens d'imagerie médicale tels que l'échographie, la tomographie computérisée (CT scan) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Dans certains cas, une biopsie peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic et déterminer le type de cellules cancéreuses.

Le traitement du carcinome hépatocellulaire dépend de plusieurs facteurs, tels que l'étendue de la maladie, la fonction hépatique, l'état général du patient et les comorbidités existantes. Les options thérapeutiques comprennent la chirurgie (résection hépatique ou transplantation hépatique), la radiothérapie, la chimiothérapie, l'ablation par radiofréquence, la cryoablation et les thérapies ciblées. Dans certains cas, une combinaison de plusieurs traitements peut être proposée pour améliorer les chances de guérison ou de contrôle de la maladie.

HT-29 est une lignée cellulaire humaine utilisée dans la recherche en biologie et en médecine. Ces cellules sont dérivées d'une tumeur du côlon cancéreux et sont souvent utilisées comme modèle pour étudier la biologie des cellules cancéreuses colorectales.

Les cellules HT-29 ont la capacité de former des sphères en trois dimensions, ce qui les rend utiles pour l'étude de la croissance et de la progression des tumeurs. Elles expriment également des marqueurs spécifiques du côlon, tels que la carcinoembryonnaire antigène (CEA) et la mucine 2, qui sont souvent surexprimés dans les cancers colorectaux.

Les cellules HT-29 peuvent être utilisées pour étudier divers aspects de la biologie du cancer, tels que la croissance tumorale, l'angiogenèse, l'invasion et la métastase. Elles sont également souvent utilisées dans les tests de médicaments pour évaluer l'efficacité des traitements potentiels contre le cancer colorectal.

Il est important de noter que, comme toutes les lignées cellulaires, les cellules HT-29 ont leurs limites et ne peuvent pas reproduire parfaitement tous les aspects de la biologie du cancer dans un organisme vivant. Cependant, elles restent un outil précieux pour la recherche en laboratoire sur le cancer colorectal.

La transplantation tumorale, également connue sous le nom de greffe de tumeur, est un processus expérimental dans le domaine de la recherche biomédicale. Il s'agit d'une procédure dans laquelle des cellules cancéreuses ou une tumeur entière sont prélevées sur un organisme donneur et transplantées dans un organisme receveur. Cette technique est généralement utilisée dans les études de recherche pour comprendre comment les tumeurs se développent, progressent et répondent au traitement.

Cependant, il est important de noter que la transplantation tumorale n'est pas une forme de traitement clinique standard pour le cancer. En effet, cela peut être éthiquement controversé car il existe un risque de propager le cancer chez le receveur. Par conséquent, cette procédure est strictement réglementée et ne doit être effectuée que dans des cadres de recherche très contrôlés et avec un consentement éclairé complet des deux parties concernées.

L'apoptose est un processus physiologique normal de mort cellulaire programmée qui se produit de manière contrôlée et ordonnée dans les cellules multicellulaires. Il s'agit d'un mécanisme important pour l'élimination des cellules endommagées, vieilles ou anormales, ainsi que pour la régulation du développement et de la croissance des tissus.

Lors de l'apoptose, la cellule subit une série de changements morphologiques caractéristiques, tels qu'une condensation et une fragmentation de son noyau, une fragmentation de son cytoplasme en petites vésicules membranaires appelées apoptosomes, et une phagocytose rapide par les cellules immunitaires voisines sans déclencher d'inflammation.

L'apoptose est régulée par un équilibre délicat de facteurs pro-apoptotiques et anti-apoptotiques qui agissent sur des voies de signalisation intracellulaires complexes. Un déséquilibre dans ces voies peut entraîner une activation excessive ou insuffisante de l'apoptose, ce qui peut contribuer au développement de diverses maladies, telles que les maladies neurodégénératives, les troubles auto-immuns, les infections virales et les cancers.

Les fluoroacétates sont un groupe de composés organiques qui contiennent un groupe fonctionnel fluoracétate, où le fluor est lié à un atome de carbone voisin d'un groupement acétate. Le composé le plus connu et le plus toxique de ce groupe est le fluoroacétate de sodium (compound Na(+)CH3CO2F−), également connu sous le nom de 1080 ou compound 1080, qui est un rodenticide très puissant.

