Agents qui empêchent fibrinolyse ou lyse d ’ un caillot de sang ou caillot. Plusieurs antiplasmins endogène est connue. La drogue a été utilisée pour contrôler une hémorragie massive et en d'autres troubles de la coagulation.
Un agent antifibrinolytic qui agit en inhibant activateurs du plasminogène, qui ont des propriétés fibrinolytiques.
Antifibrinolytic Hemostatic utilisé en grave hémorragie.
Acides dérivés de l'acide caproïque. Cette rubrique inclut sont une large variété de formes, de sels, ester acide et amides qui contiennent les acides l'acide caproïque structure.
Un dérivé de tissus bovine Single-Chain polypeptide composée de 58 Amino-Acid résidus. C'est un inhibiteur d'enzymes protéolytiques incluant chymotrypsine ; plasma kallikrein ; plasmine ; et trypsine. C'est utilisé dans le traitement de élevé hémorragie cérébrale associée à des concentrations plasmatiques de la plasmine. Il est également utilisé pour réduire les pertes sanguines et besoins transfusionnels chez les patients à haut risque de pertes de sang importantes pendant et après une chirurgie cardiaque avec circulation extracorporelle. (Reynolds Jef (Ed) : Martindale : Le Extra Pharmacopée (version électronique). Micromedex, Inc, Englewood, maton, 1995)
Perte de sang au cours d'une intervention chirurgicale.
L 'introduction de sang complet ou sang composant directement dans la circulation sanguine, 27ème Dorland. (Éditeur)
Un metallocarboxypeptidase qui élimine propeptide C-terminal lysine et arginine de peptides biologiquement active et des protéines régulatrices ainsi leur activité. C'est une enzyme zinc sans préférence présentées par lysine sur arginine. Pro-carboxypeptidase U dans le plasma humain est activé par la thrombine ou la plasmine pendant la coagulation pour former l'instable carboxypeptidase U.
La dissolution enzymatique naturel de fibrine.
Hémorragie après toute intervention chirurgicale. Il peut être retardée ou immédiate et ne se limite pas à la plaie chirurgicale.
Un ZINC-dependent carboxypeptidase DIGESTIVE principal trouvé dans le système, et cette enzyme catalyse le clivage préférentielle de propeptide C-terminal peptidyl-L-lysine ou arginine. Avant, c'était classé comme CE 3.4.2.2 et CE 3.4.12.3.
Substances agissant pour arrêter l'écoulement du sang, absorbable hemostatics arrestation saignement soit par la formation de caillot ou en proposant une matrice mécanique qui facilite coagulation quand appliquer directement sur le saignement surface. Ces agents un fonctionnement plus au niveau capillaire et n'est pas efficace à exercées artérielle ou veineuse de saignement sous pression intravasculaire.
Une cellule glycoprotéine de surface des cellules endothéliales qui se lie thrombine et constitue un cofacteur dans l'activation de la protéine C et son règlement de la coagulation sanguine.
Le processus de l'interaction de la coagulation du sang FACTEURS qui en résulte une insoluble caillot fibrineux.
Un membre de la superfamille Serpin retrouvés dans le plasma qui inhibe la lyse de fibrine sont induites par les caillots qui du plasminogène. C'est une glycoprotéine de poids moléculaire d ’ environ 70 000 qui migre dans la région alpha 2 immunoelectrophoresis. C'est le principal plasmine Inactivator dans le sang très rapidement, formant un complexe stable avec de la plasmine.
Contrôle du saignement pendant ou après la chirurgie.
Enzymes qui agissent à la libre C-terminus d'un polypeptide pour libérer un seul des résidus acides aminés.
Le processus qui spontanément arrestations le flux de sang de vaisseaux transportant du sang sous pression. Tout est accompli par la contraction des vaisseaux, adhérence et l ’ agrégation plaquettaire de formé sang éléments érythrocytes AGGREGATION (par exemple), et le processus de coagulation du sang.
Diversion du débit sanguin de l'entrée de l'atrium droit directement à l'aorte (ou) dans une artère fémorale oxygénateur ainsi contourner tous les deux le cœur et poumons.
Composés qui inhibent ou exogènes endogène sérine Endopeptidases.
Travaille contenant des informations articles sur des sujets dans chaque domaine de connaissances, généralement dans l'ordre alphabétique, ou un travail similaire limitée à un grand champ ou sujet. (De The ALA Glossaire Bibliothèque et information de Science, 1983)
Une diminution du nombre des érythrocytes circulant ou de la quantité d'hémoglobine.
Les protéines produit d'erythrocytes. On les trouve à tous les vertébrés et de quelques invertébrés. Le nombre de Robert sous-unités dans l'hémoglobine structure quaternaire diffère entre espèces. Structures vont de protéines Monomériques à diverses multimeric arrangements.
Une condition de insuffisante les hématies circulantes (anémie) ou insuffisantes hémoglobine résultant prématuré destruction de globules rouges (érythrocytes).
Anémie hémolytique acquis par la présence d'auto-anticorps qui agglutinate ou lyse propres au patient des cellules du sang rouge.
Saignements ou de s'échapper du sang d'un vaisseau.
Un saignement dans un ou deux hémisphères CEREBRAL y compris les BASAL ganglions et le cortex CEREBRAL. C'est souvent associée à une HYPERTENSION et traumatisme cranio-cérébral.

