Les autovaccins sont des vaccins préparés à partir d'agents infectieux ou de substances antigéniques provenant spécifiquement du patient lui-même. Ils sont principalement utilisés dans le traitement de certaines infections récurrentes et chroniques, telles que les infections urinaires à Escherichia coli, en particulier lorsque les souches bactériennes sont résistantes aux antibiotiques conventionnels.

Le processus de création d'un autovaccin implique la culture du micro-organisme ou l'isolement des antigènes spécifiques à partir d'un échantillon clinique du patient, suivie de sa purification et inactivation. La préparation est ensuite injectée au patient pour stimuler une réponse immunitaire adaptative contre ce pathogène particulier.

L'utilisation d'autovaccins présente plusieurs avantages potentiels, tels que la réduction de l'utilisation d'antibiotiques à large spectre et la prévention des infections récurrentes. Cependant, leur efficacité fait toujours l'objet de débats dans la communauté médicale, en partie à cause du manque de preuves solides provenant d'essais cliniques randomisés contrôlés. De plus, la production et l'administration des autovaccins peuvent être coûteuses et complexes, ce qui limite leur accessibilité et leur utilisation généralisée.