Une tumeur maligne avec une organisation épithéliales glandulaire.
Un adénocarcinome produisant Mucin dans des quantités significatives de Dorland, 27. (Éditeur)
Tumeurs ou un cancer du poumon.
Tumeurs ou un cancer du pancréas. Selon les types de ilôt des cellules présentes dans les tumeurs, peut être plusieurs hormones sécrétées par des cellules alpha du pancréas : Glucagon ; INSULIN de BETA du pancréas ; et des cellules de la somatostatine SOMATOSTATIN-SECRETING. La plupart sont des sauf le insulin-producing tumeurs malignes (insulinome).
Tumeurs ou cancer de l'oesophage.
Un adénocarcinome contenant finger-like processus de vasculaires systémiques couvertes par l ’ épithélium néoplasiques kystes ou, le projetant dans la cavité de glandes ou follicules. Elle se produit le plus fréquemment dans les ovaires et de la glande thyroïde, 25e Stedman. (Éditeur)
Un état avec des lésions des muqueuses de la plus faible résultant de l ’ oesophage (oesophagite, estomac aux reflux gastrique). Dans le processus de métaplasie, l'écaille cellules sont remplacés par des cellules identiques aux épithélium columnar avec ceux de l ’ intestin ou le salmon-pink muqueuse de l'estomac. Barrett est columnar épithélium est un marqueur pour les reflux et sévère précurseur de l ’ adénocarcinome de l'œsophage.
Carcinome pancréatique qui naît de la DUCTS. Cela explique la majorité des cancers établies par le pancréas.
Un carcinome être dérivés de l'épithélium de terminal bronches, dans lequel les tissus néoplasiques s'étend le long des murs alvéolaires et pousse à masses dans les alvéoles. Implication peut être uniformément diffus et massifs, ou acné nodulaire ou lobular. Les cellules néoplasiques sont cuboidal ou columnar et forme des structures papillaire. Mucin peut être démontrée dans des cellules et en la matière dans les alvéoles, qui comprend également les cellules dénudé. Des métastases au niveau des ganglions lymphatiques, et en encore plus distant sites, sont connus pour survenir, mais sont peu fréquents. (De Stedman, 25e éditeur)
Tumeurs ou cancer de l'estomac.
Cette partie du ventre près de l'ouverture de oesophage, dans l ’ estomac (cardia) C'est quoi, le ESOPHAGOGASTRIC. Le cardia l'appelle ainsi à cause de sa proximité avec le CŒUR. Cardia se caractérise par l'absence de cellules (acid-forming des cellules pariétales gastrique).
Histochemical Localisation de substances immunoréactifs utilisant étiqueté comme anticorps réactifs.
Cancer de la tumeur ni COLON.
Réduction moléculaire et sécrétés par les tissus néoplasiques et caractérisé biochimiquement dans les cellules ou les fluides corporels. Ils sont des indicateurs de tumeur scène et de grade aussi aussi utile pour contrôler les réponses au traitement et de prévoir la récurrence. De nombreux groupes chimiques sont représentés incluant hormones, Antigens, acides et les acides nucléiques, enzymes, Polyamines membrane cellulaire, et des lipides et protéines.
La zone couvrant le terminal portion de oesophage, et le début d'estomac au cardia.
Tentative de exprime en termes reproductibles l'étendue des Néoplasme dans le patient.
Une prédiction du résultat probable d'une maladie basé sur un individu et l'état de la série habituelle de la maladie comme dans des situations similaires.
Un type II trouvé associée à la kératine KERATIN-19 dans ductal gastro-intestinale épithéliaux et épithéliaux.
L ’ un des processus par lequel cytoplasmique, nucléaire ou Molécule-1 facteurs influencent l 'écart le contrôle de Gene action dans les tissus néoplasiques.
Une lignée cellulaire de cellules tumorales cultivé.
Un carcinome des cellules épithéliales squameuses dérivés de stratifié. Elle pourrait également survenir chez les sites de l ’ épithélium ou glandulaire columnar est normalement présent. (De Stedman, 25e éditeur)
Tumeurs ou d'ENDOMETRIUM, les muqueuses des utérus. Ces néoplasmes peut être bénignes ou malignes leur classification et des examens sont basées sur les divers types de cellules et le pourcentage de cellules indifférenciée.
Deux ou plusieurs excroissance anormale de tissus survenant simultanément et présumé être d'origine. Le néoplasmes peut être histologie pareil ou pas, et peut être consulté dans le même ou sites différents.
Processus pathologiques qui ont tendance à devenir malin. (De Dorland, 27 e)
Tumeurs ou un cancer des intestins.
Cancer de la tumeur ni PROSTATE.
Cellules grandi in vitro de tissus néoplasiques. S'ils peuvent être créée sous la tumeur cellule ligne, ils peuvent être cultivé sur cellule culture indéfiniment.
Tumeurs ou un cancer du duodénum.
Un adénocarcinome peu différenciées dans lequel le noyau est prié d'un côté par une gouttelette cytoplasmique de mucus. En général se manifeste dans l ’ appareil gastro-intestinal.
Un adénocarcinome caractérisé par la présence de cellules identiques aux cellules des glandulaires ENDOMETRIUM. C'est un simple type histologique d ’ CARCINOMA et CARCINOMA endométriale. Il y a une fréquence élevée de l ’ adénocarcinome de cette forme de co-occurrence dans les deux mouchoirs.
Tumeurs ou d'le cæcum.
Expérimentalement tumeurs mammaires chez les animaux de fournir un modèle pour étudier de tumeurs humaines.
Capacité des néoplasmes pour infiltrer et détruire activement tissus environnants.
Un adénocarcinome caractérisé par la présence de différentes associations de clarté et d'hobnail-shaped cellules cancéreuses. Il y a trois prédominant modèles décrit comme tubulocystic, solide, et papillaire. Ces tumeurs, généralement situés dans les organes reproducteurs féminins, ont été observées plus fréquemment chez les jeunes femmes depuis 1970 grâce à cette association avec une exposition intrautérine à Diethylstilbestrol. (De Hollande et al., Cancer Medicine, 3d éditeur)
Une maladie dans laquelle il y a un changement d'un adulte type de cellule adulte similaire à un autre type de cellule.
Immunologic réglementaire, fondé sur l ’ utilisation de : (1) enzyme-antibody glucuronates conjugués enzyme-antigen ; (2) ; (3) antienzyme anticorps suivies de nos homologues enzyme ; ou (4) enzyme-antienzyme complexes. Ils sont utilisés pour visualiser histologie ou étiquetage échantillons de tissus.
Cancer de la tumeur ni COLON fini ou la ou les deux. Des facteurs de risque de cancer colorectal incluent rectocolite chronique ; polypose Polyposis Coli ; l ’ exposition à compressée ; et une radiothérapie du col d'une première impression.
Tumeurs ou un cancer de la est fini.
Une dilatation de la papille duodénal c'est l'ouverture du stade de la bile du conduit d'air et le principal risque conduit d'air du pancréas, surnommé le hepatopancreatic ampoule.
Famille de retrovirus-associated séquences d'ADN (Ras) à l'origine, isolés de Harvey (H-ras Ha-ras, éruption cutanée) et Kirsten (K-ras, Ki-ras, Rask) Murine Sarcoma virus. SRA gènes sont largement conservé entre les espèces animales et des séquences correspondant aux deux H-ras et K-ras gènes ont été détectés chez l'humain, aviaire et murins et non-vertebrate génomes. Le étroitement liées N-ras Gene a été détecté dans le sarcome neuroblastome et lignées cellulaires. Tous les gènes de la famille ont une structure similaire exon-intron et chaque p21 encode une protéine.
Tumeur ou cancer de la bile du conduit d'air y compris l'ampoule DE VATER et le SPHINCTER DE Oddi.
Un type je kératine exprimait essentiellement dans des cellules Merkel épithélium, gastro-intestinale, et l'IVRESSE BUDS de la muqueuse buccale.
L ’ analyse de plusieurs échantillons de tissus ou des cellules de culture in vitro BIOPSY ou qui ont été agencées dans un réseau format sur les diapositives ou micropuces.
Tumeurs iléon ou cancer dans la région de l'intestin grêle (intestin, PETIT).
Une tumeur bénigne épithéliales avec une organisation glandulaire.
L'excision de la tête du pancréas et la boucle du duodénum auxquels ils sont connectés.
L'ADN présent dans les tissus néoplasiques.
Tumeurs ou cancer dans le jéjunum région du petit intestin (intestin, PETIT).
La proportion de survivants dans un groupe, par exemple, des patients, a étudié et suivis pendant une période, ou la proportion de personnes dans une équipe en vie au début d'un intervalle de temps qui survivent à la fin de l'entracte. Il est souvent étudié en utilisant des méthodes de survie.
Néoplasme le transfert d 'un organe ou d'une partie du corps à un autre éloignées du site primitif.
Du transfert d'un site de son principal aux ganglions lymphatiques ou d'autres parties du corps par le biais du système lymphatique.
Protéines dont l'expression anormale (un gain ou perte) sont liés à l 'évolution, la croissance, ou la progression de tumeurs. Des Néoplasme protéines sont tumeur antigènes (antigènes, des androgènes), c' est-à-dire qu 'elles induire une réaction immunitaire de leur tumeur Néoplasme. Beaucoup de protéines caractérisé et sont utilisées comme marqueurs tumoraux (Biomarkers, tumeur) quand ils sont détectables dans les cellules et les fluides corporels comme observateurs pour la présence ou de croissance anormale des tumeurs. Expression des oncogènes transformation néoplasique PROTEINS est impliqué, alors que la perte d'expression suppresseur de tumeur PROTEINS est impliqué avec la perte de la croissance contrôlée et la progression de la tumeur.
Un agrégat de hétérogène au moins trois différents types histologiques du cancer du poumon, y compris de cellule CARCINOMA ; adénocarcinome ; et grande cellule CARCINOMA. Ils sont traitées collectivement à cause de son évolution traitement stratégie.
Un adénocarcinome mixte et épithéliale ou un carcinome épidermoïde.
Une glycoprotéine sécrétée dans le Luminal surface de l'épithélium dans le tractus gastro-intestinal. On se retrouve dans les fèces et pancreaticobiliary sécrétions et est utilisée pour contrôler la réponse au traitement du cancer du colon.
Une tumeur maligne provenant des cellules d'une glande qui sécrète racemose, en particulier les glandes salivaires. (Latin Racemose racemosus, pleine d'amas) fait référence, comme Acinar (latin acinus, raisin), aux petites saclike dilatations dans divers Acinar glandes. Les carcinomes spino-cellulaires sont généralement bien différencié et représentent environ 13 % des cancers dans la glande parotide. Ganglion lymphatique métastase se produit dans environ 16 % des cas. Et récurrences métastases locales des années après le traitement sont fréquents. Cette tumeur apparaît dans tous les groupes d ’ âge et est plus commune chez les femmes. (Stedman, 25e Ed ; Holland et al., Cancer Medicine, 3d Ed, p1240 ; de DeVita Jr et al., Cancer : Principes & Practice en cancérologie, Ed, 3D p575)
Transplantation expérimentale de néoplasie chez les animaux de laboratoire pour des recherches.
Le segment membraneuse musculaire entre le pharynx et l'estomac dans le Upper TRACT gastro-intestinale.
Une aggravation d'une maladie au cours du temps. Ce concept est souvent utilisé pour chroniques et des maladies incurables où la scène de la maladie est un déterminant important de traitement et au pronostic.
La classe des procédures statistiques unique pour estimer la survie (fonction du temps, en commençant par une population à 100 % à un moment donné et qui fournit le pourcentage de la population toujours bien à plus tard de fois). L'analyse de la survie est alors utilisé pour faire des inférences sur les effets de traitements, les autres facteurs pronostics, les expositions, et autres covariants sur la fonction.
Études ont utilisé pour tester etiologic hypothèses dans lequel déductions pour une exposition à des facteurs de causalité putatif sont tirées de données relatives aux caractéristiques des personnes sous study or to événements ou expériences dans leur passé. La caractéristique essentielle est que certaines des personnes sous étude ont la maladie ou d'intérêt et de leurs caractéristiques sont comparés à ceux de personnes.
Une excision du total) entier (gastrectomie partielle ou une gastrectomie subtotale (gastrectomie partielle), une excision gastrique de l'estomac. Dorland, 28 (éditeur)
La souris mutante homozygotes du gène récessif "nu" thymus qui échoue à développer une tumeur. Ils sont utiles dans les études et les études sur les réponses immunitaires.
Séquence d'ARN qui servent de modèles pour la synthèse des protéines. Bactérienne sont généralement mRNAs transcriptions en primaire qu'elles ne nécessitent aucun traitement. Eucaryotes Post-Transcriptional mRNA est synthétisés dans le noyau et doit être transplantée dans le cytoplasme pour traduction. La plupart eucaryotes polyadenylic mRNAs ont une séquence de l'acide dans le 3 'fin, dénommés le Poly (A) queue. Le fonctionnement de cette queue n'est pas connu pour certains, mais cela pourrait jouer un rôle dans l'export de mature mRNA du noyau ainsi que pour aider stabiliser des mRNA molécules par retarding leur dégradation dans le cytoplasme.
Tumeurs ni cancer des sinus para-nasales.
Aucun détectable et héréditaire changement dans le matériel génétique qui peut provoquer un changement dans le génotype et qui est transmis à cellules filles et pour les générations futures.
Une lésion avec cytologiques caractéristiques associés à un carcinome invasif mais les cellules cancéreuses sont confinées à l'épithélium d'origine, sans invasion de la membrane basale.
Surface un récepteur impliqué dans la régulation de la croissance cellulaire et la différenciation CROISSANCE épidermique est spécifique du facteur et EGF-related peptides incluant transformant LA CROISSANCE facteur Alpha ; AMPHIREGULIN ; et HEPARIN-BINDING EGF-LIKE facteur CROISSANCE. La liaison du ligand au récepteur provoque l'activation de son activité tyrosine kinase intrinsèque internalisation et rapide du receptor-ligand complexe dans la cellule.
Substances inhibant ou à éviter la prolifération des tumeurs.
Une compilation Nonparametric mode de vie ou la survie TABLEAUX tables conjugue calculé les probabilités de survie et les estimations pour permettre des observations survenant au-delà du seuil de mesure, qui sont supposés apparaissent au hasard. Il institue sont définies comme qui terminaient chaque fois qu'un event occurs and are therefore inégal. (D'hier, un dictionnaire d'épidémiologie, 1995)
Une variante du PCR technique où cDNA est faite de l'ARN VIH-1 et VIH-2. Via est alors amplifiée cDNA qui en utilisant un électrocardiogramme standard PCR protocoles.
Retirer et examen pathologique de spécimens en forme de petits morceaux de tissus du corps vivant.
Une résection chirurgicale de la 28e Dorland pancréas. (Éditeur)
Mort résultant de la présence d'une maladie dans un individu, comme indiqué par un seul rapport ou un nombre limité de patients. Ça devrait être différenciés des physiologique l ’ arrêt de mort, la vie et d'une époque, une surveillance épidémiologique ou concept statistique.
Protéines, glycoprotéine ou oligosaccharide lipoprotéines et la surface de cellules cancéreuses qui sont habituellement recensés par les anticorps monoclonaux. Beaucoup sont embryonnaire ou d ’ origine virale.
Tumeurs ou un cancer du col utérin.
Évaluation menée pour évaluer les résultats ou des suites de gestion et procédures utilisées dans la lutte contre la maladie afin de déterminer l'efficacité, efficacité, la tolérance et practicability de ces interventions dans des cas individuels, ou la série.
Poids moléculaire élevé mucoproteins qui protègent la surface des cellules épithéliales en fournissant une barrière de particules et de micro-organismes. Membrane-anchored Mucines faisait des rôles concerné interactions avec des protéines à la surface cellulaire.
Cancer de la tumeur ni TRACT gastro-intestinale, de la bouche à l'anal canal.
Phosphoprotein nucléaire codée par le gène p53 (gènes, P53) dont la fonction rénale normale est de contrôler cellule prolifération et une apoptose. Un mutant, voire absents protéine p53 a été trouvé dans la leucémie ; ostéosarcome, cancer colorectal et cancer ; poumon.
Tumeurs ou un cancer de la crise.
Conduits en PCV du pancréas et JUS pancréatique approvisionneras au duodénum.
Tous les processus impliqué dans une cellule MARCHE incluant cellule sera pendu.
La détermination du modèle de gènes exprimées au niveau de transcription GENETIC, dans des circonstances particulières ou sa propre cellule.
Tumeurs ou un cancer de la vésicule biliaire.
La désoxycytidine est un nucléoside constitué d'une base azotée, la cytosine, liée à un pentose, la désoxyribose, qui joue un rôle crucial dans la réplication et la transcription de l'ADN.
Cancer de la tumeur ni COLON sigmoïde.
L'excision de partie (partielle) a (total) ou de l'oesophage. Dorland, 28 (éditeur)
Bénignes proliférations des ENDOMETRIUM dans l'utérus. Des a hyperplasies endométriales est classifiée par son de leur cytologie et du tissu glandulaire. Il y a de simples, complexe (Adenomatous sans atypies, hyperplasie et atypiques) représente aussi le risque de devenir ascendante maligne.
Une classe de protéines fibreux ou scleroproteins qui représente le principal composant du épiderme ; cheveux ; ongles ; excité des tissus biologiques, et la matrice organique d'émail dentaire conformational. Deux principaux groupes ont été décrite, alpha-keratin, dont le peptide dorsale forme une structure alpha hélicoïdale coiled-coil composée de TYPE je kératine et de type II kératine et beta-keratin, dont la colonne vertébrale forme un zigzag ou plissée drap murs, alpha-Keratins ont été classés dans au moins 20 sous-types. En outre plusieurs isoformes de sous-types a peut être dû à Gene DUPLICATION.
Modifications de mécanismes de contrôle est manifestée par échapper, une augmentation de la croissance potentielle, altérations de la surface cellulaire, des anomalies morphologiques et biochimique karyotypic, les écarts par rapport à la norme, et d'autres attributs conférant le pouvoir d'envahir métastasée, et tuer.
Tumeurs ou le cancer de l ’ ovaire. Ces néoplasmes peut être bénignes ou malignes. Ils sont classés selon les tissus d'origine, tels que la surface Epithelium, le stroma des cellules, et l'endocrinien des totipotent GERM.
Un changement précancéreuses arrivé de l'épithélium de la prostate, considéré comme la plus importante et probablement précurseur de la prostate, adénocarcinome. La néoplasie prend la forme d'une sécrétion ductal intra-acinar ou la prolifération des cellules avec sans équivoque anaplasia nucléaire, qui correspond à nucléaire invasive de grades 2 et 3 de la prostate.
Petit, protéines Monomériques GTP-binding codée par les gènes (protéines Ras, SRA). Les gènes de protéines, des protéines proto-oncogène protooncogene-derived p21 (SRA), joue un rôle dans la croissance cellulaire normale, la différenciation et développement. Le oncogene-derived protéine (oncogene p21 protéines (SRA)) peut jouer un rôle dans la régulation cellulaire aberrants pendant ma douteuse transformation cellulaire néoplasiques, néoplasique (cellule). Cette enzyme était anciennement listé comme CE 3.6.1.47.
Une tumeur de indifférenciées (l) de grande taille. C'est habituellement Bronchogenic. (De Dorland, 27 e)
Expérimentalement nouvelle croissance anormale de tissus chez les animaux à fournir des modèles pour étudier des néoplasmes.
C'est une analogique un antimétabolite pyrmidique antinéoplasiques. Cela interfère avec la synthèse ADN en bloquant la thymidylate synthétase conversion de l'acide désoxyuridylique en acide à thymidylic acide.
In vitro méthode pour produire de grandes quantités de fragments d'ADN ou d'ARN spécifiques définies longueur et la séquence de petites quantités de courtes séquences encadrent oligonucléotide (Primer). Les étapes essentielles incluent une dénaturation thermique de la double-branche cible de molécules, des détonateurs d'leurs séquences complémentaires, et extension de la synthèse enzymatique recuits Primer par de l'ADN polymérase. La réaction est efficace, précise, et extrêmement sensible. Utilise pour la réaction inclure diagnostiquer des maladies, détection de mutation difficult-to-isolate pathogènes, analyse de séquençage ADN test génétique évolutionniste, et en analysant les relations.
Groupe sanguin de glucides Sialylated Lewis antigène présent à bien des adénocarcinomes du tube digestif, surtout de tumeurs du pancréas.
Tumeurs ou un cancer de l'utérus.
Cancer de la tumeur ni GLAND mammaire chez l ’ animal (glandes mammaires, LES ESPÈCES).
Un gel-forming Mucin retrouvé principalement dans petit intestin et la variété de mucus membrane-containing organes. Il fournit une barrière contre lubrifiante protectrice, des particules et les agents infectieux.
Revêtement de l ’ estomac, comprenant une épithélium intérieure, un milieu et un axe la lamina propria et les muscularis mucosae. La surface des cellules produire MUCUS qui protège l'estomac d'attaque de suc digestif et enzymes. Quand l'épithélium invaginates la lamina propria à différents dans la région de l ’ estomac (cardia au pylore ; fundus gastrique ; et différences glandes gastrique tubulaire sont formés. Ces glandes contiennent des cellules qui sécrètent mucus, enzymes, HYDROCHLORIC AGENTS, ni d'hormones.
Un des mécanismes par lesquels cellule mort survient (comparer avec nécrose et AUTOPHAGOCYTOSIS). Apoptose est le mécanisme physiologique responsable de la suppression de cellules et semble être intrinsèquement programmé. C'est caractérisé par des modifications morphologiques distinctif dans le noyau et cytoplasme, Chromatin décolleté à espacées régulièrement, et les sites de clivage endonucleolytic ADN génomique nous ; (ADN), au FRAGMENTATION internucleosomal sites. Ce mode de la mort l'équilibre de la mitose dans la régulation de la taille des tissus animaux et dans la médiation de processus pathologique associée à la tumeur a grossi.
Une augmentation du nombre de cellules dans un mouchoir ou organe sans tumeur formation. Elle est différente de hypertrophie, qui est une augmentation en gros sans augmentation du nombre de cellules.
Une tumeur Néoplasme composé de cellules épithéliales élogieux pour infiltrer les tissus environnants et donner lieu à des métastases. C'est un type histologique de Néoplasme mais est souvent utilisé à tort comme synonyme de "cancer". (De Dorland, 27 e)
Le traitement d'une maladie ou de condition par plusieurs façons différentes simultanément ou de façon séquentielle. Chemoimmunotherapy, RADIOIMMUNOTHERAPY, Chemoradiotherapy, cryochemotherapy, J'ai fait marcher la radio et thérapie sont observés plus fréquemment, mais leurs combinaisons ensemble et de chirurgie sont aussi utilisés.
Études qui commence avec l'identification des personnes avec une maladie d'intérêt et un contrôle (comparaison, référent) groupe sans la maladie. La relation entre l'attribut de la maladie est examiné en comparant malades et non-diseased personnes en ce qui concerne la fréquence ou de l 'attribut dans chaque groupe.
Un astrocytome, très grave, et généralement Bronchogenic carcinome composé de petites cellules avec figures ovoïde Néoplasme. C'est caractérisé par un dominant, profondément noyau due, et absent ou indistinct nucleoli. (De Stedman, 25e Ed ; Holland et al., Cancer Medicine, 3d Ed, p1286-7)
L'adénome du gros intestin. C'est souvent une solitaire, sessile, souvent larges de tumeur colique composé de l ’ épithélium muqueuse Mucinous couvrant délicate projections vasculaire. Salivaire et malignes change surviennent fréquemment, 25e Stedman. (Éditeur)
La récurrence d'un local Néoplasme suivant le traitement. Il surgit de l'original des cellules microscopiques de Néoplasme échappées intervention thérapeutique, puis devenir cliniquement visible au site d'origine.
Éléments de contribuer à intervalles de temps limitée, notamment des résultats ou situations.
Une glande chez les hommes qui entoure le cou of the urinary BLADDER et le URETHRA. Elle sécrète une substance qui liquéfie coagulé sperme. C'est situé dans la cavité pelvienne derrière la partie inférieure de la symphyse PUBIC profond, au-dessus de la couche du ligament triangulaire, et repose sur l'est fini.
Hybridation de l'acide nucléique un échantillon sur un très grand ensemble de sondes oligonucléotide, qui ont été attachés individuellement dans les colonnes, rangées à l'appui, de déterminer du base séquence, ou pour détecter des variantes dans une séquence génétique ! Gene expression, ou pour Gene cartographique.
Un acné nodulaire orgue dans l'abdomen qui contient un mélange de glandes endocrines et les glandes endocrines exocrine. La petite portion recouvre les îlots de Langerhans secrétant des hormones dans le sang. La grande portion pancréas exocrine (exocrine) est un composé Acinar glande qui sécrète plusieurs enzymes digestives dans le système ductal du pancréas qui se vide dans le duodénum.
Tomographie en utilisant un algorithme d'ordinateur radio transmission et de reconstruire l'image.
La transplantation entre animaux de différentes espèces.
L ’ utilisation de deux ou plus de produits chimiques simultanément ou séquentiellement dans la thérapie médicamenteuse des néoplasmes. Les médicaments ne doivent pas être dans la même forme pharmaceutique.
Un groupe de substances cancérigènes qui partagent une caractéristique morphologie, souvent, composé de grappes et feuilles de trabéculaire round "des cellules bleues" chromatine granuleux, et un rebord du mal demarcated cytoplasme. Neuroendocrine tumeurs inclure carcinoids, faible ("oat"), les carcinomes spino-cellulaires la carcinome de la thyroïde, Merkel cell, tumeur cutanée carcinome Neuroendocrine d'îlots pancréatiques tumeurs, et le phéochromocytome. Neurosecretory granulés sont trouvés dans les cellules tumorales (Segen, Dictionary of Modern Medicine, 1992)
Antigène hydrate élevée chez les patients ayant des tumeurs du sein, ovaire, du poumon et de la prostate, ainsi que d ’ autres troubles. La Mucin est exprimé normalement par la plupart épithéliaux glandulaire mais elle montre particulièrement augmenté expression dans les seins à l ’ allaitement et de tumeur maligne. C'est donc un marqueur sérique établi pour le cancer du sein.
La perte d'un allèle locus, à une mutation causée par un effacement ; ou perte d ’ un chromosome à partir de paire, entraînant un chromosome anormal détecté quand HEMIZYGOSITY. C'est pour un locus marqueurs hétérozygote apparaissent monomorphic parce qu'un de ses allèles avait été supprimé.
Identification de protéines ou peptides qui ont été electrophoretically séparés par le gel électrophorèse tache du passage de bouts de papier de nitrocellulose, suivie d ’ anticorps étiquetter sondes.
ARN présent dans les tissus néoplasiques.
Une tumeur maligne dérivés de l ’ épithélium glandulaire, dans lequel kystique de précipitations sécrétions sont formés. Les cellules néoplasiques manifeste des degrés variables de anaplasia et dureté et de vulgarisation agricole et des métastases survenir. Cystadenocarcinomas développer fréquemment dans les ovaires, où pseudomucinous types sont reconnus et alopécie1, 25e Stedman. (Éditeur)
Antimétabolites qui sont utiles de la chimiothérapie anticancéreuse.
Un examen endoscopique, le traitement ou une chirurgie de l'oesophage.
Le proto-oncogène c- ErbB-1 codes pour le récepteur du facteur de croissance épidermique. Son nom vient du v-erbB Homolog virale qui a été isolée parmi une érythroblastose la progression du virus (AEV) où il a été contenue comme un fragment du poulet c- ErbB-1 Gene dénué de la surexpression de domaine. Ligand-binding amino-terminal erbB-1 gènes survient dans une large gamme de tumeurs, fréquemment carcinome épidermoïde de divers sites et moins fréquemment des adénocarcinomes. Le gène c- ErbB-1 humain est situé dans la région chromosomique 7p14 et 7p12.
Une tumeur provenant de tissu mesothelial (péritoine, plèvre, péricarde). Il semble aussi large couches de cellules, avec certaines régions contenant spindle-shaped, sarcoma-like des cellules et d'autres régions. Épanchement mesotheliomas adénomateux montrant modèles ont été associés à l ’ exposition à l'amiante. (Dorland, 27 e)
Un aspect de comportement personnel ou de style de vie, environnement, ou innée ou hérité caractéristique, qui, sur la base de preuves epidemiologic, est connu pour être associée à un important d'empêcher la maladie envisagée.
Un hydrosoluble platine inorganique et complexe. Après avoir subi l ’ hydrolyse, il réagit avec l'ADN pour produire ces forme un réseau avec interstrand. Ces réplication et forme un réseau avec apparaissent pour altérer la transcription d ’ ADN. La cytotoxicité du cisplatine en corrélation avec des téléphones d'arrestation au G2 phase du cycle cellulaire.
Retirer et un examen de tissu obtenu par un dispositif aiguille introduite dans cette région, organe, ou tissus analysés.
Produits de proto-oncogenes. Normalement ils n'ont pas oncogènes ou qui transforme propriétés, mais sont impliqués dans la régulation ou la différenciation de la croissance cellulaire. Ils ont souvent des activités de protéine kinase.
Une paire de glandes anales ou sacs, située sur chaque côté de l'anus, qui produisent et conserver un noir, nauséabonde, liquide dans animaux carnivores comme MEPHITIDAE et les chiens ". La bannie fluide est utilisé comme un répulsif à putois (défense) ou un matériau pour marquer territoire (chez le chien).
Quinazolines are heterocyclic aromatic organic compounds consisting of a benzene ring fused to a pyrazine ring, which have been widely used as building blocks in the synthesis of various pharmaceutical drugs, including antimalarial, antitumor, and anti-hypertensive agents.
- Kystique ou une tumeur semicystic Néoplasme. Ça arrive souvent dans l'ovaire et habituellement bilatéralement. La surface externe est habituellement couverte de excrescences papillaire. Microscopiquement, le carcinome épithélial modèles sont principalement overgrowths avec différencié et séreuse papillaire indifférenciée cystadenocarcinoma cellules. Psammoma corps peuvent être présentes. La tumeur généralement adhérerait entoure et produit une ascite. (De Hughes, Obstetric-Gynecologic Terminology, 1972, p185)
La fission d'une cellule. Il inclut CYTOKINESIS, quand le cytoplasme d'une cellule se déroule, et cellule noyau sera pendu.
Après un traitement période dans laquelle il n'y a aucune apparition des symptômes ou effets de la maladie.
Anticorps produits par un seul clone de cellules.
Métastases dans laquelle le tissus d'origine est inconnue.
Respire et expire la fumée de la TOBACCO.
Une cellule synchronise marqueur et de croissance de la tumeur qui peut être facilement détectée par IMMUNOCYTOCHEMISTRY méthodes. La Ki-67 est un cadeau seulement antigène nucléaire dans le noyau des cellules de cyclisme.
Un sous-groupe de inducibly-expressed prostaglandin-endoperoxide synthase. Il joue un rôle important dans de nombreux processus cellulaires et une inflammation. C'est la cible de COX2 DE LA SEROTONINE.
Identification des modifications biochimiques mutationnelle dans une séquence de nucléotides.
Études dans lesquelles les individus ou populations sont suivis pour évaluer l'issue des expositions, procédures ou d'une caractéristique, par exemple, la survenue de maladie.
Antigènes hydrate exprimés par les tissus malins. Ils sont utiles en tant que les marqueurs tumoraux et sont mesurées dans le sérum par un dosage radio-immunologique utilisant les anticorps monoclonaux.
Thérapie médicamenteuse administré pour augmenter ou stimulent d'autres formes de traitement, tels que chirurgie ou radiothérapie. Une chimiothérapie adjuvante est couramment utilisé dans le traitement du cancer et peut être administré avant ou après le traitement primaire.
Lavement humaine adénocarcinome cellules qui sont capables d'exprimer différenciation traits caractéristiques des cellules intestinales mature tels que la coupe des cellules.
Présence de liquide dans l'épanchement CAVITY comme complication d'une affection maligne. Malignes épanchement pleural souvent effective contiennent des cellules malignes.
Un Mucin transmembranaire présente dans une large variété de tissu épithélial. Mucin-4 peuvent jouer un rôle dans la régulation de l ’ adhésion et cellulaires de surface un signal depuis l'inhibiteur de protéine-tyrosine kinase des récepteurs erbB-2. Mucin-4 est un alpha et bêta heterodimer de chaînes. Alpha et bêta résultent des chaînes de clivage protéolytique un précurseur des protéines.
Un type de EN situ hybridation dans lequel cible séquences sont souillées de la teinture donc leur localisation et taille peut être déterminée par microscopie à fluorescence. Cette coloration est suffisamment distinctif qui l'hybridation signal peut être vu les deux en métaphase spreads and dans interphase noyaux.
Flux rétrograde de jus gastriques (acide gastrique) et / ou l ’ ulcère duodénal contenu (biliaire ; ACIDS JUS du pancréas) dans l'oesophage distal, fréquemment par incompétence de la baisser ESOPHAGEAL SPHINCTER.
En examinant et tests diagnostic, la probabilité qu'une personne avec un test positif est un vrai positif (soit a la maladie), est considéré comme la valeur d'un test positif ; considérant que la valeur pronostique de test dermique est la probabilité que la personne avec un négatif test n'a pas la valeur prédictive. Maladie est liée à la sensibilité et spécificité du test.
L'excision de l'utérus.
D ’ une augmentation du nombre de copies du gène codant pour une protéine spécifique sans proportionnelle dans d'autres gènes. Elle se produit naturellement via l'excision d'une copie de la séquence de répéter le chromosome et sa réplication extrachromosomal en génétique, ou via la production de l'ARN transcription de toute la séquence de répéter l ’ ARN ribosomal suivi par le VIH-1 et VIH-2 de la molécule à produire un exemplaire supplémentaire de la séquence ADN original, laboratoire techniques ont été introduits à induire la réplication disproportional par inégale traverser, transport de l'ADN de cellules sanguines ou dégradées génération de séquences extrachromosomal pas rouler en cercle réplication.
Une cellule Catenin multi-fonctionnelle participant à l ’ adhésion et des signaux. Nucléaire Bêta-Caténine se lie Desmosomales et permet de relier leurs queues cytoplasmique au ACTIN au Cytosquelette via Alpha Catenin. Elle sert aussi co-activator cascade et en aval composant WNT PROTEIN-mediated signal de transduction des signaux.
Classification binaire mesures d ’ évaluation de résultats. Sensibilité ni vous rappeler la proportion de faux positifs. La précision est la probabilité de bien déterminer l'absence d'une condition. (Dictionnaire d'hier, d'épidémiologie, 2d éditeur)
Une structure embryonnaires provenant des ALLANTOIS. C'est un canal reliant le BLADDER urinaire fœtal et l'ombilic. C'est normalement convertie en un cordon fibreux en période post-natale. Quand le canal échoue à être comblée et reste ouvert (brevet urachus), urines échappent parfois l'ombilic.
Une série de techniques utilisées quand variation dans plusieurs variables doit être étudiée simultanément. En statistique, analyse multivariée est interprétée comme méthode analytique qui permet d'étude simultanée de deux ou plusieurs variables dépendantes.
La vie intracellulaire transfert des informations (activation biologique / inhibition) par un signal à la voie de transduction des signaux dans chaque système, une activation / inhibition signal d'une molécule biologiquement active neurotransmetteur (hormone) est médiée par l'accouplement entre un récepteur / enzyme pour une seconde messager système. ou avec la transduction les canaux ioniques. Joue un rôle important dans la différenciation cellulaire, activation fonctions cellulaires, et la prolifération cellulaire. Exemples de transduction ACID-postsynaptic gamma-aminobutyrique systèmes sont les canaux ioniques receptor-calcium médiée par le système, le chemin, et l ’ activation des lymphocytes T médiée par l'activation de Phospholipases. Ces lié à la membrane de libération de calcium intracellulaire dépolarisation ou inclure les fonctions d ’ activation récepteur-dépendant dans granulocytes et les synapses une potentialisation de l'activation de protéine kinase. Un peu partie de transduction des signaux de transduction des signaux des grandes ; par exemple, activation de protéine kinase fait partie du signal d'activation plaquettaire sentier.
Substances augmentant le risque de tumeurs chez les humains ou des animaux. Les deux ADN génotoxique produits chimiques, qui affectent directement et dépourvue de génotoxicité produits chimiques, qui induisent néoplasmes par autre mécanismes sont incluses.
Tumeurs ou un cancer du foie...
Radiothérapie administré pour augmenter d'autres formes de traitement, tels que chirurgie ou chimiothérapie, radiothérapie adjuvante couramment utilisés dans le traitement du cancer et peut être administré avant ou après le traitement primaire.
Un effet positif réglementaires sur le processus physiologique moléculaire au niveau systémique, ou cellulaire. Au niveau moléculaire, les principaux sites réglementaires comprennent les gènes, (GENE expression RÈGLEMENT), mRNAs (ARN, coursier), et des protéines.
Inflammation du pancréas qui se manifeste par persistantes ou récurrentes ABDOMINAL douleur avec ou sans STEATORRHEA ou DIABETES sucré. C'est caractérisé par les troupes irrégulières destruction du parenchyme du pancréas qui peut être segmentaire focale ou diffus.
Tumeurs composé de plusieurs types de tissus néoplasiques.
- Kystique ou une tumeur maligne semisolid plus survenant fréquemment dans les ovaires. Rarement, une est solide. Cette tumeur peut évoluer d'un Mucinous cystadenoma, ou peut être une tumeur maligne au début. Les kystes sont recouverts de grand columnar cellules épithéliales ; dans les autres, l'épithélium se compose de plusieurs couches de cellules qui ont perdu normal structure entièrement. Dans les autres tumeurs, un indifférenciée peuvent voir draps et nids des cellules cancéreuses qui ont peu de rapport avec le parent structure. (Hughes, Obstetric-Gynecologic Terminology, 1972, p184)
Tumeurs ou un cancer du nez.
Tentative de reproductibles exprime en termes le niveau de cellule ANAPLASIA différenciation des néoplasmes augmente en corrélation avec l'agressivité de du néoplasme.
Tumeurs ou un cancer des glandes salivaires.
Le nombre de nouveaux cas de maladie pendant une période donnée dans une certaine population. C'est aussi utilisé pour le rythme auquel nouveaux événements survenir dans une population. C'est inégale de prévalence faisant référence à tous les cas, nouveau ou vieux, dans la population à un moment donné.
Le segment de large intestin entre le cœcum et du est fini. Il inclut les COLON ascendante ; la COLON ; la transversale DESCENDING COLON ; et le sigmoïde COLON.
Une croissance lente, Néoplasme composé d'îles, arrondi Oxyphilic, ou cellules spindle-shaped de taille moyenne, avec des noyaux vésiculaire relativement faible et couverte de muqueuse intacte jaunes avec surface lésée. La tumeur peut survenir n'importe où dans le tractus gastro-intestinal (et dans les poumons et autres sites) ; environ 90 % surviennent dans l'appendice. C'est maintenant établi que ces tumeurs sont d'origine neuroendocrine primitif... et tirer d'une cellule souche. (De Stedman, 25e Ed & Holland et al., Cancer Medicine, 3d Ed, p1182)
Plus de parahydroxybenzoate de groupes d'ADN. ADN méthyltransférases (ADN) endossent Methylases cette réaction d ’ utiliser S-ADENOSYLMETHIONINE que le donneur de groupe méthyle.
Tumeurs ou cancer de la bile DUCTS.
Un BETARETROVIRUS qui provoque chez les ovins Adenomatosis pulmonaire (Adénomatose Pulmonaire Ovine).
Revêtement des intestins, comprenant une épithélium intérieure, un milieu et un axe la lamina propria et les muscularis mucosae. Dans un petit intestin, la muqueuse est caractérisé par une série de plis et l'abondance de cellules absorbante (entérocytes) avec microvillosités.
Tumeurs DIGESTIVE ou cancer du système.
Gènes qui inhibent l'expression du phénotype tumorigène. Elles sont normalement impliqué dans la croissance cellulaire tient en échec. Quand gène suppresseur de tumeur sont inactivées ou perdu, une barrière à la normale prolifération éliminée et non-régulés croissance est possible.
Une résistance ou diminution de la réponse d'un néoplasme à un agent antinéoplasique chez l'homme, les animaux ou portable ou cultures de tissu.
La séquence des purines et PYRIMIDINES dans les acides nucléiques et polynucleotides. On l'appelle aussi séquence nucléotidique.
Une classe de composés contenant un radical. Ça veut dire "-NH2 et un nombre de membres de ce groupe ont le pouvoir carcinogène et mutagène propriétés.
La manifestation d'un phénotypique gène ou les gènes par les processus de GENETIC transcription et GENETIC anglaise.
Gène suppresseur de tumeur située sur le court de chromosomes humains 17 et codant pour le gène p53 Phosphoprotein.
Une tumeur maligne qui contient des éléments de cancer du rein et sarcome donc largement intermixed indiquer de néoplasie et du tissu épithélial mésenchymateuses, 25e Stedman. (Éditeur)
Acide aminé, spécifique des descriptions de glucides, ou les séquences nucléotides apparues dans la littérature et / ou se déposent dans et maintenu par bases de données tels que la banque de gènes GenBank, européen (EMBL laboratoire de biologie moléculaire), la Fondation de Recherche Biomedical (NBRF) ou une autre séquence référentiels.
Des modèles statistiques utilisé en analyse de la survie qui affirment que l'effet de l'étude des facteurs de risque sur les taux dans la population est multiplicative et ne change pas avec le temps.
Un signal transducing adaptateur protéine et protéines suppresseur de tumeur. Ça forme un complexe avec activé Régulant Le Récepteur marre PROTEINS. Le complexe alors translocates à la cellule noyau et régule la transcription des gènes GENETIC cible.
Des souris de laboratoire qui ont été modifiées Produites à partir d'un oeuf ou EMBRYO, un mammifère.
Cellules qui tapissent les surfaces internes et externes du corps en formant des couches cellulaire (épithélium) ou masses. Des cellules épithéliales tapissant la peau ; la bouche ; le nez, et le CANAL anal procèdent de ectoderme ; celles qui bordent le système respiratoire et le système DIGESTIVE procèdent de endoderm ; autres (CARDIOVASCULAR système et du système lymphatique Affections du système) procèdent de cellules épithéliales mésoderme. Peut être classifiée principalement par forme et fonction à cellules squameuses et transitoires, glandulaire cellules épithéliales.
Naturelle de maladies animales ou expérimentalement avec processus pathologiques suffisamment similaires à ceux des maladies humaines. Ils sont pris en étude modèles pour les maladies humaines.
Tumeurs ou cancer de leur vagin !
Préliminaire traitement du cancer (chimiothérapie, radiothérapie, une hormone / hormonothérapie immunothérapie, hyperthermie, etc.) qui précède un nécessaire seconde modalité de traitement.
Une maladie pulmonaire néoplasiques contagieux, caractérisée par une hyperplasie de mouton et une hypertrophie des cellules épithéliales pneumocytes et du poumon. Elle est provoquée par JAAGSIEKTE moutons rétrovirus.
Protéines calcium-dependent cellule adhérence. Ils sont importants dans la formation de ADHERENS JUNCTIONS entre les cellules. Desmosomales sont classés par leur distinctes et des tissus immunologique spécificités nationales, soit par lettres (E- pour épithélium, nerfs, et de la N- pour pour Desmosomales placentaire) ou par numéros (cadherin-12 ou N-cadherin 2 pour brain-cadherin). Desmosomales promouvoir cellule adhésion via un mécanisme homophilic comme dans la construction de tissus et de tout le corps d'ours.
Étude de distribution de produits chimiques, intracellulaire réaction sites, enzymes, etc., au moyen de les tacher indésirables, isotope radioactif captage sélectif électron distribution dans l ’ examen microscopique de métal, ou d ’ autres méthodes.
Protéines présentes dans les membranes cellulaires incluant les membranes intracellulaires et ils sont composés de deux types, périphérique et protéines intégrale. Ils comprennent plus Membrane-Associated enzymes, antigénique protéines, des protéines de transport, et une hormone, de drogue et les récepteurs une lectine.
Les Rats De Lignée F344 sont des rats albinos originaires d'une souche spécifique (Hsd:NIHS) développée par le National Institutes of Health aux États-Unis, couramment utilisés dans la recherche biomédicale en raison de leur faible variabilité génétique et de leur longévité relative.
Un ou plusieurs couches de des cellules épithéliales, soutenue par la lamina basale qui recouvre la face interne ou externe surfaces du corps.
Contenu de l ’ ulcère duodénal flux rétrograde (biliaire ; ACIDS JUS du pancréas) dans le ventre.