La toxicité des fluoroacétates est due à leur capacité à inhiber l'enzyme citrate synthase, une enzyme clé du cycle de Krebs (cycle de l'acide citrique) dans la production d'énergie cellulaire. Cela entraîne une accumulation de citrate et d'autres métabolites dans les mitochondries, ce qui perturbe gravement le métabolisme énergétique des cellules et peut entraîner une défaillance multiorganique et la mort.

Les fluoroacétates sont rapidement absorbés après l'ingestion ou l'inhalation et peuvent être fatals en quelques heures à quelques jours, selon la dose et la sensibilité de l'individu exposé. Les symptômes d'une exposition aiguë aux fluoroacétates comprennent des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une faiblesse musculaire, des convulsions, une arythmie cardiaque et une insuffisance respiratoire. Il n'existe actuellement aucun antidote spécifique pour les fluoroacétates, et le traitement consiste principalement en un soutien de la fonction respiratoire et cardiovasculaire jusqu'à ce que les métabolites toxiques soient éliminés de l'organisme.

En médecine et en recherche clinique, la randomisation est un processus utilisé pour assigner de manière aléatoire des participants à un essai clinique à différents groupes d'intervention ou de traitement. L'objectif principal de la randomisation est de minimiser les biais potentiels et d'assurer une comparaison équitable entre les groupes en ce qui concerne les caractéristiques des participants, telles que l'âge, le sexe, la gravité de la maladie et d'autres facteurs pertinents.

La randomisation peut être simple ou stratifiée. Dans la randomisation simple, chaque participant a une probabilité égale d'être affecté à n'importe quel groupe d'intervention. Dans la randomisation stratifiée, les participants sont d'abord classés en fonction de certains facteurs de stratification (tels que l'âge ou le stade de la maladie), puis randomisés au sein de chaque strate pour assurer une répartition équilibrée des facteurs de stratification entre les groupes.

La randomisation est un élément clé de la conception d'essais cliniques rigoureux et bien contrôlés, car elle permet de déterminer l'efficacité relative et la sécurité des différents traitements ou interventions en réduisant le risque de biais et de facteurs de confusion.

Les hémopathies sont un groupe de maladies qui affectent le sang, la moelle osseuse et les systèmes lymphatiques. Elles comprennent un large éventail de conditions telles que les leucémies, les lymphomes, les myélomes et les myélodysplasies. Ces maladies peuvent être caractérisées par une prolifération anormale ou une anomalie dans la production, la maturation ou la fonction des cellules sanguines, y compris les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Les hémopathies peuvent entraîner une variété de symptômes, tels que la fatigue, les infections fréquentes, les saignements excessifs et l'anémie, en fonction du type et de la gravité de la maladie sous-jacente. Le traitement dépend du type d'hémopathie et peut inclure une chimiothérapie, une radiothérapie, une greffe de moelle osseuse ou une thérapie ciblée.

L'hydroxyurée est un médicament antimétabolite qui est fréquemment utilisé dans le traitement de la polycythémie vraie, une forme rare de cancer des globules rouges. Il agit en ralentissant la production de l'acide désoxypurinique, ce qui entraîne une diminution de la production d'ADN et d'ARN dans les cellules cancéreuses, inhibant ainsi leur croissance et leur prolifération.

En outre, l'hydroxyurée est également parfois utilisée dans le traitement de certaines autres affections malignes telles que la leucémie myéloïde chronique et les tumeurs solides. Il peut également être utilisé pour prévenir les crises chez les patients atteints de drépanocytose, une maladie génétique des globules rouges.

Les effets secondaires courants de l'hydroxyurée comprennent des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, des maux de tête, des étourdissements, des douleurs articulaires et une fatigue accrue. Dans de rares cas, il peut également entraîner des effets secondaires graves tels que des lésions hépatiques, une anémie sévère et une suppression du système immunitaire. Par conséquent, il est important que les patients soient étroitement surveillés pendant le traitement avec de l'hydroxyurée pour détecter tout effet secondaire indésirable.