Les antifibrinolytiques sont une classe de médicaments utilisés pour prévenir ou traiter la fibrinolyse, qui est le processus de dégradation de la fibrine, une protéine clé dans la formation de caillots sanguins. En inhibant la fibrinolyse, ces médicaments aident à maintenir l'intégrité des caillots sanguins et à prévenir les saignements excessifs.

Les antifibrinolytiques fonctionnent en inhibant l'action de certaines enzymes qui dégradent la fibrine, telles que la plasmine. Cela permet de stabiliser les caillots sanguins et de prévenir leur dissolution prématurée.

Ces médicaments sont souvent utilisés dans des situations où il y a un risque accru de saignement, comme après une chirurgie ou en présence d'une maladie hémorragique sous-jacente. Ils peuvent également être utilisés pour traiter les hémorragies aiguës, telles que celles qui se produisent après un traumatisme ou lors de certaines procédures médicales.

Les exemples courants d'antifibrinolytiques comprennent l'acide aminocaproïque, l'aprotinine et la tranexamique. Comme avec tout médicament, les antifibrinolytiques peuvent avoir des effets secondaires et doivent être utilisés sous la surveillance d'un professionnel de la santé.

L'acide aminocaproïque est un médicament qui appartient à une classe de médicaments appelés inhibiteurs de la fibrinolyse. Il agit en ralentissant la dégradation des caillots sanguins, ce qui peut aider à arrêter les saignements excessifs.

L'acide aminocaproïque est utilisé pour traiter ou prévenir le sang dans l'urine (hématurie) causée par certaines conditions médicales, telles que la maladie rénale ou après une intervention chirurgicale. Il peut également être utilisé chez les patients qui ont subi une intervention chirurgicale pour prévenir les saignements excessifs pendant et après la chirurgie.

Le médicament est disponible sous forme de comprimés ou de solution injectable et doit être pris sous la direction d'un médecin. Les effets secondaires courants de l'acide aminocaproïque peuvent inclure des nausées, des vomissements, des maux de tête, des étourdissements et une augmentation du rythme cardiaque. Dans de rares cas, il peut également provoquer des réactions allergiques graves.

Il est important de noter que l'acide aminocaproïque ne doit pas être utilisé chez les patients qui ont un caillot sanguin existant ou une maladie cardiovasculaire, car il peut augmenter le risque de thrombose. Les patients doivent informer leur médecin de tous les médicaments qu'ils prennent, y compris les suppléments à base de plantes et les médicaments en vente libre, avant de commencer l'acide aminocaproïque.

L'acide tranexamique est un médicament antifibrinolytique qui est utilisé pour réduire ou prévenir les saignements excessifs. Il fonctionne en inhibant l'action de certaines enzymes dans le corps qui sont responsables de la décomposition des caillots sanguins.

L'acide tranexamique est disponible sous forme de comprimés ou de solution injectable et peut être utilisé pour traiter une variété de conditions, y compris les saignements menstruels abondants, les saignements après une intervention chirurgicale, les hémorragies dans le cerveau et d'autres parties du corps, ainsi que pour prévenir les saignements chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation sanguine.

Les effets secondaires courants de l'acide tranexamique peuvent inclure des nausées, des vomissements, des diarrhées, des maux de tête et des étourdissements. Dans de rares cas, il peut également augmenter le risque de caillots sanguins, en particulier chez les personnes qui ont déjà des facteurs de risque de maladie thromboembolique. Par conséquent, il est important que l'acide tranexamique soit utilisé sous la surveillance d'un médecin et que les patients soient informés des risques potentiels associés à son utilisation.

Les éthylènes d'aminoacides ou aminocaproates sont des composés organiques qui contiennent un groupe fonctionnel aminocaproate. Un aminocaproate est un résidu d'acide aminocaproïque, qui est un acide aminé non essentiel avec la formule chimique HO2CCH(NH2)CH2CH2CH2CH2CH3.

Les éthylènes d'aminoacides sont souvent utilisés comme médicaments pour réduire l'excès de saignement chez les patients subissant une intervention chirurgicale ou souffrant d'un trouble hémorragique. L'éthylène d'aminocaproate, en particulier, est un inhibiteur de la plasmine qui empêche la fibrinolyse et favorise ainsi la coagulation sanguine.

Les éthylènes d'aminoacides peuvent également être utilisés dans le traitement des brûlures étendues, car ils aident à prévenir les pertes de protéines et maintiennent l'équilibre hydrique et électrolytique.

Les effets secondaires courants des éthylènes d'aminoacides comprennent des nausées, des vomissements, une douleur abdominale, de la diarrhée et des maux de tête. Dans de rares cas, ils peuvent également provoquer des réactions allergiques graves, telles que des éruptions cutanées, un gonflement du visage, de la langue ou de la gorge, et une difficulté à respirer.