Un adénocarcinome est un type de cancer qui se développe dans les cellules glandulaires. Ces cellules sont présentes dans de nombreux tissus et organes du corps, et elles produisent des substances telles que des mucus ou des hormones.

Les adénocarcinomes peuvent survenir dans divers endroits, notamment les poumons, le sein, le côlon, le rectum, l'estomac, la prostate et le pancréas. Ils se développent à partir d'une tumeur bénigne appelée adénome, qui peut devenir cancéreuse au fil du temps.

Les symptômes de l'adénocarcinome dépendent de son emplacement dans le corps. Par exemple, un adénocarcinome du sein peut provoquer une masse ou une grosseur palpable, tandis qu'un adénocarcinome du poumon peut causer une toux persistante, des douleurs thoraciques et des expectorations sanglantes.

Le traitement de l'adénocarcinome dépend également de son emplacement et de son stade. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Le pronostic varie en fonction du type et du stade du cancer, ainsi que de facteurs tels que l'âge et l'état de santé général du patient.

Un adénocarcinome mucineux est un type rare de cancer qui se développe dans les glandes muqueuses du corps. Il est appelé "mucineux" car il produit et sécrète une substance visqueuse appelée mucine. Ce type d'adénocarcinome a tendance à se développer plus lentement que d'autres types de cancers, mais il peut néanmoins être très invasif et se propager à d'autres parties du corps.

Les adénocarcinomes mucineux peuvent se produire dans diverses parties du corps, y compris les poumons, le pancréas, l'estomac, le côlon et le rectum. Les symptômes dépendent de la localisation du cancer, mais peuvent inclure des douleurs abdominales, une perte d'appétit, une perte de poids involontaire, des nausées ou des vomissements, des changements dans les habitudes intestinales et des saignements rectaux.

Le traitement dépend du stade et de la localisation du cancer, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses. Dans certains cas, une combinaison de ces traitements peut être utilisée pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

Il est important de noter que le pronostic dépend du stade et de la localisation du cancer au moment du diagnostic, ainsi que de la réponse du patient au traitement. Les patients atteints d'un adénocarcinome mucineux doivent travailler en étroite collaboration avec leur équipe médicale pour élaborer un plan de traitement personnalisé et obtenir les soins dont ils ont besoin pour gérer leur maladie.

Les tumeurs pulmonaires sont des croissances anormales dans les tissus du poumon. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs pulmonaires bénignes ne se propagent pas au-delà du poumon et sont généralement traitées par une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur. Cependant, même si elles sont bénignes, certaines d'entre elles peuvent continuer à se développer et provoquer des problèmes respiratoires en raison de l'occupation d'espace dans le poumon.

Les tumeurs pulmonaires malignes, également appelées cancer du poumon, sont beaucoup plus graves. Elles peuvent se propager à d'autres parties du corps par le système sanguin ou lymphatique. Il existe deux principaux types de cancer du poumon : le carcinome pulmonaire à petites cellules et le carcinome pulmonaire non à petites cellules. Le premier type se développe plus rapidement et a tendance à se propager plus tôt que le second.

Le tabagisme est la cause la plus fréquente de cancer du poumon. L'exposition à certains produits chimiques, la pollution atmosphérique ou l'hérédité peuvent également contribuer au développement de ces tumeurs. Les symptômes courants incluent une toux persistante, des douleurs thoraciques, un essoufflement, des expectorations sanglantes et une perte de poids inexpliquée. Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, mais peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie.

Les tumeurs du pancréas sont des croissances anormales qui se forment dans le tissu du pancréas. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être traitées par une intervention chirurgicale. Cependant, certaines tumeurs bénignes peuvent devenir cancéreuses avec le temps.

Les tumeurs malignes du pancréas sont des cancers qui se forment dans les cellules du pancréas et peuvent se propager à d'autres parties du corps. Les adénocarcinomes sont les types de cancer du pancréas les plus courants et représentent environ 90% de tous les cas. Ils se développent dans les cellules qui tapissent les conduits du pancréas qui produisent des enzymes digestives.

Les autres types de tumeurs malignes du pancréas comprennent les tumeurs neuroendocrines, qui se forment dans les cellules hormonales du pancréas, et les sarcomes, qui se développent dans le tissu conjonctif du pancréas.

Les symptômes des tumeurs du pancréas peuvent inclure une douleur abdominale supérieure, une perte de poids inexpliquée, une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), des nausées et des vomissements. Le traitement dépend du type et de l'étendue de la tumeur, mais peut inclure une intervention chirurgicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Les tumeurs de l'œsophage se réfèrent à des croissances anormales dans la muqueuse de l'œsophage, qui est le tube musculaire reliant la gorge à l'estomac. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes de l'œsophage comprennent les leiomyomes, les lipomes, et les fibromes. Elles sont généralement traitées par résection si elles causent des symptômes comme la dysphagie (difficulté à avaler) ou la douleur.

Les tumeurs malignes de l'œsophage, quant à elles, sont principalement des carcinomes épidermoïdes et des adénocarcinomes. Le tabagisme, la consommation excessive d'alcool, le reflux gastro-oesophagien (RGO) sévère et persistant, l'obésité et certains types de troubles précancéreux de l'œsophage peuvent augmenter le risque de développer ces tumeurs malignes.

Le traitement des tumeurs malignes de l'œsophage dépend du stade de la maladie, de la localisation de la tumeur et de l'état général de santé du patient. Les options thérapeutiques peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements.

Un adénocarcinome papillaire est un type rare de cancer qui se développe à partir des cellules glandulaires dans les tissus du corps. Il se caractérise par la croissance de doigts de gant ou de doigts de vigne en forme de petites extensions appelées "papilles" dans les tissus affectés.

Les adénocarcinomes papillaires peuvent se produire dans divers organes, y compris les poumons, le pancréas, la thyroïde et d'autres glandes. Dans chaque organe, l'apparence et le comportement de l'adénocarcinome papillaire peuvent varier.

Par exemple, dans la thyroïde, l'adénocarcinome papillaire est le type le plus courant de cancer de la thyroïde et a généralement un bon pronostic avec un taux de survie à cinq ans supérieur à 90%. Cependant, dans d'autres organes, comme les poumons ou le pancréas, l'adénocarcinome papillaire peut être plus agressif et avoir un pronostic moins favorable.

Le traitement de l'adénocarcinome papillaire dépend du type d'organe affecté, de la taille et de l'étendue de la tumeur, ainsi que de la santé générale du patient. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses, et des thérapies ciblées qui visent spécifiquement les mutations génétiques dans les cellules cancéreuses.

L'œsophage de Barrett est une complication potentielle de l'œsophagite de reflux à long terme. Il s'agit d'une condition dans laquelle les cellules normales de l'œsophage sont remplacées par des cellules similaires à celles de l'estomac, ce qui est appelé métaplasie. Cette condition se produit généralement dans la partie inférieure de l'œsophage.

L'œsophage de Barrett est associé à un risque accru de développer un adénocarcinome de l'œsophage, qui est une forme rare mais agressive de cancer de l'œsophage. Les symptômes de l'œsophage de Barrett peuvent être similaires à ceux d'une œsophagite de reflux, tels que les brûlures d'estomac, la régurgitation acide et la douleur thoracique. Cependant, certaines personnes atteintes d'œsophage de Barrett ne présentent aucun symptôme.

Le diagnostic de l'œsophage de Barrett est généralement posé par endoscopie avec biopsie. Le traitement dépend de la gravité de la maladie et peut inclure des médicaments pour contrôler le reflux acide, une intervention chirurgicale pour renforcer le sphincter œsophagien inférieur ou une ablation des cellules anormales par diverses méthodes, telles que la résection au laser ou la radiofréquence. La prévention de l'œsophage de Barrett implique un traitement et un contrôle efficaces du reflux gastro-œsophagien à long terme.

Un carcinome du canal pancréatique, également connu sous le nom de carcinome du conduit pancréatique ou adénocarcinome du conduit pancréatique, est un type spécifique de cancer qui se développe dans les cellules glandulaires du revêtement interne du canal pancréatique. Le canal pancréatique est le système de canaux à l'intérieur du pancréas qui transportent les enzymes digestives vers l'intestin grêle.

Le carcinome du canal pancréatique est la forme la plus courante de cancer pancréatique, représentant environ 90% des cas. Il se produit généralement dans la tête du pancréas et a tendance à se propager localement aux vaisseaux sanguins et aux voies biliaires, ce qui peut entraîner une obstruction et des problèmes de fonctionnement du foie et du système digestif.

Les facteurs de risque connus pour le carcinome du canal pancréatique comprennent le tabagisme, l'obésité, certaines affections chroniques du pancréas telles que la pancréatite chronique et certains antécédents familiaux de cancer. Les symptômes peuvent inclure une douleur abdominale persistante, une jaunisse (coloration jaune de la peau et des yeux), des nausées et des vomissements, une perte d'appétit et une perte de poids involontaire. Le diagnostic est généralement posé par imagerie médicale et confirmé par biopsie.

Le traitement du carcinome du canal pancréatique dépend de l'étendue de la maladie au moment du diagnostic. Les options peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une chimiothérapie et une radiothérapie. Cependant, le pronostic est généralement sombre, avec un taux de survie à cinq ans inférieur à 10%.

L'adénocarcinome bronchioloalvéolaire (ABA) est un type rare et spécifique de cancer du poumon qui se développe à partir des cellules des petites voies aériennes appelées bronchioles. Il est caractérisé par une croissance lente et étendue le long des parois alvéolaires sans invasion significative des tissus environnants.

L'ABA a tendance à se propager en formant des petites excroissances ou des nodules dans les poumons, ce qui peut entraîner une diminution de la fonction pulmonaire et des symptômes tels que la toux, l'essoufflement et la douleur thoracique.

Le diagnostic d'ABA repose généralement sur l'analyse histopathologique d'un échantillon de tissu pulmonaire obtenu par biopsie ou par bronchoscopie. Le traitement dépend du stade et de l'étendue de la maladie, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie et/ou une chimiothérapie.

Il est important de noter que depuis 2015, le terme "adénocarcinome bronchioloalvéolaire" n'est plus utilisé dans la classification internationale des maladies du poumon. Il a été remplacé par les termes "cancer pulmonaire invasif adénocarcinomateux avec une composante de carcinome mucineux in situ ou minimale". Cette nouvelle classification reflète mieux la diversité histologique et clinique des cancers pulmonaires adénocarcinomateux.

Les tumeurs de l'estomac, également connues sous le nom de tumeurs gastriques, se réfèrent à des growths anormaux dans la muqueuse de l'estomac. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes comprennent les polypes gastriques, les leiomyomes et les lipomes. Les polypes gastriques sont des growths sur la muqueuse de l'estomac qui peuvent devenir cancéreux s'ils ne sont pas enlevés. Les leiomyomes sont des tumeurs des muscles lisses de l'estomac, et les lipomes sont des tumeurs graisseuses.

Les tumeurs malignes, ou cancers gastriques, peuvent se propager à d'autres parties du corps et sont souvent fatales. Les adénocarcinomes sont le type le plus courant de cancer de l'estomac et se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse de l'estomac. D'autres types de tumeurs malignes comprennent les lymphomes, les sarcomes, et les carcinoïdes.

Les facteurs de risque de développement d'un cancer de l'estomac incluent l'infection à Helicobacter pylori, le tabagisme, une alimentation riche en aliments salés ou fumés, un faible apport en fruits et légumes, une histoire de maladie de reflux gastro-oesophagien (RGO), et des antécédents familiaux de cancer gastrique. Les symptômes peuvent inclure des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, une perte d'appétit, une perte de poids involontaire, et une sensation de satiété après avoir mangé seulement de petites quantités.

'Cardia' est un terme médical qui se réfère à la région proximal de l'estomac, près de l'entrée de l'œsophage. Cette zone est également appelée le cardia œsophagien et elle contient un petit anneau de muscle circulaire appelé le sphincter œsophagien inférieur, qui permet à la nourriture d'entrer dans l'estomac et empêche le reflux du contenu gastrique dans l'œsophage. Les problèmes de cardia peuvent inclure des brûlures d'estomac, un reflux acide ou une inflammation de la muqueuse œsophagienne (œsophagite).

L'immunohistochimie est une technique de laboratoire utilisée en anatomopathologie pour localiser les protéines spécifiques dans des tissus prélevés sur un patient. Elle combine l'utilisation d'anticorps marqués, généralement avec un marqueur fluorescent ou chromogène, et de techniques histologiques standard.

Cette méthode permet non seulement de déterminer la présence ou l'absence d'une protéine donnée dans une cellule spécifique, mais aussi de déterminer sa localisation précise à l'intérieur de cette cellule (noyau, cytoplasme, membrane). Elle est particulièrement utile dans le diagnostic et la caractérisation des tumeurs cancéreuses, en permettant d'identifier certaines protéines qui peuvent indiquer le type de cancer, son stade, ou sa réponse à un traitement spécifique.

Par exemple, l'immunohistochimie peut être utilisée pour distinguer entre différents types de cancers du sein en recherchant des marqueurs spécifiques tels que les récepteurs d'œstrogènes (ER), de progestérone (PR) et HER2/neu.

Les tumeurs du côlon sont des croissances anormales de cellules dans le côlon, qui peuvent être bénignes ou malignes. Le côlon est la partie terminale de l'intestin grêle où l'eau et les électrolytes sont absorbés et où les déchets solides sont stockés avant d'être évacués du corps.

Les tumeurs bénignes du côlon, également appelées polypes, sont des croissances de tissus qui ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être enlevées chirurgicalement. Cependant, certaines tumeurs bénignes peuvent devenir cancéreuses avec le temps.

Les tumeurs malignes du côlon, également appelées carcinomes du côlon, se propagent aux tissus environnants et peuvent se propager à d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou lymphatique. Les symptômes des tumeurs du côlon comprennent des saignements rectaux, des changements dans les habitudes intestinales, de la douleur abdominale, une perte de poids inexpliquée et de la fatigue.

Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses. Les facteurs de risque comprennent l'âge avancé, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, l'obésité, le tabagisme, une consommation excessive d'alcool, des antécédents personnels ou familiaux de polypes ou de cancer du côlon.

Un marqueur biologique tumoral, également connu sous le nom de biomarqueur tumoral, est une substance ou un signe que l'on peut détecter dans le sang, d'autres fluides corporels, ou des tissus qui peuvent indiquer la présence d'une tumeur cancéreuse ou d'un processus pathologique spécifique. Ces marqueurs peuvent être des protéines, des gènes, des hormones ou d'autres molécules produites par les cellules cancéreuses ou par l'organisme en réponse à la présence de la tumeur.

Les marqueurs biologiques tumoraux sont souvent utilisés pour aider au diagnostic, au staging (détermination du degré d'avancement) et au suivi du traitement du cancer. Cependant, il est important de noter que ces marqueurs ne sont pas spécifiques à un seul type de cancer et peuvent être présents dans d'autres conditions médicales. Par conséquent, ils doivent être utilisés en combinaison avec d'autres tests diagnostiques pour confirmer le diagnostic de cancer.

Exemples courants de marqueurs biologiques tumoraux comprennent l'antigène prostatique spécifique (PSA) pour le cancer de la prostate, l'alpha-fœtoprotéine (AFP) pour le cancer du foie, et l'antigène carcinoembryonnaire (CEA) pour le cancer colorectal.

La jonction œsogastrique, également connue sous le nom de cardia, est la région anatomique où l'oesophage (le tube qui transporte les aliments vers l'estomac) rejoint l'estomac. C'est un point important car c'est là que se trouve le sphincter oesophagien inférieur, un muscle circulaire qui s'ouvre pour permettre aux aliments d'entrer dans l'estomac et se ferme ensuite pour empêcher le reflux du contenu acide de l'estomac dans l'oesophage. Des problèmes de santé tels que le reflux gastro-œsophagien peuvent survenir lorsque ce sphincter ne fonctionne pas correctement et permet au contenu acide de l'estomac de remonter dans l'oesophage.

Le terme "stade cancer" fait référence à un système de classification qui évalue le degré d'avancement d'une tumeur maligne dans l'organisme. Il est généralement déterminé par la taille de la tumeur primitive, l'envahissement des ganglions lymphatiques environnants et la présence ou non de métastases à distance. Le système de stadification le plus couramment utilisé est le système TNM (Tumor, Node, Metastasis), qui est basé sur les caractéristiques tumorales, les ganglions lymphatiques et les métastases.

Le stade I correspond à une tumeur localisée et de petite taille sans envahissement des ganglions lymphatiques ni métastases. Les stades II et III décrivent des tumeurs plus larges ou qui ont commencé à se propager aux ganglions lymphatiques voisins. Le stade IV, également connu sous le nom de cancer avancé ou métastatique, indique que la tumeur s'est propagée à d'autres parties du corps, telles que les poumons, le foie ou les os.

La détermination du stade du cancer est importante pour planifier le traitement approprié et prévoir le pronostic du patient.

En médecine, le terme "pronostic" se réfère à la prévision du résultat ou de l'issue attendue d'une maladie ou d'une blessure dans le corps humain. Il s'agit essentiellement d'une estimation de la probabilité du rétablissement complet, de l'amélioration continue, de l'évolution vers une invalidité permanente ou du décès d'un patient atteint d'une certaine maladie ou blessure.

Le pronostic est généralement fondé sur les antécédents médicaux du patient, les résultats des tests diagnostiques, l'étendue de la maladie ou de la lésion, la réponse au traitement et d'autres facteurs pertinents. Il peut être exprimé en termes généraux ou spécifiques, tels qu'un pronostic favorable, défavorable ou incertain.

Il est important de noter que le pronostic n'est pas une garantie et ne doit pas être considéré comme tel. Il s'agit simplement d'une estimation basée sur des données probantes et l'expérience clinique, qui peut varier d'un patient à l'autre. Les médecins doivent communiquer clairement le pronostic aux patients et à leur famille, en s'assurant qu'ils comprennent les risques, les avantages et les incertitudes associés au traitement et à la maladie sous-jacente.

Je suis désolé, mais il semble y avoir une certaine confusion dans votre question. Le terme "Kératine-7" ne correspond à aucun terme médical ou scientifique généralement reconnu. Il existe plusieurs types de kératines, qui sont des protéines structurelles fibreuses que l'on trouve dans les cheveux, la peau et les ongles, mais il n'y a pas de type spécifiquement nommé "Kératine-7".

Si vous faisiez référence à une protéine ou un marqueur spécifique dans le domaine médical ou scientifique, veuillez fournir des détails supplémentaires afin que je puisse vous fournir une réponse plus précise.

La régulation de l'expression génique tumorale dans un contexte médical se réfère aux mécanismes moléculaires et cellulaires qui contrôlent la manière dont les gènes s'expriment dans les cellules cancéreuses. Les changements dans l'expression des gènes peuvent entraîner une prolifération cellulaire accrue, une résistance à l'apoptose (mort cellulaire programmée), une angiogenèse (croissance de nouveaux vaisseaux sanguins) et une métastase, qui sont tous des processus clés dans le développement du cancer.

La régulation de l'expression génique tumorale peut être influencée par une variété de facteurs, y compris les mutations génétiques, les modifications épigénétiques (telles que la méthylation de l'ADN et l'acétylation des histones), les facteurs de transcription anormaux, les miARN (petits ARN non codants qui régulent l'expression des gènes) et les interactions entre les cellules tumorales et leur microenvironnement.

Comprendre la régulation de l'expression génique tumorale est crucial pour le développement de thérapies ciblées contre le cancer, car il permet d'identifier de nouvelles cibles thérapeutiques et de prédire la réponse des patients aux traitements existants. Des approches telles que l'édition du génome, la modulation épigénétique et l'interférence avec les miARN sont autant de stratégies prometteuses pour réguler l'expression des gènes dans le cancer et améliorer les résultats cliniques.

Une lignée cellulaire tumorale, dans le contexte de la recherche en cancérologie, fait référence à une population homogène de cellules cancéreuses qui peuvent être cultivées et se diviser en laboratoire. Ces lignées cellulaires sont généralement dérivées de biopsies ou d'autres échantillons tumoraux prélevés sur des patients, et elles sont capables de se multiplier indéfiniment en culture.

Les lignées cellulaires tumorales sont souvent utilisées dans la recherche pour étudier les propriétés biologiques des cellules cancéreuses, tester l'efficacité des traitements anticancéreux et comprendre les mécanismes de progression du cancer. Cependant, il est important de noter que ces lignées cellulaires peuvent ne pas toujours se comporter ou réagir aux traitements de la même manière que les tumeurs d'origine dans le corps humain, ce qui peut limiter leur utilité en tant que modèles pour la recherche translationnelle.

Les tumeurs de l'endomètre sont des croissances anormales dans la muqueuse interne de l'utérus, également connue sous le nom d'endomètre. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont souvent appelées fibromes utérins et ne mettent généralement pas la vie en danger, bien qu'elles puissent causer des problèmes menstruels, des douleurs pelviennes et d'autres symptômes gênants.

Les tumeurs malignes de l'endomètre sont souvent appelées cancer de l'endomètre ou carcinome de l'endomètre. Ils se produisent lorsque les cellules de la muqueuse utérine commencent à se multiplier de manière incontrôlable et à former une masse tumorale. Ces tumeurs peuvent se propager à d'autres parties du corps, ce qui peut entraîner des complications graves et mettre la vie en danger.

Les facteurs de risque de développer un cancer de l'endomètre comprennent l'obésité, le diabète, une hypertension artérielle, un âge avancé, une exposition aux œstrogènes sans progestérone et certaines conditions médicales héréditaires. Les symptômes du cancer de l'endomètre peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, des douleurs pelviennes, des crampes menstruelles sévères et une perte de poids involontaire.

Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever l'utérus et d'autres organes reproducteurs, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une thérapie hormonale. Il est important de diagnostiquer et de traiter les tumeurs de l'endomètre le plus tôt possible pour améliorer les chances de guérison et réduire le risque de complications graves.

Les tumeurs primitives multiples (TPM) est un terme utilisé en oncologie pour décrire une situation où plusieurs types différents de tumeurs malignes se développent simultanément ou séquentiellement chez un même patient, sans preuve de métastases à partir d'une tumeur primitive initiale. Chaque tumeur est considérée comme indépendante et primaire, d'où le nom de "tumeurs primitives multiples".

Cette condition est relativement rare et peut être causée par des facteurs génétiques ou environnementaux. Dans certains cas, les TPM peuvent être associées à des syndromes héréditaires tels que le syndrome de Li-Fraumeni, le syndrome de Von Hippel-Lindau, et d'autres prédispositions génétiques au cancer.

Le diagnostic et la prise en charge des TPM peuvent être complexes, nécessitant une évaluation approfondie par une équipe multidisciplinaire de spécialistes pour déterminer le type et l'origine de chaque tumeur, ainsi que les options de traitement appropriées pour chacune d'entre elles.

Les conditions précancéreuses, également appelées lésions précancéreuses ou états précancéreux, sont des changements anormaux dans les cellules qui peuvent évoluer vers un cancer si elles ne sont pas détectées et traitées à temps. Ces conditions ne sont pas encore cancéreuses, mais elles présentent un risque accru de développer un cancer. Elles peuvent apparaître sous forme de croissance ou de lésion anormale dans un tissu ou un organe spécifique.

Les exemples courants de conditions précancéreuses comprennent les suivantes :

1. Dysplasie : Il s'agit d'une anomalie cellulaire qui se produit lorsque les cellules présentent des caractéristiques atypiques, telles qu'un noyau plus grand ou une division cellulaire anormale. La dysplasie peut survenir dans divers tissus et organes, y compris la bouche, le col de l'utérus, le poumon, le sein et l'intestin.

2. Leucoplasie : Il s'agit d'une lésion blanche et squameuse qui se forme sur la muqueuse, généralement dans la bouche ou le vagin. Bien que la plupart des leucoplasies soient bénignes, certaines peuvent évoluer vers un cancer si elles ne sont pas traitées.

3. Érythroplasie : Il s'agit d'une lésion rouge et veloutée qui se forme sur la muqueuse, généralement dans la bouche ou le vagin. Comme la leucoplasie, l'érythroplasie peut être bénigne, mais elle présente un risque accru de développer un cancer.

4. Kératose actinique : Il s'agit d'une croissance squameuse et rugueuse qui se forme sur la peau, généralement exposée au soleil. Bien que la kératose actinique ne soit pas cancéreuse en soi, elle peut évoluer vers un carcinome spinocellulaire, une forme de cancer de la peau.

5. Dysplasie : Il s'agit d'une anomalie cellulaire anormale qui peut se produire dans n'importe quelle partie du corps. La dysplasie peut être bénigne ou pré-cancéreuse, selon la gravité de l'anomalie cellulaire.

Il est important de noter que toutes ces conditions ne sont pas nécessairement cancéreuses ou pré-cancéreuses, mais elles présentent un risque accru de développer un cancer si elles ne sont pas traitées. Si vous présentez l'un de ces symptômes, il est important de consulter un médecin pour un examen et un diagnostic appropriés.

Les tumeurs de l'intestin sont des croissances anormales qui se forment dans l'un des composants du système digestif communément appelé l'intestin. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes incluent les adénomes, les lipomes, les leiomyomes et les hémangiomes. Elles sont généralement traitées par résection chirurgicale si elles causent des symptômes, tels que saignements, obstruction ou perforation.

Les tumeurs malignes, également connues sous le nom de cancers de l'intestin, comprennent les carcinomes adénocarcinomes, les lymphomes et les sarcomes. Le traitement dépend du type, de la taille, de l'emplacement et de l'étendue de la tumeur, mais il peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie.

Les facteurs de risque de développer un cancer colorectal, qui est le type le plus courant de cancer de l'intestin, comprennent l'âge avancé, les antécédents familiaux de cancer colorectal, certaines conditions médicales telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, un régime alimentaire riche en viandes rouges et transformées, le tabagisme et l'obésité.

