• Si la distinction entre cellules exprimant fortement et faiblement CD34 est une première étape dans la résolution de ce problème, elle n'est pas suffisante, et doit être complétée par l'utilisation conjointe d'autres marqueurs phénotypiques, conduisant l'investigateur à des stratégies complexes d'identification et de sélection de populations cellulaires rares définies par de multiples paramètres. (inserm.fr)