Un inhibiteur trypsique pancréatique Kunitz est une protéine présente dans le pancréas qui inhibe l'activité de certaines enzymes digestives, principalement la trypsine. Cette protéine appartient à la famille des inhibiteurs de sérine proteases et est nommée d'après le chercheur qui l'a découverte, Moses Kunitz.

L'inhibiteur trypsique pancréatique Kunitz joue un rôle important dans la régulation de l'activité enzymatique dans le pancréas et dans le tractus gastro-intestinal. Il aide à prévenir l'autodigestion des tissus pancréatiques en se liant à la trypsine et en empêchant son activation. Une dysrégulation de cette protéase peut entraîner des maladies telles que la pancréatite aiguë ou chronique.

Cette protéine est également étudiée pour ses propriétés thérapeutiques potentielles, en particulier dans le traitement de certaines affections oculaires telles que la dégénérescence maculaire liée à l'âge et la rétinopathie diabétique.

La perte sanguine peropératoire, également connue sous le nom de saignement peropératoire, se réfère à la quantité de sang perdue par un patient pendant une intervention chirurgicale. Cette perte peut être mesurée directement en collectant et en pesant le sang évacué ou estimée en fonction des pertes visibles et des changements dans les paramètres hémodynamiques du patient. Les saignements importants pendant la chirurgie peuvent entraîner une anémie aiguë, une hypovolémie et une instabilité hémodynamique, ce qui peut prolonger le temps de récupération et augmenter les risques de complications postopératoires. Des mesures peuvent être prises pour minimiser la perte sanguine peropératoire, telles que l'utilisation d'instruments chirurgicaux à faible traumatisme, la compression locale des saignements et l'utilisation de médicaments hémostatiques.

Une transfusion sanguine est un processus médical où du sang ou l'un de ses composants (comme les globules rouges, les plaquettes ou le plasma) sont transférés d'une personne (le donneur) vers une autre (le receveur), via des tubes et des sacs stériles. Cette procédure est couramment utilisée pour remplacer les composants sanguins manquants ou déficients chez un individu, en raison d'une maladie, d'un traumatisme, d'une intervention chirurgicale ou d'autres causes médicales. Il est essentiel que le groupe sanguin du donneur corresponde au receveur pour éviter des réactions indésirables. Les risques associés à la transfusion sanguine comprennent les réactions allergiques, l'incompatibilité ABO, l'infection et l'accumulation de fer dans le corps (hémochromatose).

Carboxypeptidase U, également connue sous le nom de carboxypeptidase E, est une enzyme qui joue un rôle important dans la régulation de la synthèse des peptides et des protéines. Elle est produite principalement dans le cerveau et le pancréas.

L'une des fonctions principales de la carboxypeptidase U est d'enlever les acides aminés à chaîne latérale basique, tels que l'arginine et la lysine, du bout de la chaîne polypeptidique pendant la maturation des peptides hormonaux et neuropeptides. Cette étape est essentielle pour activer ces molécules et permettre qu'elles exercent leurs fonctions biologiques appropriées.

Les mutations du gène de la carboxypeptidase U ont été associées à certaines maladies, telles que l'obésité et les troubles psychiatriques. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement le rôle de cette enzyme dans ces conditions et son potentiel comme cible thérapeutique.

La fibrinolyse est un processus naturel dans le corps où des enzymes, appelées plasminogène et plasmine, décomposent les fibres de fibrine pour dissoudre les caillots sanguins. Ce mécanisme contribue à la fluidité du sang et empêche la formation excessive de caillots qui pourraient obstruer les vaisseaux sanguins. Dans un contexte médical, la fibrinolyse peut également faire référence à l'utilisation thérapeutique d'agents pharmacologiques, tels que l'alteplase (Activase), pour dissoudre les caillots sanguins dans des conditions telles qu'un infarctus du myocarde aigu ou un accident vasculaire cérébral. Ces médicaments imitent l'action de la plasmine et favorisent la dégradation de la fibrine, facilitant ainsi la reperméabilisation des vaisseaux sanguins obstrués.

L'hémorragie postopératoire est une complication médicale qui se produit après une intervention chirurgicale, où il y a une perte excessive de sang due à un saignement continu ou prolongé à partir du site opératoire. Cela peut survenir immédiatement après la chirurgie (précoces, dans les 24 heures) ou jusqu'à quelques jours ou semaines plus tard (tardives).

Les hémorragies postopératoires précoces sont généralement dues à une mauvaise coagulation, des lésions vasculaires non identifiées pendant la procédure ou un faible nombre de plaquettes sanguines. D'un autre côté, les hémorragies postopératoires tardives peuvent être causées par une infection qui endommage les vaisseaux sanguins près du site opératoire, des troubles de la coagulation ou la prise d'anticoagulants.

Les symptômes incluent une baisse rapide de la pression artérielle, un pouls faible et rapide, une augmentation du rythme respiratoire, une peau pâle et moite, et des signes évidents de saignement tels que des ecchymoses autour du site opératoire ou la présence de sang dans les drains. Le traitement dépendra de la cause sous-jacente mais peut inclure une transfusion sanguine, des médicaments pour favoriser la coagulation et éventuellement une nouvelle intervention chirurgicale pour arrêter le saignement.