Les tumeurs de la prostate se réfèrent à toute croissance anormale des cellules dans la glande prostates. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

1. Tumeurs Prostatiques Bénignes: Les tumeurs bénignes de la prostate sont courantes, surtout chez les hommes âgés. Le type le plus commun est l'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), également appelée adénome de la prostate. Cette condition se caractérise par une augmentation du volume de la glande prostates due à la croissance des cellules, ce qui peut entraîner des symptômes urinaires tels que difficulté à uriner, miction fréquente, besoin urgent d'uriner, ou sensation de vidange incomplète de la vessie.

2. Tumeurs Prostatiques Malignes: Les cancers de la prostate sont des tumeurs malignes qui se développent dans les cellules de la glande prostates. Le cancer de la prostate se développe généralement lentement et peut ne pas provoquer de symptômes pendant des années. Cependant, certains types peuvent être agressifs et se propager rapidement à d'autres parties du corps. Les facteurs de risque comprennent l'âge avancé, les antécédents familiaux de cancer de la prostate et certaines mutations génétiques.

Les tumeurs de la prostate sont généralement détectées par un toucher rectal ou un test sanguin appelé dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate). Des examens d'imagerie, tels que l'échographie ou l'IRM, peuvent également être utilisés pour aider au diagnostic et au staging. Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, ainsi que de l'âge et de l'état de santé général du patient. Il peut inclure une surveillance active, une chirurgie, une radiothérapie ou une thérapie hormonale.

Les cellules cancéreuses en culture sont des cellules cancéreuses prélevées sur un être humain ou un animal, qui sont ensuite cultivées et multipliées dans un laboratoire. Ce processus est souvent utilisé pour la recherche médicale et biologique, y compris l'étude de la croissance et du comportement des cellules cancéreuses, la découverte de nouveaux traitements contre le cancer, et les tests de sécurité et d'efficacité des médicaments et des thérapies expérimentales.

Les cellules cancéreuses en culture sont généralement prélevées lors d'une biopsie ou d'une intervention chirurgicale, puis transportées dans un milieu de culture spécial qui contient les nutriments et les facteurs de croissance nécessaires à la survie et à la reproduction des cellules. Les cellules sont maintenues dans des conditions stériles et sous observation constante pour assurer leur santé et leur pureté.

Les cultures de cellules cancéreuses peuvent être utilisées seules ou en combinaison avec d'autres méthodes de recherche, telles que l'imagerie cellulaire, la génomique, la protéomique et la biologie des systèmes. Ces approches permettent aux chercheurs d'étudier les mécanismes moléculaires du cancer à un niveau granulaire, ce qui peut conduire à une meilleure compréhension de la maladie et au développement de nouveaux traitements plus efficaces.

Les tumeurs du duodénum sont des growths anormaux qui se développent dans la muqueuse du duodénum, qui est la première partie de l'intestin grêle. Le duodénum est la section courte mais large de l'intestin grêle qui reçoit le chyme (partiellement digéré les aliments) du estomac via le pylore.

Les tumeurs du duodénum peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les types courants de tumeurs bénignes comprennent les adénomes, les lipomes, les leiomyomes et les hémangiomes. Ces tumeurs sont généralement asymptomatiques, mais elles peuvent provoquer des symptômes lorsqu'elles grossissent et compriment les structures avoisinantes. Les symptômes courants comprennent des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, une perte de poids et une sensation de satiété précoce.

Les tumeurs malignes du duodénum sont rares et représentent moins de 1 % de tous les cancers gastro-intestinaux. Les carcinomes annulaires du duodénum, également appelés adénocarcinomes du duodénum, sont le type le plus courant de tumeurs malignes du duodénum. Ces tumeurs se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse du duodénum et peuvent se propager localement aux structures avoisinantes ou métastaser à d'autres parties du corps. Les facteurs de risque comprennent une histoire de maladie de Crohn, de polypes du duodénum et de certaines conditions héréditaires telles que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (NEM1).

Le diagnostic des tumeurs du duodénum implique généralement une combinaison d'examens d'imagerie, tels qu'une tomodensitométrie ou une résonance magnétique, et d'endoscopie. Une biopsie est souvent nécessaire pour confirmer le diagnostic et déterminer le type de tumeur. Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur et peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une chimiothérapie.

Un carcinome endométrioïde est un type courant de cancer qui se développe dans l'endomètre, la muqueuse tapissant l'intérieur de l'utérus. Ce type de cancer est appelé "endométrioïde" parce qu'il ressemble aux cellules normales de l'endomètre lorsqu'il est observé au microscope.

Le carcinome endométrioïde se développe généralement à partir d'un type de tumeur non cancéreuse appelée hyperplasie de l'endomètre. Lorsque les cellules de l'endomètre se multiplient de manière anormale et excessive, cela peut entraîner une hyperplasie. Dans certains cas, cette condition peut évoluer vers un cancer, comme le carcinome endométrioïde.

Les facteurs de risque du carcinome endométrioïde comprennent l'obésité, l'hypertension artérielle, le diabète sucré, les traitements hormonaux substitutifs combinés (associant œstrogènes et progestatifs), l'âge avancé, une nulliparité prolongée, et certaines affections génétiques telles que le syndrome de Lynch.

Les symptômes du carcinome endométrioïde peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, notamment après la ménopause, une douleur pelvienne ou une sensation de pression dans le bas-ventre. Le diagnostic repose généralement sur l'examen histopathologique d'un échantillon de tissu prélevé lors d'une biopsie endométriale ou d'une hystérectomie.

Le traitement du carcinome endométrioïde dépend du stade et du grade du cancer, ainsi que de l'âge et de l'état général de la patiente. Les options thérapeutiques peuvent inclure une hystérectomie totale avec ablation des trompes de Fallope et des ovaires, une radiothérapie externe ou interne (curiethérapie), une chimiothérapie, et/ou une thérapie hormonale. La surveillance post-thérapeutique est également essentielle pour détecter précocement toute récidive éventuelle.

Les tumeurs du cæcum sont des growths anormaux qui se développent dans la région du cæcum, qui est la première partie du gros intestin. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes comprennent les adénomes, les lipomes, et les leiomyomes. Les tumeurs malignes du cæcum sont généralement des carcinomes adénocarcinomateux, qui se développent à partir des cellules glandulaires tapissant l'intérieur du cæcum.

Les symptômes des tumeurs du cæcum peuvent inclure des douleurs abdominales, une modification de l'habitude intestinale, une perte de poids involontaire, et la présence de sang dans les selles. Cependant, ces symptômes peuvent également être causés par d'autres conditions médicales, il est donc important de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic précis.

Le traitement des tumeurs du cæcum dépend du type et de l'étendue de la tumeur. Les tumeurs bénignes peuvent souvent être surveillées ou retirées par chirurgie. Les tumeurs malignes peuvent nécessiter une chirurgie plus étendue pour enlever la tumeur et les ganglions lymphatiques environnants, ainsi que des traitements supplémentaires tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Il est important de noter que le risque de développer des tumeurs malignes du cæcum peut être réduit en adoptant un mode de vie sain, y compris une alimentation équilibrée et riche en fruits et légumes, l'exercice régulier, et en évitant le tabac et les excès d'alcool.

Les tumeurs mammaires expérimentales font référence à des tumeurs induites intentionnellement dans les glandes mammaires d'animaux de laboratoire, généralement des rongeurs, dans le but d'étudier les processus de carcinogenèse et de rechercher des mécanismes sous-jacents, des marqueurs tumoraux, des cibles thérapeutiques potentielles et des stratégies de prévention du cancer du sein.

Les agents couramment utilisés pour induire des tumeurs mammaires expérimentales comprennent les hormones stéroïdiennes, les agents chimiques (comme la diméthylbenzanthracène ou le nitrosométhylurée), les rétrovirus et les gènes oncogéniques spécifiques. Les tumeurs mammaires expérimentales peuvent être non invasives (carcinomes in situ) ou invasives (carcinomes adénocarcinomateux).

L'étude de ces tumeurs mammaires expérimentales a permis d'élucider plusieurs voies critiques impliquées dans la carcinogenèse mammaire, telles que les voies du récepteur des œstrogènes, de l'oncogène HER2/neu et de la suppression tumorale. Ces modèles ont également été essentiels pour tester de nouvelles thérapies ciblées et stratégies préventives contre le cancer du sein humain.

Le potentiel invasif des tumeurs est un terme utilisé en oncologie pour décrire la capacité d'une tumeur à envahir les tissus adjacents et à se propager (métastaser) dans d'autres parties du corps. Cela dépend de plusieurs facteurs, y compris le type et le grade de la tumeur, ainsi que la présence ou l'absence de certaines protéines qui favorisent la croissance des vaisseaux sanguins (angiogenèse) et la migration cellulaire.

Les tumeurs avec un haut potentiel invasif sont plus agressives et ont tendance à se développer et à se propager rapidement, ce qui peut rendre le traitement plus difficile. Le potentiel invasif d'une tumeur est généralement évalué par l'analyse de biopsies ou d'échantillons chirurgicaux de la tumeur, et il est souvent pris en compte lors du choix du traitement et de la planification du suivi.

La métaplasie est un changement dans le type de tissu cellulaire qui se produit lorsqu'une cellule ou un tissu normal est remplacé par un type de cellule ou de tissu différent, mais fonctionnellement moins spécialisé. Ce processus est une réponse adaptative à des dommages chroniques, à une irritation ou à une inflammation persistante. La métaplasie n'implique pas la multiplication anormale des cellules, contrairement à la dysplasie et à la néoplasie, qui sont des conditions précancéreuses. Cependant, certaines formes de métaplasie peuvent évoluer vers une dysplasie et eventuellement un cancer si les facteurs irritants ou inflammatoires persistent.

Un exemple courant de métaplasie est le remplacement des cellules ciliées respiratoires normales par des cellules squameuses dans les bronches, entraînant ainsi une métaplasie squameuse. Cela peut être observé chez les fumeurs et est associé à un risque accru de développer un cancer du poumon.

Les méthodes immuno-enzymatiques (MIE) sont des procédés analytiques basés sur l'utilisation d'anticorps marqués à une enzyme pour détecter et quantifier des molécules spécifiques, appelées analytes, dans un échantillon. Ces méthodes sont largement utilisées en diagnostic médical et en recherche biomédicale pour la détermination de divers biomarqueurs, protéines, hormones, drogues, vitamines, et autres molécules d'intérêt.

Le principe des MIE repose sur l'interaction spécifique entre un anticorps et son antigène correspondant. Lorsqu'un échantillon contenant l'analyte est mélangé avec des anticorps marqués, ces derniers se lient à l'analyte présent dans l'échantillon. Ensuite, une réaction enzymatique est initiée par l'enzyme liée à l'anticorps, ce qui entraîne la production d'un produit de réaction coloré ou luminescent. La quantité de produit formé est directement proportionnelle à la concentration de l'analyte dans l'échantillon et peut être déterminée par des mesures spectrophotométriques, fluorimétriques ou chimiluminescentes.

Les MIE comprennent plusieurs techniques couramment utilisées en laboratoire, telles que l'immunoessai enzymatique lié (ELISA), l'immunochromatographie en bandelette (LFIA), et les immuno-blots. Ces méthodes offrent des avantages tels qu'une grande sensibilité, une spécificité élevée, une facilité d'utilisation, et la possibilité de multiplexage pour détecter simultanément plusieurs analytes dans un seul échantillon.

En résumé, les méthodes immuno-enzymatiques sont des procédés analytiques qui utilisent des anticorps marqués avec une enzyme pour détecter et quantifier des molécules spécifiques dans un échantillon, offrant une sensibilité et une spécificité élevées pour une variété d'applications en recherche et en diagnostic.

Les tumeurs colorectales sont des croissances anormales dans le côlon ou le rectum, qui peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Elles se développent à partir de cellules qui tapissent la paroi interne du côlon ou du rectum et se multiplient de manière incontrôlable.

Les adénomes sont les types de tumeurs colorectales bénignes les plus courants. Bien qu'ils ne soient pas cancéreux, certains d'entre eux peuvent évoluer vers un cancer s'ils ne sont pas enlevés. Les carcinomes sont des tumeurs colorectales malignes qui se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse intestinale.

Les facteurs de risque de développement des tumeurs colorectales comprennent l'âge avancé, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, le tabagisme, une consommation excessive d'alcool, l'obésité, une histoire personnelle ou familiale de polypes intestinaux ou de cancer colorectal, certaines maladies inflammatoires de l'intestin telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, ainsi qu'une prédisposition génétique héréditaire.

Les symptômes des tumeurs colorectales peuvent inclure des saignements rectaux, des modifications de l'habitude intestinale telles que la constipation ou la diarrhée persistante, une sensation de satiété après avoir mangé seulement une petite quantité de nourriture, des douleurs abdominales, une fatigue excessive et une perte de poids inexpliquée.

Le diagnostic des tumeurs colorectales peut être posé grâce à des tests d'imagerie tels qu'une colonoscopie ou une sigmoïdoscopie, qui permettent de visualiser l'intérieur du côlon et de prélever des échantillons de tissus pour analyse. Le traitement dépend du stade et de la localisation de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses restantes.

Les tumeurs du rectum sont des croissances anormales dans la muqueuse du rectum, qui peuvent être bénignes ou malignes. Les tumeurs bénignes comprennent les polypes adénomateux, les lipomes, et les fibromes. Les tumeurs malignes, également appelées carcinomes du rectum, se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse et peuvent se propager localement dans les tissus environnants ou à distance par métastases.

Les facteurs de risque de cancer du rectum comprennent l'âge avancé, l'histoire personnelle ou familiale de polypes adénomateux ou de cancer colorectal, une maladie inflammatoire de l'intestin, certaines conditions génétiques telles que la polypose adénomateuse familiale ou le syndrome de Lynch, le tabagisme et l'obésité.

Les symptômes courants des tumeurs du rectum comprennent les saignements rectaux, les modifications de l'habitude intestinale telles que la constipation ou la diarrhée, la douleur abdominale, l'anémie et la perte de poids involontaire. Le diagnostic est établi par une combinaison d'examens cliniques, d'imagerie médicale et de biopsies.

Le traitement dépend du type, de l'emplacement et du stade de la tumeur. Les options thérapeutiques peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Dans certains cas, une surveillance rapprochée peut être recommandée pour les tumeurs bénignes ou les cancers à un stade précoce avec un faible risque de progression.

L'ampoule de Vater, également connue sous le nom d'ampoule hépatopancréatique, est une structure anatomique importante du système digestif. Il s'agit de la dilatation commune de deux canaux, à savoir le canal pancréatique principal et le canal cystique, qui se rejoignent pour former le canal cholédoque. Ce dernier conduit les sécrétions du pancréas et de la vésicule biliaire vers le duodénum, où elles aident à la digestion des aliments.

Le canal pancréatique principal transporte les enzymes pancréatiques produites par le pancréas exocrine, tandis que le canal cystique draine la bile produite par le foie et stockée dans la vésicule biliaire. Lorsque les aliments riches en graisses et en protéines atteignent l'estomac et le duodénum, les hormones telles que la cholécystokinine sont sécrétées, ce qui provoque la contraction de la vésicule biliaire et l'ouverture du sphincter d'Oddi. Cela permet à la bile et aux enzymes pancréatiques de se déverser dans le duodénum pour faciliter la digestion des graisses, des protéines et des glucides.

L'ampoule de Vater est située dans la paroi postérieure du duodénum, près de son angle supérieur, et est entourée d'un muscle lisse appelé sphincter d'Oddi. Ce sphincter régule le flux des sécrétions pancréatiques et biliaires dans le duodénum en se contractant et en se relâchant de manière appropriée.

Il est important de noter que certaines affections, telles que les calculs biliaires, la pancréatite et le cancer du pancréas, peuvent affecter l'ampoule de Vater et entraîner des symptômes tels que des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements et une jaunisse. Par conséquent, il est essentiel de maintenir un mode de vie sain et de subir des examens médicaux réguliers pour prévenir ces conditions et promouvoir la santé globale.

Le gène Ras est un type de gène qui code pour les protéines Ras, qui sont des régulateurs clés de divers chemins cellulaires importants tels que les voies de signalisation MAPK / ERK et PI3K. Ces protéines jouent un rôle crucial dans la régulation de la croissance, la différenciation et la survie cellulaire. Les mutations du gène Ras ont été associées à diverses maladies, en particulier certains types de cancer, car elles peuvent entraîner une activation constitutive des protéines Ras et donc une signalisation cellulaire incontrôlée. On estime que jusqu'à 30 % des cancers humains présentent une mutation du gène Ras.

Les tumeurs du cholédoque sont des growths anormaux qui se développent dans le canal cholédoque, qui est le tube qui transporte la bile du foie et du pancréas vers l'intestin grêle. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes comprennent les adénomes, qui sont des growths de cellules glandulaires, et les papillomes, qui sont des growths de cellules squameuses. Les tumeurs malignes comprennent le cholangiocarcinome, qui est un cancer du canal cholédoque.

Les symptômes courants des tumeurs du cholédoque comprennent la douleur abdominale, la jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), les nausées et les vomissements, la perte d'appétit et le poids. Le diagnostic est généralement posé en utilisant des tests d'imagerie tels que l'échographie, la tomodensitométrie (TDM) ou l'IRM, ainsi que des tests sanguins pour vérifier les niveaux de bilirubine.

Le traitement dépend du type et de l'emplacement de la tumeur. Les tumeurs bénignes peuvent souvent être enlevées par chirurgie. Les tumeurs malignes peuvent nécessiter une combinaison de chirurgie, de chimiothérapie et de radiothérapie. Dans certains cas, une greffe de foie peut être recommandée. Il est important de noter que le pronostic dépend du stade au moment du diagnostic et du traitement.

Je suis désolé, mais il semble y avoir une confusion dans votre question. La kératine est un type de protéine fibreuse qui se trouve dans les cheveux, la peau et les ongles. Il n'existe pas spécifiquement de "Kératine-20" en médecine ou en biologie. Cependant, il existe différents types de kératines (KRT) exprimés dans différentes cellules épithéliales. KRT14 et KRT16 sont par exemple exprimées dans la peau, tandis que KRT8 et KRT18 sont exprimées dans les cellules épithéliales simples tapissant l'intérieur des organes creux. Si vous pouviez me fournir plus d'informations sur le contexte dans lequel vous avez rencontré ce terme, je ferai de mon mieux pour vous fournir une réponse plus précise.

Les tumeurs de l'iléon se réfèrent à des growths anormaux dans la partie inférieure de l'intestin grêle appelée iléon. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes comprennent les adénomes, les leiomyomes et les lipomes. Ils sont généralement traités par la résection chirurgicale et ont un faible risque de récidive.

Les tumeurs malignes de l'iléon peuvent être des carcinomes adénocarcinomateux, des carcinoïdes, des lymphomes ou des sarcomes. Les carcinomes adénocarcinomateux sont les tumeurs malignes les plus fréquentes de l'iléon et se développent à partir des cellules glandulaires de la muqueuse intestinale. Les carcinoïdes sont des tumeurs neuroendocrines qui peuvent sécréter des hormones actives, entraînant une variété de symptômes. Les lymphomes et les sarcomes sont des cancers qui se développent à partir des cellules du système immunitaire ou des tissus de soutien, respectivement.

Le traitement des tumeurs malignes de l'iléon dépend du type et du stade de la tumeur. Il peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une chimiothérapie ou une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses restantes. Dans certains cas, une greffe de moelle osseuse ou une thérapie ciblée peut être recommandée. Le pronostic des tumeurs malignes de l'iléon varie en fonction du type et du stade de la tumeur au moment du diagnostic.

Un adénome est un type de tumeur non cancéreuse (bénigne) qui se développe dans les glandes. Il peut se former dans divers endroits du corps où il y a des glandes, mais ils sont le plus souvent trouvés dans la prostate, les glandes surrénales et les glandes hypophysaires. Les adénomes sont généralement lents à se développer et ne se propagent pas à d'autres parties du corps. Cependant, selon leur taille et leur emplacement, ils peuvent causer des problèmes de santé en comprimant les tissus voisins ou en interférant avec leur fonction normale.

Les adénomes peuvent ne pas provoquer de symptômes, surtout s'ils sont petits. Cependant, selon l'emplacement et la taille de la tumeur, des symptômes peuvent apparaître. Par exemple, un adénome de la prostate peut causer des problèmes de miction, tandis qu'un adénome de la glande pituitaire peut entraîner une production excessive d'hormones ou une vision floue.

Le traitement dépend de la taille et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que des symptômes qu'elle provoque. Dans certains cas, aucun traitement n'est nécessaire et la tumeur est simplement surveillée. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale ou une radiothérapie peut être recommandée pour enlever la tumeur ou réduire sa taille.

La duodénopancréatectomie céphalique (DPC) est une procédure chirurgicale complexe qui consiste en l'ablation d'une partie ou de la totalité du duodénum, du pancréas tête, du canal cholédoque, de la vésicule biliaire et d'une partie du jéjunum. Cette intervention est généralement réalisée pour traiter les tumeurs malignes telles que les cancers du pancréas, de la vésicule biliaire ou du duodénum.

Lors de cette procédure, le chirurgien retire la tête du pancréas ainsi que les structures anatomiques qui lui sont directement reliées. Ensuite, il reconstruit le système digestif en connectant le jéjunum restant à l'estomac (gastrectomie roux-en-Y). Cette intervention peut également inclure une lymphadénectomie pancréaticoduodénale, qui est l'ablation des ganglions lymphatiques environnants.

La duodénopancréatectomie céphalique est une opération majeure avec un taux de morbidité et de mortalité élevés. Les complications post-opératoires courantes comprennent les fuites pancréatiques, la fistule biliaire, l'insuffisance pancréatique exocrine et endocrine, et les infections. Par conséquent, elle nécessite une équipe chirurgicale expérimentée et un suivi médical attentif après l'intervention.

ADN tumoral, également connu sous le nom d'ADN circulant tumoral (ctDNA), fait référence à des fragments d'ADN qui sont libérés dans le sang lorsque les cellules cancéreuses meurent. Contrairement à l'ADN normal, qui est stable et se trouve principalement dans les noyaux des cellules, l'ADN tumoral est présent dans le sérum ou le plasma sanguin.

L'analyse de l'ADN tumoral peut fournir des informations importantes sur la composition génétique d'une tumeur cancéreuse, y compris les mutations spécifiques qui peuvent être présentes. Cette information peut être utilisée pour diagnostiquer le cancer, prédire la réponse au traitement et surveiller la maladie au fil du temps.

L'analyse de l'ADN tumoral peut être effectuée en prélevant un échantillon de sang, ce qui est moins invasif que les biopsies traditionnelles des tissus. Cependant, il convient de noter que la quantité d'ADN tumoral dans le sang peut varier considérablement d'une personne à l'autre et dépendre de facteurs tels que la taille de la tumeur et son stade.

En résumé, l'ADN tumoral est un type d'ADN qui est libéré dans le sang lorsque les cellules cancéreuses meurent. L'analyse de l'ADN tumoral peut fournir des informations importantes sur la composition génétique d'une tumeur et être utilisée pour diagnostiquer, prédire la réponse au traitement et surveiller le cancer.

Les tumeurs du jéjunum sont des growths anormaux qui se développent dans la paroi de l'intestin grêle moyen, également connu sous le nom de jéjunum. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes du jéjunum comprennent les lipomes, les léiomyomes, les adénomes et les fibromes. Elles sont généralement asymptomatiques, mais peuvent provoquer des douleurs abdominales, une sensation de satiété précoce, une obstruction intestinale ou une perte de poids si elles deviennent suffisamment grandes.

Les tumeurs malignes du jéjunum sont plus rares et comprennent les carcinomes adénocarcinomateux, les léiomyosarcomes et les carcinoïdes. Elles peuvent provoquer des symptômes tels que des douleurs abdominales, une perte de poids, une obstruction intestinale, une anémie, une occlusion intestinale ou une hémorragie digestive.

Le diagnostic des tumeurs du jéjunum peut être posé à l'aide d'une combinaison de tests d'imagerie, tels que la tomodensitométrie (TDM) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM), et d'examens endoscopiques, tels que la coloscopie ou l'entéroscopie. Le traitement dépend du type de tumeur, de sa taille et de son stade, et peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une chimiothérapie.

Taux de survie est un terme médical utilisé pour décrire la proportion de patients qui survivent à une certaine maladie ou condition pendant un intervalle de temps spécifique. Il est généralement exprimé comme le pourcentage de personnes qui sont encore en vie après un, trois ou cinq ans suivant le diagnostic ou le traitement. Le taux de survie peut être influencé par divers facteurs, tels que l'âge du patient, le stade et le grade de la maladie au moment du diagnostic, ainsi que les options de traitement disponibles. Les taux de survie sont souvent utilisés pour évaluer l'efficacité des différents traitements et pour aider les médecins à prendre des décisions concernant les soins aux patients.

Une métastase tumorale se réfère à la propagation de cancer à partir d'un site primaire (où le cancer a commencé) vers un autre organe ou tissu distant dans le corps. Cela se produit généralement lorsque les cellules cancéreuses se détachent du site tumoral initial, pénètrent dans la circulation sanguine ou lymphatique, et migrent ensuite pour former une nouvelle tumeur dans un autre endroit.

Les métastases peuvent affecter pratiquement n'importe quel organe du corps, mais elles sont le plus souvent trouvées dans les poumons, le foie, les os et le cerveau. Les symptômes de métastase dépendent de l'emplacement et de la taille de la tumeur secondaire. Par exemple, une métastase au cerveau peut causer des maux de tête, des convulsions ou des problèmes de vision, tandis qu'une métastase osseuse peut entraîner des douleurs osseuses et une augmentation du risque de fractures.

Le diagnostic d'une métastase tumorale implique généralement des examens d'imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM), l'imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la scintigraphie osseuse, ainsi qu'éventuellement une biopsie pour confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer. Le traitement des métastases peut inclure une chimiothérapie, une radiothérapie, une thérapie ciblée ou une intervention chirurgicale, en fonction du type de cancer, de l'emplacement et de l'étendue des métastases.

Une métastase lymphatique est le processus par lequel le cancer se propage d'un organe primaire vers les ganglions lymphatiques voisins ou éloignés. Cela se produit lorsque les cellules cancéreuses se détachent de la tumeur primitive, pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques et sont transportées jusqu'aux ganglions lymphatiques où elles peuvent former une nouvelle tumeur. Ce phénomène est souvent associé à un pronostic plus défavorable car il indique que le cancer a déjà commencé à se propager dans le corps.

Les protéines tumorales, également connues sous le nom de marqueurs tumoraux, sont des substances (généralement des protéines) que l'on peut trouver en quantités anormalement élevées dans le sang, l'urine ou d'autres tissus du corps lorsqu'une personne a un cancer. Il est important de noter que ces protéines peuvent également être présentes en petites quantités chez les personnes sans cancer.

Il existe différents types de protéines tumorales, chacune étant associée à un type spécifique de cancer ou à certains stades de développement du cancer. Par exemple, la protéine tumorale PSA (antigène prostatique spécifique) est souvent liée au cancer de la prostate, tandis que l'ACE (antigène carcinoembryonnaire) peut être associé au cancer colorectal.

L'utilisation des protéines tumorales dans le diagnostic et le suivi du cancer est un domaine en évolution constante de la recherche médicale. Elles peuvent aider au dépistage précoce, à l'établissement d'un diagnostic, à la planification du traitement, à la surveillance de la réponse au traitement et à la détection des récidives. Cependant, leur utilisation doit être soigneusement évaluée en raison de leur faible spécificité et sensibilité, ce qui signifie qu'elles peuvent parfois donner des résultats faussement positifs ou négatifs. Par conséquent, les protéines tumorales sont généralement utilisées en combinaison avec d'autres tests diagnostiques et cliniques pour obtenir une image plus complète de la santé du patient.

Un carcinome adénosquameux est un type rare de cancer qui contient des caractéristiques à la fois des carcinomes glandulaires (adénocarcinomes) et des carcinomes à cellules squameuses. Ce type de cancer peut survenir dans divers organes, tels que les poumons, le sein, le col de l'utérus, la prostate, la peau et d'autres parties du corps.

Les tumeurs adénosquameuses sont généralement agressives et peuvent se propager rapidement dans les tissus environnants et aux organes distants (métastases). Le traitement dépend de l'emplacement et du stade de la tumeur, mais peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie.

Il est important de noter que le diagnostic et le traitement d'un carcinome adénosquameux doivent être effectués par un professionnel de la santé qualifié, tel qu'un oncologue ou un spécialiste du cancer.

L'antigène carcino-embryonnaire (ACE) est une protéine qui peut être présente en petites quantités dans le sang et d'autres liquides corporels. Cependant, des niveaux élevés d'ACE peuvent indiquer la présence d'un certain type de cancer, en particulier les cancers du côlon, du rectum et du poumon.

L'ACE est généralement produit pendant le développement embryonnaire et disparaît avant la naissance. Cependant, dans certains cas, l'expression de cette protéine peut être réactivée dans certaines cellules cancéreuses, entraînant une production accrue d'ACE.

Les tests sanguins peuvent être utilisés pour mesurer les niveaux d'ACE dans le sang. Des niveaux élevés d'ACE peuvent indiquer la présence d'un cancer, mais ne sont pas spécifiques à un type de cancer particulier. D'autres conditions médicales, telles que la cirrhose du foie et la pancréatite chronique, peuvent également entraîner une augmentation des niveaux d'ACE.

Il est important de noter que les tests ACE ne sont pas considérés comme un outil de dépistage fiable pour le cancer en raison de leur faible spécificité et sensibilité. Cependant, ils peuvent être utiles dans le suivi du traitement du cancer et la détection de récidives.

La transplantation tumorale, également connue sous le nom de greffe de tumeur, est un processus expérimental dans le domaine de la recherche biomédicale. Il s'agit d'une procédure dans laquelle des cellules cancéreuses ou une tumeur entière sont prélevées sur un organisme donneur et transplantées dans un organisme receveur. Cette technique est généralement utilisée dans les études de recherche pour comprendre comment les tumeurs se développent, progressent et répondent au traitement.

Cependant, il est important de noter que la transplantation tumorale n'est pas une forme de traitement clinique standard pour le cancer. En effet, cela peut être éthiquement controversé car il existe un risque de propager le cancer chez le receveur. Par conséquent, cette procédure est strictement réglementée et ne doit être effectuée que dans des cadres de recherche très contrôlés et avec un consentement éclairé complet des deux parties concernées.

L'œsophage est un organe musculo-membraneux creux qui s'étend d'environ 25 à 30 cm de longueur, commençant du cou jusqu'à l'abdomen inférieur. Il fait partie du système digestif et il est responsable du transport des aliments et des liquides depuis la gorge (pharynx) vers l'estomac.

L'œsophage se compose de plusieurs couches de tissus, dont la muqueuse, la sous-muqueuse, la musculeuse et l'adventice. La muqueuse est recouverte d'une fine membrane appelée épithélium stratifié squameux, qui permet le passage facile des aliments.

L'œsophage passe à travers le diaphragme pour atteindre l'estomac et se divise en trois parties : cervicale, thoracique et abdominale. La partie supérieure de l'œsophage est maintenue ouverte lors du passage des aliments grâce à un sphincter situé au niveau de la jonction avec le pharynx, appelé sphincter supérieur de l'œsophage. De même, il existe un autre sphincter situé à l'extrémité inférieure de l'œsophage, appelé sphincter inférieur de l'œsophage, qui empêche le reflux des acides gastriques depuis l'estomac vers l'œsophage.

Des affections telles que le reflux gastro-œsophagien (RGO), les brûlures d'estomac, les œsophagites, les hernies hiatales et les cancers de l'œsophage peuvent affecter la fonction normale de l'œsophage.

La progression d'une maladie, également appelée évolution de la maladie, se réfère à la manifestation temporelle des stades ou étapes d'une maladie chez un patient. Il s'agit essentiellement de la détérioration continue ou de l'aggravation d'un trouble médical au fil du temps, qui peut entraîner une augmentation de la gravité des symptômes, une déficience accrue, une invalidité et, éventuellement, la mort. La progression de la maladie est généralement mesurée en termes de déclin fonctionnel ou de dommages aux organes affectés. Elle peut être influencée par divers facteurs, notamment l'âge du patient, la durée de la maladie, le traitement et les comorbidités sous-jacentes. Le suivi de la progression de la maladie est crucial pour évaluer l'efficacité des interventions thérapeutiques et pour la planification des soins futurs.

L'analyse de survie est une méthode statistique utilisée dans l'évaluation de la durée de temps jusqu'à un événement particulier, tel que la récidive d'une maladie ou le décès. Elle permet de déterminer et de comparer la probabilité de survie entre différents groupes de patients, tels que ceux traités par différents protocoles thérapeutiques.

L'analyse de survie prend en compte les données censurées, c'est-à-dire les cas où l'événement n'a pas été observé pendant la durée de l'étude. Cette méthode permet d'utiliser des courbes de survie pour visualiser et comparer les résultats entre différents groupes.

Les courbes de survie peuvent être présentées sous forme de graphiques Kaplan-Meier, qui montrent la probabilité cumulative de survie au fil du temps. Les tests statistiques tels que le test log-rank peuvent être utilisés pour comparer les différences entre les courbes de survie de différents groupes.

L'analyse de survie est largement utilisée dans la recherche médicale, en particulier dans l'évaluation des traitements du cancer et d'autres maladies graves. Elle permet aux chercheurs de déterminer l'efficacité relative des différents traitements et de comparer les risques et les avantages associés à chacun.

Les études rétrospectives, également connues sous le nom d'études de cohorte rétrospectives ou d'études cas-témoins rétrospectives, sont un type d'étude observationnelle dans laquelle les chercheurs examinent et analysent des données recueillies à partir de dossiers médicaux, de questionnaires ou d'autres sources préexistantes pour tenter de découvrir des relations de cause à effet ou des associations entre des facteurs de risque et des résultats de santé.

Dans ces études, les chercheurs identifient et sélectionnent des participants en fonction de leur exposition à un facteur de risque spécifique ou d'un résultat de santé particulier dans le passé, puis examinent les antécédents médicaux et les données de ces participants pour déterminer si des associations significatives existent entre l'exposition et le résultat.

Les études rétrospectives présentent plusieurs avantages, notamment leur faible coût, la rapidité de réalisation et la possibilité d'inclure un grand nombre de participants. Cependant, elles peuvent également être limitées par des biais potentiels dans la collecte et l'enregistrement des données, ainsi que par l'absence de contrôle sur les variables confondantes qui peuvent affecter les résultats.

En raison de ces limites, les études rétrospectives sont généralement considérées comme moins robustes que les études prospectives, dans lesquelles les participants sont suivis activement au fil du temps pour évaluer l'incidence et la progression des maladies ou des résultats de santé. Néanmoins, elles peuvent fournir des informations précieuses sur les associations entre les facteurs de risque et les résultats de santé, en particulier dans les situations où la réalisation d'études prospectives est difficile ou impossible.

La gastrectomie est une procédure chirurgicale au cours de laquelle tout ou partie de l'estomac est enlevé. Cette intervention peut être réalisée pour traiter diverses affections, telles que les cancers de l'estomac, les ulcères gastriques récurrents, les troubles de la vidange gastrique sévères ou les blessures graves de l'estomac.

