Une fistule vésicale est un type de communication anormale entre la vessie et un autre organe ou tissu adjacent, permettant ainsi au contenu urinaire de la vessie de se déverser dans cet autre organe ou espace. Cela peut entraîner une infection ou une inflammation de la région avoisinante. Les causes courantes d'une fistule vésicale incluent des interventions chirurgicales préalables, des radiations, des infections, des traumatismes pelviens, des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin ou des tumeurs malignes. Les symptômes peuvent varier mais comprennent souvent une miction douloureuse ou difficile, la fuite involontaire d'urine, des infections récurrentes des voies urinaires, et parfois même la présence de matières fécales dans les urines si l'intestin est impliqué. Le diagnostic nécessite généralement une cystoscopie, une radiographie avec un agent de contraste ou une scintigraphie. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure une intervention chirurgicale pour réparer la fistule.

La vessie urinaire est un organe musculo-membraneux situé dans la cavité pelvienne, qui stocke l'urine produite par les reins jusqu'à ce qu'elle soit éliminée du corps par le processus de miction. C'est un réservoir flexible qui peut s'étirer pour accueillir environ 500 ml d'urine. La paroi de la vessie est composée de plusieurs couches, dont la muqueuse, la sous-muqueuse, la musculeuse et l'adventice.

La capacité de la vessie à se détendre et à se contracter est contrôlée par le système nerveux autonome. Pendant le remplissage de la vessie, les récepteurs d'étirement envoient des signaux au cerveau pour maintenir la relaxation du muscle detrusor de la vessie. Une fois que la quantité d'urine dans la vessie atteint un certain niveau, le cerveau active le muscle detrusor pour contracter et provoquer l'envie d'uriner.

La dysfonction de la vessie urinaire peut entraîner des symptômes tels que des mictions fréquentes, une urgence à uriner, une incontinence urinaire ou une rétention urinaire. Ces problèmes peuvent être causés par divers facteurs, y compris des dommages aux nerfs, des troubles musculaires, des infections des voies urinaires, des calculs vésicaux, des tumeurs ou des maladies neurologiques sous-jacentes.

Une fistule, dans le contexte médical, est une communication anormale et persistante entre deux organes, deux vaisseaux sanguins ou un organe et la surface cutanée. Elle résulte souvent d'une infection, d'une inflammation chronique, d'une tumeur ou d'une intervention chirurgicale. Les fistules peuvent se former dans diverses régions du corps, y compris le tractus gastro-intestinal, urogénital et cutané. Elles peuvent causer des symptômes variés tels que douleur, infection, fuite de liquide organique et mauvaise cicatrisation des plaies. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des antibiotiques, des soins locaux, une intervention chirurgicale ou une combinaison de ces options.

Les "Urinary Bladder Neoplasms" sont des tumeurs anormales et anarchiques qui se développent dans la paroi de la vessie. Elles peuvent être bénignes ou malignes (cancéreuses). Les cancers de la vessie, qui représentent la majorité des urinary bladder neoplasms, sont classés en fonction de leur aspect cellulaire et de leur comportement invasif.

Les cancers de la vessie les plus fréquents sont les carcinomes urothéliaux, qui prennent naissance dans les cellules qui tapissent l'intérieur de la vessie. Ils peuvent être superficiels, n'envahissant que la muqueuse ou profonds, s'étendant jusqu'aux couches musculaires plus profondes de la paroi vésicale.

Les facteurs de risque incluent le tabagisme, une exposition professionnelle à certains produits chimiques, des antécédents familiaux de cancer de la vessie et certaines maladies préexistantes telles que des infections urinaires récurrentes ou des calculs vésicaux.

Le diagnostic est généralement posé par cystoscopie (examen endoscopique de la vessie) associée à une biopsie pour analyse histopathologique. Le traitement dépend du type et du stade de la tumeur, allant d'une résection endoscopique pour les tumeurs superficielles à une chirurgie radicale, une chimiothérapie ou une radiothérapie pour les tumeurs plus avancées.

Les maladies de la vessie urinaire sont des affections qui affectent la fonction et la structure de la vessie, un organe musculaire creux qui stocke l'urine jusqu'à ce qu'elle soit éliminée du corps. Ces maladies peuvent entraîner des symptômes tels que des mictions fréquentes, une urgence urinaire, une douleur ou une gêne pendant la miction, des saignements dans l'urine et des infections des voies urinaires.

Les exemples de maladies de la vessie urinaire comprennent la cystite, qui est une inflammation de la paroi de la vessie, souvent causée par une infection bactérienne ; la dysfonction vésicale neurogène, qui est un trouble de la fonction vésicale résultant d'une lésion de la moelle épinière ou d'une autre affection neurologique ; et le cancer de la vessie, qui est une croissance maligne dans la paroi de la vessie.