La carboxypeptidase B est une enzyme qui appartient à la classe des peptidases, qui sont des enzymes qui dégradent les protéines en chaînes plus courtes appelées peptides ou en acides aminés individuels. Plus précisément, la carboxypeptidase B est une exopeptidase, ce qui signifie qu'elle clive spécifiquement les extrémités des chaînes polypeptidiques.

Plus particulièrement, la carboxypeptidase B enlève le résidu d'acide aminé à l'extrémité carboxy-terminale de la protéine ou du peptide, à condition qu'il s'agisse d'un résidu d'arginine ou de lysine. Cette spécificité pour les résidus d'arginine et de lysine est ce qui distingue la carboxypeptidase B des autres enzymes de la famille des carboxypeptidases.

La carboxypeptidase B joue un rôle important dans la digestion des protéines alimentaires dans le tractus gastro-intestinal, où elle est sécrétée par le pancréas et libérée dans l'intestin grêle pour aider à décomposer les protéines en acides aminés qui peuvent être absorbés par l'organisme. Elle peut également jouer un rôle dans la régulation de divers processus physiologiques, tels que la coagulation sanguine et la neurotransmission.

En médecine, le terme "hémostatiques" fait référence à des agents ou substances qui aident à arrêter ou ralentir un saignement en favorisant la coagulation du sang et la formation d'un caillot sanguin. Les hémostatiques peuvent être classés en deux catégories principales :

1. Agents hémostatiques naturels : Il s'agit de substances présentes dans le corps qui contribuent à l'hémostase, telles que les plaquettes sanguines, le facteur von Willebrand, les facteurs de coagulation et les protéines de fibrinolyse.
2. Agents hémostatiques artificiels : Il s'agit de substances synthétisées ou développées à des fins médicales pour favoriser l'hémostase, telles que les tampons de collagène, les gels d'hémostase, les poudres hémostatiques, les éponge de cellulose et les thrombinomes.

Les agents hémostatiques sont utilisés en médecine pour contrôler les saignements lors des interventions chirurgicales, dans le traitement des blessures traumatiques, des hémorragies internes et des troubles de la coagulation sanguine. Il est important de noter que l'utilisation inappropriée ou excessive d'agents hémostatiques peut entraîner des complications telles que la formation de caillots sanguins excessifs, ce qui peut provoquer une thrombose veineuse ou artérielle.

La thrombomoduline est une protéine qui se trouve à la surface des cellules endothéliales, qui tapissent l'intérieur des vaisseaux sanguins. Elle joue un rôle crucial dans le système de coagulation sanguine en régulant la formation de caillots sanguins (thrombus).

La thrombomoduline fonctionne en se liant à la thrombine, une enzyme qui favorise la coagulation du sang. Ce complexe thrombine-thrombomoduline active ensuite une autre protéine appelée proteine C, qui aide à inhiber la coagulation et à promouvoir la fibrinolyse, le processus de dissolution des caillots sanguins.

La thrombomoduline peut également jouer un rôle dans l'inflammation et l'immunité en régulant l'activation des cellules immunitaires et en modulant la production de cytokines, des protéines qui régulent les réponses immunitaires et inflammatoires.

Des niveaux anormalement bas de thrombomoduline peuvent être associés à un risque accru de thrombose, tandis que des niveaux élevés peuvent être observés dans certaines maladies inflammatoires et infectieuses.

La coagulation sanguine, également appelée hémostase, est un processus complexe et vital qui empêche la perte excessive de sang après une blessure ou une lésion vasculaire. Il existe deux principales phases dans ce processus :

1. Hémostase primaire : Cette phase implique la constriction des vaisseaux sanguins endommagés et l'activation plaquettaire pour former un bouchon temporaire appelé thrombus plaquettaire ou « caillot blanc ». Les facteurs de coagulation ne sont pas encore impliqués à ce stade.

2. Hémostase secondaire : Dans cette phase, une cascade enzymatique complexe est déclenchée, aboutissant à la formation d'un caillot sanguin stable ou « caillot rouge ». Ce processus implique plusieurs facteurs de coagulation (protéines plasmatiques) qui s'activent mutuellement et convertissent le fibrinogène en fibrine, créant ainsi un réseau tridimensionnel dans lequel les globules rouges et les autres composants cellulaires du sang sont piégés.

Plusieurs facteurs de coagulation, précurseurs inactifs (zymogènes), sont stockés dans le foie sous forme de protéines plasmatiques. Ils peuvent être activés par des traumatismes tissulaires directs ou indirectement via des voies de activation extrinsèque, intrinsèque et commune. Les déséquilibres dans ce système complexe peuvent entraîner des troubles hémostatiques, tels que des coagulations excessives (thrombose) ou insuffisantes (hémorragie).