Les pentosyltransférases sont un groupe d'enzymes qui catalysent le transfert d'un groupe pentose (un sucre à cinq carbones) d'un composé donneur à un accepteur acceptant ce groupe. Ces enzymes jouent un rôle crucial dans divers processus métaboliques, tels que la biosynthèse des acides nucléiques et la dégradation des glucides.

Un exemple bien connu de pentosyltransférase est l'enzyme responsable du transfert d'un groupe ribose d'un nucléotide à un autre, appelée ribonucléotide réductase. Cette enzyme est essentielle pour la biosynthèse des désoxynucléotides, qui sont les blocs de construction de l'ADN.

Les pentosyltransférases peuvent également être importantes dans le contexte des maladies, car certaines mutations de ces enzymes peuvent entraîner des troubles métaboliques graves. Par exemple, une forme rare de anémie hémolytique est causée par une mutation dans l'enzyme pentosyltransférase qui catalyse le transfert d'un groupe xylose sur l'hème, un composant clé des globules rouges.

Le fluorouracile (prononciation : « fluoro-uracile ») ou, selon la DCI, fluorouracil, ou encore 5-fluorouracile (abréviation : ... fluorouracile/acide folinique + oxaliplatine) et FOLFIRI (fluorouracile/acide folinique + irinotécan), dont l'efficacité est ... Le fluorouracile doit être métabolisé dans la cellule pour être actif en subissant les mêmes réactions enzymatiques que les ... En 1997, Gramont el al., de l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, montrent la supériorité de la perfusion de fluorouracile sur le ...
Fluorouracile - Solution injectable : 50 mg/ml en ampoule de 5 ml. Hydroxyurée (hydroxycarbamide) - Forme solide pour voie ... Fluorouracile - Pommade : 5 %. Goudron de houille - Solution : 5 %. Peroxyde de benzoyle - Crème ou lotion : 5 %. ⎕ Résine de ...
le traitement par carbonate de lithium ; les perfusions répétées de fluorouracile, oxaliplatine, dans des cas exceptionnels. ...
Le fluorouracile interfère avec la réplication de l'ADN, la transcription de l'ADN en ARN messager, et plus généralement avec ... La flucytosine est désaminée dans les cellules fongiques en fluorouracile par la cytosine désaminase, enzyme qui n'est pas ... Elle est structurellement apparentée au fluorouracile et à la floxuridine (en). Il s'agit d'un promédicament, dont la ...
Ce procédé est utilisé à l'échelle industrielle pour produire le fluorouracile. En utilisant des fluorures métalliques, tels le ...
Par exemple le 5-fluorouracile (5-FU) qui inhibe la thymidylate synthase ; les antipurines. La fludarabine inhibe l'ADN ...
Le 5-fluorouracile en pommade peut être utilisé sur les verrues planes. La cryothérapie peut être faite, en cabinet médical, à ...
Dans les cas sévères, une crème au 5 fluorouracile peut être proposée. Adamson HG. Erythema ab igne or livedo reticularis with ...
Dans le cancer du côlon, elle est aussi efficace que l'association fluorouracile-leucovorine. Dans le cancer de l'estomac, elle ...
Effets secondaires principaux de ces drogues : 5-fluorouracile = diarrhée, mucite, syndromes pied-main ; oxaliplatine = ... le 5-fluorouracile (5FU), c'est le médicament de référence en cancérologie intestinale ; l'oxaliplatine (LOHP) est synergique ... qui comportera au moins une association de 5-fluorouracile et d'acide folinique. Afin d'augmenter les taux de réponses mais ...
La 5-fluorouracile (5-FU) est un médicament utilisé contre la plupart des cancers. Sa cytotoxicité inhibe l'enzyme thymidylate ...
Cette chimiothérapie est une association de 5-fluorouracile et soit de cisplatine soit de mitomycine. Pour les tumeurs les plus ...
Il est métabolisé par l'organisme en 5-fluorouracile (5-FU), qui est la molécule active. Masse molaire calculée d'après « ...