Le traitement des maladies de la vessie urinaire dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des médicaments, des procédures médicales ou chirurgicales, et des modifications du mode de vie.

Une fistule artérioveineuse (FAV) est une communication anormale et directe entre une artère et une veine, contournant ainsi le lit capillaire. Cela entraîne une augmentation du débit sanguin dans les veines, ce qui peut provoquer des dilatations veineuses visibles sous la peau. Les FAV peuvent survenir spontanément ou être iatrogènes, c'est-à-dire causées par une intervention médicale, comme une ponction artérielle ou une chirurgie. Elles peuvent se former dans diverses parties du corps, mais les plus fréquentes sont celles des membres inférieurs et du bassin. Les symptômes dépendent de la localisation et de la taille de la fistule, allant d'une douleur locale à des complications graves telles qu'une ischémie (manque d'apport sanguin) des tissus environnants ou une insuffisance cardiaque congestive en cas de fistules importantes. Le diagnostic repose sur l'imagerie médicale, comme l'échographie Doppler ou l'angiographie. Le traitement dépend de la gravité et de la localisation de la fistule, allant du suivi médical à des interventions chirurgicales pour fermer la communication artérioveineuse.

Une fistule intestinale est un type de connexion anormale (fistule) qui se forme entre l'intestin et un autre organe ou la surface de la peau. Elle peut survenir comme une complication de certaines affections médicales, telles que les maladies inflammatoires de l'intestin (MII), les infections abdominales graves, les tumeurs malignes ou bénignes, les radiations ou les interventions chirurgicales.

Les fistules intestinales peuvent entraîner des symptômes tels que la diarrhée, la douleur abdominale, la fièvre, la perte de poids et la déshydratation. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure une intervention chirurgicale, des antibiotiques, une thérapie nutritionnelle ou une combinaison de ces options. Il est important de consulter un médecin si vous pensez avoir une fistule intestinale, car elle peut entraîner des complications graves si elle n'est pas traitée correctement.

Une fistule cutanée est un type de communication anormale et persistante qui se forme entre une cavité corporelle, comme un organe ou une glande, et la surface de la peau. Cette condition se caractérise par un conduit tractant le pus, le sang, les liquides digestifs ou l'urine à travers la peau. Les fistules cutanées peuvent résulter de diverses affections médicales sous-jacentes, telles que les infections, les maladies inflammatoires chroniques, les traumatismes ou les interventions chirurgicales. Selon l'étiologie et la localisation de la fistule, le traitement peut varier, allant des soins locaux et des antibiotiques aux procédures chirurgicales visant à fermer la fistule.

Une fistule bronchique est une communication anormale entre la paroi du bronche (un tube qui transporte l'air vers les poumons) et la paroi thoracique, le médiastin ou un vaisseau sanguin avoisinant. Cela peut se produire comme complication d'une maladie pulmonaire sous-jacente, telle que la bronchectasie, l'emphysème, la tuberculose, la pneumonie ou le cancer du poumon. Les symptômes peuvent inclure une toux productive de matériel purulent, des douleurs thoraciques et une détresse respiratoire. Le diagnostic est généralement posé à l'aide d'une bronchoscopie ou d'une tomodensitométrie. Le traitement peut inclure des antibiotiques, la fermeture chirurgicale de la fistule ou la résection pulmonaire.

Une fistule urinaire est un type de communication anormale entre le système urinaire et un autre organe ou la surface de la peau. C'est généralement une complication d'une infection, d'une inflammation ou d'une intervention chirurgicale préexistante. Les fistules urinaires peuvent entraîner des fuites involontaires d'urine, ce qui peut provoquer une irritation de la peau, des infections et d'autres complications. Les symptômes courants comprennent la miction douloureuse, les odeurs d'urine, la fatigue, la fièvre et les frissons. Le traitement dépend de la cause sous-jacente et peut inclure des antibiotiques, des procédures endoscopiques ou une intervention chirurgicale pour fermer la fistule.

Une fistule vasculaire est un terme médical qui décrit une communication anormale ou pathologique entre deux vaisseaux sanguins. Cela peut se produire à la suite d'une lésion traumatique, d'une infection, d'une inflammation chronique ou d'une intervention chirurgicale. Les fistules vasculaires peuvent être congénitales ou acquises.

Les symptômes dépendent de la localisation et de la taille de la fistule. Dans certains cas, une fistule vasculaire peut ne provoquer aucun symptôme perceptible. Cependant, dans d'autres situations, elle peut entraîner une variété de signes et de symptômes, tels qu'une augmentation du débit cardiaque, une baisse de la pression artérielle, un gonflement dans la région affectée, des douleurs, des crampes, des engourdissements, des picotements, des ulcères cutanés, des infections et dans les cas graves, une insuffisance cardiaque congestive.