Il existe plusieurs types de gastrectomies, selon la quantité d'estomac retirée :

1. Gastrectomie totale : Dans cette procédure, tout l'estomac est enlevé. Le bas de l'œsophage est ensuite connecté directement à l'intestin grêle, créant ainsi un nouveau chemin pour la nourriture. Cette opération est généralement effectuée dans le traitement du cancer gastrique.

2. Gastrectomie partielle ou subtotale : Dans ce type de gastrectomie, seule une partie de l'estomac est enlevée, généralement la partie inférieure. Le reste de l'estomac est ensuite reconnecté à l'intestin grêle. Cette procédure est souvent utilisée pour traiter les tumeurs situées dans la partie inférieure de l'estomac.

3. Gastrectomie en manchon : Dans cette intervention, une grande partie de l'estomac est retirée, créant une forme tubulaire étroite qui est ensuite reconnectée à l'intestin grêle. Cette procédure est parfois utilisée pour traiter le cancer gastrique ou l'obésité morbide.

Après une gastrectomie, les patients peuvent présenter des changements permanents dans leur capacité à manger et à digérer les aliments. Ils peuvent avoir besoin d'un régime alimentaire spécial pour éviter les complications telles que la dénutrition ou la diarrhée.

Une souris « nude » est un type spécifique de souche de souris utilisée dans la recherche biomédicale. Ces souris sont appelées « nude » en raison de leur apparence physique distinctive, qui comprend une fourrure clairsemée ou absente et l'absence de vibrisses (moustaches).

La caractéristique génétique la plus importante des souris nude est leur déficience immunitaire congénitale sévère. Elles manquent de thymus et ont donc un système immunitaire considérablement affaibli, en particulier en ce qui concerne le système immunitaire adaptatif. Cela signifie qu'elles ne peuvent pas rejeter les greffes de tissus étrangers aussi efficacement que les souris normales.

Cette caractéristique fait des souris nude un outil précieux dans la recherche biomédicale, en particulier dans le domaine de l'immunologie et de la recherche sur le cancer. Les chercheurs peuvent greffer des tissus humains ou des cellules cancéreuses sur ces souris pour étudier la façon dont ils se comportent et réagissent dans un organisme vivant. Cela permet aux scientifiques d'en apprendre davantage sur le développement du cancer, les traitements potentiels et la réaction du système immunitaire humain à divers stimuli sans mettre en danger des sujets humains.

ARN messager (ARNm) est une molécule d'acide ribonucléique simple brin qui transporte l'information génétique codée dans l'ADN vers les ribosomes, où elle dirige la synthèse des protéines. Après la transcription de l'ADN en ARNm dans le noyau cellulaire, ce dernier est transloqué dans le cytoplasme et fixé aux ribosomes. Les codons (séquences de trois nucléotides) de l'ARNm sont alors traduits en acides aminés spécifiques qui forment des chaînes polypeptidiques, qui à leur tour se replient pour former des protéines fonctionnelles. Les ARNm peuvent être régulés au niveau de la transcription, du traitement post-transcriptionnel et de la dégradation, ce qui permet une régulation fine de l'expression génique.

Dans le contexte actuel, les vaccins à ARNm contre la COVID-19 ont été développés en utilisant des morceaux d'ARNm synthétiques qui codent pour une protéine spécifique du virus SARS-CoV-2. Lorsque ces vaccins sont administrés, les cellules humaines produisent cette protéine virale étrangère, ce qui déclenche une réponse immunitaire protectrice contre l'infection par le vrai virus.

Les tumeurs des sinus de la face sont des croissances anormales dans les cavités remplies d'air (sinus) situées dans les os autour de votre nez, des yeux et des joues. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les symptômes courants incluent une congestion nasale persistante, des écoulements nasaux, des maux de tête, des douleurs faciales et une perte d'odorat. Dans certains cas, les tumeurs peuvent également provoquer une protrusion des yeux ou une déformation faciale. Le traitement dépend du type et de l'emplacement de la tumeur, mais il peut inclure une chirurgie, une radiothérapie ou une chimiothérapie. Il est important de consulter un médecin si vous présentez des symptômes persistants ou inquiétants, car un diagnostic et un traitement précoces peuvent améliorer les résultats.

En génétique, une mutation est une modification permanente et héréditaire de la séquence nucléotidique d'un gène ou d'une région chromosomique. Elle peut entraîner des changements dans la structure et la fonction des protéines codées par ce gène, conduisant ainsi à une variété de phénotypes, allant de neutres (sans effet apparent) à délétères (causant des maladies génétiques). Les mutations peuvent être causées par des erreurs spontanées lors de la réplication de l'ADN, l'exposition à des agents mutagènes tels que les radiations ou certains produits chimiques, ou encore par des mécanismes de recombinaison génétique.

Il existe différents types de mutations, telles que les substitutions (remplacement d'un nucléotide par un autre), les délétions (suppression d'une ou plusieurs paires de bases) et les insertions (ajout d'une ou plusieurs paires de bases). Les conséquences des mutations sur la santé humaine peuvent être très variables, allant de maladies rares à des affections courantes telles que le cancer.

Le carcinome in situ est une forme précoce et localisée de cancer. Il s'agit d'une prolifération anormale et non invasive de cellules cancéreuses dans un tissu ou une glande, généralement la peau ou les muqueuses. Ces cellules cancéreuses se multiplient et peuvent se développer en amas (appelés « nids ») dans le tissu affecté, mais elles ne traversent pas la membrane basale qui sépare ce tissu des structures sous-jacentes saines.

En d'autres termes, les cellules cancéreuses restent confinées à l'endroit où elles se sont développées et n'ont pas encore acquis la capacité à envahir les tissus voisins ou à se propager (métastaser) vers d'autres parties du corps.

Le carcinome in situ est souvent classé comme un stade précoce de cancer, bien qu'il puisse évoluer en une forme invasive et plus agressive s'il n'est pas traité. Il est important de diagnostiquer et de traiter le carcinome in situ à un stade précoce pour empêcher sa progression vers des stades plus avancés et réduire le risque de récidive après le traitement.

Les types courants de carcinomes in situ comprennent le carcinome basocellulaire superficiel, le carcinome squameux in situ (également connu sous le nom d'érythroplasie de Queyrat ou de kératose actinique in situ), et le carcinome du sein in situ (DCIS).

Les antinéoplasiques sont une classe de médicaments utilisés dans le traitement du cancer. Ils fonctionnent en ciblant et en détruisant les cellules cancéreuses ou en arrêtant leur croissance et leur division. Ces médicaments peuvent être administrés par voie orale, intraveineuse ou intramusculaire, selon le type de cancer traité et la voie d'administration recommandée.

Les antinéoplasiques comprennent plusieurs sous-catégories, telles que les chimiothérapies, les thérapies ciblées, l'immunothérapie et la hormonothérapie. Chacune de ces sous-catégories fonctionne de manière différente pour cibler et détruire les cellules cancéreuses.

Les chimiothérapies sont des médicaments qui interfèrent avec la division cellulaire, ce qui entraîne la mort des cellules cancéreuses. Cependant, ils peuvent également affecter les cellules saines à division rapide, comme les cellules du sang et du système digestif, entraînant des effets secondaires tels que la fatigue, la nausée et la perte de cheveux.

Les thérapies ciblées sont conçues pour cibler spécifiquement les caractéristiques uniques des cellules cancéreuses, telles que les mutations génétiques ou les protéines anormales qui favorisent la croissance et la division des cellules. Cela permet de réduire l'impact sur les cellules saines, ce qui peut entraîner moins d'effets secondaires.

L'immunothérapie utilise le système immunitaire du patient pour combattre le cancer en augmentant sa capacité à reconnaître et à détruire les cellules cancéreuses. Cela peut être réalisé en administrant des médicaments qui stimulent la réponse immunitaire ou en modifiant génétiquement les cellules du système immunitaire pour qu'elles ciblent spécifiquement les cellules cancéreuses.

La chimiothérapie est un traitement courant pour de nombreux types de cancer, mais elle peut également être utilisée en combinaison avec d'autres traitements, tels que la radiothérapie et la chirurgie. Les décisions concernant le choix du traitement dépendent de nombreux facteurs, notamment le type et le stade du cancer, l'âge et l'état général de santé du patient.

La méthode de Kaplan-Meier est une méthode statistique largement utilisée pour estimer la survie dans les analyses de données de temps de survie. Elle permet de calculer la probabilité cumulative de survie d'un échantillon de patients à différents points dans le temps, en prenant en compte les événements censurés (patients qui n'ont pas connu l'événement de survie au moment de l'analyse).

La courbe de Kaplan-Meier est une représentation graphique de ces estimations de probabilité cumulative de survie en fonction du temps. Elle est construite en multipliant à chaque événement la probabilité de survie jusqu'à ce point par la probabilité de survie depuis ce point jusqu'au prochain événement, et ainsi de suite.

La méthode de Kaplan-Meier est particulièrement utile dans l'analyse des données de survie car elle permet de tenir compte des variations de suivi et des pertes de suivi (censures) qui sont fréquentes dans les études épidémiologiques et cliniques. Elle fournit une estimation non biaisée de la probabilité cumulative de survie, même en présence d'un grand nombre de censures.

La réaction de polymérisation en chaîne par transcriptase inverse (RT-PCR en anglais) est une méthode de laboratoire utilisée pour amplifier des fragments d'ARN spécifiques. Cette technique combine deux processus distincts : la transcription inverse, qui convertit l'ARN en ADN complémentaire (ADNc), et la polymérisation en chaîne, qui permet de copier rapidement et de manière exponentielle des millions de copies d'un fragment d'ADN spécifique.

La réaction commence par la transcription inverse, où une enzyme appelée transcriptase inverse utilise un brin d'ARN comme matrice pour synthétiser un brin complémentaire d'ADNc. Ce processus est suivi de la polymérisation en chaîne, où une autre enzyme, la Taq polymérase, copie le brin d'ADNc pour produire des millions de copies du fragment d'ADN souhaité.

La RT-PCR est largement utilisée dans la recherche médicale et clinique pour détecter et quantifier l'expression génétique, diagnostiquer les maladies infectieuses, détecter les mutations génétiques et effectuer des analyses de génome. Elle est également utilisée dans les tests de diagnostic COVID-19 pour détecter le virus SARS-CoV-2.

Une biopsie est un procédé médical dans lequel un échantillon de tissu corporel est prélevé et examiné de près, généralement au microscope, pour déterminer la présence ou l'absence d'une maladie ou d'une condition spécifique. Ce processus aide les médecins à poser un diagnostic précis et à planifier le traitement approprié.

Il existe plusieurs types de biopsies, en fonction de la partie du corps concernée et de la méthode utilisée pour prélever l'échantillon :

1. Biopsie par incision/excision : Dans ce type de biopsie, une incision est pratiquée dans la peau pour accéder au tissu cible. L'échantillon peut être retiré en entier (biopsie excisionnelle) ou seulement une partie du tissu peut être prélevée (biopsie incisionnelle). Ce type de biopsie est couramment utilisé pour les grains de beauté suspects, les lésions cutanées et les nodules.

2. Biopsie par aspiration : Cette procédure implique l'utilisation d'une aiguille fine pour prélever un échantillon de tissu ou de liquide dans une zone spécifique du corps. La biopsie à l'aiguille fine est souvent utilisée pour les ganglions lymphatiques enflés, les glandes thyroïdiennes et d'autres organes superficiels.

3. Biopsie au trocart : Dans ce type de biopsie, un trocart (une aiguille creuse) est inséré dans le corps pour prélever un échantillon de tissu. Ce type de biopsie est souvent utilisé pour les organes profonds comme le foie, les poumons et les os.

4. Biopsie chirurgicale : Lors d'une biopsie chirurgicale, une incision est pratiquée dans la peau pour accéder à l'organe ou au tissu cible. Une partie de l'organe ou du tissu est ensuite retirée pour analyse. Ce type de biopsie est souvent utilisé pour les tumeurs malignes et les lésions suspectes dans des organes comme le sein, le poumon et le foie.

5. Biopsie liquide : Cette procédure consiste à analyser un échantillon de sang ou d'autres fluides corporels pour détecter la présence de cellules tumorales ou d'ADN circulant provenant d'une tumeur cancéreuse. La biopsie liquide est une méthode non invasive qui peut être utilisée pour le suivi du traitement et la détection précoce des récidives.

Les résultats de la biopsie sont généralement examinés par un pathologiste, qui fournit un rapport décrivant les caractéristiques du tissu ou des cellules prélevés. Ce rapport peut aider à déterminer le diagnostic et le traitement appropriés pour une maladie spécifique.

La pancréatectomie est une procédure chirurgicale qui consiste en l'ablation totale ou partielle du pancréas. Il existe plusieurs types de pancréatectomies, selon la partie du pancréas qui doit être enlevée :

1. Pancréatectomie totale : C'est l'ablation complète du pancréas, du duodénum (la première partie de l'intestin grêle), de la vésicule biliaire et de la voie biliaire commune. Cette procédure est rarement effectuée, sauf en cas de cancer incurable ou de certaines maladies graves du pancréas.

2. Pancréatectomie distale : Elle consiste à retirer la queue et une partie du corps du pancréas. Cette procédure est souvent réalisée pour enlever les tumeurs dans la queue du pancréas.

3. Pancréatectomie segmentaire : Il s'agit d'enlever une section spécifique du pancréas, généralement utilisée pour traiter les tumeurs bénignes ou malignes de taille moyenne.

4. Pancréatectomie latérale gauche : Elle consiste à enlever la partie gauche du pancréas, y compris la queue et une partie du corps. Cette procédure est souvent réalisée pour traiter les lésions inflammatoires chroniques ou les tumeurs dans cette région.

5. Pancréatectomie céphalique : Elle consiste à enlever la tête du pancréas, qui est la partie située près de la jonction entre l'estomac et le duodénum. Cette procédure est souvent réalisée pour traiter les tumeurs dans la tête du pancréas, telles que les carcinomes canalaire invasifs ou les adénocarcinomes.

6. Duodéno-pancréatectomie céphalique (DPC) : Il s'agit d'une procédure plus étendue qui implique l'enlèvement de la tête du pancréas, du duodénum et une petite partie de l'estomac. Cette procédure est souvent réalisée pour traiter les tumeurs malignes dans la tête du pancréas.

Les complications possibles après une pancréatectomie comprennent des saignements, des infections, des fuites de liquide pancréatique, des problèmes de digestion et un diabète sucré. La récupération peut prendre plusieurs semaines, selon l'étendue de la procédure et les complications éventuelles.

Un résultat fatal en médecine se réfère à un décès ou au fait de causer la mort. C'est un terme utilisé pour décrire un résultat particulièrement grave d'une maladie, d'un traumatisme ou d'une procédure médicale. Un résultat fatal peut être attendu dans certaines situations, comme dans le cas de maladies avancées et terminaux, ou peut être imprévu et survenir même avec un traitement approprié. Dans les deux cas, il s'agit d'un événement tragique qui a des implications importantes pour les patients, leurs familles et les professionnels de la santé qui les prennent en charge.

Un antigène tumoral est une substance présente à la surface ou à l'intérieur des cellules cancéreuses qui peut être reconnue par le système immunitaire d'un organisme. Ces antigènes sont souvent des protéines anormales ou surexprimées qui ne sont pas couramment trouvées dans les cellules saines.

Lorsque le système immunitaire détecte ces antigènes tumoraux, il peut déclencher une réponse immunitaire pour combattre les cellules cancéreuses. Cependant, dans certains cas, les cellules cancéreuses peuvent échapper à la reconnaissance et à la destruction par le système immunitaire en modifiant ou en masquant ces antigènes tumoraux.

Les antigènes tumoraux sont importants dans le diagnostic et le traitement du cancer. Par exemple, certains tests de dépistage du cancer recherchent des antigènes tumoraux spécifiques dans le sang ou d'autres fluides corporels pour détecter la présence de cellules cancéreuses. De plus, les thérapies immunitaires contre le cancer peuvent être conçues pour cibler et stimuler la réponse immunitaire contre des antigènes tumoraux spécifiques.

Les tumeurs du col de l'utérus sont des croissances anormales et généralement malignes (cancéreuses) dans le canal cervical, qui est la partie étroite qui relie l'utérus à la vagin. Elles peuvent également être bénignes (non cancéreuses), mais cette situation est moins fréquente. Les tumeurs du col de l'utérus sont généralement causées par une infection persistante au papillomavirus humain (VPH).

Les tumeurs du col de l'utérus peuvent être classées en deux types principaux : les carcinomes épidermoïdes et les adénocarcinomes. Les carcinomes épidermoïdes représentent environ 80 à 90 % des cas de cancer du col de l'utérus, tandis que les adénocarcinomes sont moins fréquents mais plus agressifs.

Les facteurs de risque pour le développement des tumeurs du col de l'utérus comprennent une infection au VPH, un système immunitaire affaibli, une consommation excessive de tabac, une utilisation prolongée de contraceptifs oraux et une mauvaise hygiène personnelle.

Les symptômes des tumeurs du col de l'utérus peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, des pertes vaginales malodorantes, des douleurs pendant les rapports sexuels et des douleurs pelviennes. Le diagnostic est généralement posé par un examen pelvien, une biopsie du col de l'utérus et des tests d'imagerie tels qu'une IRM ou une tomographie computérisée (CT scan).

Le traitement dépend du stade et de l'emplacement de la tumeur. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses à l'aide de rayonnements ou une chimiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses à l'aide de médicaments. Dans certains cas, une combinaison de ces traitements peut être utilisée.

En médecine et en santé mentale, l'issue du traitement, également appelée résultat du traitement ou issue de la prise en charge, se réfère au changement dans l'état de santé d'un patient après avoir reçu des soins médicaux, des interventions thérapeutiques ou des services de santé mentale. Il s'agit de l'effet global ou du bénéfice obtenu grâce à ces procédures, qui peuvent être mesurées en termes d'amélioration des symptômes, de réduction de la douleur, de prévention de complications, de restauration des fonctions corporelles ou mentales, d'augmentation de la qualité de vie et de réadaptation sociale. L'issue du traitement peut être évaluée en utilisant différents critères et outils d'évaluation, selon la nature de la maladie, des lésions ou des troubles en question. Elle est généralement déterminée par une combinaison de facteurs objectifs (tels que les tests de laboratoire ou les mesures physiologiques) et subjectifs (tels que les auto-évaluations du patient ou les observations du clinicien). Une issue favorable du traitement est considérée comme un résultat positif, tandis qu'une issue défavorable ou négative indique l'absence d'amélioration ou la détérioration de l'état de santé du patient.

Les mucines sont des glycoprotéines hautement glycosylées qui composent une grande partie du mucus sécrété par les épithéliums des muqueuses dans le corps humain. Le mucus est un gel visqueux qui lubrifie et protège les surfaces des muqueuses, agissant comme une barrière contre les agents pathogènes, les irritants et la déshydratation.

Les mucines sont caractérisées par leur teneur élevée en résidus de sucre (oligosaccharides) et en acide sialique, ce qui leur confère des propriétés chimiques particulières, telles qu'une charge négative élevée et une hydratation accrue. Ces caractéristiques contribuent à la viscoélasticité et à l'adhésivité du mucus, permettant aux muqueuses de piéger et d'expulser efficacement les particules étrangères et les micro-organismes.

Les mucines peuvent être classées en deux catégories principales : les mucines membranaires et les mucines sécrétées. Les mucines membranaires sont ancrées dans la membrane plasmique des cellules épithéliales et forment un réseau dense de filaments protéiques qui maintiennent l'intégrité de la barrière muqueuse. Les mucines sécrétées, en revanche, sont stockées dans les granules séreux des cellules caliciformes (cellules produisant du mucus) et sont libérées dans le lumen lorsqu'elles sont stimulées par des facteurs tels que l'inflammation ou l'infection.

Les troubles associés à une production altérée de mucines peuvent inclure des affections respiratoires telles que la bronchite chronique, l'emphysème et la fibrose kystique, ainsi que des maladies gastro-intestinales telles que la maladie inflammatoire de l'intestin et le syndrome du côlon irritable. Une compréhension approfondie de la structure, de la fonction et de la régulation des mucines peut fournir des cibles thérapeutiques prometteuses pour le traitement de ces affections.

Les tumeurs gastro-intestinales (GI) se réfèrent aux affections caractérisées par la croissance cellulaire anormale dans le tube digestif, qui comprend l'œsophage, l'estomac, l'intestin grêle, le côlon et le rectum. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes ne se propagent pas généralement à d'autres parties du corps et peuvent souvent être traitées par une intervention chirurgicale mineure. Cependant, elles peuvent encore causer des problèmes en bloquant le passage des aliments dans le tube digestif ou en saignant.

D'un autre côté, les tumeurs malignes peuvent envahir les tissus voisins et se propager (métastases) à d'autres parties du corps via la circulation sanguine ou le système lymphatique. Le cancer gastro-intestinal est souvent difficile à détecter tôt car il ne présente souvent aucun symptôme jusqu'à ce qu'il soit avancé.

Les facteurs de risque pour le développement des tumeurs GI comprennent l'âge (plus de 50 ans), le tabagisme, une alimentation riche en viandes rouges et transformées, un faible apport en fibres, l'obésité, une infection chronique par Helicobacter pylori, et certains troubles génétiques héréditaires.

Le traitement dépend du type de tumeur, de son emplacement, de sa taille, de son stade et de la santé globale du patient. Il peut inclure une combinaison de chirurgie, de radiothérapie, de chimiothérapie et de thérapies ciblées.

La protéine suppresseur de tumeur P53, également connue sous le nom de protéine tumorale suppressrice p53, est un type de protéine qui joue un rôle crucial dans la prévention de la croissance et de la division cellulaires anormales. Elle est codée par le gène TP53, qui est l'un des gènes les plus fréquemment mutés dans les cancers humains.

La protéine P53 est souvent appelée "gardienne du génome" car elle régule la réponse cellulaire aux dommages de l'ADN en arrêtant le cycle cellulaire, ce qui permet à la cellule de réparer les dommages avant que la division ne se produise. Si les dommages sont trop graves et ne peuvent être réparés, la protéine P53 déclenche l'apoptose, ou mort cellulaire programmée, pour éliminer la cellule anormale et prévenir la formation de tumeurs.

Les mutations du gène TP53 peuvent entraîner une protéine P53 non fonctionnelle ou dysfonctionnelle, ce qui peut entraîner une accumulation de cellules anormales et augmenter le risque de développement de tumeurs malignes. En fait, des mutations du gène TP53 ont été identifiées dans environ la moitié de tous les cancers humains. Par conséquent, la protéine P53 est considérée comme un important biomarqueur tumoral et une cible thérapeutique prometteuse pour le traitement du cancer.

Les tumeurs de l'appendice sont des croissances anormales qui se forment dans ou sur l'appendice, un petit sac en forme de doigt situé à la jonction du gros intestin et de l'intestin grêle. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Les tumeurs bénignes courantes de l'appendice comprennent les adénomes, qui sont des croissances sur la muqueuse interne de l'appendice. Les tumeurs malignes de l'appendice, également appelées carcinomes de l'appendice, sont rares mais plus graves. Elles peuvent se propager à d'autres parties du corps et nécessitent un traitement agressif, qui peut inclure une chirurgie pour enlever l'appendice et éventuellement les ganglions lymphatiques environnants.

Les symptômes des tumeurs de l'appendice peuvent varier considérablement, allant de douleurs abdominales légères à graves, de nausées et de vomissements, de fièvre, de perte d'appétit et de perte de poids. Dans certains cas, les tumeurs peuvent provoquer une appendicite aiguë, une inflammation et une infection de l'appendice qui nécessitent une intervention chirurgicale immédiate pour éviter la rupture de l'appendice et la propagation d'infections dans tout le corps.

Il est important de noter que les tumeurs de l'appendice sont rares et que la plupart des douleurs abdominales ne sont pas causées par des tumeurs, mais plutôt par des affections plus courantes telles que les crampes menstruelles, les ballonnements ou les infections. Si vous ressentez une douleur abdominale persistante ou sévère, il est important de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic et un traitement appropriés.

Les conduits pancréatiques sont des structures tubulaires dans le pancréas qui jouent un rôle crucial dans la production et la sécrétion des enzymes digestives et du bicarbonate. Il y a principalement deux types de conduits pancréatiques :

1. Le conduit pancréatique principal (CPP) : C'est le plus grand conduit qui draine la majorité des sécrétions enzymatiques produites par le pancréas exocrine. Il se forme par la convergence de plusieurs conduits secondaires dans la tête du pancréas, près de la jonction avec la vésicule biliaire et le canal cholédoque (qui draine la bile du foie). Le CPP s'étend ensuite à travers le corps et la queue du pancréas avant de se joindre au canal cholédoque pour former l'ampoule de Vater, un petit renflement dilaté qui sert de valve régulatrice pour contrôler le flux des sécrétions vers l'intestin grêle.

2. Les conduits pancréatiques accessoires : Ce sont de plus petits conduits qui se jettent directement dans le duodénum (la première partie de l'intestin grêle) ou dans le canal cholédoque avant sa jonction avec le CPP. Ils drainent les sécrétions enzymatiques produites par les petites glandes pancréatiques dispersées dans le tissu pancréatique.

Le rôle principal des conduits pancréatiques est de transporter les sécrétions pancréatiques vers l'intestin grêle, où elles sont mélangées avec la nourriture partiellement digérée provenant de l'estomac. Les enzymes pancréatiques aident à décomposer les glucides, les protéines et les lipides en molécules plus petites, facilitant ainsi leur absorption par l'organisme. Le bicarbonate présent dans les sécrétions pancréatiques neutralise également l'acidité gastrique, créant un environnement alcalin optimal pour la digestion et l'absorption des nutriments.

La prolifération cellulaire est un processus biologique au cours duquel il y a une augmentation rapide et accrue du nombre de cellules, en raison d'une division cellulaire active et accélérée. Dans un contexte médical et scientifique, ce terme est souvent utilisé pour décrire la croissance et la propagation des cellules anormales ou cancéreuses dans le corps.

Dans des conditions normales, la prolifération cellulaire est régulée et équilibrée par des mécanismes de contrôle qui coordonnent la division cellulaire avec la mort cellulaire programmée (apoptose). Cependant, dans certaines situations pathologiques, telles que les tumeurs malignes ou cancéreuses, ces mécanismes de régulation sont perturbés, entraînant une prolifération incontrôlable des cellules anormales.

La prolifération cellulaire peut également être observée dans certaines maladies non cancéreuses, telles que les processus inflammatoires et réparateurs tissulaires après une lésion ou une infection. Dans ces cas, la prolifération cellulaire est généralement temporaire et limitée à la zone touchée, jusqu'à ce que le tissu soit guéri et que les cellules retournent à leur état de repos normal.

En résumé, la prolifération cellulaire est un processus complexe qui joue un rôle crucial dans la croissance, la réparation et la régénération des tissus, mais qui peut également contribuer au développement de maladies graves telles que le cancer lorsqu'il échappe aux mécanismes de contrôle normaux.

L'analyse de l'expression des gènes est une méthode de recherche qui mesure la quantité relative d'un ARN messager (ARNm) spécifique produit par un gène dans un échantillon donné. Cette analyse permet aux chercheurs d'étudier l'activité des gènes et de comprendre comment ils fonctionnent ensemble pour réguler les processus cellulaires et les voies métaboliques.

L'analyse de l'expression des gènes peut être effectuée en utilisant plusieurs techniques, y compris la microarray, la PCR quantitative en temps réel (qPCR), et le séquençage de l'ARN. Ces méthodes permettent de mesurer les niveaux d'expression des gènes à grande échelle, ce qui peut aider à identifier les différences d'expression entre des échantillons normaux et malades, ou entre des cellules avant et après un traitement.

L'analyse de l'expression des gènes est utilisée dans divers domaines de la recherche biomédicale, y compris la génétique, la biologie moléculaire, la pharmacologie, et la médecine translationnelle. Elle peut fournir des informations importantes sur les mécanismes sous-jacents à une maladie, aider au diagnostic précoce et à la surveillance de l'évolution de la maladie, et contribuer au développement de nouveaux traitements ciblés.

Les tumeurs de la vésicule biliaire sont des growths anormaux qui se forment dans la paroi de la vésicule biliaire. Ces growths peuvent être bénins (non cancéreux) ou malins (cancéreux). Les tumeurs bénignes courantes de la vésicule biliaire comprennent les adénomes, les papillomes et les kystes. Les tumeurs malignes de la vésicule biliaire sont relativement rares et comprennent l'adénocarcinome, le carcinome épidermoïde et le sarcome.

Les symptômes des tumeurs de la vésicule biliaire peuvent inclure des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements, une perte d'appétit et une perte de poids involontaire. Le diagnostic est généralement posé en utilisant des techniques d'imagerie telles que l'échographie, la tomodensitométrie (TDM) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Dans certains cas, une biopsie peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Le traitement des tumeurs de la vésicule biliaire dépend du type et de l'étendue de la tumeur. Les tumeurs bénignes peuvent souvent être surveillées ou traitées par chirurgie laparoscopique. Les tumeurs malignes, en revanche, nécessitent généralement une intervention chirurgicale plus invasive pour enlever la vésicule biliaire et les ganglions lymphatiques environnants. La chimiothérapie et la radiothérapie peuvent également être utilisées dans le traitement des tumeurs malignes de la vésicule biliaire.

Il est important de noter que les tumeurs de la vésicule biliaire peuvent être asymptomatiques pendant une longue période, ce qui rend difficile leur détection précoce. Par conséquent, il est recommandé de subir des examens médicaux réguliers et de signaler tout symptôme suspect à un médecin dès que possible.

La désoxycytidine est un nucléoside constitué d'une base nucléique, la cytosine, et du désoxyribose, qui est un pentose (sucre à cinq atomes de carbone) dérivé du ribose par perte d'un groupe hydroxyle (-OH) en position 2'. Dans l'ADN, les désoxycytidines sont liées entre elles par des ponts phosphodiesters pour former des brins complémentaires avec les désoxyguanidines. La désoxycytidine joue un rôle crucial dans la réplication et la transcription de l'ADN, ainsi que dans la régulation de l'expression génétique. Elle est également utilisée en thérapie anticancéreuse sous forme de médicaments tels que le cytarabine (ara-C), un analogue synthétique de la désoxycytidine, qui interfère avec la réplication de l'ADN dans les cellules cancéreuses.

Les tumeurs du sigmoïde se réfèrent à des croissances anormales dans la paroi de la partie sigmoïde du côlon, qui est le dernier segment du gros intestin. Ces tumeurs peuvent être bénignes ou malignes (cancéreuses). Les polypes adénomateux sont les types de tumeurs bénignes les plus courants du sigmoïde, qui peuvent évoluer vers un cancer colorectal s'ils ne sont pas enlevés.

Les cancers du sigmoïde sont des tumeurs malignes qui se développent à partir de cellules épithéliales dans la muqueuse du côlon. Ils peuvent se propager localement aux tissus environnants ou aux ganglions lymphatiques voisins, ainsi qu'à distance via la circulation sanguine. Les facteurs de risque comprennent l'âge avancé, les antécédents personnels ou familiaux de polypes adénomateux ou de cancer colorectal, une maladie inflammatoire de l'intestin, un régime alimentaire riche en graisses et pauvre en fibres, le tabagisme et l'obésité.

Les symptômes des tumeurs du sigmoïde peuvent inclure des saignements rectaux, des changements dans les habitudes intestinales (constipation ou diarrhée), des douleurs abdominales, une sensation de plénitude ou de ballonnement, une perte de poids inexpliquée et une fatigue générale. Le diagnostic est généralement posé par colonoscopie et biopsie, suivies d'examens d'imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM) ou l'IRM pour évaluer l'étendue de la maladie. Le traitement dépend du stade et de l'emplacement de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une combinaison de ces options.

L'oesophagectomie est une procédure chirurgicale où une partie ou la totalité de l'œsophage (le tube musculaire qui transporte les aliments de la gorge à l'estomac) est enlevée. Cette intervention peut être réalisée pour traiter certains types de cancers de l'œsophage ou d'autres affections graves telles que des sténoses ou des perforations œsophagiennes sévères et récurrentes.

Dans la plupart des cas, lors d'une oesophagectomie totale, une partie de l'estomac est également retirée et utilisée pour reconstruire un nouveau tube œsophagien qui relie la gorge à l'estomac restant ou à une partie de l'intestin grêle. Cette reconstruction permet au patient de déglutir et d'avaler normalement après la guérison de la chirurgie.

L'oesophagectomie est une intervention complexe qui nécessite une équipe expérimentée de chirurgiens et de soignants spécialisés dans le traitement des maladies de l'œsophage. Les risques associés à cette procédure peuvent inclure des complications liées à l'anesthésie, des infections, des saignements, des difficultés respiratoires et des problèmes de déglutition après la chirurgie.

L'hyperplasie endométriale est un état pré-cancéreux dans lequel il y a une prolifération excessive et anormale des cellules de l'endomètre, qui est la muqueuse tapissant l'intérieur de l'utérus. Cette condition se caractérise par un endomètre devenant anormalement épais et parfois déformé en raison de cette croissance excessive des cellules.

L'hyperplasie endométriale est souvent causée par un déséquilibre hormonal, en particulier un excès d'oestrogène par rapport à la progestérone. Elle peut également être associée à certaines affections sous-jacentes telles que l'obésité, les troubles hépato-biliaires et certains types de tumeurs ovariennes.

Il existe deux principaux types d'hyperplasie endométriale : simplex sans atypie et complexe avec atypie. Le type simplex sans atypie présente un risque faible de transformation maligne, tandis que le type complexe avec atypie a un risque plus élevé de devenir cancéreux.

Les symptômes courants de l'hyperplasie endométriale comprennent des saignements menstruels abondants ou prolongés, des saignements entre les règles (spotting), des crampes pelviennes sévères et une augmentation du flux menstruel. Dans certains cas, elle peut être asymptomatique et découverte lors d'examens de routine.

Le traitement dépend du type et de la gravité de l'hyperplasie endométriale, ainsi que de l'âge de la patiente et de ses antécédents médicaux. Les options thérapeutiques vont des traitements hormonaux pour contrôler le déséquilibre hormonal à la thérapie progestative, qui aide à réduire la croissance excessive des cellules endométriales. Dans les cas graves ou récidivants, une hystérectomie (ablation chirurgicale de l'utérus) peut être recommandée.

Les kératines sont des protéines fibreuses qui composent la structure de divers tissus épithéliaux dans le corps humain. Elles sont particulièrement concentrées dans la couche externe de la peau, les cheveux et les ongles. Dans ces structures, les kératines forment des chaînes rigides qui leur confèrent une grande résistance à la traction et aux dommages mécaniques.

Dans la cornée de l'œil, qui est également constituée de cellules épithéliales, les kératines jouent un rôle important dans le maintien de la transparence et de la forme de cette structure essentielle à la vision. Les kératines sont synthétisées par des cellules spécialisées appelées kératinocytes.

Les mutations dans les gènes codant pour les différentes formes de kératine peuvent entraîner diverses affections cutanées, telles que le psoriasis, l'eczéma et certaines formes de dermatite. Des anomalies dans la structure des kératines peuvent également être associées à des maladies génétiques rares affectant les cheveux, la peau et les ongles, telles que la trichorrhée nodulaire ou le syndrome des ongles fragiles.