L'α-2-antiplasmine (Alpha-2- Antiplasmin) est une protéine plasmatique qui joue un rôle important dans la régulation de la fibrinolyse, qui est le processus par lequel le corps dissout et élimine les caillots sanguins. Elle fonctionne en inhibant directement l'activité de la plasmine, une enzyme qui dégrade les fibrines dans un caillot sanguin. En empêchant l'excès d'activation de la plasmine, l'α-2-antiplasmine aide à maintenir l'équilibre entre la formation et la dissolution des caillots sanguins, ce qui est crucial pour assurer une coagulation normale et éviter les saignements excessifs ou les thromboses.

Des niveaux anormaux d'α-2-antiplasmine peuvent être associés à divers troubles hémorragiques et thrombotiques, tels que l'hémophilie, la maladie vasculaire artérielle et les accidents vasculaires cérébraux. Par conséquent, il est essentiel de maintenir des niveaux appropriés d'α-2-antiplasmine pour préserver une hémostase normale et réduire le risque de complications liées à la coagulation.

L'hémostase chirurgicale est le processus utilisé pendant les procédures chirurgicales pour arrêter le saignement et promouvoir la cicatrisation des tissus. Il s'agit d'une étape cruciale de toute intervention chirurgicale, car un saignement excessif peut entraîner une perte de sang importante, une baisse de la pression artérielle et, dans les cas graves, un choc hypovolémique.

Il existe plusieurs méthodes pour atteindre l'hémostase chirurgicale, notamment :

1. Mécanique : Cette méthode consiste à utiliser des pinces, des agrafes ou des ligatures pour comprimer les vaisseaux sanguins et arrêter le saignement.
2. Électrique : L'utilisation d'un courant électrique pour coaguler les petits vaisseaux sanguins est une autre méthode commune. Cela peut être réalisé en utilisant un bistouri électrique ou une sonde de coagulation.
3. Chimique : Des agents hémostatiques peuvent être appliqués sur le site de la plaie pour favoriser la formation de caillots sanguins et arrêter le saignement. Ces agents peuvent être sous forme de poudre, de gel ou de liquide.
4. Thermique : L'utilisation de la chaleur ou du froid peut également aider à atteindre l'hémostase chirurgicale. Par exemple, l'application de glace sur une plaie peut aider à réduire le flux sanguin et à favoriser la coagulation.

Il est important de noter que l'utilisation appropriée des techniques d'hémostase chirurgicale peut aider à minimiser les complications postopératoires telles que l'hémorragie, l'infection et la formation de cicatrices.

Les carboxypeptidases sont des enzymes qui coupent et retirent les acides aminés à chaîne latérale polaire ou apolaire, tels que la leucine, l'arginine et la tyrosine, de la extrémité carboxy-terminale des protéines et des peptides. Ces enzymes jouent un rôle important dans la régulation de divers processus physiologiques, y compris la digestion, la coagulation sanguine, la fibrinolyse, la neurotransmission et la kininogenèse. Les carboxypeptidases sont classées en deux groupes principaux: les métallo-carboxypeptidases et les séryl-carboxypeptidases. Les métallo-carboxypeptidases nécessitent des ions zinc pour leur activité, tandis que les séryl-carboxypeptidases contiennent un résidu de sérine catalytique dans leur site actif.

Les carboxypeptidases sont largement distribuées dans l'organisme et sont produites par divers tissus et organes, y compris le pancréas, les reins, le cerveau et le placenta. Les déficits en activité des carboxypeptidases peuvent entraîner des maladies héréditaires rares telles que l'hyperphenylalaninémie due à la carence en carboxypeptidase A, qui est caractérisée par une accumulation de phénylalanine dans le sang et le cerveau.

En résumé, les carboxypeptidases sont des enzymes importantes qui régulent divers processus physiologiques en clivant et en retirant des acides aminés spécifiques de la extrémité carboxy-terminale des protéines et des peptides. Les déficits en activité des carboxypeptidases peuvent entraîner des maladies héréditaires rares.

L'hémostase est un processus physiologique complexe qui permet de stopper le saignement lorsqu'un vaisseau sanguin est endommagé. Il comprend deux mécanismes principaux : la vasoconstriction et la formation de caillots sanguins.

La vasoconstriction est la rétraction des parois des vaisseaux sanguins pour réduire le flux sanguin dans la zone lésée. C'est une réponse rapide qui se produit en quelques secondes après une blessure.

La formation de caillots sanguins, également appelée coagulation, est un processus plus lent qui implique une cascade de réactions biochimiques aboutissant à la conversion de la fibrine, une protéine plasmatique, en un réseau tridimensionnel qui piège les cellules sanguines (plaquettes et globules rouges) pour former un caillot. Ce mécanisme permet de stabiliser le caillot et de fermer la brèche vasculaire jusqu'à ce que la réparation tissulaire puisse se produire.

L'hémostase est donc un processus crucial pour prévenir les hémorragies importantes et favoriser la cicatrisation des plaies.

La dérivation cardiopulmonaire est une procédure médico-chirurgicale complexe utilisée généralement pendant les opérations du cœur. Elle consiste à court-circuiter ou à contourner temporairement la fonction normale du cœur et des poumons en créant des dérivations artificielles pour assurer ces fonctions vitales.