La première indication du bévacizumab est le cancer colorectal métastasé, en association avec le fluorouracile. L'adjonction de ... bévacizumab à l'association fluorouracile/leucovorine offre un bénéfice statistiquement significatif et cliniquement pertinent ...
... signifiant l'association entre 5-Fluorouracile, Epirubicine et Cyclophosphamide. (Homonymie, Sigle de 3 caractères). ...
Le fluorouracile, médicament anticancéreux, peut être obtenu par réaction du difluorure de xénon avec l'uracile. Le xénon est ...
... fluorouracile ; idoxuridine ; primidone ; trifluridine. Classe : PYRIMIDINEDIONE Portail de la chimie Portail de la biochimie ( ...
... à substituer le 5-fluorouracile. Il semblerait que cette glycosylase ait la capacité de réparer les bases endommagées liées ...
En France, ce test est rendu obligatoire avant traitement à la 5-fluorouracile ou la capécitabine (décision du 29-04-2019). ... 5-fluorouracile ou capécitabine », sur has-sante.fr, 18 décembre 2018 (consulté le 5 janvier 2019) Chimiothérapies à base de 5- ...
Suivant la découverte du 5-fluorouracile en 1957 John Montgomery et Kathleen Hewson du Southern Research Institute synthétise ...
Quant aux traitements du cancer du côlon, plusieurs stratégies sont possibles : 5FU : (5 fluorouracile): administré dans 90 % ...
... à base de sels de platine ou de 5-fluorouracile(5-FU). Son utilisation été évaluée dans le cancer épidermoïde de la tête et du ...
les molécules qui peuvent être utilisées en situation métastatique sont la doxorubicine, l'épirubicine, le 5-Fluoro-uracile, le ...
L'irinotécan est indiqué en association avec le 5-fluorouracile (5-FU)/acide folinique, le bévacizumab, le cétuximab (si statut ... En association avec le 5-fluorouracile/acide folinique : Essai de phase III - En association avec le cétuximab : EMR 62 202 013 ... Depuis l'introduction du 5-fluorouracile en 1957, l'arrivée au milieu des années 1990 de l'irinotécan et de l'oxaliplatine a ...
... pommades au dinitrochlorobenzène ou au fluorouracile ainsi que les produits à base d'acide formique. (en) (Comprendre les ...
... issue de la métabolisation du 5-fluorouracile, un agent anticancéreux. Masse molaire calculée d'après « Atomic weights of the ...
... fluorouracile et oxaliplatine) ou le Folfiri (folinate de calcium, fluorouracile et irinotécan). L'acide folinique fait partie ... Il est notamment utilisé en adjuvant des chimiothérapies impliquant certains produits comme le fluorouracile ou utilisé comme ...
De même, la prise de cocaïne, d'alcool, ainsi que de certains médicaments, comme le 5 fluoro-uracile, un anticancéreux, ou le ...
L01BB04 Cladribine L01BB05 Fludarabine L01BB06 Clofarabine L01BB07 Nélarabine L01BC01 Cytarabine L01BC02 Fluorouracile L01BC03 ... L01BC05 Gemcitabine L01BC06 Capécitabine L01BC07 Azacitidine L01BC08 Décitabine L01BC09 Floxuridine L01BC52 Fluorouracile, ...
5-fluorouracile), radiothérapie (avec reprise chirurgicale) : radiothérapie par voie externe, curiethérapie intra-cicatricielle ...
Le fluorouracile (prononciation : « fluoro-uracile ») ou, selon la DCI, fluorouracil, ou encore 5-fluorouracile (abréviation : ... fluorouracile/acide folinique + oxaliplatine) et FOLFIRI (fluorouracile/acide folinique + irinotécan), dont lefficacité est ... Le fluorouracile doit être métabolisé dans la cellule pour être actif en subissant les mêmes réactions enzymatiques que les ... En 1997, Gramont el al., de lhôpital Saint-Antoine, à Paris, montrent la supériorité de la perfusion de fluorouracile sur le ...
5-fluorouracile (Carac®, Efudex®, Fluoroplex®). Diclofénac (Solaraze®) et acide hyaluronique. Imiquimod (Aldara®, Zyclara®). ...
Interferon alfa + Fluorouracile (et par extrapolation, autres fluoropyrimidines). Risques et mécanismes. Augmentation de la ...