Le diagnostic d'une fistule vasculaire peut être posé à l'aide d'une série de tests d'imagerie, tels qu'une échographie Doppler, une angiographie ou une tomodensitométrie (TDM). Le traitement dépend de la gravité et de la localisation de la fistule. Dans certains cas, aucun traitement n'est nécessaire et la fistule peut se résorber d'elle-même. Cependant, dans d'autres situations, une intervention chirurgicale ou une autre procédure invasive peut être nécessaire pour fermer la fistule et prévenir les complications potentielles.

Une fistule rectale est un canal anormal qui se forme entre le rectum et la peau des fesses, généralement à la suite d'une infection ou d'une inflammation sévère dans la région pelvienne. Cela peut survenir après une maladie inflammatoire de l'intestin, comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, ou après une infection non traitée des tissus mous autour de l'anus, appelée abcès périanal.

Les symptômes courants d'une fistule rectale incluent la douleur et le gonflement dans la région anale, le drainage de pus ou de liquide nauséabond du trou près de l'anus, les saignements, la fièvre, l'inconfort lors des selles et la sensation de malaise général. Le diagnostic est généralement posé par un examen physique, souvent complété par une imagerie médicale telle qu'une IRM ou un examen endoscopique.

Le traitement dépend de la gravité et de l'emplacement de la fistule. Dans certains cas, des antibiotiques peuvent être utilisés pour traiter une infection associée. Cependant, dans la plupart des cas, une intervention chirurgicale est nécessaire pour fermer le canal anormal et prévenir les complications telles que l'infection récurrente ou la mauvaise cicatrisation. Après la chirurgie, une thérapie physique peut être recommandée pour aider à rétablir la fonction intestinale normale.

La cellulite est un terme utilisé en esthétique pour décrire l'apparence d'un aspect capitonné ou granuleux sur la peau, souvent localisée sur les cuisses, les fesses et l'abdomen. Il s'agit d'une affection courante qui touche principalement les femmes en raison de la distribution et de la structure particulières des cellules adipeuses (graisseuses) et des fibres de collagène sous la peau dans ces zones.

Bien que le terme "cellulite" puisse prêter à confusion, il ne s'agit pas d'une infection ou d'un problème médical sous-jacent. Il décrit plutôt une modification de l'apparence de la peau due à la poussée des lobules adipeux contre les fibres de collagène, ce qui entraîne un aspect irrégulier et bosselé de la surface cutanée.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de la cellulite, notamment :

1. Génétique : La prédisposition génétique joue un rôle important dans la distribution des graisses et la structure du tissu conjonctif sous-cutané.
2. Augmentation de la masse grasse : Les changements hormonaux, le gain de poids ou l'obésité peuvent entraîner une augmentation de la taille des cellules adipeuses et une aggravation de l'apparence de la cellulite.
3. Diminution de l'élasticité cutanée : Le vieillissement, les dommages causés par le soleil et d'autres facteurs peuvent entraîner une diminution de l'élasticité de la peau, ce qui peut accentuer l'apparence de la cellulite.
4. Mode de vie : Une mauvaise alimentation, un manque d'exercice et le tabagisme peuvent contribuer au développement de la cellulite.

Il est important de noter que la cellulite n'est pas une condition médicale grave et ne présente aucun risque pour la santé. Cependant, de nombreuses personnes se sentent gênées par son apparence et cherchent des traitements pour l'améliorer. Plusieurs options de traitement sont disponibles, y compris les crèmes topiques, les dispositifs à ultrasons, la thérapie au laser et la chirurgie esthétique. Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé pour discuter des options de traitement appropriées en fonction des besoins individuels.

Je suis désolé, "Encyclopedias as Topic" n'est pas une définition médicale. Il s'agit plutôt d'une catégorie de sujets dans la classification MeSH (Medical Subject Headings) utilisée pour indexer les articles de bibliographie en médecine et en sciences de la santé. Cette catégorie comprend des encyclopédies médicales générales ou spécialisées, des dictionnaires médicaux, des manuels médicaux et d'autres ressources similaires. Cependant, il ne s'agit pas d'une définition médicale à proprement parler.

La cellulite orbitale est une infection grave et potentiellement dangereuse qui se développe dans les tissus autour de l'œil, dans la cavité orbitaire. Cette condition peut être causée par des bactéries ou des fungi et elle se propage souvent à partir d'une sinusite ou d'une infection cutanée voisine.

Les symptômes de la cellulite orbitale peuvent inclure une douleur oculaire sévère, un gonflement des paupières, une rougeur de l'œil, une limitation du mouvement oculaire, une vision floue ou double, une sensibilité à la lumière et parfois même une fièvre. Dans les cas graves, cette infection peut entraîner des complications telles que la thrombose, l'abcès sous-périosté, la méningite ou la cavernous sinus thrombosis.