Cette technique permet aux chirurgiens d'opérer sur le cœur sans que celui-ci ne soit alimenté en sang ou ne fonctionne, réduisant ainsi les risques associés à l'oxygénation et au pompage du sang pendant la chirurgie cardiaque.

Le processus implique deux principaux composants : le poumon artificiel (oxygénateur) et la pompe cardiotaqueuse. Le sang veineux désoxygéné est prélevé dans le corps, oxygéné à l'extérieur du corps via le poumon artificiel, puis réinjecté dans la circulation sanguine grâce à la pompe cardiotaqueuse.

Il existe deux types de configurations pour cette procédure : la dérivation veino-artérielle et la dérivation veino-veineuse. La première est couramment utilisée lors des interventions cardiaques majeures, tandis que la seconde est plutôt employée dans certaines situations spécifiques, comme le traitement de l'embolie pulmonaire massive.

Bien que la dérivation cardiopulmonaire comporte certains risques, tels qu'un risque accru d'infection, de saignements ou de lésions vasculaires, elle est considérée comme une avancée majeure dans le domaine de la chirurgie cardiaque et a permis de sauver de nombreuses vies.

Les inhibiteurs de la sérine protéinase sont un groupe de molécules qui régulent les protéases à sérine, des enzymes qui coupent d'autres protéines dans le corps. Ces inhibiteurs se lient spécifiquement aux protéases à sérine et empêchent ces enzymes de fonctionner correctement. Ils jouent un rôle crucial dans la régulation de divers processus physiologiques, tels que la coagulation sanguine, l'inflammation et la réponse immunitaire. Les déséquilibres dans les niveaux d'inhibiteurs de la sérine protéinase peuvent contribuer à un certain nombre de conditions médicales, telles que les maladies cardiovasculaires, l'emphysème et certains troubles inflammatoires.

Je suis désolé, "Encyclopedias as Topic" n'est pas une définition médicale. Il s'agit plutôt d'une catégorie de sujets dans la classification MeSH (Medical Subject Headings) utilisée pour indexer les articles de bibliographie en médecine et en sciences de la santé. Cette catégorie comprend des encyclopédies médicales générales ou spécialisées, des dictionnaires médicaux, des manuels médicaux et d'autres ressources similaires. Cependant, il ne s'agit pas d'une définition médicale à proprement parler.

Anémie est un terme médical utilisé pour décrire une condition dans laquelle le taux d'hémoglobine ou le nombre de globules rouges dans le sang est inférieur à la normale. L'hémoglobine est une protéine présente dans les globules rouges qui permet de transporter l'oxygène des poumons vers les différentes parties du corps. Les globules rouges, également appelés érythrocytes, sont des cellules sanguines produites dans la moelle osseuse qui contiennent de l'hémoglobine et donnent au sang sa couleur rouge caractéristique.

Lorsqu'une personne est anémique, son corps ne reçoit pas suffisamment d'oxygène, ce qui peut entraîner une fatigue, un essoufflement, des étourdissements, des maux de tête et d'autres symptômes. L'anémie peut être temporaire ou permanente et peut être causée par divers facteurs, tels que la perte de sang, une production insuffisante de globules rouges, une destruction accrue des globules rouges ou une combinaison de ces facteurs.

Les types d'anémie les plus courants comprennent l'anémie ferriprive, qui est causée par une carence en fer, l'anémie falciforme, qui est héréditaire et affecte la forme des globules rouges, et l'anémie pernicieuse, qui est causée par une incapacité à absorber la vitamine B12. Le traitement de l'anémie dépend de sa cause sous-jacente et peut inclure des suppléments de fer, des modifications du régime alimentaire, des transfusions sanguines ou d'autres thérapies.

L'hémoglobine (Hb ou Hgb) est une protéine complexe présente dans les globules rouges des vertébrés. Elle joue un rôle crucial dans le transport de l'oxygène et du dioxyde de carbone dans le sang.

Chaque molécule d'hémoglobine est composée de quatre chaînes polypeptidiques, deux chaînes alpha et deux chaînes beta, qui sont liées ensemble. Chacune de ces chaînes contient un groupe héminique, qui est une prothème contenant du fer. C'est cette partie de l'hémoglobine qui peut se lier réversiblement à l'oxygène et au dioxyde de carbone.

Lorsque l'hémoglobine capte l'oxygène dans les poumons, elle se lie de manière flexible à celui-ci, ce qui entraîne un changement de forme de la molécule d'hémoglobine, lui permettant de relâcher plus facilement l'oxygène dans les tissus où le taux d'oxygène est faible. De même, lorsque l'hémoglobine libère du dioxyde de carbone dans les poumons, elle se lie au dioxyde de carbone et le transporte vers les poumons pour l'expiration.

La quantité d'hémoglobine dans le sang est un indicateur important de la santé globale d'un individu. Une faible teneur en hémoglobine peut indiquer une anémie, ce qui signifie que l'organisme ne reçoit pas suffisamment d'oxygène pour fonctionner correctement. D'un autre côté, une teneur élevée en hémoglobine peut être le signe d'une maladie cardiovasculaire ou pulmonaire sous-jacente.