La "transformation cellulaire néoplasique" est un processus biologique dans lequel une cellule normale et saine se transforme en une cellule cancéreuse anormale et autonome. Ce processus est caractérisé par des changements irréversibles dans la régulation de la croissance et de la division cellulaire, entraînant la formation d'une tumeur maligne ou d'un néoplasme.

Les facteurs qui peuvent contribuer à la transformation cellulaire néoplasique comprennent des mutations génétiques aléatoires, l'exposition à des agents cancérigènes environnementaux tels que les radiations et les produits chimiques, ainsi que certains virus oncogènes.

Les changements cellulaires qui se produisent pendant la transformation néoplasique comprennent des anomalies dans les voies de signalisation cellulaire, une régulation altérée de l'apoptose (mort cellulaire programmée), une activation anormale des enzymes impliquées dans la réplication de l'ADN et une augmentation de l'angiogenèse (croissance de nouveaux vaisseaux sanguins pour fournir de l'oxygène et des nutriments à la tumeur).

La transformation cellulaire néoplasique est un processus complexe qui peut prendre plusieurs années, voire plusieurs décennies, avant qu'une tumeur maligne ne se développe. Cependant, une fois que cela se produit, les cellules cancéreuses peuvent envahir les tissus environnants et se propager à d'autres parties du corps, ce qui peut entraîner des complications graves et même la mort.

Les tumeurs ovariennes sont des croissances anormales qui se forment dans les ovaires. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs ovariennes peuvent être classées en fonction de leur type cellulaire, y compris les tumeurs épithéliales, les tumeurs stromales et les tumeurs germinales.

Les tumeurs épithéliales sont le type le plus courant de tumeur ovarienne et se développent à partir des cellules qui recouvrent la surface de l'ovaire. Les tumeurs épithéliales peuvent être bénignes ou malignes, et les formes malignes peuvent être classées en fonction de leur agressivité et de leur potentiel de propagation.

Les tumeurs stromales sont des tumeurs qui se développent à partir des cellules du tissu conjonctif de l'ovaire, y compris les cellules qui produisent les hormones sexuelles. La plupart des tumeurs stromales sont bénignes, mais certaines peuvent être malignes et se propager à d'autres parties du corps.

Les tumeurs germinales sont des tumeurs qui se développent à partir des cellules qui produisent les ovules. Elles sont généralement rares et ont tendance à se produire chez les femmes plus jeunes. Les tumeurs germinales peuvent être bénignes ou malignes, et certaines formes peuvent produire des quantités excessives d'hormones sexuelles.

Les symptômes des tumeurs ovariennes peuvent inclure des douleurs abdominales ou pelviennes, des ballonnements, une sensation de satiété rapide, des changements dans les habitudes intestinales ou urinaires, et des saignements vaginaux anormaux. Cependant, de nombreuses tumeurs ovariennes ne présentent aucun symptôme précoce et sont découvertes lors d'examens de routine ou lorsqu'elles ont déjà atteint une taille importante.

Le traitement des tumeurs ovariennes dépend du type, de la taille et de l'étendue de la tumeur, ainsi que de l'âge et de l'état de santé général de la patiente. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une chimiothérapie ou une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses, et des médicaments hormonaux pour contrôler la production d'hormones sexuelles. Dans certains cas, une surveillance attentive peut être recommandée pour surveiller l'évolution de la tumeur.

Une tumeur intraépithéliale de la prostate (PTID, Prostatic Intraepithelial Neoplasia) est une lésion précancéreuse qui se développe dans les glandes de la prostate. Elle est caractérisée par des cellules anormales qui se multiplient de manière incontrôlable dans l'épithélium, la couche de cellules qui tapissent l'intérieur des tubes glandulaires de la prostate.

Les PTID sont classées en trois stades (PTID1, PTID2 et PTID3 ou HG-PIN pour High Grade PIN) selon la gravité des anomalies cellulaires. Les stades plus avancés (PTID2 et PTID3) présentent un risque accru de développer un cancer de la prostate.

Il est important de noter que les PTID ne sont pas considérées comme des cancers, mais plutôt comme des lésions précancéreuses qui peuvent évoluer vers un cancer au fil du temps. Cependant, leur présence peut indiquer une augmentation du risque de développer un cancer de la prostate et justifie une surveillance médicale étroite.

Les protéines Ras sont une famille de protéines qui jouent un rôle crucial dans la transduction des signaux dans les cellules. Elles font partie de la superfamille des petites GTPases et sont ancrées à la face interne de la membrane cellulaire par un groupe lipophile.

Les protéines Ras fonctionnent comme des interrupteurs moléculaires qui activent ou désactivent diverses voies de signalisation en fonction de leur état de liaison à either la guanosine diphosphate (GDP) inactive ou la guanosine triphosphate (GTP) active.

Elles sont impliquées dans une variété de processus cellulaires, y compris la croissance cellulaire, la différenciation, l'apoptose et la prolifération. Les mutations activatrices des gènes Ras ont été associées à divers cancers, ce qui en fait une cible importante pour le développement de thérapies anticancéreuses.

Je suis désolé, mais la phrase que vous avez demandée de définir n'est pas correcte. Il n'y a pas de terme médical communément utilisé appelé "tumeurs expérimentales". Cependant, le terme "tumeur" fait référence à une masse anormale de tissus qui se développe dans le corps. Selon la cause et le comportement, les tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses).

Si vous vouliez peut-être demander une définition des "tumeurs expérimentales" dans un contexte de recherche biomédicale, il s'agirait alors de tumeurs artificiellement induites dans le cadre d'expériences de laboratoire pour étudier les processus tumoraux et tester de nouvelles thérapies. Cependant, il n'existe pas de définition standardisée pour ce terme spécifique.

Le Fluorouracile (5-FU) est un médicament antimétabolite utilisé dans le traitement de divers types de cancers, y compris le cancer colorectal, gastrique, oesophagien, mammaire, et de la peau. Il fonctionne en inhibant l'action de certaines enzymes nécessaires à la croissance et à la reproduction des cellules cancéreuses. Le Fluorouracile est souvent utilisé en combinaison avec d'autres médicaments de chimiothérapie pour améliorer son efficacité dans le traitement du cancer. Les effets secondaires courants comprennent la nausée, les vomissements, la diarrhée, la perte d'appétit, la fatigue et une sensibilité accrue de la peau au soleil.

La réaction de polymérisation en chaîne est un processus chimique au cours duquel des molécules de monomères réagissent ensemble pour former de longues chaînes de polymères. Ce type de réaction se caractérise par une vitesse de réaction rapide et une exothermie, ce qui signifie qu'elle dégage de la chaleur.

Dans le contexte médical, les réactions de polymérisation en chaîne sont importantes dans la production de matériaux biomédicaux tels que les implants et les dispositifs médicaux. Par exemple, certains types de plastiques et de résines utilisés dans les équipements médicaux sont produits par polymérisation en chaîne.

Cependant, il est important de noter que certaines réactions de polymérisation en chaîne peuvent également être impliquées dans des processus pathologiques, tels que la formation de plaques amyloïdes dans les maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer. Dans ces cas, les protéines se polymérisent en chaînes anormales qui s'accumulent et endommagent les tissus cérébraux.

L'antigène Ca-19-9 est un marqueur tumoral, qui est une substance que l'on peut trouver dans le sang et d'autres liquides organiques. Il est utilisé comme un outil de diagnostic pour détecter certains types de cancer, en particulier le cancer du pancréas.

Le Ca-19-9 est une forme de Lewis blood group antigen, qui est produit par les cellules cancéreuses dans le pancréas et d'autres organes. Les niveaux élevés de ce marqueur peuvent indiquer la présence d'un cancer, mais ils ne sont pas spécifiques à un seul type de cancer. Des taux élevés peuvent également être observés dans d'autres affections telles que la pancréatite, la cholangite sclérosante primitive et la cirrhose du foie.

Il est important de noter qu'un résultat positif pour le Ca-19-9 ne signifie pas nécessairement qu'une personne a un cancer, et que tous les cancers du pancréas ne produisent pas ce marqueur. Par conséquent, les tests de Ca-19-9 doivent être utilisés en combinaison avec d'autres examens diagnostiques tels que l'imagerie médicale pour confirmer un diagnostic de cancer.

Les tumeurs de l'utérus se réfèrent à toute croissance anormale et excessive des cellules dans l'utérus, qui peut être bénigne (non cancéreuse) ou maligne (cancéreuse). Les tumeurs non cancéreuses sont appelées fibromes utérins ou leiomyomes, qui sont généralement sans danger et ne se propagent pas à d'autres parties du corps. Cependant, ils peuvent causer des symptômes désagréables tels que des règles abondantes, des douleurs pelviennes et une pression sur la vessie ou les intestins.

Les tumeurs cancéreuses de l'utérus comprennent le cancer de l'endomètre (la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus) et le sarcome utérin (un type rare de cancer qui se développe dans les muscles ou le tissu conjonctif de l'utérus). Les symptômes du cancer de l'endomètre peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, une douleur pelvienne et une perte de poids inexpliquée. Les symptômes du sarcome utérin peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, une masse abdominale ou pelvienne et des douleurs pelviennes.

Le traitement dépend du type, de l'emplacement et du stade de la tumeur, ainsi que de l'âge et de l'état de santé général de la patiente. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une hormonothérapie.

Les tumeurs mammaires chez l'animal, également connues sous le nom de néoplasies mammaires, se réfèrent à des growths anormaux dans les glandes mammaires d'un animal. Ces tumeurs peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malines (cancéreuses).

Les chiens et les chats sont les espèces les plus couramment touchées par les tumeurs mammaires. Chez les chiens, les races de petite taille semblent être plus à risque, en particulier ceux qui ne sont pas stérilisés. Chez les chats, il n'y a pas de prédisposition basée sur la race ou le sexe.

Les tumeurs mammaires se développent généralement dans les glandes mammaires situées sous la peau du ventre d'un animal. Les signes cliniques peuvent inclure des masses palpables, des changements de comportement de l'animal, des douleurs ou des gonflements mammaires, et dans les cas avancés, des ulcères cutanés ou des saignements.

Le diagnostic de tumeurs mammaires implique généralement une combinaison d'examen clinique, d'imagerie diagnostique (telle que la radiographie ou l'échographie) et de biopsie ou d'aspiration à l'aiguille fine pour analyse histopathologique.

Le traitement dépend du type et de l'étendue de la tumeur, mais peut inclure la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie ou la chimiothérapie. La stérilisation précoce est recommandée comme moyen de prévention chez les animaux de compagnie à risque.

Mucin-2, également connu sous le nom de MUC2, est une protéine mucine hautement glycosylée qui est sécrétée par les cellules caliciformes du tractus gastro-intestinal. Il s'agit d'une composante majeure du mucus intestinal et joue un rôle crucial dans la protection de l'épithélium intestinal contre les dommages physiques, chimiques et microbiens.

MUC2 est un homopolymère de sous-unités identiques qui sont liées par des ponts disulfure. Il forme des structures en treillis complexes qui peuvent retenir l'eau et former une barrière visqueuse et protectrice sur la surface de l'épithélium intestinal.

La production adéquate de MUC2 est essentielle pour maintenir l'homéostasie intestinale, et des anomalies dans sa production ou sa fonction ont été associées à un certain nombre de maladies intestinales, y compris la maladie inflammatoire de l'intestin (MII), la colite microscopique et le cancer colorectal.

La muqueuse gastrique est la membrane muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'estomac. C'est une partie importante du système digestif et il a plusieurs fonctions cruciales. Tout d'abord, c'est là que les sécrétions gastriques sont produites, y compris l'acide chlorhydrique, qui aide à décomposer les aliments. La muqueuse gastrique contient également des glandes qui sécrètent du mucus, ce qui protège la paroi de l'estomac de l'acide gastrique. De plus, la muqueuse gastrique est capable d'échantillonner les antigènes dans les aliments et de déclencher une réponse immunitaire si nécessaire. Il s'agit d'une muqueuse stratifiée avec plusieurs couches de cellules, y compris des cellules épithéliales, des glandes et un tissu conjonctif sous-jacent. Des problèmes tels que l'inflammation ou les infections peuvent affecter la santé de la muqueuse gastrique et entraîner des conditions telles que la gastrite ou les ulcères d'estomac.

L'apoptose est un processus physiologique normal de mort cellulaire programmée qui se produit de manière contrôlée et ordonnée dans les cellules multicellulaires. Il s'agit d'un mécanisme important pour l'élimination des cellules endommagées, vieilles ou anormales, ainsi que pour la régulation du développement et de la croissance des tissus.

Lors de l'apoptose, la cellule subit une série de changements morphologiques caractéristiques, tels qu'une condensation et une fragmentation de son noyau, une fragmentation de son cytoplasme en petites vésicules membranaires appelées apoptosomes, et une phagocytose rapide par les cellules immunitaires voisines sans déclencher d'inflammation.

L'apoptose est régulée par un équilibre délicat de facteurs pro-apoptotiques et anti-apoptotiques qui agissent sur des voies de signalisation intracellulaires complexes. Un déséquilibre dans ces voies peut entraîner une activation excessive ou insuffisante de l'apoptose, ce qui peut contribuer au développement de diverses maladies, telles que les maladies neurodégénératives, les troubles auto-immuns, les infections virales et les cancers.

L'hyperplasie est un terme médical qui décrit une augmentation anormale du nombre de cellules dans un tissu ou un organe, entraînant une augmentation du volume de cet organe. Cela se produit généralement en réponse à une stimulation hormonale ou autre, et peut être bénigne ou liée à une maladie sous-jacente.

L'hyperplasie peut affecter divers tissus et organes dans le corps, y compris la prostate, l'endomètre, le sein, la thyroïde et les poumons. Elle diffère de l'hypertrophie, qui est une augmentation de la taille des cellules existantes sans augmentation du nombre de cellules.

L'hyperplasie peut être asymptomatique ou causer divers symptômes en fonction de l'organe affecté. Par exemple, une hyperplasie de la prostate peut entraîner des difficultés à uriner, tandis qu'une hyperplasie de l'endomètre peut provoquer des saignements menstruels abondants ou irréguliers.

Le traitement de l'hyperplasie dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments, une intervention chirurgicale ou d'autres thérapies.

Un carcinome est un type de cancer qui commence dans les cellules épithéliales, qui sont les cellules qui tapissent la surface des organes et des glandes. Ces cellules ont une forme aplatie et une fonction de protection ou de sécrétion. Les carcinomes peuvent se développer à partir de divers types d'épithélium dans tout le corps, y compris la peau, les poumons, le sein, le côlon, la prostate et le rein.

Les carcinomes peuvent être classés en plusieurs sous-types en fonction de leur apparence au microscope et de leurs caractéristiques moléculaires. Certains des sous-types courants comprennent les carcinomes squameux, les adénocarcinomes, les carcinomes à cellules basales et les carcinomes à cellules rénales.

Les facteurs de risque pour le développement d'un carcinome peuvent inclure l'exposition aux rayonnements, au tabagisme, à certaines substances chimiques, à une infection virale ou bactérienne, à des antécédents familiaux de cancer et au vieillissement.

Le traitement d'un carcinome dépend du type et du stade du cancer, ainsi que de la santé générale du patient. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses à l'aide de rayonnements, une chimiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses avec des médicaments, ou une thérapie ciblée pour attaquer des caractéristiques spécifiques des cellules cancéreuses.

Un traitement combiné, dans le contexte médical, fait référence à l'utilisation simultanée de deux ou plusieurs thérapies différentes pour traiter une maladie, un trouble de santé ou une condition médicale spécifique. Cela peut inclure une combinaison de médicaments, de procédures chirurgicales, de thérapies de radiation, de thérapies comportementales ou d'autres formes de traitement.

L'objectif d'un traitement combiné est souvent de maximiser les avantages thérapeutiques pour le patient, en tirant parti des mécanismes d'action uniques de chaque thérapie pour attaquer la maladie sous différents angles. Cela peut entraîner une efficacité accrue, une réduction des effets secondaires et une amélioration globale des résultats cliniques.

Un exemple courant de traitement combiné est l'utilisation de plusieurs médicaments pour contrôler le VIH/sida. Dans ce cas, un cocktail de médicaments antirétroviraux est utilisé pour attaquer le virus à différentes étapes de son cycle de réplication, ce qui permet de réduire la charge virale et d'améliorer la fonction immunitaire du patient.

Cependant, il convient de noter que les traitements combinés peuvent également entraîner des risques accrus d'interactions médicamenteuses et d'effets secondaires, ce qui nécessite une surveillance étroite et un ajustement attentif des doses pour assurer la sécurité et l'efficacité du traitement.

Une étude cas-témoins, également appelée étude de cohorte rétrospective, est un type d'étude épidémiologique observationnelle dans laquelle des participants présentant déjà une certaine condition ou maladie (les «cas») sont comparés à des participants sans cette condition ou maladie (les «témoins»). Les chercheurs recueillent ensuite des données sur les facteurs de risque potentiels pour la condition d'intérêt et évaluent si ces facteurs sont plus fréquents chez les cas que chez les témoins.

Ce type d'étude est utile pour étudier les associations entre des expositions rares ou des maladies rares, car il permet de recueillir des données sur un grand nombre de cas et de témoins en un temps relativement court. Cependant, comme les participants sont sélectionnés en fonction de leur statut de maladie, il peut y avoir un biais de sélection qui affecte les résultats. De plus, comme l'étude est observationnelle, elle ne peut pas établir de relation de cause à effet entre l'exposition et la maladie.

Un adénome villeux est un type rare et non cancéreux (bénin) de tumeur qui se développe dans le tractus gastro-intestinal, en particulier dans le colon. Il se caractérise par une croissance externe frondante et polypeuse avec des villosités arborescentes à la surface, d'où son nom. Ces tumeurs sont généralement solitaires et peuvent atteindre une taille considérable avant de provoquer des symptômes. Les adénomes villeux ont un risque accru de dégénérescence maligne (cancer) par rapport aux autres types d'adénomes.

Les symptômes associés à un adénome villeux peuvent inclure:

* Saignement rectal
* Anémie due à des saignements chroniques
* Changements dans les habitudes intestinales, telles que la diarrhée ou la constipation
* Douleurs abdominales
* Perte de poids involontaire

Le diagnostic d'un adénome villeux est généralement posé par endoscopie et biopsie. Le traitement standard consiste en une résection complète de la tumeur, souvent par chirurgie. La prévention des adénomes villeux implique un dépistage régulier du cancer colorectal chez les personnes à risque accru, y compris celles âgées de 50 ans et plus.

La récidive tumorale locale est un terme médical utilisé pour décrire la réapparition d'une tumeur maligne (cancer) dans la même région où elle s'est développée initialement, après un traitement initial qui avait apparemment réussi à éliminer la tumeur. Cela signifie que des cellules cancéreuses sont restées dans le corps, inaperçues par les médecins, et ont recommencé à se multiplier pour former une nouvelle tumeur au même endroit.

Une récidive tumorale locale peut survenir des mois ou même des années après le traitement initial. Elle est souvent associée à un pronostic moins favorable que lors du diagnostic initial, car les cellules cancéreuses peuvent avoir développé une résistance aux thérapies précédemment utilisées. Toutefois, la prise en charge d'une récidive dépend du type de cancer, de son stade au moment du diagnostic de la récidive et des antécédents thérapeutiques du patient.

Je suis désolé, "facteur temps" n'a pas de définition spécifique dans le domaine médical. Le terme "facteur temps" est plutôt utilisé en général pour décrire la durée pendant laquelle quelque chose se produit ou évolue, ou il peut également faire référence à l'importance de considérer le moment et la planification dans un contexte médical. Par exemple, l'administration d'un médicament à un moment précis ("facteur temps critique") ou la progression d'une maladie au fil du temps ("évolution temporelle de la maladie") peuvent être décrites en utilisant le terme "facteur temps". Cependant, il n'y a pas de définition médicale universellement acceptée pour ce terme.

La prostate est une glande de la taille d'une noix située sous la vessie des hommes et devant le rectum. Elle entoure l'urètre, le tube qui transporte l'urine et le sperme hors du corps. La prostate aide à produire le liquide séminal, un fluide qui nourrit et protège les spermatozoïdes.

La prostate se développe généralement à la taille d'une noix lorsqu'un homme atteint l'âge de 20 ans. Cependant, à mesure qu'un homme vieillit, la prostate peut grossir et causer des problèmes. Une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), également appelée adénome de la prostate, est une croissance non cancéreuse qui ne met pas la vie en danger mais qui peut provoquer des symptômes gênants, tels qu'un flux urinaire faible ou interrompu, des envies fréquentes d'uriner et des difficultés à vider complètement la vessie.

Le cancer de la prostate est une forme plus grave de maladie de la prostate qui peut se propager au-delà de la glande et affecter d'autres parties du corps. Il s'agit du deuxième cancer le plus courant chez les hommes, après le cancer du poumon, et il représente environ 10 % des décès par cancer chez l'homme.

Le terme «séquençage par oligonucléotides en batterie» ne semble pas être une expression ou un concept reconnu dans le domaine de la médecine ou de la biologie moléculaire. Il est possible que vous ayez fait une erreur ou que ce terme spécifique soit utilisé dans un contexte particulier et restreint qui m'est inconnu.

Le séquençage d'oligonucléotides, cependant, est une technique de biologie moléculaire permettant de déterminer l'ordre des nucléotides dans une chaîne d'acide nucléique (ADN ou ARN). Cette méthode implique généralement l'utilisation de petits oligonucléotides marqués comme sondes pour identifier et séquencer des régions spécifiques du brin d'acide nucléique.

Si vous cherchiez une définition pour un terme similaire ou lié, veuillez me fournir plus de détails afin que je puisse vous aider au mieux.

Le pancréas est une glande située dans la partie supérieure de l'abdomen, entre l'estomac et la colonne vertébrale. Il a deux fonctions principales: exocrine et endocrine.

Dans sa fonction exocrine, le pancréas produit des enzymes qui aident à la digestion des aliments, telles que l'amylase pour décomposer les glucides, la lipase pour décomposer les graisses et la trypsine et la chymotrypsine pour décomposer les protéines. Ces enzymes sont libérées dans le duodénum via un petit conduit appelé le canal de Wirsung.

Dans sa fonction endocrine, le pancréas régule les niveaux de sucre dans le sang en produisant des hormones telles que l'insuline et le glucagon. L'insuline aide à abaisser le taux de sucre dans le sang en favorisant son absorption par les cellules, tandis que le glucagon aide à augmenter le taux de sucre dans le sang en stimulant la libération de glucose stocké dans le foie.

Le pancréas est donc une glande très importante pour la digestion et la régulation des niveaux de sucre dans le sang.

Un tomodensitomètre, également connu sous le nom de scanner CT (Computed Tomography), est un équipement d'imagerie médicale avancé qui utilise des rayons X pour produire des images détaillées et croisées du corps humain. Il fonctionne en prenant une série de plusieurs rotations autour du patient, capturant des images à angles multiples. Ensuite, ces données sont traitées par un ordinateur qui les combine pour créer des sections transversales du corps, fournissant ainsi des vues détaillées des os, des muscles, des graisses et des organes internes.

Cet outil diagnostique est largement utilisé pour identifier divers types de maladies telles que les tumeurs, les fractures, les hémorragies internes, les infections, les inflammations et d'autres affections médicales. Il offre une visualisation tridimensionnelle et précise, ce qui permet aux médecins de poser un diagnostic plus précis et de planifier des traitements appropriés. Cependant, comme il utilise des radiations, son utilisation doit être pesée par rapport aux bénéfices potentiels pour chaque patient.

Une hétérogreffe, dans le contexte de la médecine et de la chirurgie, est un type de greffe où les tissus ou les cellules proviennent d'un individu génétiquement différent et d'une espèce différente. Cela peut inclure des situations telles que la transplantation d'organes d'animaux à humains, également connue sous le nom de xénogreffe.

Cependant, il est important de noter que les hétérogreffes sont généralement mal tolérées par le système immunitaire du receveur en raison des différences génétiques et moléculaires entre les tissus de l'donneur et ceux du receveur. Cela peut entraîner une réaction immunitaire vigoureuse, appelée rejet de greffe, qui peut causer des dommages aux tissus transplantés et mettre en danger la vie du patient.

Par conséquent, les hétérogreffes sont rarement pratiquées dans la médecine clinique et ne sont généralement utilisées que dans des situations de recherche expérimentale contrôlée. Des techniques avancées de manipulation des tissus et des médicaments immunosuppresseurs puissants peuvent être utilisés pour tenter de minimiser le risque de rejet de greffe, mais ces approches sont encore expérimentales et présentent des défis importants.

La polychimiothérapie antinéoplasique est un type de traitement du cancer qui implique l'utilisation de plusieurs médicaments chimotherapiques différents. Le terme "polychimiothérapie" signifie simplement l'utilisation de plusieurs agents chimiques, tandis que "antinéoplasique" se réfère aux médicaments utilisés pour traiter les néoplasies, ou tumeurs anormales.

Ce protocole est couramment utilisé dans le traitement des cancers avancés ou métastatiques, où il peut être difficile de éradiquer complètement la tumeur avec un seul médicament. En combinant plusieurs médicaments, les médecins peuvent augmenter les chances d'éliminer toutes les cellules cancéreuses et réduire le risque de résistance aux médicaments.

Les protocoles de polychimiothérapie antinéoplasique sont soigneusement planifiés et surveillés par une équipe de spécialistes du cancer, y compris des oncologues médicaux, des infirmières en oncologie et d'autres professionnels de la santé. Les médicaments sont généralement administrés par voie intraveineuse dans un cadre hospitalier ou clinique, bien que certains régimes puissent être administrés sur une base ambulatoire.

Les effets secondaires de la polychimiothérapie antinéoplasique dépendent du type et de la dose des médicaments utilisés, mais peuvent inclure la nausée, les vomissements, la perte de cheveux, la fatigue, la douleur et une augmentation du risque d'infection. Les patients peuvent également éprouver des effets secondaires à long terme, tels que la neuropathie périphérique, la cardiotoxicité et la toxicité pulmonaire.

Dans l'ensemble, les protocoles de polychimiothérapie antinéoplasique sont un traitement important pour de nombreux types de cancer et peuvent contribuer à améliorer les taux de survie et la qualité de vie des patients atteints de cancer. Cependant, ils comportent également des risques et nécessitent une surveillance et une gestion attentives des effets secondaires.

Un carcinome neuroendocrine est un type rare de cancer qui se développe à partir des cellules du système neuroendocrine, qui sont présentes dans divers organes de l'organisme. Ces cellules ont des propriétés à la fois nerveuses et hormonales, ce qui signifie qu'elles peuvent produire et sécréter des hormones et d'autres substances chimiques.

Les carcinomes neuroendocrines peuvent se développer dans de nombreux organes différents, y compris les poumons, le tube digestif, le pancréas, le thymus, les glandes surrénales et la peau. Ils ont tendance à croître lentement et peuvent être asymptomatiques pendant une longue période de temps.

Les symptômes dépendent du type et de l'emplacement du cancer. Les tumeurs neuroendocrines des poumons peuvent causer une toux persistante, des douleurs thoraciques, des essoufflements et des expectorations sanglantes. Les tumeurs neuroendocrines du tube digestif peuvent entraîner des douleurs abdominales, de la diarrhée, des nausées, des vomissements et une perte de poids involontaire.

Le diagnostic d'un carcinome neuroendocrine implique généralement une combinaison de tests d'imagerie, tels que les tomodensitogrammes (TDM) ou les imageries par résonance magnétique (IRM), et des biopsies pour examiner les échantillons de tissus au microscope. Le traitement dépend du type et de l'emplacement du cancer, ainsi que de son stade et de la santé générale du patient. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées qui visent des caractéristiques spécifiques du cancer.

Mucin-1, également connu sous le nom de MUC1, est un type de protéine mucine qui est largement distribuée dans les tissus épithéliaux des organes internes et externes. Elle est particulièrement abondante dans les voies respiratoires supérieures, le tractus gastro-intestinal, les voies urinaires et les systèmes reproducteur et mammaire.

Mucin-1 est une glycoprotéine complexe qui se compose d'une chaîne polypeptidique longue et d'un domaine extracellulaire riche en résidus de sucre. Cette protéine joue un rôle crucial dans la formation d'une barrière protectrice contre les agents pathogènes, les toxines et autres substances nocives en formant un mucus visqueux qui recouvre la surface des épithéliums.

Le domaine extracellulaire de Mucin-1 est capable de se lier à plusieurs molécules différentes, y compris les bactéries et les virus, ce qui permet de prévenir leur adhésion aux cellules épithéliales sous-jacentes. De plus, la protéine possède une activité anti-inflammatoire et peut réguler l'activité des cellules immunitaires dans les tissus où elle est exprimée.

Dans le cancer, Mucin-1 a été identifié comme un marqueur tumoral important, en particulier dans le cancer du sein et le cancer gastrique. Les niveaux anormalement élevés de cette protéine sont associés à une progression agressive de la maladie et à une mauvaise pronostic. Par conséquent, Mucin-1 est considéré comme une cible thérapeutique prometteuse pour le développement de nouveaux traitements contre le cancer.

La perte d'hétérozygotie (LOH), également appelée "perte de hétérozygosité" ou "déficience de l'hétérozygotie", est un phénomène dans lequel une cellule ou un organisme perd un allèle fonctionnel sur un locus chromosomique particulier. Dans un individu hétérozygote pour un gène donné, qui possède donc deux allèles différents de ce gène (par exemple, A et a), la perte d'hétérozygotie entraîne l'acquisition d'une homozygosité complète pour ce locus (par exemple, AA ou aa).

Ce phénomène peut survenir par plusieurs mécanismes, notamment la conversion de gènes, la recombinaison inégale et la perte de chromosomes entiers ou de segments chromosomiques. La perte d'hétérozygotie est souvent observée dans les cellules cancéreuses et peut contribuer au développement et à la progression du cancer en désactivant des gènes suppresseurs de tumeurs ou en activant des oncogènes.

En médecine, l'analyse de la perte d'hétérozygotie est utilisée comme un outil pour identifier les altérations génétiques dans diverses maladies, y compris les cancers et certaines maladies héréditaires.

Le Far-Western blotting est une méthode de laboratoire utilisée dans la recherche biomédicale pour détecter et identifier des protéines spécifiques dans un échantillon. Cette technique est une variation du Western blot traditionnel, qui implique le transfert d'échantillons de protéines sur une membrane, suivi de l'incubation avec des anticorps marqués pour détecter les protéines d'intérêt.

Dans le Far-Western blotting, la membrane contenant les protéines est incubée avec une source de protéine marquée ou étiquetée, telle qu'une enzyme ou une biomolécule fluorescente, qui se lie spécifiquement à la protéine d'intérêt. Cette méthode permet non seulement de détecter la présence de la protéine, mais aussi de caractériser ses interactions avec d'autres protéines ou molécules.

Le Far-Western blotting est particulièrement utile pour l'étude des interactions protéine-protéine et des modifications post-traductionnelles des protéines, telles que la phosphorylation ou la glycosylation. Cependant, il nécessite une optimisation soigneuse des conditions expérimentales pour assurer la spécificité et la sensibilité de la détection.

L'ARN tumoral, ou ARN non codant des tumeurs, fait référence aux types d'acide ribonucléique (ARN) présents dans les cellules cancéreuses qui ne sont pas traduits en protéines. Contrairement à l'ARN messager (ARNm), qui sert de modèle pour la synthèse des protéines, l'ARN tumoral est principalement impliqué dans la régulation de l'expression génétique et d'autres processus cellulaires.

Les chercheurs ont identifié plusieurs types d'ARN tumoraux qui peuvent contribuer au développement et à la progression du cancer, notamment :

1. ARN non codants longs (lncRNA) : Ces molécules d'ARN de plus de 200 nucléotides sont souvent exprimées de manière anormale dans les tumeurs et peuvent réguler l'expression des gènes en interagissant avec l'ADN, l'ARN ou les protéines.
2. microARN (miRNA) : Ces petites molécules d'ARN de 18 à 25 nucléotides peuvent réguler l'expression des gènes en se liant aux ARNm et en favorisant leur dégradation ou en inhibant leur traduction en protéines.
3. Petits ARN interférents (siRNA) : Similaires aux miARN, ces petites molécules d'ARN de 20 à 25 nucléotides peuvent réguler l'expression des gènes en ciblant et en dégradant les ARNm complémentaires.
4. ARN circulaires (circRNA) : Ces molécules d'ARN fermées en boucle peuvent agir comme éponges pour les miARN, régulant ainsi l'expression des gènes cibles.

L'étude de l'ARN tumoral peut fournir des informations importantes sur la biologie du cancer et offrir de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles. Les techniques de séquençage à haut débit, telles que le séquençage de l'ARN à grande échelle (RNA-seq), ont permis d'identifier et de caractériser les profils d'expression des ARN non codants dans divers types de cancer. Ces connaissances peuvent contribuer au développement de biomarqueurs diagnostiques et pronostiques, ainsi qu'à la conception de thérapies ciblées pour traiter le cancer.

Un cystadénocarcinome est un type rare de tumeur maligne qui se développe dans les glandes, telles que les glandes surrénales, les ovaires ou le pancréas. Il se caractérise par la présence de cellules cancéreuses qui tapissent une cavité remplie de liquide, appelée cystadénome. Lorsque ces cellules deviennent cancéreuses, elles peuvent envahir les tissus environnants et se propager à d'autres parties du corps.

Les cystadénocarcinomes sont généralement classés en deux types : mucineux et séreux. Les cystadénocarcinomes mucineux produisent une substance visqueuse appelée mucine, tandis que les cystadénocarcinomes séreux ne le font pas.

Les symptômes du cystadénocarcinome dépendent de sa localisation dans le corps. Dans certains cas, il peut ne provoquer aucun symptôme et être découvert lors d'examens de routine. Cependant, s'il se développe dans les ovaires ou le pancréas, il peut causer des douleurs abdominales, une sensation de satiété après avoir mangé seulement de petites quantités de nourriture, des nausées, des vomissements et une perte de poids inexpliquée.

Le traitement du cystadénocarcinome dépend de sa taille, de son emplacement et de son stade. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie et la chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses restantes. Dans certains cas, une greffe de moelle osseuse peut être recommandée pour remplacer les cellules sanguines endommagées par la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Les antinéoplasiques antimétabolites sont un groupe de médicaments utilisés dans le traitement des cancers. Ils fonctionnent en interférant avec la synthèse et la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses, ce qui entraîne leur mort ou empêche leur croissance et leur division.

Les antimétabolites sont des substances qui ressemblent aux métabolites naturels du corps, tels que les nucléotides, qui sont des composants de l'ADN et de l'ARN. Les cellules cancéreuses prennent ces médicaments pour des métabolites normaux et les intègrent dans leur ADN ou ARN, ce qui entraîne une perturbation de la synthèse de l'ADN et de l'ARN et empêche la division cellulaire.

Les antimétabolites comprennent des médicaments tels que la fluorouracile, le capécitabine, le méthotrexate, le gemcitabine, le cytarabine et le 5-fluoro-2'-deoxyuridine. Ils sont souvent utilisés en association avec d'autres médicaments antinéoplasiques pour traiter une variété de cancers, y compris les cancers du côlon, du rectum, de l'estomac, du pancréas, du sein et de la tête et du cou.