On peut aussi vous proposer une chimiothérapie comportant une association FULFOL qui comprend, le 5 Fluoro-Uracile associé à ...
le 5-fluoro-uracile. Cest un médicament de chimiothérapie qui est appliqué sous forme de crème sur la lésion ; ...
le 5-fluorouracile;. *lalcool;. *lamiodarone;. *le bacille Calmette-Guérin (BCG);. *le busulfan; ...
le 5-fluorouracile* (aussi connu sous le nom de fluorouracile) et limiquimod. Le 5-fluorouracile (5-FU) appartient au groupe ... Crèmes pour la peau tels que le 5-fluorouracile (5-FU) et limiquimod. Lun deux, le 5-FU (5-fluorouracile), est une crème de ... acheter viagra france paypal Le fluorouracile ( 5 - FU ) ou 5 - fluorouracile est un médicament utilisé dans le. in forma ... Le 5-fluorouracile à 5% : EFUDIX®. Le 5-FU. Topique : lImiquimod à 5% ALDARA®. Un traitement bien conduit mène à mois de 5 % ...
Chez lhomme, lapplication de 5-fluorouracile 2 à 3 fois/jour, est très efficace pour les lésions urétrales, mais peut ... Les traitements topiques comprennent les antimitotiques (p. ex., podophylline, podophyllotoxine, 5-fluorouracile), des ...
fluorouracile (1). *fluorure de sodium (1). *fondaparinux sodique (1). *fructose (1). *galactose (1) ...
Des injections de fluorouracile ont également été utilisées. Lablation chirurgicale peut être effectuée si dautres options de ...
Il est préconisé dans certaines maladies du colon et du rectum en association avec le 5-fluorouracile. ...
Loxaliplatine est utilisé en association avec dautres médicaments anticancéreux, le 5-fluorouracile (5-FU) et la leucovorine ...
... au 5-fluorouracile, à loxaliplatine et au dovitinib, diminuait lexpression des transporteurs à efflux MRP1-6/ABCC1-6 et ... au 5-fluorouracile, à loxaliplatine et au dovitinib, diminuait lexpression des transporteurs à efflux MRP1-6/ABCC1-6 et ...
... méthotrexate et fluorouracile manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par la pratique de la nudité en commun ...
Les traitements pour les kératoses actiniques cryochirurgie, le grattage ou de brûlure, le 5-fluorouracile, limiquimod (Aldara ...
Les deux principaux représentants de la famille sont le 5-FU, 5-fluorouracile, et la capécitabine, une prodrogue par voie orale ...
... biologiques fluidité membranaire fluoro-pyrimidine fluoropyrimidine fluoropyrimidine-platine fluoroquinolone fluorouracile ...
... à base de 5-Fluorouracile utilisées dans le traitement de nombreux types de cancers, lANSM appelle les laboratoires fabricant ... Le cas des spécialités à base de 5-Fluorouracile est loin dêtre un cas isolé en oncologie. Selon une enquête de lANSM, en ... LANSM rappelle que des unités importées de FLUOROURACILE TEVA et de FLURACEDYL ont déjà été mises à disposition du marché ... Citer cet article: Pénurie en 5-Fluorouracile : lANSM rappelle leurs obligations aux industriels - Medscape - 8 oct 2018. ...
... à la chimiothérapie 5-fluorouracile ont porté plainte contre X. En question : labsence de réalisation dun test biologique qui ... France- Quatre familles de patients décédés alors quils avaient débuté une chimiothérapie par 5-fluorouracile (5-FU) ont porté ... Citer cet article: Intoxication au 5-fluorouracile : plusieurs familles de victimes portent plainte - Medscape - 8 févr 2019. ...
E3200 : 10 mg/kg de bévacizumab toutes les 2 semaines combinés avec lassociation leucovorine/5- fluorouracile en bolus, suivis ... à un bolus de 5-fluorouracile suivi dune perfusion de 5-fluorouracile, avec de loxaliplatine par voie intraveineuse (FOLFOX-4 ... en monothérapie ou en association avec la leucovorine et un bolus de 5-fluorouracile, suivis du 5-fluorouracile en perfusion ... En alternative, 5 mg/kg de bévacizumab a été administré en association avec la leucovorine et un bolus de 5-fluorouracile, ...