L'anémie hémolytique est un type d'anémie dans lequel les globules rouges sont détruits prématurément, entraînant une baisse du nombre de ces cellules sanguines essentielles qui transportent l'oxygène vers les différentes parties du corps.

Cette destruction précoce des globules rouges peut être causée par divers facteurs, notamment des maladies héréditaires (anémie hémolytique congénitale), des infections, certains médicaments, des toxines ou des troubles auto-immuns dans lesquels le système immunitaire du corps attaque et détruit ses propres globules rouges.

Les symptômes de l'anémie hémolytique peuvent inclure la fatigue, la faiblesse, la pâleur, des essoufflements, un rythme cardiaque rapide, des maux de tête, des étourdissements et une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux) en raison de l'accumulation de bilirubine, un sous-produit de la dégradation des globules rouges.

Le traitement de l'anémie hémolytique dépend de sa cause sous-jacente. Il peut inclure des médicaments pour traiter les infections ou supprimer le système immunitaire, des transfusions sanguines pour augmenter le nombre de globules rouges, des échanges de sang pour enlever les globules rouges endommagés et des traitements pour gérer les complications telles que la thrombose. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour retirer la rate, qui est l'organe où de nombreux globules rouges sont détruits.

L'anémie hémolytique auto-immune (AIHA) est un trouble sanguin dans lequel votre système immunitaire produit des anticorps qui attaquent et détruisent les globules rouges sains, entraînant une anémie.

Les globules rouges sont des cellules sanguines responsables du transport de l'oxygène dans tout votre corps. Lorsque ces cellules sont détruites plus rapidement qu'elles ne sont produites, cela peut entraîner une anémie, qui se caractérise par une fatigue, une pâleur, un essoufflement et un rythme cardiaque rapide.

Dans l'AIHA, les anticorps peuvent être produits en réponse à une infection ou à une maladie sous-jacente, ou ils peuvent se développer sans cause connue. Ces anticorps se lient aux globules rouges et les marquent pour la destruction par les cellules sanguines immunitaires, entraînant une anémie hémolytique.

Les symptômes de l'AIHA peuvent inclure de la fatigue, des essoufflements, des palpitations cardiaques, des douleurs thoraciques, des urines foncées et des jaunisses (jaunissement de la peau et du blanc des yeux). Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des corticostéroïdes, des immunosuppresseurs, des échanges plasmatiques ou des splénectomies.

L'hémorragie est un terme médical qui décrit une situation où il y a une fuite ou un écoulement anormal de sang hors des vaisseaux sanguins. Cela peut être dû à divers facteurs, tels que des traumatismes, des lésions tissulaires, des maladies vasculaires, des troubles de la coagulation sanguine ou des interventions chirurgicales.

Les hémorragies peuvent être classées en fonction de leur localisation (externe ou interne), de leur rapidité d'apparition (aiguë ou chronique) et de leur importance (mineure, majeure ou massive). Une hémorragie importante peut entraîner une baisse significative du volume sanguin circulant, ce qui peut provoquer une hypovolémie, une chute de la pression artérielle, un choc et, dans les cas graves, le décès.

Le traitement d'une hémorragie dépend de sa cause sous-jacente. Les mesures initiales consistent souvent à contrôler la source de l'hémorragie, si possible, et à assurer une stabilisation hémodynamique en remplaçant le volume sanguin perdu par des fluides intraveineux ou des transfusions sanguines. Des médicaments peuvent également être administrés pour favoriser la coagulation et arrêter l'hémorragie.

Une hémorragie cérébrale, également connue sous le nom d'hémorragie intracrânienne, est un type de saignement grave dans le cerveau. Il s'agit d'un type de course d'AVC qui se produit lorsqu'un vaisseau sanguin éclate dans le tissu cérébral, entraînant une accumulation de sang dans l'espace cérébral et une augmentation de la pression intracrânienne.

Il existe plusieurs types d'hémorragies cérébrales, notamment :

1. Hématome intraparenchymateux (HIP) : il s'agit du type le plus courant d'hémorragie cérébrale, qui se produit lorsqu'un vaisseau sanguin éclate à l'intérieur du tissu cérébral.
2. Hématome sous-dural (HSD) : il s'agit d'une collection de sang entre la dure-mère (la membrane externe qui entoure le cerveau) et le cerveau. Il est souvent causé par un traumatisme crânien.
3. Hématome épidural (HED) : il s'agit d'une collection de sang entre la boîte crânienne et la dure-mère. Il est également souvent causé par un traumatisme crânien.
4. Hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) : il s'agit d'un saignement dans l'espace situé entre les méninges (les membranes qui entourent le cerveau). Il est souvent causé par une rupture d'anévrisme ou de malformation artérioveineuse.