Comme tous les médicaments antinéoplasiques, les antimétabolites peuvent avoir des effets secondaires graves, tels que des nausées, des vomissements, une diarrhée, une fatigue, une perte d'appétit, une baisse des globules blancs et des plaquettes, ainsi qu'une inflammation de la muqueuse buccale. Ils peuvent également affecter le foie et les reins et doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints de maladies hépatiques ou rénales préexistantes.

L'oesophagoscopie est un examen diagnostique qui consiste à insérer un endoscope, un tube flexible et éclairé muni d'une caméra à son extrémité, dans l'œsophage via la bouche ou le nez. Cet examen permet au médecin d'examiner directement la muqueuse de l'œsophage, de rechercher d'éventuelles lésions (inflammations, ulcères, tumeurs...), de prélever des échantillons de tissus pour des analyses complémentaires (biopsies) et, si nécessaire, de réaliser certaines interventions thérapeutiques telles que le traitement de certaines lésions ou la pose de stents pour maintenir ou rétablir la perméabilité de l'œsophage.

ERBB-1, également connu sous le nom d'EGFR (récepteur du facteur de croissance épidermique), est un gène qui code pour un récepteur à la surface cellulaire qui se lie aux facteurs de croissance épidermiques. Ce récepteur joue un rôle important dans la régulation de divers processus cellulaires, tels que la prolifération, la différenciation et l'apoptose (mort cellulaire programmée).

Les mutations ou les amplifications du gène ERBB-1 peuvent entraîner une activation excessive du récepteur, ce qui peut conduire à un déséquilibre de la régulation cellulaire et contribuer au développement de divers types de cancer, tels que le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer colorectal.

Des inhibiteurs de tyrosine kinase, tels que l'erlotinib et le gefitinib, ont été développés pour cibler spécifiquement l'activité anormale de la protéine ERBB-1 dans ces cancers. Ces médicaments peuvent aider à ralentir ou à arrêter la croissance des tumeurs et à améliorer les résultats pour certains patients atteints de cancer.

Le mésothéliome est un type rare et agressif de cancer qui se développe dans la membrane protectrice (la mésothélium) qui recouvre les poumons, le cœur, l'estomac et d'autres organes internes. La majorité des cas de mésothéliome sont liés à une exposition antérieure à l'amiante.

Il existe plusieurs types de mésothéliomes, mais le plus courant est le mésothéliome pleural, qui affecte les membranes entourant les poumons. Les symptômes peuvent inclure une douleur thoracique, une toux persistante, un essoufflement, une perte de poids et une accumulation de liquide dans la cavité thoracique (dite épanchement pleural).

Le diagnostic de mésothéliome est souvent difficile car les symptômes peuvent être similaires à ceux d'autres maladies pulmonaires. Des examens d'imagerie, tels que des radiographies ou des tomodensitométries, ainsi qu'une biopsie sont généralement nécessaires pour confirmer le diagnostic.

Le traitement du mésothéliome peut inclure une chirurgie, une chimiothérapie et/ou une radiothérapie, en fonction du stade et de l'emplacement de la tumeur. Malheureusement, le pronostic pour les personnes atteintes de mésothéliome est généralement mauvais, avec un taux de survie à cinq ans inférieur à 10%.

Il est important de noter que l'exposition à l'amiante est la principale cause de mésothéliome et qu'il existe des lois et réglementations pour protéger les travailleurs contre l'exposition à ce matériau dangereux. Si vous pensez avoir été exposé à l'amiante, il est important de consulter un médecin pour un dépistage et une surveillance régulière de votre santé pulmonaire.

En termes médicaux, un facteur de risque est défini comme toute caractéristique ou exposition qui augmente la probabilité de développer une maladie ou une condition particulière. Il peut s'agir d'un trait, d'une habitude, d'une substance, d'une exposition environnementale ou d'un autre facteur qui, selon les recherches et les études épidémiologiques, accroît la susceptibilité d'un individu à contracter une maladie.

Il est important de noter que le fait d'avoir un facteur de risque ne signifie pas qu'une personne contractera certainement la maladie en question. Cependant, cela indique simplement qu'elle a une probabilité plus élevée de développer cette maladie par rapport à quelqu'un qui n'a pas ce facteur de risque.

Les facteurs de risque peuvent être modifiables ou non modifiables. Les facteurs de risque modifiables sont ceux que l'on peut changer grâce à des interventions, comme l'arrêt du tabac pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires et certains cancers. D'un autre côté, les facteurs de risque non modifiables sont ceux qui ne peuvent pas être changés, tels que l'âge, le sexe ou les antécédents familiaux de certaines maladies.

Dans la pratique clinique, l'identification des facteurs de risque permet aux professionnels de la santé d'évaluer et de gérer plus efficacement la santé des patients en mettant en œuvre des stratégies de prévention et de gestion des maladies ciblées pour réduire le fardeau de la morbidité et de la mortalité.

La cisplatine est un médicament antinéoplasique, plus précisément un agent alkylant platine. Il est largement utilisé dans la chimiothérapie pour traiter divers types de cancers, y compris les carcinomes des voies génito-urinaires (par exemple, le cancer du testicule et le cancer de l'ovaire), le cancer du col de l'utérus, le cancer du poumon à petites cellules, le cancer de la tête et du cou, ainsi que d'autres types de tumeurs malignes.

Le mécanisme d'action de la cisplatine consiste à interférer avec la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses en formant des liaisons croisées entre les brins complémentaires d'ADN, ce qui entraîne des dommages à l'ADN et finalement l'apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules cancéreuses.

Cependant, la cisplatine peut également affecter les cellules saines et provoquer des effets secondaires indésirables, tels que la néphrotoxicité (dommages aux reins), l'ototoxicité (perte auditive) et la neurotoxicité (dommages aux nerfs). Ces effets secondaires peuvent être gérés par des mesures de support et des ajustements posologiques.

La cisplatine est généralement administrée par voie intraveineuse sous surveillance médicale stricte en raison de ses toxicités potentielles. Les professionnels de la santé doivent évaluer attentivement les bénéfices et les risques associés à l'utilisation de ce médicament et surveiller étroitement les patients pendant le traitement pour minimiser les effets indésirables.

Les protéines des proto-oncogènes sont des protéines qui jouent un rôle crucial dans la régulation normale de la croissance, du développement et de la différenciation cellulaires. Elles sont codées par les gènes proto-oncogènes, qui sont présents de manière naturelle dans toutes les cellules saines. Ces protéines sont souvent associées à des processus tels que la transcription des gènes, la traduction des protéines, la réparation de l'ADN et la signalisation cellulaire.

Cependant, lorsque ces proto-oncogènes subissent des mutations ou sont surexprimés, ils peuvent se transformer en oncogènes, ce qui peut entraîner une division cellulaire incontrôlée et la formation de tumeurs malignes. Les protéines des proto-oncogènes peuvent donc être considérées comme des interrupteurs moléculaires qui régulent la transition entre la croissance cellulaire normale et la transformation maligne.

Il est important de noter que les protéines des proto-oncogènes ne sont pas nécessairement nocives en soi, mais plutôt leur activation ou leur expression anormale peut entraîner des conséquences néfastes pour la cellule et l'organisme dans son ensemble. La compréhension des mécanismes moléculaires qui régulent ces protéines est donc essentielle pour le développement de stratégies thérapeutiques visant à prévenir ou à traiter les maladies associées à leur dysfonctionnement, telles que le cancer.

Le sac anal, également connu sous le nom de réceptacle ampulaire ou ampoule rectale, est une dilatation ou une expansion physiologique qui se produit dans la partie terminale du canal rectal avant l'anus. Il s'agit d'une section du tractus gastro-intestinal où les matières fécales sont temporairement stockées avant la défécation. Le sac anal joue un rôle important dans la continence fécale en agissant comme une réserve de capacité pour le rectum, ce qui permet à l'individu de contrôler la défécation en contractant et en relâchant les muscles du sphincter anal.

Les quinazolines sont un type de composé hétérocyclique qui se compose d'un noyau benzène fusionné avec un cycle pyrazine à deux nitrogènes. Dans le contexte médical, les quinazolines sont importantes en raison de leur activité biologique et sont souvent utilisées dans la synthèse de médicaments.

Les dérivés de quinazoline ont montré une large gamme d'activités pharmacologiques, y compris des propriétés antimicrobiennes, antivirales, antifongiques, anti-inflammatoires, analgésiques, anticonvulsivantes et anticancéreuses. Par exemple, certains dérivés de quinazoline sont utilisés dans les médicaments contre le cancer, tels que la gefitinib et l'erlotinib, qui sont des inhibiteurs de tyrosine kinase utilisés pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules.

D'autres dérivés de quinazoline sont utilisés dans les médicaments contre les maladies cardiovasculaires, comme la prazosine, un antagoniste des récepteurs alpha-1 utilisé pour traiter l'hypertension artérielle et l'hyperplasie prostatique bénigne.

En raison de leur activité biologique, les quinazolines sont un domaine important de la recherche médicale et pharmaceutique, avec un intérêt continu pour le développement de nouveaux dérivés ayant des propriétés thérapeutiques améliorées.

Un cystadénocarcinome séreux est un type rare mais agressif de cancer qui se développe à partir des cellules glandulaires tapissant les organes creux du corps. Il est appelé "séreux" en raison de la production de fluide séreux par ces tumeurs.

Ce type de cancer peut survenir dans divers organes, mais il est le plus souvent trouvé dans les ovaires et le pancréas. Dans les ovaires, le cystadénocarcinome séreux se développe généralement à partir d'une tumeur bénigne préexistante appelée cystadénome séreux.

Les cystadénocarcinomes séreux sont souvent de grande taille et peuvent provoquer des symptômes tels que des douleurs abdominales, une sensation de satiété, des nausées, des vomissements ou des changements dans les habitudes intestinales. Le diagnostic est généralement posé par imagerie médicale et confirmé par une biopsie ou une résection chirurgicale de la tumeur.

Le traitement du cystadénocarcinome séreux dépend du stade et de l'emplacement de la tumeur, mais peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une chimiothérapie et une radiothérapie. Malheureusement, le pronostic est souvent réservé pour ce type de cancer, en particulier s'il s'est propagé au-delà de l'organe d'origine.

La division cellulaire est un processus biologique fondamental dans lequel une cellule mère se divise en deux ou plusieurs cellules filles génétiquement identiques. Il existe deux principaux types de division cellulaire : la mitose et la méiose.

1. Mitose : C'est un type de division cellulaire qui conduit à la formation de deux cellules filles diploïdes (ayant le même nombre de chromosomes que la cellule mère) et génétiquement identiques. Ce processus est vital pour la croissance, la réparation et le remplacement des cellules dans les organismes multicellulaires.

2. Méiose : Contrairement à la mitose, la méiose est un type de division cellulaire qui se produit uniquement dans les cellules reproductrices (gamètes) pour créer des cellules haploïdes (ayant la moitié du nombre de chromosomes que la cellule mère). La méiose implique deux divisions successives, aboutissant à la production de quatre cellules filles haploïdes avec des combinaisons uniques de chromosomes. Ce processus est crucial pour assurer la diversité génétique au sein d'une espèce.

En résumé, la division cellulaire est un mécanisme essentiel par lequel les organismes se développent, se réparent et maintiennent leurs populations cellulaires stables. Les deux types de division cellulaire, mitose et méiose, ont des fonctions différentes mais complémentaires dans la vie d'un organisme.

En médecine, la rémission fait référence à une diminution ou à la disparition des symptômes d'une maladie, permettant à un patient de se sentir mieux et d'améliorer sa qualité de vie. Cela ne signifie pas nécessairement que la maladie a été guérie ; dans certains cas, les symptômes peuvent réapparaître après une certaine période (on parle alors de rechute). Dans le contexte de maladies chroniques comme la sclérose en plaques ou le cancer, on distingue souvent la rémission complète (lorsque tous les signes et symptômes ont disparu) de la rémission partielle (lorsqu'il y a une diminution significative des symptômes mais qu'ils ne disparaissent pas entièrement). Il est important de noter que chaque patient peut expérimenter différemment la rémission, en fonction de sa maladie, de son traitement et de sa réponse individuelle à celui-ci.

Les anticorps bispécifiques sont un type d'immunothérapie qui peuvent se lier à deux cibles différentes simultanément. Ils sont conçus pour avoir deux sites de liaison, chacun capable de se fixer à des protéines ou des cellules spécifiques. Cette capacité leur permet de servir de pont entre deux types de cellules, généralement les cellules cancéreuses et les cellules immunitaires, telles que les lymphocytes T.

En se liant aux deux cibles, les anticorps bispécifiques peuvent activer le système immunitaire pour attaquer et détruire les cellules cancéreuses. Ils ont été développés comme une stratégie thérapeutique prometteuse dans le traitement de divers types de cancer, car ils peuvent contourner les mécanismes de défense des cellules cancéreuses qui empêchent souvent le système immunitaire de les reconnaître et de les attaquer.

Cependant, il est important de noter que l'utilisation d'anticorps bispécifiques peut également entraîner des effets secondaires graves, tels que la libération de cytokines, qui peuvent provoquer une inflammation systémique et des réactions indésirables. Par conséquent, leur utilisation doit être soigneusement surveillée et gérée pour minimiser les risques associés.

Les "tumeurs primitives inconnues" est un terme utilisé en médecine pour désigner une situation où une tumeur maligne s'est propagée (métastasée) dans différentes parties du corps, mais l'origine ou la source primitive de cette tumeur ne peut pas être identifiée malgré des examens et analyses approfondis.

Ce phénomène est relativement rare, représentant environ 2 à 5% des cas de cancers métastatiques. Il est important de noter que même si la tumeur primitive ne peut être trouvée, le traitement se concentre généralement sur les tumeurs secondaires (métastases) et vise à soulager les symptômes, améliorer la qualité de vie et prolonger la survie du patient.

La détermination de l'origine de la tumeur est cruciale pour le choix du traitement adéquat ; cependant, dans ces cas particuliers où la tumeur primitive reste inconnue, les médecins doivent s'appuyer sur des caractéristiques cliniques, radiologiques et histopathologiques des métastases pour sélectionner le meilleur plan de traitement possible.

Le tabagisme est défini comme l'habitude ou la pratique consistant à inhaler et à exhaler la fumée provenant des produits du tabac brûlés, tels que les cigarettes, les cigares, les pipes ou le tabac à priser. Cette habitude est largement reconnue comme nocive pour la santé, car elle peut entraîner une variété de problèmes de santé graves, notamment des maladies cardiovasculaires, des accidents vasculaires cérébraux, des maladies respiratoires telles que la bronchite et l'emphysème, ainsi que plusieurs types de cancer, y compris le cancer du poumon.

Le tabagisme est causé par la nicotine, une drogue présente dans le tabac qui est hautement addictive. Lorsque le tabac est brûlé, la nicotine est libérée dans la fumée et absorbée dans le corps par les poumons. La nicotine atteint alors rapidement le cerveau, où elle active les récepteurs du plaisir et provoque une sensation agréable. Cependant, cette dépendance peut entraîner une forte envie de continuer à fumer, même si la personne est consciente des risques pour la santé associés au tabagisme.

Le tabagisme passif, qui se produit lorsqu'une personne non-fumeur inhale la fumée secondaire provenant de la fumée de tabac d'un fumeur actif, peut également entraîner des problèmes de santé graves. Par conséquent, de nombreuses lois et réglementations ont été mises en place pour limiter l'exposition à la fumée de tabac dans les lieux publics et de travail.

Il est important de noter que l'arrêt du tabagisme peut être difficile en raison de la dépendance à la nicotine, mais qu'il existe des traitements et des ressources disponibles pour aider les gens à arrêter de fumer. Les avantages pour la santé de l'arrêt du tabac peuvent être importants et durables, y compris une réduction du risque de maladies cardiovasculaires, de cancer et de maladies respiratoires.

L'antigène Ki-67 est une protéine nucléaire qui se trouve dans les cellules en phase de division ou en croissance active. Elle est souvent utilisée comme un marqueur pour évaluer la prolifération cellulaire dans les tissus, y compris ceux des cancers.

Dans le contexte médical, l'antigène Ki-67 est couramment utilisé dans la recherche et le diagnostic de divers types de cancer. Un test immunohistochimique (IHC) est souvent effectué pour détecter la présence de cette protéine dans les échantillons de tissus prélevés lors d'une biopsie ou d'une résection chirurgicale.

Un score Ki-67 élevé peut indiquer une croissance tumorale plus agressive et être associé à un pronostic moins favorable pour certains types de cancer, tels que le carcinome mammaire invasif et le lymphome diffus à grandes cellules B. Cependant, la signification clinique de l'antigène Ki-67 varie selon le type de cancer et doit être interprétée en conjonction avec d'autres facteurs pronostiques et thérapeutiques.

La cyclooxygénase-2 (COX-2) est une enzyme clé impliquée dans la synthèse des prostaglandines, des eicosanoïdes qui jouent un rôle crucial dans l'inflammation, la douleur et la fièvre. Contrairement à sa contrepartie constitutive COX-1, l'expression de COX-2 est principalement inductible en réponse à divers stimuli, tels que les cytokines, les facteurs de croissance et les mitogènes.

L'induction de COX-2 entraîne une augmentation de la production de prostaglandines, ce qui peut provoquer une inflammation et des douleurs dans certaines conditions pathologiques, telles que l'arthrite. Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) couramment utilisés, tels que l'ibuprofène et le naproxène, inhibent à la fois COX-1 et COX-2, mais des médicaments sélectifs de COX-2, comme le célécoxib, ont été développés pour minimiser les effets indésirables gastro-intestinaux associés aux AINS non sélectifs.

Cependant, il a également été démontré que l'inhibition de COX-2 entraîne un risque accru d'événements cardiovasculaires indésirables, tels que les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques. Par conséquent, l'utilisation des inhibiteurs sélectifs de COX-2 doit être soigneusement équilibrée par rapport à ces risques et avantages potentiels.

L'analyse des mutations de l'ADN est une méthode d'examen génétique qui consiste à rechercher des modifications (mutations) dans la séquence de l'acide désoxyribonucléique (ADN). L'ADN est le matériel génétique présent dans les cellules de tous les organismes vivants et contient les instructions pour le développement, la fonction et la reproduction des organismes.

Les mutations peuvent survenir spontanément ou être héritées des parents d'un individu. Elles peuvent entraîner des changements dans la structure et la fonction des protéines, ce qui peut à son tour entraîner une variété de conséquences, allant de mineures à graves.

L'analyse des mutations de l'ADN est utilisée dans un large éventail d'applications, y compris le diagnostic et le suivi des maladies génétiques, la détermination de la susceptibilité à certaines maladies, l'identification des auteurs de crimes, la recherche sur les maladies et le développement de médicaments.

Il existe différentes méthodes pour analyser les mutations de l'ADN, notamment la séquençage de nouvelle génération (NGS), la PCR en temps réel, la PCR quantitative et la Southern blotting. Le choix de la méthode dépend du type de mutation recherchée, de la complexité du test et des besoins du patient ou du chercheur.

Les études de suivi, également appelées études de cohorte longitudinales, sont un type d'étude de recherche médicale ou de santé publique dans laquelle une population ou une cohorte initialement identifiée comme exposée ou non exposée à un facteur de risque particulier est surveillée au fil du temps pour déterminer l'incidence d'un événement de santé spécifique, tel qu'une maladie ou un décès.

L'objectif principal des études de suivi est d'établir une relation temporelle entre le facteur d'exposition et l'issue de santé en évaluant les participants à plusieurs reprises sur une période prolongée, ce qui permet de déterminer si l'exposition au facteur de risque entraîne des conséquences négatives sur la santé.

Les études de suivi peuvent fournir des informations importantes sur les causes et les effets des maladies, ainsi que sur les facteurs de risque et de protection associés à une issue de santé spécifique. Elles peuvent également être utiles pour évaluer l'efficacité et la sécurité des interventions de santé publique ou cliniques.

Cependant, il est important de noter que les études de suivi présentent certaines limites, telles que la perte de participants au fil du temps, qui peut entraîner un biais de sélection, et la possibilité d'un biais de rappel lorsque les données sont collectées par enquête. Par conséquent, il est essentiel de concevoir et de mettre en œuvre des études de suivi avec soin pour minimiser ces limites et garantir la validité et la fiabilité des résultats.

Un antigène carbohydrate, également connu sous le nom d'antigène glucidique ou antigène polysaccharide, est un type d'antigène qui est composé de chaînes complexes de sucres (glucides). Ces molécules sont souvent trouvées à la surface des bactéries et des cellules animales, où elles peuvent être reconnues par le système immunitaire comme étant étrangères ou différentes des propres molécules du corps.

Les antigènes carbohydrates peuvent déclencher une réponse immunitaire de la part des lymphocytes B, qui produisent des anticorps spécifiques pour se lier à ces molécules et les neutraliser. Ces anticorps peuvent aider à protéger le corps contre les infections bactériennes ou virales en empêchant les agents pathogènes de s'attacher aux cellules du corps et de les infecter.

Les antigènes carbohydrates sont souvent utilisés dans la recherche médicale pour développer des vaccins et d'autres thérapies immunitaires. Ils peuvent également être utilisés comme marqueurs pour aider à identifier et à diagnostiquer certaines maladies, telles que le cancer.

La chimiothérapie néoadjuvante est un traitement préopératoire qui consiste en l'administration de médicaments cytotoxiques (chimiothérapie) avant la chirurgie d'un cancer solide. Le but principal de ce traitement est de réduire la taille de la tumeur, éliminer les cellules cancéreuses qui se sont propagées au-delà de la tumeur primitive et améliorer ainsi les chances de succès de l'intervention chirurgicale.

Cette approche est couramment utilisée dans le traitement des cancers du sein, du côlon, du rectum, de l'estomac, de l'œsophage et d'autres organes. Les avantages de la chimiothérapie néoadjuvante comprennent la possibilité de convertir une chirurgie inopérable en opérable, d'améliorer les résultats de la chirurgie et de fournir des informations sur la sensibilité du cancer aux médicaments cytotoxiques.

Cependant, il existe également des risques associés à cette approche, tels que des effets secondaires potentiellement graves de la chimiothérapie, une augmentation du délai avant la chirurgie et la possibilité d'une progression de la maladie pendant le traitement. Par conséquent, la décision d'utiliser la chimiothérapie néoadjuvante doit être prise au cas par cas, en fonction du type et du stade du cancer, de l'état général du patient et des préférences du patient.

HT-29 est une lignée cellulaire humaine utilisée dans la recherche en biologie et en médecine. Ces cellules sont dérivées d'une tumeur du côlon cancéreux et sont souvent utilisées comme modèle pour étudier la biologie des cellules cancéreuses colorectales.

Les cellules HT-29 ont la capacité de former des sphères en trois dimensions, ce qui les rend utiles pour l'étude de la croissance et de la progression des tumeurs. Elles expriment également des marqueurs spécifiques du côlon, tels que la carcinoembryonnaire antigène (CEA) et la mucine 2, qui sont souvent surexprimés dans les cancers colorectaux.

Les cellules HT-29 peuvent être utilisées pour étudier divers aspects de la biologie du cancer, tels que la croissance tumorale, l'angiogenèse, l'invasion et la métastase. Elles sont également souvent utilisées dans les tests de médicaments pour évaluer l'efficacité des traitements potentiels contre le cancer colorectal.

Il est important de noter que, comme toutes les lignées cellulaires, les cellules HT-29 ont leurs limites et ne peuvent pas reproduire parfaitement tous les aspects de la biologie du cancer dans un organisme vivant. Cependant, elles restent un outil précieux pour la recherche en laboratoire sur le cancer colorectal.

Une «pleurésie maligne» ou «épanchement pleural malin» est un type d'accumulation anormale de liquide dans l'espace pleural (l'espace entre les deux feuillets de la plèvre qui recouvrent les poumons) causée par la propagation (métastase) du cancer depuis ses sites d'origine vers la plèvre. Ce liquide peut exercer une pression sur le poumon, ce qui entraîne des difficultés respiratoires.

Les cancers primitifs les plus souvent associés à cette condition sont le cancer du poumon, le lymphome malin et le cancer du sein. Cependant, presque tous les types de cancer peuvent métastaser vers la plèvre et provoquer une pleurésie maligne.

Les symptômes comprennent une toux, des douleurs thoraciques, une respiration difficile (dyspnée), une fatigue et une perte de poids involontaire. Le diagnostic est généralement posé en examinant le liquide prélevé par ponction dans la cavité pleurale (thoracentèse). Ce liquide est analysé pour déterminer la nature maligne des cellules cancéreuses et le type de cancer d'origine.

Le traitement vise à soulager les symptômes en éliminant l'excès de liquide et peut inclure une thoracentèse répétée, l'utilisation de tubes de drainage thoraciques, la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie. Malheureusement, dans de nombreux cas, la pleurésie maligne est un signe avancé d'un cancer étendu et la maladie peut être difficile à contrôler.

Mucin-4, également connu sous le nom de MUC4, est un type de mucine - une glycoprotéine qui est le principal composant des muqueuses. Il s'agit d'une protéine transmembranaire complexe qui joue un rôle crucial dans la protection et la lubrification des épithéliums sur les surfaces muqueuses.

MUC4 est particulièrement exprimée dans les épithéliums des voies respiratoires, gastro-intestinales et génito-urinaires. Elle est composée d'un domaine extracellulaire volumineux riche en sucres, qui est responsable de la fonction protectrice du mucus, et d'un domaine transmembranaire qui s'étend à travers la membrane cellulaire. Le domaine intracellulaire de MUC4 interagit avec diverses protéines intracellulaires pour réguler une variété de processus cellulaires, y compris la différenciation cellulaire, la prolifération et l'apoptose (mort cellulaire programmée).

Des études ont montré que MUC4 peut également jouer un rôle dans la défense contre les infections bactériennes et virales en empêchant l'adhésion et l'invasion des agents pathogènes dans les cellules épithéliales. Cependant, une expression anormale ou excessive de MUC4 a été associée à diverses maladies, telles que le cancer du pancréas, où elle peut favoriser la croissance tumorale et la progression de la maladie.

La fluorescence in situ hybride (FISH) est une technique de biologie moléculaire utilisée pour détecter et localiser des séquences d'ADN spécifiques dans des cellules ou des tissus préservés. Cette méthode consiste à faire réagir des sondes d'ADN marquées avec des fluorophores spécifiques, qui se lient de manière complémentaire aux séquences d'intérêt sur les chromosomes ou l'ARN dans les cellules préparées.

Dans le cas particulier de l'hybridation in situ fluorescente (FISH), les sondes sont appliquées directement sur des échantillons de tissus ou de cellules fixés et préparés, qui sont ensuite exposés à des températures et à une humidité contrôlées pour favoriser la liaison des sondes aux cibles. Les échantillons sont ensuite examinés au microscope à fluorescence, ce qui permet de visualiser les signaux fluorescents émis par les sondes liées et donc de localiser les séquences d'ADN ou d'ARN d'intérêt dans le contexte des structures cellulaires et tissulaires.

La FISH est largement utilisée en recherche et en médecine diagnostique pour détecter des anomalies chromosomiques, des réarrangements génétiques, des mutations spécifiques ou des modifications de l'expression génique dans divers contextes cliniques, tels que le cancer, les maladies génétiques et les infections virales.

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un trouble dans lequel le contenu acide de l'estomac remonte dans l'œsophage, provoquant une sensation de brûlure derrière le sternum connue sous le nom de pyrosis ou brûlures d'estomac. Normalement, une bande de muscle à la jonction entre l'estomac et l'œsophage, appelée sphincter inférieur de l'œsophage, se relâche pour permettre la déglutition et se contracte ensuite pour empêcher le reflux du contenu acide de l'estomac dans l'œsophage. Dans le RGO, cette barrière ne fonctionne pas correctement, entraînant des symptômes désagréables. Les facteurs de risque comprennent l'obésité, le tabagisme, la consommation d'alcool, certaines maladies sous-jacentes telles que la hernie hiatale et les aliments épicés ou gras. Les symptômes courants du RGO sont les brûlures d'estomac, les régurgitations acides, les douleurs thoraciques non cardiaques, les difficultés de déglutition, la toux chronique, le hoquet et la respiration sifflante. Dans les cas graves et/ou chroniques, le RGO peut entraîner des complications telles que l'œsophagite, les sténoses œsophagiennes, les ulcères œsophagiens et le cancer de l'œsophage. Le diagnostic est généralement posé sur la base des antécédents médicaux du patient, des tests de laboratoire et des examens d'imagerie tels que la manométrie œsophagienne et la pH-métrie œsophagienne. Le traitement peut inclure des modifications du mode de vie, des médicaments en vente libre ou sur ordonnance et, dans les cas graves, une intervention chirurgicale.

La valeur prédictive d'un test médical est la probabilité qu'un résultat de test positif ou négatif corresponde correctement à l'état réel du patient. Il existe deux types de valeurs prédictives : la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative (VPN).

La Valeur Prédictive Positive (VPP) est la probabilité qu'une personne ait réellement une maladie, un état de santé particulier ou un résultat défavorable à long terme, compte tenu d'un test positif. En d'autres termes, si le test est positif, combien de fois ce résultat est-il correct ?

La Valeur Prédictive Négative (VPN) est la probabilité qu'une personne n'ait pas réellement une maladie, un état de santé particulier ou un résultat défavorable à long terme, compte tenu d'un test négatif. En d'autres termes, si le test est négatif, combien de fois ce résultat est-il correct ?

Ces valeurs sont cruciales dans la médecine clinique pour aider à évaluer l'exactitude diagnostique des tests et à prendre des décisions thérapeutiques éclairées. Cependant, il convient de noter que les valeurs prédictives dépendent fortement de la prévalence de la maladie dans la population testée. Par conséquent, elles peuvent varier considérablement selon le contexte clinique et doivent être interprétées avec prudence.

Une hystérectomie est un type de chirurgie gynécologique au cours de laquelle l'utérus est enlevé. Selon le degré d'intervention requis, différents types d'hystérectomies peuvent être pratiqués :

1. Hystérectomie totale : Dans ce cas, tout l'utérus, y compris le col de l'utérus, est enlevé.
2. Hystérectomie subtotale ou supracervicale : Seulement la partie supérieure de l'utérus est enlevée, laissant le col de l'utérus intact.

De plus, selon l'étendue de la maladie, les médecins peuvent également décider d'enlever les trompes de Fallope et les ovaires, on parle alors respectivement d'salpingectomie et oophorectomie.

Les hystérectomies sont généralement effectuées pour traiter des conditions médicales telles que les fibromes utérins, le cancer de l'utérus ou du col de l'utérus, l'endométriose sévère, les prolapsus pelviens graves et certains types de saignements utérins anormaux. Cette procédure peut être réalisée par différentes voies d'abord : vaginale, abdominale ou laparoscopique.

L'amplification génétique est un processus de laboratoire qui permet de copier et de multiplier des segments spécifiques d'ADN à des fins d'analyse. Ce procédé est couramment utilisé en médecine légale, dans le diagnostic et la recherche médicale pour détecter et analyser des gènes ou des séquences d'ADN spécifiques associés à des maladies héréditaires, des mutations ou des marqueurs génétiques.

La technique la plus courante d'amplification génétique est la réaction en chaîne par polymérase (PCR), qui permet de copier rapidement et avec une grande précision des millions à des milliards de copies d'un segment d'ADN spécifique. Cette méthode est basée sur l'utilisation d'enzymes, de primers et de nucléotides pour amplifier la séquence d'intérêt.

L'amplification génétique a révolutionné le domaine de la médecine moléculaire en permettant une analyse plus sensible, spécifique et rapide des gènes et des mutations associées à diverses maladies et affections. Elle est également utilisée dans les tests de paternité, l'identification de victimes dans des scènes de crime, la détection d'agents pathogènes et la recherche en génétique évolutive.

La β-caténine est une protéine qui joue un rôle important dans la régulation des processus de développement et de croissance des cellules. Elle est codée par le gène CTNNB1 et est exprimée dans de nombreux types de tissus.

Dans le cytoplasme, la β-caténine se lie à d'autres protéines pour former un complexe qui régule l'expression des gènes en interagissant avec des facteurs de transcription. Lorsque le signal approprié est reçu, la β-caténine peut être libérée du complexe et migrer vers le noyau cellulaire, où elle se lie à des facteurs de transcription pour activer l'expression de gènes cibles spécifiques.

La β-caténine joue également un rôle important dans la stabilité des jonctions intercellulaires en se liant à des cadhines, des protéines qui médient les interactions entre les cellules voisines. Cette interaction permet de maintenir l'intégrité structurelle des tissus et des organes.

Des mutations dans le gène CTNNB1 peuvent entraîner une accumulation anormale de β-caténine dans le cytoplasme et le noyau cellulaire, ce qui peut perturber la régulation de l'expression des gènes et conduire au développement de diverses maladies, telles que les cancers colorectaux, hépatocellulaires et médulloblastomes.

L'urètre est un canal musculo-membraneux qui émerge de la vessie et évacue l'urine vers l'extérieur du corps dans les mammifères. L'urètre fémelle, également connu sous le nom d'urètre court ou urètre paroi postérieure, est une structure unique à la femme qui s'étend du bas de la vessie au méat urinaire à l'extérieur du corps.

L'ouraque (ou urachus) est un vestige embryologique situé dans la ligne médiane du bas-ventre, reliant la vessie et le nombril. Chez le fœtus en développement, l'ouraque sert de conduit pour l'évacuation de l'urine avant que les reins ne soient complètement formés et fonctionnels. Après la naissance, l'ouraque se normalement oblitère ou se ferme et se transforme en un cordon fibreux appelé le ligament urachien.

Dans certains cas, cependant, des restes d'ouraque peuvent persister, entraînant diverses anomalies congénitales telles qu'une urachus ouvert (urachus persistant), une fistule urachienne (connexion anormale entre la vessie et le nombril) ou un kyste urachien (sac rempli de liquide dans l'ouraque). Ces conditions peuvent provoquer des symptômes tels que des douleurs abdominales, une infection du tractus urinaire ou une miction douloureuse et doivent être traitées par un médecin.

L'analyse multivariée est une méthode statistique utilisée en recherche médicale pour analyser les relations simultanées entre trois ou plusieurs variables dans un ensemble de données. Contrairement à l'analyse univariée qui examine une seule variable à la fois, l'analyse multivariée permet d'étudier les interactions complexes et les dépendances entre plusieurs variables.

Cette méthode est particulièrement utile en médecine pour identifier des modèles ou des schémas dans les données médicales complexes, tels que les résultats de tests de laboratoire, les scores de symptômes, les antécédents médicaux et les facteurs de risque. Elle peut aider à prédire les issues cliniques, à déterminer les facteurs de risque pour une maladie donnée, à évaluer l'efficacité des traitements et à identifier les sous-groupes de patients qui répondent le mieux à un traitement spécifique.

Les méthodes d'analyse multivariée comprennent l'analyse en composantes principales, l'analyse factorielle, l'analyse discriminante, la régression logistique multiple et les modèles de mélange gaussien. Ces méthodes permettent de simplifier les données complexes en identifiant des schémas ou des structures sous-jacentes qui peuvent être utilisés pour faire des prédictions ou prendre des décisions cliniques éclairées.

Cependant, l'analyse multivariée peut également présenter des défis méthodologiques et statistiques, tels que la corrélation entre les variables, le biais de sélection, la sur-ajustement et l'interprétation des résultats. Par conséquent, il est important de bien comprendre les hypothèses et les limites de chaque méthode avant de les utiliser dans l'analyse des données médicales.