Ainsi, ils ont découvert que lanti-cancéreux fluorouracile était 5 fois moins toxique lorsquil était perfusé la nuit autour ...
Le 5-fluorouracile (5-FU) et limiquimod sont des crèmes ou des gels qui peuvent être appliqués directement sur les zones ...
... également faire une injection de méthotrexate ou de 5-fluorouracile. ...
Prise en charge des mucites induites par bévacizumab et 5-fluoro-uracile : à propos dun cas 03011 Rémy Gaston, Sylvain Catros ...
sauf: Fluorouracile 86 : 00 Spasmolytiques. 86 : 12 Génito-urinaires R 86 : 16 Respiratoires. Aminophylline R Théophylline R 88 ...
pdf DGS-Urgent n°2023-18 : 5-FLUOROURACILE, CAPECITABINE : DOSAGE DE (...) Téléchargement du pdf (976.4 kio) ...
5-Fluoro-uracile. 5-Fluorouracile. Fluorouracil de monopotassium. Fluorouracil de monosodium. Fluorouracil de potassium. ...
Le chef de file de cette famille est le 5-Fluorouracile aussi appelé 5-FU. Cest un analogue de luracile.. Luracile joue un ...
Ce métabolite inhibe en effet une enzyme clé de lhôte impliquée dans la détoxification du 5-fluorouracile, ce qui augmente sa ...
VELOUR comparait une chimiothérapie standard (FOLFIRI : 5-fluorouracile, leucovorine, irinotécan) à ce même traitement associé ...
... le fluorouracile, la fludarabine et la gemcitabine. ...
1 en monothérapie ou en association avec une chimiothérapie au platine et au 5-fluorouracile (5-FU). ...
5-fluorouracile et capécitabine) Retour dinformation sur le Comité pour lEvaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance ...
5 fluoro-uracile, sels de platine, paclitaxel ou un anti EGFR (cétuximab). Ils peuvent à présent bénéficier de thérapies ...
... la rifampicine ou le fluorouracile; il faut signaler syst matiquement tout autre traitement en cours votre m decin ou votre ...
... biologiques fluidité membranaire fluoro-pyrimidine fluoropyrimidine fluoropyrimidine-platine fluoroquinolone fluorouracile ...
Le lévofolinate de calcium est indiqué :- en association avec le 5-fluorouracile en thérapie cytotoxique.- pour diminuer la ... à un déficit en vitamine B12.Lors de lutilisation du lévofolinate de calcium en association avec le 5-fluorouracile ou le ... et allaitement du Résumé des Caractéristiques du Produit des médicaments contenant du méthotrexate et du 5-fluorouracile.- Le ...
  • Au milieu des années 1990, l'introduction de l'oxaliplatine et de l'irinotécan modifie les pratiques et donne naissance aux protocoles FOLFOX (fluorouracile/acide folinique + oxaliplatine) et FOLFIRI (fluorouracile/acide folinique + irinotécan), dont l'efficacité est équivalente. (wikipedia.org)
  • La capécitabine est une prodrogue qui est convertie en 5-fluorouracile dans les tissus. (wikipedia.org)
  • En 1990, une étude américaine montre, chez les patients atteints d'un cancer colique de stade III et traités par fluorouracile et lévomisole, une survie globale à 5 ans améliorée. (wikipedia.org)
  • VELOUR comparait une chimiothérapie standard (FOLFIRI : 5-fluorouracile, leucovorine, irinotécan) à ce même traitement associé à un VEGF-Trap (aflibercept IV 4 mg/kg), un nouvel inhibiteur de l'angiogenèse. (medscape.com)
  • Le lévofolinate de calcium est indiqué :- en association avec le 5-fluorouracile en thérapie cytotoxique. (dwa.ma)
  • Anémie pernicieuse ou autres anémies dues à un déficit en vitamine B12.Lors de l'utilisation du lévofolinate de calcium en association avec le 5-fluorouracile ou le méthotrexate pendant la grossesse ou l'allaitement, se référer à la rubrique grossesse et allaitement du Résumé des Caractéristiques du Produit des médicaments contenant du méthotrexate et du 5-fluorouracile. (dwa.ma)