Les symptômes d'une hémorragie cérébrale peuvent inclure des maux de tête soudains et intenses, des vomissements, une faiblesse ou un engourdissement soudain d'un côté du corps, une vision double ou trouble, des difficultés à parler ou à comprendre la parole, une perte de conscience ou une confusion soudaine. Le traitement dépendra de la cause et de l'emplacement de l'hémorragie. Il peut inclure une intervention chirurgicale pour évacuer le sang accumulé, des médicaments pour contrôler la pression artérielle et prévenir les convulsions, et une réadaptation pour aider à récupérer les fonctions perdues.

Ce sont essentiellement des agents anti-fibrinolytiques. Les principaux représentants en sont l'aprotinine, l'acide ...
Dans les types I et II d'angio-œdème acquis, et d'angio-œdème non histaminergique, les antifibrinolytiques tels que l'acide ...
Ce sont essentiellement des agents anti-fibrinolytiques. Les principaux représentants en sont laprotinine, lacide ...
Des agents antifibrinolytiques sont couramment utilisés pour prendre en charge des saignements provenant de différentes sources ... Les agents antifibrinolytiques (acide tranexamique, acide aminocaproïque, nafamostat et aprotinine) sont des médicaments qui ... Il ny a pas suffisamment de preuves pour établir si les antifibrinolytiques devraient être utilisés pour traiter lhémoptysie ... Nous avons inclus des ECR conçus pour évaluer lefficacité et linnocuité des agents antifibrinolytiques dans la réduction de ...
Pour réduire labondance des saignements, votre gynécologue pourra également vous prescrire des anti fibrinolytiques, des ...
Antifibrinolytiques et autres agents Les agents antifibrinolytiques peuvent également être essayés, cependant leur utilisation ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, etc. Prix unitaire : 30 € ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, stérols, etc. Présentation. poudre ... Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, etc. Plante pour guérir fibrome. ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, stérols, etc. Prix : 40 € ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, stérols, etc. Prix : 20 € ...
Antifibrinolytiques * Préparations antianémiques * Fer bivalent ou trivalent oral * Fer trivalent parentéral * Vitamine B12 ( ...
les 3 anti-fibrinolytiques réduisent les pertes de sang de 226 à 338 mL en moyenne et le taux de patients transfusés, ... Actuellement trois anti-fibrinolytiques peuvent être utilisés en chirurgie pour réduire les hémorragies et le recours à la ... Hanovre, Pays Bas - Une méta-analyse [1]] sur le rapport efficacité/sécurité des anti-fibrinolytiques en chirurgie cardiaque ... Citer cet article: Anti-fibrinolytiques en chirurgie cardiaque : méta-analyse rassurante après la controverse - Medscape - 21 ...
traductions de AGENTS ANTIFIBRINOLYTIQUES (français) : choisissez parmi 36 langues cibles ! ...
SANG ET ORGANES HEMATOPOIETIQUES , ANTIHEMORRAGIQUES , ANTIFIBRINOLYTIQUES , ACIDES AMINES (ACIDE TRANEXAMIQUE). Substance ...
Antifibrinolytiques Yves OZIER (Paris). Peut-on monitorer lhémostase ? * Les outils de lhémostase délocalisée : apport, ...
Le médecin traitant peut prescrire des antifibrinolytiques ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens le cas échéant. ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, etc. Prix : 30 €lunité mais 300 € ...
Tanins astringents et absorbants, hétérosides anti-inflammatoires et anti-fibrinolytiques, stérols, etc. Présentation. poudre ...
Si la cause est liée à la coagulation, il peut sagir de médicaments antifibrinolytiques. ...
Antifibrinolytiques Synonymes. Agents antifibrinolytiques Anti-fibrinolytiques Antifibrinolysines Médicaments anti- ... Médicaments anti-fibrinolytiques. Médicaments antifibrinolytiques. Code(s) darborescence:. D27.505.519.421.500. D27.505. ... Agents antifibrinolytiques. Anti-fibrinolytiques. Antifibrinolysines. Antiplasmines. Inhibiteurs de la plasmine. ... Antifibrinolytiques - Concept préféré Concept UI. M0001393. Terme préféré. ...
Daprès la même analyse, bien que moins bien étudiés, les agents antifibrinolytiques et les anti-diurétiques pourraient ...
La sérologie du virus de l immunodéficience humaine, le médecin peut vous prescrire des médicaments antifibrinolytiques (type ...
Les antifibrinolytiques commencent à occuper une certaine place dans le milieu chirurgical. Il peut sagir de lacide ... Sachant que certains agents antifibrinolytiques, évalués en chirurgie, diminuent les saignements et la nécessité de transfuser ... notamment quand on regarde les données biologiques qui ne retrouvent pas deffet biologique antifibrinolytiques. ». ...
  • D'après la même analyse, bien que moins bien étudiés, les agents antifibrinolytiques et les anti-diurétiques pourraient également présenter un intérêt. (medscape.com)
  • Sachant que certains agents antifibrinolytiques, évalués en chirurgie, diminuent les saignements et la nécessité de transfuser, la grande étude CRASH-2 a évalué la place potentielle d'un tel produit chez les traumatisés à risque hémorragique. (medscape.com)
  • Les antifibrinolytiques commencent à occuper une certaine place dans le milieu chirurgical. (medscape.com)