La transduction du signal est un processus crucial dans la communication cellulaire où les cellules convertissent un signal extracellulaire en une réponse intracellulaire spécifique. Il s'agit d'une série d'étapes qui commencent par la reconnaissance et la liaison du ligand (une molécule signal) à un récepteur spécifique situé sur la membrane cellulaire. Cela entraîne une cascade de réactions biochimiques qui amplifient le signal, finalement aboutissant à une réponse cellulaire adaptative telle que la modification de l'expression des gènes, la mobilisation du calcium ou la activation des voies de signalisation intracellulaires.

La transduction de signaux peut être déclenchée par divers stimuli, y compris les hormones, les neurotransmetteurs, les facteurs de croissance et les molécules d'adhésion cellulaire. Ce processus permet aux cellules de percevoir et de répondre à leur environnement changeant, en coordonnant des fonctions complexes allant du développement et de la différenciation cellulaires au contrôle de l'homéostasie et de la réparation des tissus.

Des anomalies dans la transduction des signaux peuvent entraîner diverses maladies, notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète et les troubles neurologiques. Par conséquent, une compréhension approfondie de ce processus est essentielle pour élucider les mécanismes sous-jacents des maladies et développer des stratégies thérapeutiques ciblées.

Un cancérogène est un agent (tel qu'un produit chimique, un rayonnement ou une infection virale) qui peut causer ou contribuer au développement d'un cancer. Les cancérogènes peuvent être classés en fonction de leur niveau de preuve de carcinogénicité par des organismes tels que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et l'Environmental Protection Agency (EPA).

Les cancérogènes connus sont ceux pour lesquels il existe suffisamment de preuves provenant d'études humaines ou animales pour conclure qu'ils causent un cancer. Les cancérogènes probables sont ceux pour lesquels il existe des preuves limitées de carcinogénicité chez l'homme et des preuves suffisantes chez les animaux, ou vice versa. Enfin, les cancérogènes possibles sont ceux pour lesquels il existe des indications d'une potentialité carcinogène, mais les preuves ne sont pas concluantes.

Il est important de noter que l'exposition à un cancérogène n'entraîne pas nécessairement le développement d'un cancer, et que la probabilité de développer un cancer dépend généralement de facteurs tels que la dose, la durée et le moment de l'exposition. Cependant, il est recommandé d'éviter ou de minimiser l'exposition aux cancérogènes connus dans la mesure du possible pour réduire le risque de cancer.

Les tumeurs du foie sont des growths anormales qui se produisent dans cet organe. Ils peuvent être bénins (non cancéreux) ou malins (cancéreux).

Les tumeurs bénignes du foie comprennent les hémangiomes, les adénomes et les hyperplasies nodulaires focales. Ces types de tumeurs ne se propagent pas à d'autres parties du corps et peuvent souvent être surveillés sans traitement. Cependant, dans certains cas, ils peuvent causer des problèmes s'ils deviennent grands ou si leur croissance comprime les structures voisines.

Les tumeurs malignes du foie comprennent le carcinome hépatocellulaire (CHC) et les métastases hépatiques. Le CHC est une forme de cancer qui commence dans les cellules du foie, tandis que les métastases hépatiques sont des cancers qui se sont propagés au foie à partir d'autres parties du corps. Les deux types peuvent causer des dommages importants aux fonctions hépatiques et nécessitent un traitement agressif.

Les facteurs de risque pour le développement des tumeurs malignes du foie comprennent l'infection par le virus de l'hépatite B ou C, la consommation excessive d'alcool, l'obésité, le diabète et l'exposition à certains produits chimiques. Les symptômes des tumeurs du foie peuvent inclure une douleur ou une sensation de plénitude dans le haut de l'abdomen, une perte de poids inexpliquée, une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), des nausées et des vomissements. Le diagnostic est généralement posé par imagerie médicale telle qu'une échographie ou une tomodensitométrie, suivie d'une biopsie pour confirmer le type de tumeur.

La radiothérapie adjuvante est un traitement du cancer qui consiste à utiliser des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses restantes après une chirurgie visant à enlever une tumeur. Elle est dite "adjuvante" car elle est administrée en complément d'un autre traitement, dans ce cas la chirurgie.

L'objectif de la radiothérapie adjuvante est de réduire le risque de récidive locale du cancer et d'améliorer les chances de guérison du patient. Elle est souvent utilisée dans le traitement de divers types de cancers, tels que le cancer du sein, le cancer du côlon, le cancer de la prostate et le cancer du poumon, entre autres.

La radiothérapie adjuvante est généralement planifiée et administrée par un radiothérapeute, qui détermine la dose appropriée de radiation à administrer en fonction de divers facteurs tels que l'emplacement et la taille de la tumeur, le stade du cancer et les antécédents médicaux du patient. Le traitement est généralement administré en plusieurs séances, appelées fractions, sur une période de plusieurs semaines.

La régulation positive des récepteurs, également connue sous le nom d'upregulation des récepteurs, est un processus dans lequel il y a une augmentation du nombre ou de l'activité des récepteurs membranaires spécifiques à la surface des cellules en réponse à un stimulus donné. Ce mécanisme joue un rôle crucial dans la modulation de la sensibilité et de la réactivité cellulaires aux signaux hormonaux, neurotransmetteurs et autres molécules de signalisation.

Dans le contexte médical, la régulation positive des récepteurs peut être observée dans divers processus physiologiques et pathologiques. Par exemple, en réponse à une diminution des niveaux d'un ligand spécifique, les cellules peuvent augmenter l'expression de ses récepteurs correspondants pour accroître leur sensibilité aux faibles concentrations du ligand. Ce phénomène est important dans la restauration de l'homéostasie et la compensation des déséquilibres hormonaux.

Cependant, un upregulation excessif ou inapproprié des récepteurs peut également contribuer au développement et à la progression de diverses maladies, telles que le cancer, les troubles neuropsychiatriques et l'obésité. Par conséquent, une compréhension approfondie de ce processus est essentielle pour élucider les mécanismes sous-jacents des maladies et développer des stratégies thérapeutiques ciblées visant à moduler l'activité des récepteurs.

La pancréatite chronique est une maladie inflammatoire continue du pancréas qui entraîne des lésions progressives et irréversibles des tissus pancréatiques. Elle se caractérise par des épisodes récurrents de douleurs abdominales sévères, souvent accompagnées de nausées, vomissements et perte de poids. La fonction exocrine du pancréas est altérée, entraînant une mauvaise digestion et une malabsorption des nutriments, ce qui peut conduire à une dénutrition. De plus, la production d'insuline peut être affectée, ce qui peut provoquer ou aggraver un diabète sucré.

La pancréatite chronique est généralement causée par une consommation excessive et prolongée d'alcool ou par des calculs biliaires. Dans certains cas, la cause reste inconnue (pancréatite idiopathique). Le diagnostic repose sur l'imagerie médicale (échographie, tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique) et sur des tests de fonction pancréatique.

Le traitement vise à soulager la douleur, à prévenir les complications et à ralentir la progression de la maladie. Il peut inclure des modifications du régime alimentaire, l'arrêt de la consommation d'alcool, la prise de médicaments pour contrôler la douleur et améliorer la fonction pancréatique, ainsi que dans certains cas, une intervention chirurgicale. La prévention des récidives est cruciale pour ralentir la progression de la maladie et améliorer la qualité de vie des patients.

Les tumeurs complexes et mixtes sont des affections anormales qui impliquent la croissance de divers types de cellules tumorales dans un même site. Elles peuvent contenir des éléments de tissus différents, tels que les glandes, le muscle, le os ou le tissu adipeux. Ces tumeurs sont souvent difficiles à classifier et à traiter en raison de leur complexité et de la variété des types cellulaires qu'elles contiennent.

Les tumeurs complexes et mixtes peuvent se produire dans divers endroits du corps, y compris les ovaires, les glandes salivaires, le foie, le pancréas et d'autres organes. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses), selon le type de cellules qu'elles contiennent et leur comportement.

Le traitement des tumeurs complexes et mixtes dépend du type, de la taille, de l'emplacement et de l'étendue de la tumeur, ainsi que de l'âge et de l'état de santé général du patient. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces approches. Dans certains cas, une surveillance attentive peut être recommandée si la tumeur est bénigne et ne cause pas de symptômes.

Il est important de noter que les tumeurs complexes et mixtes sont relativement rares et qu'un diagnostic et un traitement appropriés nécessitent une évaluation approfondie par des spécialistes expérimentés dans ce domaine.

Un cystadénocarcinome mucineux est un type rare mais agressif de cancer qui se développe dans les glandes productrices de mucus des organes du corps. Il est le plus souvent trouvé dans les ovaires, mais peut également affecter d'autres organes tels que le pancréas, l'appendice et le foie.

Ce type de cancer se caractérise par la production de grandes quantités de mucine, une substance visqueuse et gélatineuse qui peut remplir la tumeur et provoquer une distension abdominale. Les cystadénocarcinomes mucineux peuvent être asymptomatiques dans les premiers stades, mais peuvent causer des douleurs abdominales, une sensation de satiété, des nausées, des vomissements et des changements dans les habitudes intestinales ou urinaires à un stade avancé.

Le traitement du cystadénocarcinome mucineux dépend du stade et de l'emplacement de la tumeur. Il peut inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, suivie d'une chimiothérapie ou d'une radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses restantes. Le pronostic dépend du stade de la maladie au moment du diagnostic et de la réponse au traitement. Les taux de survie à long terme sont généralement faibles pour ce type de cancer, en particulier s'il s'est propagé au-delà de l'organe d'origine.

Les tumeurs du nez, également connues sous le nom de tumeurs nasales, sont des croissances anormales qui se forment dans la région du nez. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes ont tendance à croître lentement et ne se propagent pas aux tissus environnants, tandis que les tumeurs malignes peuvent se développer rapidement, envahir les structures voisines et se propager à d'autres parties du corps.

Les types courants de tumeurs nasales comprennent :

1. Papillomes Inversés: Ce sont des tumeurs bénignes qui se développent dans la muqueuse nasale. Ils ont tendance à se manifester par un écoulement nasal persistant, une obstruction nasale et des saignements de nez fréquents.

2. Adénocarcinomes: Il s'agit d'un type de cancer qui prend naissance dans les glandes situées à l'intérieur du nez ou des sinus paranasaux (cavités creuses autour du nez). Les symptômes peuvent inclure une obstruction nasale, un écoulement nasal persistant, des douleurs faciales et des maux de tête.

3. Carcinomes squameux: Ce sont des cancers qui se forment dans les cellules plates qui tapissent l'intérieur du nez. Les symptômes peuvent inclure une obstruction nasale, des saignements de nez fréquents, des douleurs faciales et des maux de tête.

4. Mélanomes: Il s'agit d'un type rare mais agressif de cancer qui peut se développer dans la muqueuse nasale. Les symptômes peuvent inclure une obstruction nasale, des saignements de nez fréquents et des changements de couleur ou de texture de la muqueuse nasale.

5. Hémangiomes: Il s'agit d'une tumeur non cancéreuse composée de vaisseaux sanguins anormaux. Ils sont généralement bénins mais peuvent parfois être associés à des saignements importants ou à une compression des structures voisines.

Le traitement dépend du type et du stade du cancer ou de la maladie sous-jacente. Il peut inclure une chirurgie, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une combinaison de ces options. Dans certains cas, des thérapies ciblées ou des immunothérapies peuvent également être envisagées.

Le « Neoplasm Grading » est une évaluation et une classification des tumeurs malignes (cancéreuses) basées sur divers critères microscopiques qui permettent de prédire leur comportement biologique, leur potentiel de croissance, d'invasion locale et de propagation à distance. Ce processus est réalisé par un pathologiste qui examine les échantillons tissulaires prélevés lors d'une biopsie ou d'une résection chirurgicale.

Les critères couramment utilisés pour le classement des néoplasmes comprennent :

1. Différenciation cellulaire : Il s'agit de la mesure dans laquelle les cellules tumorales ressemblent et fonctionnent comme les cellules du tissu d'origine (cellules normales). Une différenciation plus élevée indique un grade plus faible, tandis qu'une différenciation plus faible correspond à un grade plus élevé.
2. Mitoses : Il s'agit du nombre de cellules en division dans le champ de vision du microscope. Un nombre accru de mitoses est associé à un grade tumoral plus élevé et indique une croissance plus rapide.
3. Nécrose : C'est la mort des cellules due à une mauvaise circulation sanguine ou à une privation d'oxygène. La présence de nécrose est généralement associée à un grade tumoral plus élevé.
4. Architecture tissulaire : Il s'agit de la disposition et de l'organisation des cellules tumorales dans le tissu. Des modèles architecturaux anormaux ou désordonnés sont associés à un grade tumoral plus élevé.

Les grades néoplasiques sont généralement classés en trois catégories : faible grade (G1), moyen grade (G2) et haut grade (G3/G4). Les tumeurs de bas grade ont tendance à croître et à se propager plus lentement, tandis que les tumeurs de haut grade sont agressives et présentent un risque accru de récidive et de métastases.

La détermination du grade néoplasique est importante pour la planification du traitement, le pronostic et le suivi des patients atteints de cancer.

Les tumeurs des glandes salivaires sont des croissances anormales qui se forment dans les glandes salivaires. Ces glandes sont responsables de la production de salive pour aider à la digestion et maintenir la muqueuse buccale humide. Les glandes salivaires principales sont situées dans la mâchoire inférieure et juste en avant de l'oreille (parotides), tandis que les glandes salivaires accessoires sont plus petites et se trouvent dans la bouche, le nez et la gorge.

Les tumeurs des glandes salivaires peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont généralement plus fréquentes et se développent lentement, ne mettant pas la vie en danger. Cependant, elles peuvent continuer à croître et causer des problèmes, tels que des douleurs, des gonflements ou des difficultés à avaler ou à parler, en fonction de leur emplacement.

Les tumeurs malignes, quant à elles, sont plus agressives et peuvent se propager à d'autres parties du corps. Elles peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux des tumeurs bénignes, mais peuvent également entraîner une perte de poids, une fièvre ou des ganglions lymphatiques enflés.

Le traitement dépend du type et de l'emplacement de la tumeur. Les options thérapeutiques comprennent la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses et la chimiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses qui se sont propagées. Dans certains cas, une surveillance attentive peut être recommandée si la tumeur est petite et ne cause pas de symptômes.

En termes médicaux, l'incidence fait référence au nombre de nouveaux cas d'une maladie ou d'un événement de santé spécifique qui se produisent dans une population donnée pendant une période de temps déterminée. Il est généralement exprimé comme le taux par rapport à la taille de la population à risque, ce qui peut être mesuré en fonction du nombre de personnes exposées ou de l'ensemble de la population.

Par exemple, si vous souhaitez déterminer l'incidence d'une maladie rare au cours d'une année donnée, vous compteriez le nombre total de nouveaux cas diagnostiqués pendant cette période et le diviseriez par la taille estimée de la population susceptible de développer la maladie. Cela vous permettrait d'obtenir une estimation du risque de survenue de la maladie au sein de cette population particulière pendant cette période spécifique.

L'incidence est un concept important dans l'épidémiologie, car elle aide les chercheurs et les professionnels de la santé à comprendre la fréquence des nouveaux cas de maladies ou d'événements de santé et à identifier les facteurs de risque associés. Elle peut également être utilisée pour évaluer l'efficacité des interventions de santé publique et des stratégies de prévention, en comparant les taux d'incidence avant et après leur mise en œuvre.

Le côlon, également connu sous le nom de gros intestin, est un segment du tractus gastro-intestinal chez les humains et d'autres mammifères. Il s'agit de la dernière partie du tube digestif, mesurant environ 1,5 mètres de long chez l'adulte. Le côlon joue un rôle crucial dans le processus de digestion en absorbant l'eau, les électrolytes et certaines vitamines tout en stockant les déchets solides sous forme de matières fécales.

Le côlon est divisé en plusieurs sections : le côlon ascendant, le côlon transverse, le côlon descendant et le côlon sigmoïde. Chacune de ces sections a des caractéristiques structurelles uniques qui contribuent à ses fonctions spécifiques dans le processus global de digestion et d'excrétion.

Le côlon est tapissé de muqueuses recouvertes de millions de bactéries bénéfiques, appelées microbiote intestinal, qui aident à décomposer les fibres alimentaires non digestibles en acides gras à chaîne courte, qui peuvent être utilisés comme source d'énergie par l'organisme. Un déséquilibre du microbiote intestinal peut entraîner divers problèmes de santé, tels que la diarrhée, la constipation et certaines affections inflammatoires de l'intestin.

Dans l'ensemble, le côlon est un organe essentiel qui contribue à maintenir l'homéostasie du corps en absorbant les nutriments et en éliminant les déchets.

Une tumeur carcinoïde est un type rare et spécifique de tumeur neuroendocrine qui se développe à partir des cellules du système neuroendocrinien, qui régule les hormones et d'autres substances chimiques dans le corps. Ces tumeurs peuvent se former dans divers endroits, y compris l'intestin grêle, l'appendice, le poumon, le pancréas, le foie et d'autres organes. Les tumeurs carcinoïdes sont généralement petites et à croissance lente, mais elles peuvent devenir plus agressives et se propager (métastaser) vers d'autres parties du corps au fil du temps.

Les symptômes des tumeurs carcinoïdes dépendent de leur emplacement et de la sécrétion hormonale associée. Les symptômes courants comprennent des diarrhées, des rougeurs cutanées (flush), une respiration sifflante, des douleurs abdominales, des battements de cœur rapides ou irréguliers et une fatigue extrême. Le diagnostic est généralement posé par l'intermédiaire d'une biopsie et confirmé par des tests d'imagerie tels qu'un scanner ou une IRM.

Le traitement dépend de la taille, de la localisation et de l'étendue de la tumeur. Les options thérapeutiques peuvent inclure la chirurgie pour enlever la tumeur, la radiothérapie, la chimiothérapie, la thérapie ciblée et les médicaments pour contrôler les symptômes associés à la sécrétion hormonale excessive. Le pronostic varie considérablement en fonction du stade de la maladie au moment du diagnostic et de la réponse au traitement.

La méthylation de l'ADN est un processus épigénétique impliquant l'ajout d'un groupe méthyle (-CH3) à l'une des bases azotées de l'ADN, généralement à la cytosine. Cette modification se produit principalement dans les régions promotrices des gènes et joue un rôle crucial dans la régulation de l'expression génétique.

La méthylation de l'ADN est catalysée par une enzyme appelée ADN méthyltransférase, qui transfère le groupe méthyle du donneur, généralement la S-adénosylméthionine (SAM), vers l'ADN cible.

La méthylation de l'ADN peut entraîner une répression de l'expression génique en empêchant la liaison des facteurs de transcription aux séquences d'ADN promotrices méthylées. Cela peut conduire à un large éventail de conséquences physiologiques, y compris le développement et la progression de diverses maladies, telles que les cancers.

Par conséquent, la méthylation de l'ADN est un processus dynamique et réversible qui joue un rôle essentiel dans la régulation des fonctions cellulaires normales et anormales.

Les tumeurs des canaux biliaires, également connues sous le nom de cholangiocarcinomes, sont des cancers qui se développent dans les parois des canaux biliaires. Les canaux biliaires sont des tubes minces qui transportent la bile du foie et du pancréas vers l'intestin grêle. La bile aide à décomposer les graisses dans les aliments que nous mangeons.

Les tumeurs des canaux biliaires peuvent être classées en deux types principaux : intra-hépatiques et extra-hépatiques. Les tumeurs intra-hépatiques se développent dans les petits canaux biliaires à l'intérieur du foie, tandis que les tumeurs extra-hépatiques se développent dans les canaux biliaires en dehors du foie.

Les symptômes des tumeurs des canaux biliaires peuvent inclure une jaunisse (jaunissement de la peau et du blanc des yeux), des douleurs abdominales, une perte d'appétit, une perte de poids inexpliquée, et une fatigue. Le diagnostic peut être posé à l'aide d'examens d'imagerie tels qu'une échographie, une tomographie computérisée (CT scan) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM). Une biopsie peut également être réalisée pour confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer.

Le traitement des tumeurs des canaux biliaires dépend du stade et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que de l'état général de santé du patient. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie pour enlever la tumeur, une radiothérapie ou une chimiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses, ou une combinaison de ces traitements. Dans certains cas, une greffe de foie peut être recommandée.

Le Jaagsiekte Sheep Retrovirus (JSRV) est un virus rétroviral associé à une maladie respiratoire contagieuse et fatale chez les moutons connue sous le nom de «jaagsiekte» ou «pneumonie dysentérique des moutons». Cette maladie est responsable de pertes économiques importantes dans l'industrie ovine.

Le JSRV se transmet principalement par inhalation de matières infectées, telles que les sécrétions respiratoires ou le lait maternel. Il cible spécifiquement les cellules épithéliales des poumons et provoque une transformation maligne, conduisant à une tumeur appelée adénocarcinome pulmonaire. Les symptômes incluent une toux persistante, une respiration difficile, une perte de poids et une diarrhée, qui s'aggravent progressivement avec le temps.

Le JSRV est unique car il est l'un des rares rétrovirus animaux connus pour être directement lié à la pathogenèse du cancer. Il code pour une protéine d'enveloppe virale, la suroïne Env, qui fonctionne comme un oncogène en activant les voies de signalisation intracellulaire conduisant à la transformation cellulaire et à la tumorigenèse.

La recherche sur le JSRV a des implications importantes pour notre compréhension des mécanismes moléculaires sous-jacents au développement du cancer, ainsi que pour l'élaboration de stratégies de prévention et de traitement des maladies associées aux rétrovirus.

La muqueuse intestinale, également connue sous le nom d'épithélium intestinal, est la membrane fine et fragile qui tapisse l'intérieur du tractus gastro-intestinal, en particulier dans l'intestin grêle et le côlon. Elle joue un rôle crucial dans la absorption des nutriments, l'eau et les électrolytes de notre nourriture digérée. La muqueuse intestinale est composée d'un seul épithélium de cellules polarisées qui forment une barrière physique entre le lumen intestinal et la circulation sanguine sous-jacente. Ces cellules sont reliées par des jonctions serrées étanches, ce qui empêche les particules indésirables ou potentiellement nocives de pénétrer dans la circulation sanguine.

La muqueuse intestinale abrite également une communauté diversifiée de micro-organismes, appelée microbiote intestinal, qui joue un rôle important dans la digestion des aliments et la défense contre les agents pathogènes. De plus, elle contient des cellules immunitaires spécialisées qui aident à protéger l'organisme contre les infections et à réguler l'inflammation.

Des dommages ou une inflammation de la muqueuse intestinale peuvent entraîner une variété de problèmes de santé, tels que des maladies inflammatoires de l'intestin (MII), des allergies alimentaires et des troubles gastro-intestinaux fonctionnels. Par conséquent, la santé de la muqueuse intestinale est essentielle pour maintenir le bon fonctionnement du système digestif et préserver la santé globale de l'organisme.

Les tumeurs de l'appareil digestif se réfèrent à des growths anormaux dans la muqueuse qui tapisse le système digestif. Ces growths peuvent être bénins (non cancéreux) ou malins (cancéreux). Les tumeurs bénignes ne se propagent pas généralement aux autres parties du corps et peuvent souvent être retirées avec succès avec une intervention chirurgicale mineure. D'autre part, les tumeurs malignes peuvent envahir les tissus environnants et se propager à d'autres parties du corps, ce qui rend le traitement plus complexe et difficile.

Les tumeurs de l'appareil digestif peuvent survenir dans n'importe quelle partie du système digestif, y compris l'œsophage, l'estomac, l'intestin grêle, le côlon, le rectum et l'anus. Les symptômes courants des tumeurs de l'appareil digestif peuvent inclure des douleurs abdominales, des saignements gastro-intestinaux, une perte de poids inexpliquée, une fatigue extrême et des changements dans les habitudes intestinales.

Le traitement dépend du type, de la taille, de l'emplacement et du stade de la tumeur. Les options de traitement peuvent inclure une chirurgie, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une combinaison de ces traitements. Dans certains cas, une surveillance régulière peut être recommandée pour les tumeurs bénignes qui ne causent pas de symptômes ou ne se développent pas rapidement.

Un gène suppresseur de tumeur, également connu sous le nom de gène oncosuppresseur, est un type de gène qui code des protéines responsables de la régulation négative de la croissance cellulaire et de la division. Ces gènes jouent un rôle crucial dans la prévention de la transformation maligne des cellules et aident à maintenir l'homéostasie cellulaire en réprimant la prolifération cellulaire excessive et en favorisant l'apoptose (mort cellulaire programmée) lorsque les cellules présentent des anomalies ou des dommages.

Les mutations ou altérations de ces gènes suppresseurs de tumeur peuvent entraîner une diminution ou une perte de leur activité, ce qui peut conduire à une augmentation de la division cellulaire incontrôlée et, finalement, à la formation de tumeurs malignes. Les exemples bien connus de gènes suppresseurs de tumeur comprennent le gène TP53 (alias p53), qui est le plus souvent muté dans les cancers humains, ainsi que d'autres gènes tels que RB1, BRCA1 et BRCA2.

Il est important de noter que la plupart des cancers sont causés par l'accumulation de plusieurs altérations génétiques, y compris des mutations dans les gènes suppresseurs de tumeur, des mutations activatrices dans les gènes proto-oncogènes et des modifications épigénétiques.

La résistance des médicaments antinéoplasiques, également connue sous le nom de résistance aux agents chimiothérapeutiques ou résistance aux médicaments cytotoxiques, fait référence à la capacité des cellules cancéreuses à survivre et à se développer en présence de médicaments antinéoplasiques, qui sont conçus pour détruire les cellules cancéreuses. Cette résistance peut être innée, ce qui signifie que les cellules cancéreuses sont résistantes aux médicaments dès le début du traitement, ou acquise, ce qui signifie que la résistance se développe au fil du temps en raison de modifications génétiques et épigénétiques dans les cellules cancéreuses. La résistance aux médicaments antinéoplasiques est un défi majeur dans le traitement du cancer, car elle peut entraîner une récidive de la maladie et une diminution de l'efficacité du traitement.

Une séquence nucléotidique est l'ordre spécifique et linéaire d'une série de nucléotides dans une molécule d'acide nucléique, comme l'ADN ou l'ARN. Chaque nucléotide se compose d'un sucre (désoxyribose dans le cas de l'ADN et ribose dans le cas de l'ARN), d'un groupe phosphate et d'une base azotée. Les bases azotées peuvent être adénine (A), guanine (G), cytosine (C) et thymine (T) dans l'ADN, tandis que dans l'ARN, la thymine est remplacée par l'uracile (U).

La séquence nucléotidique d'une molécule d'ADN ou d'ARN contient des informations génétiques cruciales qui déterminent les caractéristiques et les fonctions de tous les organismes vivants. La décodage de ces séquences, appelée génomique, est essentiel pour comprendre la biologie moléculaire, la médecine et la recherche biologique en général.

Les nitrosamines sont des composés organiques qui se forment généralement lorsque des nitrites réagissent avec des amines secondaires. Elles peuvent être classées comme des contaminants préoccupants dans les domaines de la pharmacie, de l'alimentation et du tabac en raison de leur potentiel cancérigène.

Dans le contexte médical, en particulier dans le domaine de la pharmacologie, les nitrosamines sont considérées comme un risque possible dans la formulation des médicaments. Elles peuvent se former pendant la synthèse chimique des médicaments ou lors de leur stockage et de leur préparation, en particulier si des nitrites sont présents. Plusieurs classes de médicaments, y compris certains antihypertenseurs, antiacides et médicaments contre le VIH, ont été trouvées contenir des niveaux inquiétants de nitrosamines.

L'exposition aux nitrosamines est liée au cancer chez les animaux de laboratoire, mais l'impact sur la santé humaine est encore en cours d'étude. Cependant, comme principe de précaution, les réglementations et les directives ont été mises en place pour minimiser l'exposition aux nitrosamines dans les médicaments et d'autres produits.

L'expression génétique est un processus biologique fondamental dans lequel l'information génétique contenue dans l'ADN est transcritte en ARN, puis traduite en protéines. Ce processus permet aux cellules de produire les protéines spécifiques nécessaires à leur fonctionnement, à leur croissance et à leur reproduction.

L'expression génétique peut être régulée à différents niveaux, y compris la transcription de l'ADN en ARNm, la maturation de l'ARNm, la traduction de l'ARNm en protéines et la modification post-traductionnelle des protéines. Ces mécanismes de régulation permettent aux cellules de répondre aux signaux internes et externes en ajustant la production de protéines en conséquence.

Des anomalies dans l'expression génétique peuvent entraîner des maladies génétiques ou contribuer au développement de maladies complexes telles que le cancer. L'étude de l'expression génétique est donc essentielle pour comprendre les mécanismes moléculaires de la maladie et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques.

Le gène P53, également connu sous le nom de TP53 (tumor protein p53), est un gène suppresseur de tumeurs humain crucial qui code pour la protéine p53. Cette protéine joue un rôle essentiel dans la régulation du cycle cellulaire, de l'apoptose (mort cellulaire programmée) et de la réparation de l'ADN. Lorsque le gène P53 fonctionne correctement, il aide à prévenir la transformation des cellules normales en cellules cancéreuses en arrêtant la prolifération des cellules présentant des dommages à l'ADN ou en déclenchant leur apoptose.

Des mutations du gène P53 peuvent entraîner une production de protéines p53 anormales ou non fonctionnelles, ce qui peut perturber la régulation du cycle cellulaire et favoriser la croissance des tumeurs. Environ 50 % des cancers humains présentent des mutations du gène P53, ce qui en fait l'un des gènes les plus fréquemment altérés dans les cancers. Par conséquent, le gène P53 est considéré comme un important marqueur moléculaire et un facteur pronostique pour divers types de cancer.

Un carcinosarcome est un type rare de tumeur maligne qui contient à la fois des composants épithéliaux (comme ceux trouvés dans les carcinomes) et des composants mésenchymateux (comme ceux trouvés dans les sarcomes). Cela signifie qu'une telle tumeur est composée de deux types différents de tissus cancéreux.

Les carcinosarcomes peuvent se développer à partir d'un certain nombre de sites corporels, mais ils sont le plus souvent trouvés dans les tissus mous, le poumon, l'utérus et le sein. Les symptômes dépendent du site de la tumeur et peuvent inclure des douleurs, des gonflements ou des masses palpables, une perte de poids et d'appétit, et d'autres signes de mauvaise santé générale.

Le traitement d'un carcinosarcome implique généralement une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie. Le pronostic dépend du stade de la maladie au moment du diagnostic, de l'emplacement de la tumeur et de la réponse au traitement. Les carcinosarcomes ont tendance à être des tumeurs agressives avec un pronostic généralement moins favorable que les carcinomes ou les sarcomes isolés.

Les données de séquence moléculaire se réfèrent aux informations génétiques ou protéomiques qui décrivent l'ordre des unités constitutives d'une molécule biologique spécifique. Dans le contexte de la génétique, cela peut inclure les séquences d'ADN ou d'ARN, qui sont composées d'une série de nucléotides (adénine, thymine, guanine et cytosine pour l'ADN; adénine, uracile, guanine et cytosine pour l'ARN). Dans le contexte de la protéomique, cela peut inclure la séquence d'acides aminés qui composent une protéine.

Ces données sont cruciales dans divers domaines de la recherche biologique et médicale, y compris la génétique, la biologie moléculaire, la médecine personnalisée, la pharmacologie et la pathologie. Elles peuvent aider à identifier des mutations ou des variations spécifiques qui peuvent être associées à des maladies particulières, à prédire la structure et la fonction des protéines, à développer de nouveaux médicaments ciblés, et à comprendre l'évolution et la diversité biologique.

Les technologies modernes telles que le séquençage de nouvelle génération (NGS) ont rendu possible l'acquisition rapide et économique de vastes quantités de données de séquence moléculaire, ce qui a révolutionné ces domaines de recherche. Cependant, l'interprétation et l'analyse de ces données restent un défi important, nécessitant des méthodes bioinformatiques sophistiquées et une expertise spécialisée.

Le modèle de Cox, également connu sous le nom de modèle de risques proportionnels de Cox, est un type de régression statistique utilisé en analyse de survie. Il a été proposé par Sir David Cox en 1972. Ce modèle permet d'étudier l'effet d'un ou plusieurs facteurs sur le risque de survenue d'un événement, comme la mort ou une récidive de maladie, au cours du temps.

Dans un modèle de Cox, on suppose que le hazard ratio (rapport de risques instantanés) entre deux individus est constant au fil du temps. Autrement dit, le risque relatif d'un événement entre deux groupes ne change pas avec le temps. Cette hypothèse permet de simplifier l'analyse et de décomposer le hazard en un produit du hazard de base (lié au temps) et d'un terme lié aux covariables explicatives (facteurs étudiés).

Le modèle de Cox est largement utilisé dans la recherche médicale pour évaluer l'association entre des facteurs de risque et des issues cliniques, en particulier lorsqu'il s'agit d'événements rares ou difficiles à prévoir. Il permet d'estimer les hazard ratios associés aux différents niveaux des covariables explicatives, ce qui facilite l'interprétation et la comparaison des effets de ces facteurs sur le risque d'événement.

Smad4 est une protéine qui joue un rôle crucial dans la voie de signalisation du facteur de croissance transformant β (TGF-β). Il s'agit d'un facteur de transcription qui régule divers processus cellulaires, tels que la prolifération, l'apoptose et la différenciation.

Smad4 est un membre de la famille des protéines Smad, qui sont divisées en trois classes : les Smads récepteurs (Smad1, Smad2, Smad3, Smad5 et Smad8), les Smads communs (Smad4) et les Smads inhibiteurs (Smad6 et Smad7).

Lorsque le TGF-β se lie à son récepteur de surface cellulaire, il active la cascade de signalisation qui aboutit à la phosphorylation des Smad récepteurs. Ces Smad récepteurs phosphorylés forment un complexe avec Smad4, ce qui entraîne leur translocation vers le noyau cellulaire. Dans le noyau, ces complexes Smad se lient à l'ADN et régulent l'expression des gènes cibles, influençant ainsi les processus cellulaires mentionnés ci-dessus.

Smad4 est donc une protéine essentielle dans la voie de signalisation TGF-β, car elle agit comme un médiateur central pour transduire le signal du récepteur au noyau et réguler l'expression des gènes cibles. Des mutations ou des altérations dans les protéines Smad4 peuvent entraîner diverses maladies, notamment des troubles du développement et des cancers.

Les souris transgéniques sont un type de souris génétiquement modifiées qui portent et expriment des gènes étrangers ou des séquences d'ADN dans leur génome. Ce processus est accompli en insérant le gène étranger dans l'embryon précoce de la souris, généralement au stade une cellule, ce qui permet à la modification de se propager à toutes les cellules de l'organisme en développement.

Les souris transgéniques sont largement utilisées dans la recherche biomédicale pour étudier la fonction et le rôle des gènes spécifiques dans le développement, la physiologie et la maladie. Elles peuvent être utilisées pour modéliser diverses affections humaines, y compris les maladies génétiques, le cancer, les maladies cardiovasculaires et neurologiques.