Le traitement de la cellulite orbitale implique généralement une hospitalisation et une administration intraveineuse d'antibiotiques à large spectre pour combattre l'infection. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour drainer tout abcès ou pus accumulé dans la cavité orbitaire. Il est important de rechercher une attention médicale immédiate si vous soupçonnez une cellulite orbitale, car cette condition peut entraîner des complications graves et même mettre la vie en danger si elle n'est pas traitée rapidement et adéquatement.

Bactéries aérobies sont un type de bactéries qui nécessitent l'oxygène pour survivre et se reproduire. Ces bactéries utilisent l'oxygène comme accepteur d'électrons final dans leur processus métabolique, ce qui permet la production d'énergie pour la croissance et la reproduction. Les bactéries aérobies peuvent être trouvées dans une variété d'environnements, y compris l'eau, le sol, les aliments et les tissus vivants.

Il existe deux principaux types de bactéries aérobies : obligatoires et facultatives. Les bactéries aérobies obligatoires ne peuvent se développer qu'en présence d'oxygène, tandis que les bactéries aérobies facultatives peuvent survivre et se reproduire en l'absence d'oxygène en utilisant des processus métaboliques alternatifs.

Les bactéries aérobies jouent un rôle important dans de nombreux processus naturels, tels que la décomposition des matières organiques et le cycle de l'azote. Cependant, certaines bactéries aérobies peuvent également être pathogènes et causer des infections chez les humains et les animaux. Par exemple, Mycobacterium tuberculosis, la bactérie qui cause la tuberculose, est une bactérie aérobie obligatoire.

Il est important de noter que certaines bactéries aérobies peuvent devenir résistantes aux antibiotiques, ce qui peut rendre les infections difficiles à traiter. Par conséquent, il est crucial de suivre les instructions appropriées pour la prévention et le traitement des infections bactériennes.

La coagulase est une enzyme produite par certains types de bactéries, y compris le staphylocoque doré. Cette enzyme permet à ces bactéries d'activer le facteur de coagulation sanguine, le fibrinogène, pour former du fibrin, ce qui entraîne la formation d'un caillot de sang autour des bactéries. Cela peut aider les bactéries à échapper au système immunitaire et à provoquer une infection. La détection de la coagulase dans un échantillon est souvent utilisée en médecine pour identifier rapidement la présence de staphylocoque doré, qui peut causer des infections graves telles que le sepsis et l'intoxication alimentaire.

Il existe deux types de coagulase : la coagulase libre et la coagulase liée au plasminogène (clumping factor). La coagulase libre est une enzyme qui active directement le fibrinogène pour former du fibrin, tandis que la coagulase liée au plasminogène favorise l'agrégation des bactéries et la formation de caillots. Les deux types sont souvent utilisés ensemble pour diagnostiquer une infection à staphylocoque doré.

Staphylococcus est un genre de bactéries sphériques gram-positives qui ont tendance à s'agréger en grappes (d'où le nom dérivé du grec staphyle, raisin et kokkos, grain ou baie). Ces bactéries sont fréquemment trouvées sur la peau et les muqueuses des êtres humains et des animaux. Certaines espèces, en particulier Staphylococcus aureus, peuvent causer une variété d'infections allant de lésions cutanées mineures à des infections potentiellement mortelles telles que la pneumonie, l'endocardite et la septicémie. La résistance aux antibiotiques, y compris la méthicilline (MRSA) et la vancomycine (VRSA), est un sujet de préoccupation croissant dans le domaine médical.

Les maladies de l'orbite se réfèrent à un large éventail de conditions qui affectent la région orbitaire, qui est la cavité osseuse située dans le crâne qui abrite l'œil et ses annexes (muscles, vaisseaux sanguins, nerfs, graisse, etc.). Ces maladies peuvent être causées par des infections, des inflammations, des tumeurs bénignes ou malignes, des traumatismes, des malformations congénitales ou des processus dégénératifs.

Les symptômes associés aux maladies de l'orbite peuvent varier considérablement en fonction de la nature et de la gravité de la condition sous-jacente. Cependant, certains symptômes courants comprennent:

* Protrusion ou saillie de l'œil (exophtalmie)
* Douleur oculaire ou dans la région orbitaire
* Vision floue ou double
* Rougeur et gonflement des paupières
* Limitation du mouvement oculaire
* Paralysie des muscles oculaires
* Sensation de pression ou de plénitude dans l'orbite
* Modifications du champ visuel

Le diagnostic des maladies de l'orbite nécessite généralement un examen approfondi par un ophtalmologiste ou un spécialiste des maladies orbitaires. Des tests d'imagerie tels que la tomodensitométrie (TDM) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être utilisés pour évaluer l'étendue et la gravité de la maladie. Le traitement dépendra de la cause sous-jacente de la maladie et peut inclure des médicaments, une chirurgie ou une radiothérapie.