Les chercheurs peuvent concevoir des souris transgéniques avec des caractéristiques spécifiques en insérant un gène particulier qui code pour une protéine d'intérêt ou en régulant l'expression d'un gène endogène. Cela permet aux chercheurs de mieux comprendre les voies moléculaires et cellulaires impliquées dans divers processus physiologiques et pathologiques, ce qui peut conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour traiter les maladies humaines.

Je suis désolé, mais la phrase "Maladies Expérimentales" ne correspond pas à une définition médicale spécifique. Le terme "maladie expérimentale" peut faire référence à des études ou recherches scientifiques dans lesquelles des maladies sont simulées ou créées dans un laboratoire, généralement sur des animaux de laboratoire, pour mieux comprendre la pathogenèse, le développement et les traitements possibles d'une maladie. Cependant, il ne s'agit pas d'un terme médical standardisé. Si vous cherchez des informations sur une procédure ou un concept médical spécifique, veuillez me fournir plus de détails afin que je puisse vous aider au mieux.

Les tumeurs du vagin sont des croissances anormales qui se forment dans la paroi du vagin. Elles peuvent être bénignes (non cancéreuses) ou malignes (cancéreuses). Les tumeurs bénignes sont généralement non dangereuses et ne se propagent pas à d'autres parties du corps, mais elles peuvent parfois causer des problèmes si elles grossissent et exercent une pression sur les organes voisins.

Les tumeurs malignes, en revanche, peuvent se propager (métastaser) à d'autres parties du corps et sont donc plus graves. Les symptômes des tumeurs du vagin dépendent de leur taille, de leur emplacement et de s'ils sont bénins ou malins. Ils peuvent inclure des saignements vaginaux anormaux, des douleurs pendant les rapports sexuels, des douleurs pelviennes, des pertes vaginales anormales, ou des changements dans les habitudes urinaires ou intestinales.

Les facteurs de risque de développer des tumeurs du vagin comprennent le vieillissement, l'exposition à certains produits chimiques, l'infection par le virus du papillome humain (VPH), le tabagisme, et certaines conditions médicales telles que le syndrome de Marfan ou le déficit en facteur de complément. Le traitement dépend du type, de la taille et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que de son stade et des antécédents médicaux de la personne. Les options de traitement peuvent inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou une combinaison de ces méthodes.

Le traitement néoadjuvant, également connu sous le nom de thérapie préopératoire, est un type de traitement médical administré aux patients atteints de cancer avant la chirurgie. L'objectif principal de ce traitement est de réduire la taille de la tumeur et de détruire les cellules cancéreuses pour faciliter l'ablation chirurgicale, améliorer les résultats de la chirurgie et potentialiser l'efficacité des traitements ultérieurs. Les thérapies néoadjuvantes peuvent inclure la chimiothérapie, la radiothérapie, l'hormonothérapie ou l'immunothérapie, en fonction du type de cancer et de son stade au moment du diagnostic.

Ce traitement permet non seulement d'améliorer les taux de réussite de la chirurgie mais aussi de fournir des informations précieuses sur la sensibilité du cancer aux thérapies, ce qui peut aider à guider les décisions de traitement ultérieur. En outre, l'observation de la réponse au traitement néoadjuvant peut permettre d'évaluer l'efficacité de nouveaux médicaments ou combinaisons thérapeutiques dans le cadre d'essais cliniques.

L'adénomatose pulmonaire ovine est une maladie rare et généralement fatale qui affecte les moutons. Elle est caractérisée par la croissance anormale et excessive de petits nodules bénins (appelés adénomes) dans les poumons des animaux atteints. Ces nodules sont composés de cellules glandulaires anormales qui se multiplient de manière incontrôlable, entraînant une augmentation progressive du volume pulmonaire et une difficulté à respirer.

La maladie est causée par une infection virale, plus précisément par un betacoronavirus appelé Jaagsiekte Sheep Retrovirus (JSRV). Ce virus se transmet principalement par inhalation de gouttelettes contenant des sécrétions respiratoires infectées. Les moutons infectés peuvent ne présenter aucun signe clinique pendant plusieurs années avant que la maladie ne devienne apparente.

Les symptômes de l'adénomatose pulmonaire ovine comprennent une toux persistante, une respiration rapide et superficielle, une intolérance à l'exercice, une perte de poids et un état général affaibli. Dans les stades avancés de la maladie, les moutons peuvent développer une pneumonie secondaire due à une infection bactérienne ou fongique, ce qui peut entraîner une détresse respiratoire aiguë et la mort.

Il n'existe actuellement aucun traitement efficace contre l'adénomatose pulmonaire ovine, et les animaux atteints doivent être euthanasiés pour prévenir la propagation de la maladie. Les mesures de biosécurité strictes, telles que la mise en quarantaine des nouveaux animaux et l'utilisation de matériel d'élevage désinfecté, peuvent aider à réduire le risque de transmission du virus.

Les cadhérines sont un type de protéines transmembranaires qui jouent un rôle crucial dans la adhérence cellulaire et la communication intercellulaire. Elles sont largement exprimées dans les tissus épithéliaux et endothéliaux, où elles facilitent l'adhésion des cellules les unes aux autres pour former des barrières physiques et fonctionnelles.

Les cadhérines médient la formation de jonctions adhérentes entre les cellules, qui sont des structures complexes composées d'un réseau de filaments d'actine et de plusieurs protéines associées. Ces jonctions permettent non seulement aux cellules de se lier étroitement ensemble, mais aussi de coordonner leurs activités en transmettant des signaux mécaniques et biochimiques à travers la membrane plasmique.

Il existe plusieurs types de cadhérines, chacune ayant des fonctions spécifiques et étant exprimée dans différents tissus ou stades du développement. Parmi les plus connues, on trouve les cadhérines classiques (E-cadhérine, N-cadhérine, etc.), qui sont largement distribuées dans divers types de tissus ; les cadhérines desquamantes, exprimées principalement dans la peau et les muqueuses ; et les protocadhérines, qui présentent une grande diversité structurale et fonctionnelle.

Les mutations ou altérations dans les gènes codant pour les cadhérines peuvent entraîner des maladies graves, telles que des cancers, des malformations congénitales ou des troubles neurologiques. Par exemple, une diminution de l'expression de l'E-cadhérine a été observée dans divers types de tumeurs malignes et est associée à une progression agressive du cancer et à un pronostic défavorable. De même, des mutations dans les gènes codant pour certaines protocadhérines ont été impliquées dans l'autisme et d'autres troubles du spectre autistique.

En conclusion, les cadhérines sont une famille de protéines essentielles à la cohésion cellulaire, à la morphogenèse des tissus et à la régulation des interactions intercellulaires. Leur rôle dans le développement, la physiologie et la pathologie humaines fait l'objet d'intenses recherches, avec l'espoir de découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques pour traiter diverses maladies.

L'histochimie est une branche de la histologie et de la chimie qui étudie la distribution et la composition chimique des tissus et cellules biologiques. Elle consiste en l'utilisation de techniques chimiques pour identifier et localiser les composés chimiques spécifiques dans les tissus, telles que les protéines, les lipides, les glucides et les pigments. Ces techniques peuvent inclure des colorations histochimiques, qui utilisent des réactifs chimiques pour marquer sélectivement certains composés dans les tissues, ainsi que l'immunohistochimie, qui utilise des anticorps pour détecter et localiser des protéines spécifiques. Les résultats de ces techniques peuvent aider au diagnostic et à la compréhension des maladies, ainsi qu'à la recherche biomédicale.

Les protéines membranaires sont des protéines qui sont intégrées dans les membranes cellulaires ou associées à elles. Elles jouent un rôle crucial dans la fonction et la structure des membranes, en participant à divers processus tels que le transport de molécules, la reconnaissance cellulaire, l'adhésion cellulaire, la signalisation cellulaire et les interactions avec l'environnement extracellulaire.

Les protéines membranaires peuvent être classées en plusieurs catégories en fonction de leur localisation et de leur structure. Les principales catégories sont :

1. Protéines transmembranaires : Ces protéines traversent la membrane cellulaire et possèdent des domaines hydrophobes qui interagissent avec les lipides de la membrane. Elles peuvent être classées en plusieurs sous-catégories, telles que les canaux ioniques, les pompes à ions, les transporteurs et les récepteurs.
2. Protéines intégrales : Ces protéines sont fermement ancrées dans la membrane cellulaire et ne peuvent pas être facilement extraites sans perturber la structure de la membrane. Elles peuvent traverser la membrane une ou plusieurs fois.
3. Protéines périphériques : Ces protéines sont associées à la surface interne ou externe de la membrane cellulaire, mais ne traversent pas la membrane. Elles peuvent être facilement éliminées sans perturber la structure de la membrane.
4. Protéines lipidiques : Ces protéines sont associées aux lipides de la membrane par des liaisons covalentes ou non covalentes. Elles peuvent être intégrales ou périphériques.

Les protéines membranaires sont essentielles à la vie et sont impliquées dans de nombreux processus physiologiques et pathologiques. Des anomalies dans leur structure, leur fonction ou leur expression peuvent entraîner des maladies telles que les maladies neurodégénératives, le cancer, l'inflammation et les infections virales.

Les rats F344, également connus sous le nom de rats Fisher 344, sont une souche pure inbred de rats utilisés fréquemment dans la recherche biomédicale. Ils ont été développés à l'origine par l'hybridation des souches HVG/P et BN en 1909, suivie d'une sélection et d'une reproduction intensives pour obtenir une lignée pure inbred.

Les rats F344 sont largement utilisés dans la recherche biomédicale en raison de leur faible taux de croissance tumorale spontanée, de leur longévité et de leur taille relativement petite. Ils sont également appréciés pour leur tempérament calme et prévisible, ce qui facilite leur manipulation et leur observation.

Ces rats sont souvent utilisés dans les études toxicologiques, pharmacologiques, nutritionnelles et de recherche sur le cancer. Cependant, il est important de noter que, comme pour toute souche inbred, les rats F344 peuvent avoir des caractéristiques spécifiques à la souche qui peuvent affecter les résultats de la recherche. Par conséquent, il est important de prendre en compte ces facteurs lors de l'interprétation des données expérimentales.

L'épiderme est un type de tissu épithélial stratifié qui recouvre la surface du corps, la cavité interne et les organes. Il forme une barrière physique protectrice contre les agents pathogènes, les substances chimiques et les pertes d'eau. L'épiderme est composé de plusieurs couches de cellules, dont la couche externe appelée stratum corneum, qui est constituée de cellules mortes kératinisées. Sous cette couche se trouvent des couches de cellules vivantes qui se divisent et se différencient en cellules kératinisées. L'épiderme contient également des glandes sudoripares, sébacées et mammaires, ainsi que des récepteurs sensoriels.

Le reflux duodéno-gastrique est un trouble dans lequel le contenu acide de l'intestin grêle, en particulier du duodénum, remonte dans l'estomac. Normalement, une valve musculaire appelée muscle sphincter pilorique empêche ce reflux en régulant l'ouverture et la fermeture entre l'estomac et le duodénum. Cependant, lorsque cette valve ne fonctionne pas correctement, elle permet au contenu acide de remonter dans l'estomac, provoquant une irritation de la muqueuse gastrique.

Les symptômes courants du reflux duodéno-gastrique comprennent des brûlures d'estomac, des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements. Ce trouble est souvent associé à une affection appelée syndrome de Zollinger-Ellison, qui se caractérise par la production excessive d'acide gastrique due à une tumeur du pancréas ou du duodénum.

Le reflux duodéno-gastrique peut être traité avec des médicaments qui réduisent la production d'acide gastrique, tels que les inhibiteurs de la pompe à protons et les antagonistes des récepteurs H2. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour renforcer le muscle sphincter pilorique ou créer une barrière entre l'estomac et le duodénum.

... étude au microscope d'un adénocarcinome révélant des vacuoles contenant de la mucine. Coloration de Papanicolaou ... Ils peuvent d'abord se présenter comme un simple adénome (une tumeur glandulaire bénigne). Les adénocarcinomes peuvent être : ... En pratique, une tumeur est reconnue comme adénocarcinome lorsque son analyse microscopique anatomo-pathologique démontre un ... Mise en garde médicale modifier - modifier le code - voir Wikidata (aide) Un adénocarcinome est une tumeur maligne développée ...
... adénocarcinome invasif de type fœtal (bas ou haut grade) ; adénocarcinome invasif de type entérique. Les adénocarcinomes ... adénocarcinome pulmonaire in situ mucineux ; adénocarcinome pulmonaire in situ non mucineux ; adénocarcinome pulmonaire in situ ... adénocarcinome avec invasion minime mucineux ; adénocarcinome avec invasion minime non mucineux ; adénocarcinome avec invasion ... adénocarcinome invasif lépidique prédominant ; adénocarcinome invasif acinaire prédominant ; adénocarcinome invasif papillaire ...
... mucineux Adénocarcinome pulmonaire Hyperplasie adénomateuse atypique pulmonaire Portail de la ...
Atypies des cellules cylindriques ne pouvant exclure un adénocarcinome ; Adénocarcinome in situ ; Adénocarcinome. Ce diagnostic ... adénocarcinome in situ ; les adénocarcinome doivent impérativement faire l'objet d'une biopsie. C'est l'outil privilégié dans ... Cette association est discutée pour les adénocarcinomes du col. Les filles de femmes ayant été traitées par le ... les carcinomes malpighiens ainsi que les atypies des cellules cylindriques ne pouvant exclure un adénocarcinome, ...
... adénocarcinome issu d'une glande salivaire ; lymphome dans les tissus lymphatiques ; mélanome des cellules productrices de ...
Adénocarcinomes mammaires après traitement locorégional ou lors des rechutes ; Adénocarcinomes ovariens ; Carcinomes ... Adénocarcinomes digestifs évolués ; Cancers colorectaux après résection en situation adjuvante (pour compléter l'effet de la ...
... par un adénocarcinome prostatique. HE, x200 Invasion périneurale par un adénocarcinome prostatique. HE, ... Elle s'observe en particulier fréquemment dans les cancers de la prostate (adénocarcinome prostatique) et les différents types ...
Son histologie est généralement un adénocarcinome. La polypose adénomateuse familiale, le syndrome de Gardner, le syndrome de ...
Il s'agit presque toujours d'un adénocarcinome. La tumeur primitive à l'origine de cette localisation secondaire peut être : un ... révélatrice d'un adénocarcinome grêlique : À propos d'un cas », Hegel, vol. 3, no 4,‎ 2013, p. 264-267 (DOI 10.4267/2042/51834 ... révélatrice d'un adénocarcinome ovarien », Gynécologie obstétrique & fertilité, vol. 28, no 10,‎ octobre 2000, p. 719-721 (DOI ...
Tissus prostatiques normaux Néoplasie prostatique intraéphithéliale Adénocarcinome prostatique Adénocarcinome prostatique ... Cancer de la prostate Coupe histologique d'un adénocarcinome de prostate de type acineux, le plus répandu des cancers de la ... C'est dans l'immense majorité des cas un adénocarcinome, surtout de type acinaire. Le cancer de la prostate peut provoquer ... Les symptômes ayant pour origine un adénocarcinome de la prostate signalent souvent un stade avancé de la maladie. D'autres ...
On peut citer notamment les polypes de l'intestin (adénome du côlon), qui dégénèrent souvent en adénocarcinomes (séquence ... adamantinome : tumeur maligne rare du tissu osseux ; adénocarcinome : tumeur maligne développée aux dépens d'un épithélium ...
... adénocarcinome, polypes juvéniles ; causes proctologiques : fissure anale, carcinome épidermoïde de l'anus, lésions de grattage ...
Il présente les caractéristiques histologiques d'un adénocarcinome de bas grade. La classification exacte du pseudomyxome pour ...
Premier traitement européen d'un adénocarcinome du pancréas par abord endovasculaire. Bilteryst 2009, p. 18. Bilteryst et ...
Le type histologique de ce cancer est un adénocarcinome faiblement différencié. L'âge moyen de survenue de ce cancer est de 38 ... 90 % des cancers de l'estomac sont des adénocarcinomes avec deux variants la forme diffuse et la forme exubérante et souvent ...
... les adénocarcinomes, développés aux dépens d'un épithélium glandulaire ; les carcinomes anaplasiques, indifférenciés, ...
... à la constitution d'un adénocarcinome lieberkühnien[réf. nécessaire]. Ainsi, la grande majorité des adénocarcinomes coliques ... Cancer - Adenocarcinome invasif (le type le plus fréquent de cancer colorectal). Les cellules cancéreuses sont visibles (en ... Le type histologique est un adénocarcinome lieberkühnien dans la majorité des cas. Les symptômes de la maladie dépendent de ... L'évolution d'un adénome en adénocarcinome prend en moyenne une dizaine d'années et 30 % des adénomes dont la taille est ...
Les adénocarcinomes représentent entre 5 et 20 % des cas. Des métastases pouvant se former dans les zones toutes proches et ...
Un dosage de l'ACE et du CA 19.9 peut orienter vers un adénocarcinome ; des dosages hormonaux peuvent caractériser une tumeur ... ou adénocarcinome pancréatique, est un cancer de la glande pancréatique (située derrière l'estomac et qui sécrète les enzymes ... à la formation d'un adenocarcinome. La biopsie peut être chirurgicale. Elle peut être faite également lors d'une fibroscopie ... À partir de l'étude génétique de 456 adénocarcinomes canalaires pancréatiques avérés, des analyses génomiques ont montré que ...
L'hyperplasie endométriale atypique peut être un processus néoplasique précoce évoluant en adénocarcinome endométrial, ; hemi- ...
... Coupe histologique d'un adénocarcinome endométrioïde, la forme la plus fréquente de cancer de l'endomètre ... Le cancer de l'endomètre est un carcinome, principalement un adénocarcinome, de différenciation glandulaire. Les carcinomes de ... à l'exception du carcinome séreux qui est traité comme un adénocarcinome séreux de l'ovaire. La métrorragie est le symptôme qui ...
Adénocarcinome à cellules claires (ACCC) du vagin : rôle du diéthylstilboestrol (DES) : Faits et hypothèses. 2) Pronostic des ... Adénocarcinome à cellules claires (ACCC) du vagin : Rôle du diéthylstilbestrol (DES) : Faits et hypothèses » JOBGYN 1995, 3, ... En 1991, deux « filles DES » atteintes d'un adénocarcinome à cellules claires (ACC) du vagin ou du col utérin engagent une ... Les adénocarcinomes : 9 % environ (3 types d'adénocarcinomes du vagin sont décrits : à cellules cylindriques, endométrioïdes, ...
Le problème du cancer, O. Doin (Paris), 1911, 24 p. Filaire et adéno-carcinome, [extrait du Bulletin de l'Association française ...
On retrouve ce syndrome dans environ 12 % des adénocarcinomes du rein. Ce syndrome a été décrit pour la première fois par ... à un adénocarcinome rénal non métastatique (syndrome de Stauffer) » Sem. Hop. Paris 1994 ; 70 : 26-30. Stauffer M.H. « ...
... étaient des adénocarcinomes faiblement différenciés. Ce constat a motivé une étude sur la génotoxicité de l'exposition aux ...
Les adénocarcinomes et les carcinomes épidermoïdes en sont les types majoritaires. Article détaillé : Stades du cancer du ...
Les autres carcinomes et les adénocarcinomes peuvent nécessiter une colectomie droite. Le pseudomyxome péritonéal nécessite une ... Huit étaient des carcinomes sans spécification, trois des adénocarcinomes dont un cystadénocarcinome, un pseudomyxome ... montre que les adénocarcinomes mucineux sont les plus fréquents Les traitements pour tumeurs varient suivant le type. Les ...
Cette surexpression des RA est retrouvé dans les adénocarcinomes apocrines vrais. La sécrétion apocrine est moins dommageable ...
... adénocarcinome nasal enzootique des ovins. Il peut aussi se rencontrer lors d'une infestation massive par les larves d' Oestrus ... adénocarcinome nasal enzootique des ovins). Il donne un bruit de reniflement sonore. Le cornage pharyngien résulte de ...
Un exemple est l'hormonothérapie néoadjuvante avant une radiothérapie radicale pour un adénocarcinome de la prostate. La ...
Adénocarcinome étude au microscope dun adénocarcinome révélant des vacuoles contenant de la mucine. Coloration de Papanicolaou ... Ils peuvent dabord se présenter comme un simple adénome (une tumeur glandulaire bénigne). Les adénocarcinomes peuvent être : ... En pratique, une tumeur est reconnue comme adénocarcinome lorsque son analyse microscopique anatomo-pathologique démontre un ... Mise en garde médicale modifier - modifier le code - voir Wikidata (aide) Un adénocarcinome est une tumeur maligne développée ...
LACMTS a été établie par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Elle se veut une source fiable de renseignements et de conseils indépendants destinés aux systèmes de soins de santé publics du pays. LACMTS est subventionnée par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, à lexception de celui du Québec.. ...
adenocarcinome a cellules claires du rein [Code CIM-9]. *adénocarcinome rénal à cellules claires (maladie) [Concept SNOMED CT] ... Libellé préféré : Adénocarcinome à cellules claires; Détails. Identifiant dorigine : M0027491; CUI UMLS : C0206681; *. ...
Altérations génétiques et réponse thérapeutique dans les adénocarcinomes pulmonaires. par Nicolas Pécuchet. ...
... Voici le meilleur traitement à base de plantes médicinale qui soignent ...
Condition: Adénocarcinome gastro-œsophagien avancé/métastatique. Lobjectif de cette étude est dévaluer lefficacité et la ... Condition: Adénocarcinome gastro-œsophagien avancé/métastatique. Efficacité et sécurité demploi de lassociation lenvatinib/ ... pembrolizumab/chimiothérapie chez des patients atteints dun adénocarcinome gastro-œsophagien avancé ou métastatique. March 10 ...
... Toute reproduction, totale ou partielle, ou réécriture ... Accueil » POSTU » Archives » POSTU 2007 - Lyon » textes » Adénocarcinome du pancréas : Le dosage du Ca 19-9 a-t-il un intérêt ... On considère quil est responsable de la survenue dun tiers des adénocarcinomes pancréatiques. Le risque relatif chez les ... A partir dune population de 126 malades ayant une pancréatite chronique et de 53 malades ayant un adénocarcinome pancréatique ...
... adenocarcinome a cellules granuleuses; adenocarcinome basocellulaire; adenocarcinome cribriforme; adenocarcinome oxyphile; ... adenocarcinome tubulaire; carcinome cribriforme; carcinome glandulaire; carcinome granulocellulaire; carcinome tubulaire. Aide ... adénocarcinome ; adénocarcinome; adénocarcinome; adénocarcinome; carcinome ; carcinome ; carcinome ; carcinome ; carcinome ; ... adénocarcinome; adenocarcinome a cellules granuleuses; adenocarcinome basocellulaire; adenocarcinome cribriforme; ...
Adénocarcinome ductal de la prostate, quatre ans de suivi. Prog Urol, 2008, 13, 18, 1093-1096 ...
Adénocarcinome de lœsophage Par Celinet67 il y a 2 années 8 mois ...
Crédit adénocarcinome : Wendy Walker, Medscape.com. Crédit insulinome et cystadénome séreux : Medscape.com. Crédit pseudokyste ... Les facteurs de risque du très redouté adénocarcinome du pancréas sont le diabète, le surpoids, le tabac, les antécédents ... Citer cet article: Tumeur du pancréas :quand ce nest pas un adénocarcinome - Medscape - 9 nov 2022. ... avec 16 000 nouveaux cas par an des tant redoutés adénocarcinomes versus 6 000 cas en 2006 sans que lon puisse identifier les ...
Adénocarcinome intestinal. 10- DIVERS ?Fièvre familiale du shar-pei (FSF). ?Abcès (à la suite dune morsure ou autre). ?Déficit ... Adénocarcinome intestinal. 5- PEAU .... ?Pyodermite du pli labial. ?Pyodermite des plis. ?Démodécie. ?Allergie cutanée (par ...
Destruction par ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) par voie rectale dun adénocarcinome localisé de la prostate - ...
ADÉNOCARCINOME. Voir : CANCER ADÉNOCARCINOME COLORECTAL. Tumeur maligne du côlon. Cest le cancer le plus fréquent des voies ... ADÉNOCARCINOME RÉNAL. Voir : CARCINOME À CELLULES RÉNALES ADÉNOCARCINOME RÉNAL HYPERNÉPHROME ADÉNOHYPOPHYSE. Elle constitue le ... ADÉNOCARCINOME GASTRIQUE. Cest une cause fréquente de cancer dans les pays industrialisés et chez les personnes de plus de 60 ...
ADÉNOCARCINOME. Voir : CANCER ADÉNOCARCINOME COLORECTAL. Tumeur maligne du côlon. Cest le cancer le plus fréquent des voies ... ADÉNOCARCINOME RÉNAL. Voir : CARCINOME À CELLULES RÉNALES ADÉNOCARCINOME RÉNAL HYPERNÉPHROME ADÉNOHYPOPHYSE. Elle constitue le ... ADÉNOCARCINOME GASTRIQUE. Cest une cause fréquente de cancer dans les pays industrialisés et chez les personnes de plus de 60 ...
ADÉNOCARCINOME. Voir : CANCER ADÉNOCARCINOME COLORECTAL. Tumeur maligne du côlon. Cest le cancer le plus fréquent des voies ... ADÉNOCARCINOME RÉNAL. Voir : CARCINOME À CELLULES RÉNALES ADÉNOCARCINOME RÉNAL HYPERNÉPHROME ADÉNOHYPOPHYSE. Elle constitue le ... ADÉNOCARCINOME GASTRIQUE. Cest une cause fréquente de cancer dans les pays industrialisés et chez les personnes de plus de 60 ...
adénocarcinome. *carcinome à grandes cellules. Cancer du poumon à petites cellules:. Forme de cancer du poumon plus rare, qui ...
Adénocarcinome œsogastrique : évolution des traitements adjuvants à lère de limmunothérapie. La RCT néoadjuvante de type ...
NCCR : Adénocarcinome oeso-gastrique. NCCR : Cancer de lestomac immunothérapie. NCCR : Cancer des voies biliaires ...
Adénocarcinomes. *Carcinomes à grandes cellules. *Carcinomes à petites cellules. Consultations externes. Vous pouvez prendre ...
Adénocarcinome. Absence de dysphagie. Le pronostic LA NOTION DE SURVIE A 5 ANS ...
Lexercice physique pourrait participer à la prévention de 13 cancers parmi les plus fréquents. Une association à confirmer, mais qui, si elle se vérifiait, constituerait une raison supplémentaire de lutter encore plus activement contre la sédentarité.
Agence photo spécialisée en sciences et médecine, santé, environnement, nature et animaux. Photo agency specialized in sciences and medicine, healthcare, environment, nature and animals
Les adénocarcinomes a cellules claires Ils sont rares.... Ils représentent une entité à part car ils surviennent à un âge moyen ... La chimiothérapie adjuvante na pas prouvé son efficacité dans les carcinomes épidermoïdes ni dans les adénocarcinomes.. Le cas ... Environ 90 % des tumeurs vaginales sont des carcinomes épidermoïdes et les 10 % restants sont des adénocarcinomes, des sarcomes ... un cancer du vagin qui est alors un adénocarcinome à cellules claires du vagin.. CONSEILS... En dépit dun risque très faible, ...
La maladie de Paget est un adénocarcinome (forme de cancer) intra-épidermique, le plus souvent vulvaire, associé à un cancer ... La maladie de Paget est une affection maligne correspondent à un adénocarcinome intra-épidermique. ...
Les cas étaient 130 patients avec un adénocarcinome de la prostate confirmé histologiquement. Le groupe témoin était composé de ...
Deux types principaux de cancers affectent cette zone: les carcinomes épidermoïdes (85% des cas) et les adénocarcinomes (15% ...
... été opéré dun adeno-carcinome pulmonaire le 26 février à lhôpital universitaire Virgen de la nieves. Je suis infirmière ...
... et la toxicité des perfusions de paclitaxel courtes versus longues dans le traitement de nimporte quel adénocarcinome avancé. ...
Les patients ayant un carcinome malpighien et ceux ayant un adénocarcinome bronchique ont-ils une histoire tabagique différente ...
  • Le terme adénocarcinome vient du grec adeno- (qui se rapporte à une glande) et de carcinome, qui désigne un cancer qui s'est développé dans les cellules épithéliales. (wikipedia.org)
  • Les cancers du sein les plus fréquents (95 %) sont des adénocarcinomes, qui se développent à partir des cellules épithéliales de la glande mammaire. (cgfl.fr)
  • Mise en garde médicale modifier - modifier le code - voir Wikidata (aide) Un adénocarcinome est une tumeur maligne développée aux dépens d'un épithélium glandulaire. (wikipedia.org)
  • En pratique, une tumeur est reconnue comme adénocarcinome lorsque son analyse microscopique anatomo-pathologique démontre un aspect de glande (tubes glandulaires) ou la présence de sécrétions mucineuses (muco-sécrétions). (wikipedia.org)
  • En excluant l'adénocarcinome pancréatique, une élévation du Ca 19-9 est associée à une tumeur biliaire (67%), un hépatocarcinome (49%), un adénocarcinome gastrique (41%), colique (34%), œsophagien (22%) et à une tumeur non digestive (14%) [14]. (fmcgastro.org)
  • Adénocarcinome étude au microscope d'un adénocarcinome révélant des vacuoles contenant de la mucine. (wikipedia.org)
  • Pour accéder aux contenus publiés sur Edimark.fr vous devez posséder un compte et vous identifier au moyen d'un email et d'un mot de passe. (edimark.fr)
  • Les localisations les plus fréquentes sont le col utérin (carcinome épidermoïde), l'endom tre (adénocarcinome) et l'ovaire (tumeurs épithéliales). (who.int)
  • Il est également essentiel dans le développement des symptômes de l'ovaire adénocarcinomes ne sont pas exprimés inconfort et des douleurs abdominales, des changements dans les habitudes de l'intestin, comme un sentiment de satiété précoce lors de la réception des aliments, des ballonnements, des troubles digestifs fonctionnels. (cartes-postales-magazine.fr)
  • La maladie de Paget est une affection maligne correspondent à un adénocarcinome intra-épidermique. (passeportsante.net)
  • Évaluer l'efficacité et la toxicité des perfusions de paclitaxel courtes versus longues dans le traitement de n'importe quel adénocarcinome avancé. (cochrane.org)
  • 30 à 40% des patients présentant un adénocarcinome rénal (AR) vont développer des métastases après un traitement chirurgical à visée curative. (urofrance.org)
  • Résection secondaire des Adénocarcinomes du pancréas localement avancés après traitement par FOLFIRINOX : Méta-analyse portant sur 365 patients. (lecancer.fr)
  • Ce médicament est indiqué dans le traitement adjuvant et en situation métastatique des adénocarcinomes mammaires. (carenity.com)
  • Paris, France - L'incidence des tumeurs du pancréas a explosé ces dernières années, avec 16 000 nouveaux cas par an des tant redoutés adénocarcinomes versus 6 000 cas en 2006 sans que l'on puisse identifier les facteurs de risque. (medscape.com)
  • Les facteurs de risque du très redouté adénocarcinome du pancréas sont le diabète, le surpoids, le tabac, les antécédents familiaux. (medscape.com)
  • Medisite.fr vous fournit des articles et des informations détaillées sur le cancer de la prostate, y compris les facteurs de risque, les symptômes, les traitements et les perspectives de guérison. (medisite.fr)
  • Quel est le risque d'adénocarcinome? (cartes-postales-magazine.fr)
  • Les cas étaient 130 patients avec un adénocarcinome de la prostate confirmé histologiquement. (nutranews.org)
  • Deux types principaux de cancers affectent cette zone: les carcinomes épidermoïdes (85% des cas) et les adénocarcinomes (15% des cas). (yahoo.com)
  • L'incidence des tumeurs solides, qui sont malheureusement des adénocarcinomes dans 80 % des cas, est de 20 000/an alors que l'incidence des tumeurs kystiques, dont la plupart sont bénignes, est de plus de 500 000/an. (medscape.com)
  • On peut citer notamment les polypes de l'intestin ( adénome du côlon ), qui dégénèrent souvent en adénocarcinomes (séquence adénome-carcinome). (wikipedia.org)
  • Cette démarche permet d'établir un diagnostic histologique et de déterminer de quel type de cancer il s'agit, carcinome épidermoïde ou adénocarcinome. (parlons-assurance-mutuelle.fr)
  • Une approche modifiée de classification des adénocarcinomes améliore considérablement la reproductibilité et pourrait constituer une amélioration par rapport au système de classification existant de l'Organisation mondiale de la santé, selon une étude dévoilée lors de la conférence mondiale 2023 de l'Association internationale pour l'étude du cancer du poumon (IASLC) sur le cancer du poumon à Singapour. (ma-clinique.fr)
  • Le cancer du côlon et du rectum est un adénocarcinome lieberkühnien dans 85% des cas. (journaldesfemmes.fr)
  • Le type de cancer du côlon et du rectum est un adénocarcinome lieberkühnien dans 85% des cas ', précise le Dr Benoit Gignoux, chirurgien digestif à la clinique de la Sauvegarde à Lyon. (journaldesfemmes.fr)
  • Ces polypes mettent plusieurs années à se former et, avec le temps, certains se transforment et deviennent cancéreux : l'adénome devient alors un adénocarcinome ou cancer invasif. (journaldesfemmes.fr)
  • Le risque de cancer avec des métastases à distance est alors réduit de 36% et celui des adénocarcinomes de 46% (p=0,0007). (medscape.com)
  • En outre, la prise quotidienne d'aspirine est associée à une diminution des décès dus au cancer chez les personnes qui ont développé un adénocarcinome, en particulier en l'absence de métastases au moment du diagnostic (réduction de 50 %, p=0,0006). (medscape.com)
  • Dans les tissus humains, MUC4 est surexprimé au stade de dysplasie et pourrait constituer un marqueur diagnostique précoce de dégénérescence en adénocarcinome. (sudoc.fr)
  • Les facteurs de risque du très redouté adénocarcinome du pancréas sont le diabète, le surpoids, le tabac, les antécédents familiaux. (medscape.com)
  • Ces analyses ont dévoilé des corrélations intrigantes, notamment un faible taux de prolifération dans l'adénocarcinome dans situ par rapport aux adénocarcinomes invasifs et à la présence de mutations TP53 dans les adénocarcinomes invasifs, soulignant leur rôle en tant qu'événements à un stade avancé. (ma-clinique.fr)
  • Des études antérieures ont montré qu'une imagerie par 18FDG-PET scan est utile pour le staging des patients avec des adénocarcinomes canalaires du pancréas (PDAC) non métastatiques, non résécables. (mediquality.net)
  • L'étude, dirigée par le Dr Erik Thunnissen, Département de pathologie, Amsterdam UMC, VU Medical Center, Amsterdam, Pays-Bas, est née de la reconnaissance par le Comité de pathologie de l'IASLC des défis liés à l'attribution précise du statut d'invasion sur la base des critères énoncés dans le World Classification de l'Organisation de la santé (OMS) des adénocarcinomes pulmonaires. (ma-clinique.fr)
  • La plupart des cas de CCR se développent à partir d'adénomes bénins et évoluent vers des adénocarcinomes malins durant une période qui varie entre 10 et 15 ans [Binefa et al. (bvsalud.org)